Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Olivier Masclet, Thomas Amossé, L...

Olivier Masclet, Thomas Amossé, Lise Bernard, Marie Cartier, Marie-Hélène Lechien, Olivier Schwartz, Yasmine Siblot (dir), Être comme tout le monde. Employées et ouvriers dans la France contemporaine

David Descamps et Agathe Foudi
Être comme tout le monde
Olivier Masclet, Thomas Amossé, Lise Bernard, Marie Cartier, Marie-Hélène Lechien, Olivier Schwartz, Yasmine Siblot (dir.), Être comme tout le monde. Employées et ouvriers dans la France contemporaine, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours & travaux », 2020, 480 p., ISBN : 9791097084066.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Celle-ci s’appuie sur des entretiens approfondis avec les ménages enquêtés ainsi que sur l’observat (...)

1Dirigé par des chercheurs engagés de longue date dans l’étude du populaire, l’ouvrage est le fruit d’une recherche collective menée entre 2014 et 2018 autour des « recompositions sociales et culturelles des mondes ouvriers et employés contemporains » (p. 7). L’objectif poursuivi par ses auteurs est ainsi d’alimenter la connaissance sociologique des classes populaires en interrogeant les effets que les grandes transformations structurelles de la société française produisent sur leur mode de vie et leurs aspirations. Si l’ouvrage s’inscrit dans une tradition de recherche sociologique bien implantée en France, il n’en est pas moins original en ce qu’il participe d’un renouvellement des modalités de l’enquête sur les « classes populaires » et du regard porté sur cet objet. Contrairement à nombre de travaux, les auteurs font en effet le choix de s’intéresser non pas aux fractions les plus précaires de ces classes mais à leurs « fractions médianes » qui, bien qu’elles en soient statistiquement les plus représentatives, restent encore assez méconnues des sociologues (p. 44). Prenant par ailleurs en compte la critique adressée aux enquêtes centrées sur la « personne de référence » et le faible poids qu’elles accordent implicitement aux femmes dans la construction du mode de vie populaire, ils adoptent également une approche « par les ménages » et se sont donc attachés à réaliser leurs analyses en saisissant la position professionnelle de chacun des conjoints (p. 50). Enfin, considérant les ménages étudiés comme les produits sociaux de trajectoires qui disposent de spécificités, les auteurs analysent les pratiques et les représentations de ces « stables-modestes » (p. 10) à partir d’un dispositif méthodologique s’appuyant autant sur l’objectivation statistique – qui permet de dégager les principaux traits et la diversité des fractions médianes des classes populaires –, que sur la construction1 de « monographies fouillées » – qui autorisent quant à elles l’ouverture de « la « boîte noire » des destinées sociales » (p. 85).

  • 2 Les auteurs mobilisent des analyses en composantes multiples et des classifications ascendantes hié (...)
  • 3 Les auteurs retiennent le groupe socio-professionnel des « employées » (majoritairement féminin) et (...)

2L’introduction de l’ouvrage, qui précise d’emblée ces éléments, vise essentiellement à présenter la problématique de la recherche. Partant de l’idée selon laquelle les catégories populaires sont confrontées à une contradiction liée à la précarisation croissante de leurs conditions d’existence et à un désenclavement culturel les enjoignant à « être comme tout le monde » (p. 13), les auteurs précisent qu’ils cherchent à rendre compte de la diversité des manières dont les membres de ces catégories « gèrent » les tensions qui en découlent. Les enjeux de la recherche ayant été dégagés, le premier chapitre fait entrer le lecteur au cœur de la démarche d’enquête. À partir d’un traitement statistique2 des données de l’enquête Emploi de l’Insee, les auteurs en viennent ainsi à faire émerger une « représentation ternaire » (p. 62) de l’espace des classes populaires3 au sein duquel ils objectivent la place des fractions médianes et leurs propriétés typiques. Complémentaires à ce travail d’analyse statistique, les 21 portraits de ménages présentés dans la suite de l’ouvrage visent quant à eux à restituer la pluralité des combinaisons de propriétés par lesquelles la condition populaire de ces « stables-modestes » prend forme.

3Regroupées dans des parties qui constituent autant d’angles d’approche visant à éclairer les styles de vie et aspirations populaires, les monographies de ces ménages sont distribuées suivant qu’elles reflètent de manière saillante tel ou tel trait des fractions étudiées. La première partie cherche ainsi à rendre compte des facteurs susceptibles de conduire les ménages enquêtés à la stabilisation sociale et révèle de ce point de vue une grande hétérogénéité des parcours. Cette stabilité tiendrait en effet à une articulation originale entre « la position occupée sur le marché du travail, la morphologie du ménage et la situation résidentielle » (p. 81) et serait finalement le produit de trajectoires liées au niveau de ressources accumulées dans leur famille, à l’expérience de vie familiale des ménages, à l’âge ou encore à l’appartenance générationnelle de leurs membres.

4La seconde partie de l’ouvrage tente quant à elle de cerner les rapports de genre qui se déploient dans l’espace domestique. Sans occulter la permanence – sous certains traits – d’un rapport populaire aux modèles genrés, les contributions donnent également à voir, sur fond de développement de la bi-activité, l’émergence de pratiques populaires plurielles et hybrides qui reposent entre autres choses sur la participation accrue des hommes au travail domestique et parental et sur le développement, chez les femmes, d’un souci de soi qui s’articule avec le rejet des formes les plus assujettissantes de la division des tâches domestiques.

