Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Jean-Paul Gaudillière, Irène Jami...

Jean-Paul Gaudillière, Irène Jami, Stéphane Le Lay, Olivier Roueff, Patrick Simon, Julien Talpin (dir.), « Classe ! », Mouvements, n° 100, 2019.

Karl Berthelot
Classe !
Jean-Paul Gaudillière, Irène Jami, Stéphane Le Lay, Olivier Roueff, Patrick Simon, Julien Talpin (dir.), « Classe ! », Mouvements, n°100, décembre 2019, 180 p., Paris, La Découverte, ISBN : 9782707150028.
Haut de page

Texte intégral

1Plus d’un an après le début du mouvement des Gilets Jaunes, le centième numéro de la revue Mouvements a une teneur particulière puisqu’il se consacre en partie à ces mobilisations populaires. Ce numéro comprend deux dossiers complémentaires : l’un sur les Gilets Jaunes, dont ce compte rendu fera l’objet ; l’autre sur les classes sociales et l’intersectionnalité. Le premier dossier est composé d’entretiens avec des chercheurs en sciences sociales (politistes, sociologues et historiens) et des militants, ainsi que de courtes nouvelles, donnant à voir un balisage riche et multi-situé du mouvement des Gilets Jaunes. L’éditorial offre des éclairages novateurs sur les articulations entre ces contestations populaires et la classe sociale. Si cette notion a été progressivement marginalisée par certains courants sociologiques, elle n’en est pas pour autant abandonnée comme en témoigne la multiplication des études centrées sur les situations de précarité et les inégalités socio-économiques induites par les politiques néolibérales. Ce faisant, la classe sociale n’est plus seulement abordée au seul cadre du salariat, prenant en compte d’autres facettes des relations de subordination, au prisme de l’ethnie, de la race ou du genre. Ces dimensions intersectionnelles sont exposées dans la seconde partie de l’ouvrage, où figure par exemple une étude de Samina Mesgarzadeh sur les liens entre les classes supérieures et la racialisation, ou encore celle d’Anahita Grisoni, qui s’intéresse au rapport entre l’écologie, la précarité et la sobriété à partir du mouvement de justice environnementale « No TAV ».

2L’entrée en scène des Gilets Jaunes, quant à elle, traduit l’émergence d’une « nouvelle question sociale » (p. 9) et met en lumière plusieurs composantes de la politique au regard des rapports au pouvoir et de la représentation démocratique du peuple. C’est d’ailleurs l’un des intérêts de ce numéro que de souligner les relations entre les concepts de classe et de peuple, à partir de l’étude de cas des Gilets Jaunes, en décrivant les fondements sociologiques et politiques de ce mouvement hétérogène.

  • 1 Ce mouvement s’est diffusé dans près d’une trentaine de pays, principalement en Europe occidentale (...)

3Plusieurs lignes de fuite apparaissent dans ces différentes contributions comme autant de clés de lecture socio-politiques des Gilets Jaunes. En premier lieu, il s’agit de l’opérabilité de la notion de classe sociale avec ce mouvement. L’analyse d’une telle mobilisation collective hétéroclite questionne les manières de faire classe et de se structurer en tant que telle, puisqu’elle dépasse l’unique cadrage par la sphère professionnelle. La classe sociale renvoie dès lors, à travers l’incarnation des Gilets Jaunes, à des identités populaires marquées par la précarité, la pauvreté et la reconnaissance d’expériences quotidiennes de stigmatisation et de relégation, parfois partagées à l’international1 ce dont attestent les retours de Max Rousseau depuis le Maroc.

4Pour Ludivine Bantigny et Samuel Hayat, la fragilisation de la classe ouvrière ne remet pas nécessairement en cause l’existence de la classe populaire. Elle semble certes plus distendue mais se caractérise davantage par des conditions de vie instables et précaires. De plus, elle se révèle par des symboles emblématiques comme l’attaque du Fouquet’s survenue le 16 mars 2019, soulignant la permanence « d’une identité et d’un conflit socio-économique, centré sur la répartition des richesses » (p. 19).

