Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Ghislain Leroy, L’école maternell...

Ghislain Leroy, L’école maternelle de la performance enfantine

Héloïse Durler
L'école maternelle de la performance enfantine
Ghislain Leroy, L'école maternelle de la performance enfantine, Bruxelles, Peter Lang, coll. « Petite enfance et éducation », 2020, 162 p., préf. Éric Plaisance, ISBN : 978-2-8076-1351-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En particulier : Chamboredon Jean-Claude, Prévot Jean, « Le “métier d’enfant”. Définition sociale d (...)

1Quelles sont les caractéristiques attendues des enfants qui fréquentent aujourd’hui l’école maternelle française ? Comment les représentations sociales de l’enfant ont-elles évolué au cours des dernières décennies ? Ghislain Leroy réactive dans cet ouvrage les questionnements des travaux pionniers sur l’école maternelle1 et analyse l’émergence de la figure de l’enfant « performant », au sein d’une école maternelle recherchant une plus forte rentabilité dans les apprentissages dispensés et une responsabilisation accrue de l’enfant. Son approche se situe au croisement d’une sociologie de la socialisation, d’une branche de la sociologie de l’enfance – celle qui étudie les représentations sociales sur l’enfant – et d’une sociologie des inégalités socio-scolaires. L’auteur ajoute qu’il fait référence « dans une moindre mesure » à la sociologie du corps et des émotions. Nous verrons néanmoins que cette dernière perspective constitue un apport majeur de l’ouvrage.

2Du point de vue méthodologique, l’argumentation se fonde sur quatre démarches complémentaires. L’auteur s’appuie de façon centrale sur l’observation de pratiques ordinaires en classe maternelle (53 jours d’observation entre 2011 et 2013, puis 15 jours en 2017-2018), réalisée dans huit établissements de Lille et Paris, aux recrutements sociaux variés. Ces observations ont été complétées par des entretiens informels avec les enseignants concernés, lors des moments de récréation, les pauses de midi, voire en classe, ainsi que dix entretiens semi-directifs menés de façon exploratoire en amont des observations, en 2009. À ces données de terrain s’adjoint une étude de l’évolution du curriculum formel, principalement à travers l’analyse des instructions et programmes de l’école maternelle française parus entre 1977 et 2008. Enfin, l’enquête comprend une analyse du corpus constitué par Éric Plaisance, contenant des rapports d’inspection de la période 1945-1980, complété par des rapports sur la période 2000-2010, afin d’appréhender, de façon diachronique, les pratiques enseignantes saisies à travers les attentes et les prescriptions inspectorales.

  • 2 En référence à : Vincent Guy, L’école primaire française. Étude sociologique, Lyon, Presses univers (...)

3L’ouvrage met clairement en évidence un mouvement de « scolarisation » de l’école maternelle. L’approche « psycho-affective et libertaire » de l’enfant, propre à la fin des années 1970 et accordant de l’importance aux relations affectives sécurisantes, cède le pas à une approche « scolaire » de l’enfant, sur lequel il devient légitime d’exercer une contrainte dans le but de le transformer en « élève ». Des dispositifs pédagogiques, tels que les « regroupements » ou les « ateliers » socialisant les enfants à la « forme scolaire » d’apprentissage2, montent alors en puissance, tandis que la place des apprentissages « fondamentaux » (lecture, écriture et mathématiques) s’accroît. Parallèlement, les pratiques habituellement associées à l’éducation nouvelle, comme le jeu ou la pédagogie par projet, deviennent marginales.

4L’auteur interroge les liens entre les pratiques des enseignants de maternelle et les inégalités socio-scolaires. Il démontre que si l’école maternelle s’avère différenciatrice, ce n’est pas en raison d’un recours massif aux pédagogies de l’éducation nouvelle, étant donnée leur place restreinte. L’auteur indique que, dans le contexte de « scolarisation » marquée de la maternelle et en raison des impératifs de forte rentabilité scolaire qui y règnent, les efforts des enseignants ne se dirigent pas vers les élèves les plus en difficulté. Partant, les fonctionnements pédagogiques à l’œuvre tendent à faire progresser les élèves déjà dotés de dispositions scolaires et participent à mettre à l’écart les plus « faibles », tandis que des logiques de responsabilisation vis-à-vis de leurs performances scolaires se font de plus en plus présentes.

  • 3 Voir Hochschild Arlie Russel, Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, Paris, La Déco (...)