  • 4 Hoggart Richard, La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970 [1957], p. 118.
  • 5 Collovald Annie, Schwartz Olivier, « Hauts, bas, fragile : sociologies du populaire », Vacarme, n°  (...)
  • 6 Verret Michel, L’Espace ouvrier, Paris, L’Harmattan, 1995 [1979].
  • 7 Castel Robert, L’Insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil, 2003, p. 34.
  • 8 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p.  (...)
  • 9 Ibid., p. 365.

5Dans la troisième partie, enfin, les ménages sont analysés du point de vue de leurs relations avec les membres d’autres classes ou fractions de classes. Par rapport à l’opposition hoggartienne entre « Eux » et « Nous »4 – opposition qui renvoie à une conception binaire de l’espace social propre aux membres des classes populaires –, les auteurs défendent que les fractions médianes contemporaines de ces classes se caractérisent plutôt par une « conscience sociale triangulaire »5 qui les amène (« Nous ») à se distinguer des groupes socialement dominés (« Eux ») et des groupes socialement dominants (« Ils »). L’étude de leurs relations sociales fait par ailleurs ressortir une certaine recomposition des sociabilités populaires. En effet, « le privilège donné à une sociabilité dense au sein de la parenté et dans l’espace de résidence et de travail » (p. 306) tendrait à s’affaiblir au profit d’un « altruisme ordinaire » (p. 311) s’incarnant dans un engagement associatif multiforme qui participe d’un « décloisonnement des sociabilités » (p. 313). Au terme de leur étude, les auteurs forgent alors l’expression de « bonne volonté comme nécessité » (p. 419) pour rendre compte, chez les ménages enquêtés, de l’aspiration sous contrainte à être comme tout le monde. Descripteur général et unificateur des représentations, du mode de vie et des pratiques qui dominent parmi les fractions populaires étudiées, cette expression vise plus précisément à faire la synthèse entre leur assignation sociale à une position dominée et leur inclination à jouer le jeu de l’ordre social. De fait, le travail de « conquête des normes »6 que réalisent bien volontiers leurs membres dans de multiples domaines pour s’inscrire dans une « société de semblables »7 ne peut se confondre ni avec le « choix du nécessaire » populaire8 au regard des aspirations qui le fondent, ni avec la « bonne volonté culturelle » petite-bourgeoise9 en ce qu’il n’est pas particulièrement dirigé vers un objectif d’ascension sociale.

6Finalement, le sentiment qui domine à la lecture de l’ouvrage est d’abord celui d’une grande clarté et d’une forte cohérence dans l’exposition du travail de recherche. Manifestement pensée avec soin, la structure de cet ouvrage est congruente avec la démarche d’enquête des auteurs et confère à l’ensemble une solide capacité démonstrative. La construction des parties 1 à 3, qui fait se succéder la lecture sociologique fournie par les auteurs des portraits et la présentation de ces derniers, offre par ailleurs au lecteur la possibilité de discuter cette lecture depuis sa propre interprétation du matériau employé. Sur le fond, Être comme tout le monde en vient à bousculer certains des lieux communs véhiculés à propos des classes populaires. À l’encontre d’une lecture des relations entre hommes et femmes exclusivement réalisée au prisme de la « domination masculine », les auteurs pointent par exemple la grande diversité des rapports qui se dessinent actuellement (p. 222) et des situations de couples où les membres cherchent solidairement à s’affranchir de la condition subalterne qu’ils partagent (p. 83-84). À l’encontre aussi d’une uniformité présupposée des valeurs qui habitent les membres de ces classes, ils soulignent la grande diversité des « morales » populaires, parmi lesquelles figurent notamment des formes plus ou moins « volontaristes » et plus ou moins « hédonistes » (p. 91). Au-delà, l’ouvrage nous est toutefois surtout apparu remarquable en ce que, s’appuyant sur des concepts et des expressions ayant fait leurs preuves pour analyser et comprendre les pratiques et les styles de vie adoptés par les groupes sociaux – entre autres, la « bonne volonté culturelle » (Pierre Bourdieu), la volonté d’« être comme tout le monde » (Claude Grignon), la « conquête des normes » (Michel Verret) –, les auteurs parviennent à reconstruire une grille de lecture très pertinente des manières de vivre des fractions des classes étudiées et à procéder à une lecture critique du monde social, sans abandonner la moindre rigueur scientifique.

Haut de page

Notes

1 Celle-ci s’appuie sur des entretiens approfondis avec les ménages enquêtés ainsi que sur l’observation de leur cadre matériel et résidentiel d’existence.

2 Les auteurs mobilisent des analyses en composantes multiples et des classifications ascendantes hiérarchiques (p. 62).

3 Les auteurs retiennent le groupe socio-professionnel des « employées » (majoritairement féminin) et celui des « ouvriers » (majoritairement masculin) pour approcher les « classes populaires ».

4 Hoggart Richard, La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970 [1957], p. 118.

5 Collovald Annie, Schwartz Olivier, « Hauts, bas, fragile : sociologies du populaire », Vacarme, n° 37, 2006, p. 50-55, disponible en ligne : https://vacarme.org/article1118.html.

6 Verret Michel, L’Espace ouvrier, Paris, L’Harmattan, 1995 [1979].

7 Castel Robert, L’Insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil, 2003, p. 34.

8 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 434.

9 Ibid., p. 365.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Descamps et Agathe Foudi, « Olivier Masclet, Thomas Amossé, Lise Bernard, Marie Cartier, Marie-Hélène Lechien, Olivier Schwartz, Yasmine Siblot (dir), Être comme tout le monde. Employées et ouvriers dans la France contemporaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42753

Haut de page

Sujet

Stratification sociale

Consommation

Économie

Éducation

Emploi - chômage

Famille

Intégration

Pauvreté - précarité

Réseaux - sociabilité

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search