5Dans un deuxième temps, certains chercheurs comme Federico Tarragoni délaissent cette interprétation par la classe au profit de l’idée d’une radicalisation démocratique. D’après lui, la diversification des doléances des Gilets Jaunes, de leurs positions sociales et spatiales demeure trop prégnante pour prétendre à la consolidation d’une identité unifiée de classe. Cette entrée herméneutique par la classe sociale se heurterait donc à la composition sociographique disparate des Gilets Jaunes, mais aussi à leurs proximités ténues avec les habitants racisés de quartiers populaires Même si les luttes des Gilets Jaunes sont essentiellement portées par des classes populaires, ces dernières concèdent des fragmentations subjectives internes et des entre-soi spécifiques ne permettant pas de les appréhender comme des classes pour soi. Ne se reconnaissant pas elles-mêmes comme une entité sociale distincte et homogène, les classes populaires se regroupent néanmoins autour d’un idéal populaire insufflé par les Gilets Jaunes, mais déviant d’une définition sociologique du populisme au regard de leur disqualification par les médias, les partis et le gouvernement.

  • 2 On songera ici à l’ouvrage de Federico Tarragoni, L’esprit démocratique du populisme. Une nouvelle (...)
  • 3 Historien spécialisé du monde ouvrier britannique, il envisageait la notion d’économie morale à par (...)
  • 4 Sur les aspects ordinaires de la politique, se référer à : Laurent Le Gall, Michel Offerlé et Franç (...)

6Finalement, la mobilisation des Gilets Jaunes traduit en filigrane des volontés de radicalisation politique et une distanciation au champ politique traditionnel, s’appuyant sur une confrontation duale à une élite floue et englobante. Or, l’opposition frontale entre « eux » et « nous » sous-tend en réalité les ambivalences du mouvement face aux pouvoirs publics, entre d’un côté défense d’autonomie, d’égalité et de justice, et de l’autre recherche de visibilité, de consensus et de légitimité incarnés par un porte-parole charismatique. Le politique qui se joue ici combine un rejet de la démocratie participative traditionnelle et l’expression de conflictualités et de contestations2, s’adossant sur des forces de réinvention d’une démocratie directe et populaire. L’analyse de ce rapport politique élargi repose sur des traits culturalistes dans la lignée des travaux de Thompson3, permettant alors de saisir le politique en dehors de l’usine, des partis et des institutions et déplaçant sa focale sur ce qui se joue ailleurs4

7De surcroît, et c’est un autre point développé dans ce dossier, la convergence entre différents engagements illustre des socialisations politiques reconfigurées à l’aune des modes de vie et des sociabilités populaires. Des militants Gilets Jaunes, rattachés à un comité à Pantin, témoignent ainsi de leur crainte vis-à-vis des forces de l’ordre durant ces manifestations, structurant durablement leur vision de la sécurité et de la démocratie. Les violences policières perpétuées envers les personnes racisées depuis des décennies font émerger des problématiques communes aux habitants des banlieues et des espaces périurbains et ruraux.

  • 5 L’exacerbation récente des violences policières à l’encontre de populations noires aux États-Unis e (...)

8Le soutien labile du Comité Adama aux Gilets Jaunes a révélé leurs objectifs divergents sans être antinomiques pour autant, que ce soit dans la défense de leurs revendications, comme la reconnaissance par la justice des violences policières5, ou bien dans leurs registres d’action respectifs, points évoqués par le militant Youcef Brakni, du Comité Adama. La refondation politique inhérente au mouvement des Gilets Jaunes et au Comité Adama s’exprime dans des luttes antiracistes et antiaustérité, « exhumant une histoire globale d’oppression » (p. 58). Cette « expérience politique commune » (p. 38) initiée dans ces univers populaires se cristallise par l’investissement du milieu de vie et la défense de la dignité et de la justice sociale. Elle résulte notamment de l’organisation constellée de ces mouvements et du recours aux solidarités dans ces révoltes populaires.

  • 6 Figure de proue de l’écologie libertaire, il envisage le municipalisme libertaire comme un système (...)

9Enfin, et non des moindres, la dimension spatiale du mouvement des Gilets Jaunes est particulièrement prédominante dans les différentes contributions de ce dossier. Surtout, ces dernières soulèvent quelques impensés des dimensions spatiales de tels faits politiques en abordant la « territorialisation de la question sociale » (p. 10). L’inscription locale des mobilisations des Gilets Jaunes, discernable par l’occupation de ronds-points en périphérie et l’investissement politique de ces lieux de vie populaires, interroge leurs continuités et ruptures avec les mouvements sociaux antérieurs. En outre, cet ancrage localisé redonne du souffle à des courants politiques comme le municipalisme libertaire, théorisé par Murray Bookchin6, dont se saisissent des militants néophytes comme certains Gilets Jaunes de Pantin.