5En plus d’être responsable de ses apprentissages, l’enfant doit également l’être vis-à-vis de son corps. L’auteur pointe une distanciation progressive des enseignants envers le corps de l’enfant, appelant ce dernier à être « autonome » dans la gestion de ses propres soins. Cette distanciation corporelle et hygiénique est aussi affective et valorise, dans le même temps, la figure de l’enfant capable d’autoréguler ses émotions. La mise en évidence de ce mouvement de responsabilisation constitue certainement la contribution la plus originale de l’ouvrage. L’auteur montre de façon convaincante comment l’école maternelle passe du primat de l’affectivité, vue comme condition des développements ultérieurs de l’enfant, à un « travail des émotions »3, dans lequel l’enfant doit apprendre à se contenir, afin de correspondre aux attentes d’autonomie propres au contexte de l’école maternelle. Ghislain Leroy note par exemple la disparition progressive, dans les rapports d’inspection, du thème la « joie », prise comme un sentiment ayant de la valeur en tant que telle, et la montée de la référence, bien différente, au « plaisir de travailler ». Si les évolutions les plus récentes de l’école maternelle traduisent une hausse de la représentation « bienveillante » de l’enfant, avec un retour dans les programmes de références psycho-affectives, la représentation « scolaire » de l’enfant reste prédominante. L’auteur analyse dans cette perspective la relation dialectique du « scolaire » et du « bien-être » : la « bienveillance pédagogique », loin de revêtir un caractère critique vis-à-vis de l’école, apparaît bien davantage comme un moyen de faire accepter la contrainte scolaire aux enfants. À ce titre, l’ouvrage présente une analyse relativement inédite des évolutions des pratiques socialisatrices de l’école maternelle, complétant utilement les travaux, plus classiques en sociologie de l’éducation, sur les apprentissages ou les rapports d’autorité dans la classe.

  • 4 Voir notamment : Cayouette-Ramblière Joannie, L’école qui classe. 530 élèves du primaire au bac, Pa (...)
  • 5 Voir Garcia Sandrine, Le goût de l’effort. La construction familiales des dispositions scolaires, P (...)

6À la lecture de l’ouvrage, des interrogations naissent quant aux effets des pratiques enseignantes sur les inégalités scolaires. L’auteur montre que les pratiques « scolarisantes » privilégiées dans les classes maternelles mettent particulièrement à mal les enfants en difficulté. Si des différences sont identifiées, en fonction de l’origine sociale des enseignants et du recrutement social des établissements dans lesquels ils exercent, et si des contraintes sont mises en évidence (attentes des parents, des collègues des degrés supérieurs), le niveau d’analyse privilégié par l’auteur ne permet pas d’explorer finement les variations entre enseignants et d’identifier les pratiques effectives qui permettraient de réduire les inégalités scolaires. On peut dans tous les cas penser que, dans la mesure où des logiques responsabilisantes et inégalitaires se maintiennent dans le reste du système scolaire4, revenir à une conception propédeutique de la maternelle (entendue comme préparation nécessaire à l’étude à venir), risquerait de renvoyer, de manière plus patente encore, la construction des dispositions scolaires aux milieux familiaux5.

7Ces questionnements n’enlèvent rien à la qualité des descriptions et des analyses proposées dans cet ouvrage, synthétique et bien écrit, qui, en mettant en lumière ses paradoxes actuels et ses mécanismes d’exclusion des élèves les moins « performants », constitue une contribution importante aux travaux sur l’école maternelle et sur la socialisation scolaire.

Haut de page

Notes

1 En particulier : Chamboredon Jean-Claude, Prévot Jean, « Le “métier d’enfant”. Définition sociale de la prime enfance et fonctions différentielles de l’école maternelle », Revue française de sociologie, vol. 14, n° 3, 1973, p. 295-335, disponible en ligne : https://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1973_num_14_3_2215 ; Dannepond Geneviève, « Pratique pédagogique et classes sociales. Étude comparée de trois écoles maternelles », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 30, n° 1, 1979, p. 31-45 disponible en ligne : https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1979_num_30_1_2657 ; Plaisance Eric, L’enfant, la maternelle, la société, Paris, PUF, 1986.

2 En référence à : Vincent Guy, L’école primaire française. Étude sociologique, Lyon, Presses universitaires de Lyon ; Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1980.

3 Voir Hochschild Arlie Russel, Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2017.

4 Voir notamment : Cayouette-Ramblière Joannie, L’école qui classe. 530 élèves du primaire au bac, Paris, PUF, 2016 ; compte rendu de Clémence Perronnet pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/21601.

5 Voir Garcia Sandrine, Le goût de l’effort. La construction familiales des dispositions scolaires, Paris, PUF, 2018 ; compte rendu d’Édouard Couëtoux pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/31053.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Durler, « Ghislain Leroy, L’école maternelle de la performance enfantine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 juillet 2020, consulté le 19 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42723

Haut de page

Rédacteur

Héloïse Durler

Professeure associée en sociologie à la Haute école pédagogique du canton de Vaud (Suisse).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search