  • 7 Concept formulé par Michel Foucault, il définit les hétérotopies comme « [des lieux] qui sont des s (...)

10Ces soulèvements populaires prennent racine dans les lieux familiers de ces populations précaires. L’espace de vie représente une ressource populaire constitutive de cette mobilisation. Il est le théâtre de réappropriations symboliques et de sociabilités renouées, établissant les bases de nouveaux champs des possibles démocratiques. Les extraits de romans et nouvelles en fin de dossier en sont de bons témoins. Ils donnent de la vigueur à ces utopies populaires à travers la reconquête des moyens de production, comme l’imprimerie imaginée par Didier Daeninckx, ou les détournements de l’occupation d’un espace périphérique avec son rond-point faisant la césure entre « un quartier pavillonnaire d’une part et l’accès à la zone achélème de l’autre » (p. 68). L’irruption de ces mouvements populaires laisse alors présager des imaginaires politiques hétérotopiques7, de leurs inventivité et créativité propres au jeu démocratique et aux délibérations locales.

11En somme, ce dossier dédié aux Gilets Jaunes se distingue par son articulation entre différentes sources, académiques, militantes et littéraires. La pluralité de ces contenus offre un éventail élargi et recoupé de ce mouvement social, à partir d’analyses sociologiques et politiques contrastées. Cependant, un tel format ne permet pas d’apprécier totalement les ressorts et les mécanismes de ces révoltes populaires, alimentant un certain sentiment de frustration en fin de lecture, face à des manquements explicatifs quant aux rouages de tels engagements politiques désaffiliés et ordinaires.

Haut de page

Notes

1 Ce mouvement s’est diffusé dans près d’une trentaine de pays, principalement en Europe occidentale et au Moyen-Orient.

2 On songera ici à l’ouvrage de Federico Tarragoni, L’esprit démocratique du populisme. Une nouvelle analyse sociologique, Paris, La Découverte, 2019.

3 Historien spécialisé du monde ouvrier britannique, il envisageait la notion d’économie morale à partir des révoltes ouvrières du xixe siècle afin de dépasser le réductionnisme matérialiste marxiste et d’expliquer ces insurrections par des facteurs sociaux et moraux.

4 Sur les aspects ordinaires de la politique, se référer à : Laurent Le Gall, Michel Offerlé et François Ploux, La politique sans en avoir l’air. Aspects de la politique informelle XIXe-XXIe siècles, Presses Universitaires de Rennes, 2012 et François Buton, Patrick Lehingue, Nicolas Mariot et Sabine Rozier (dir.), L’ordinaire du politique. Enquête sur les rapports profanes au politique, Presses Universitaires du Septentrion, 2016.

5 L’exacerbation récente des violences policières à l’encontre de populations noires aux États-Unis et la mort de George Floyd ont ravivé les luttes menées par le Comité Adama, notamment lors d’un appel à manifestation le 2 juin 2020 devant le Tribunal de Paris.

6 Figure de proue de l’écologie libertaire, il envisage le municipalisme libertaire comme un système politique régi par les principes de la démocratie directe et basé sur la confédération d’assemblées citoyennes locales et autogérées, en substitution au modèle d’État-nation. Cette idéologie a largement été popularisée par le confédéralisme démocratique d’Abdullah Öcalan, leader du Parti des travailleurs du Kurdistan.

7 Concept formulé par Michel Foucault, il définit les hétérotopies comme « [des lieux] qui sont des sortes de contre-emplacements, sortes d’utopies effectivement réalisées dans lesquelles les emplacements réels […] que l’on peut trouver à l’intérieur de la culture sont à la fois représentés, contestés et inversés, des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables » (« Des espaces autres, hétérotopies », Architecture, Mouvements, Continuité, n° 5, p. 46-49, in Dits et Écrits, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1984).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karl Berthelot, « Jean-Paul Gaudillière, Irène Jami, Stéphane Le Lay, Olivier Roueff, Patrick Simon, Julien Talpin (dir.), « Classe ! », Mouvements, n° 100, 2019. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 juillet 2020, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42741 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42741

Haut de page

Rédacteur

Karl Berthelot

Doctorant en sciences sociales à l’EHESS, il travaille sur les cultures populaires de l’écologie et sur les subjectivations politiques des classes populaires au sein d’éco-quartiers en rénovation urbaine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search