Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Lynn Hunt, L’histoire. Pourquoi e...

Lynn Hunt, L’histoire. Pourquoi elle nous concerne

Thierry Truel
L'Histoire
Lynn Hunt, L'Histoire. Pourquoi elle nous concerne, Genève, Markus Haller, coll. « Modus vivendi », 2019, 171 p., traduit de l'anglais par Sylvie Kleiman-Lafon, ISBN : 978-2-940427-39-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lynn Hunt est une historienne reconnue de la Révolution française. Elle a publié sa thèse, Revoluti (...)

1Professeure émérite d’histoire contemporaine de l’Université de Pennsylvanie1, Lynn Hunt nous offre un ouvrage lumineux, clair, précis et pertinent sur le rôle et la place de l’histoire de nos jours. Elle n’analyse pas l’histoire seulement du point de vue anglo-saxon mais donne une vision mondialisée de cette préoccupation des hommes à connaitre et utiliser leur passé pour mieux comprendre ou interpréter leur présent. Son ouvrage est composé de quatre chapitres, suivis d’une bibliographie sélective. Ces quatre moments portent respectivement sur les points épistémologiques de l’histoire, sa nécessaire vérité, son rôle de dans la gouvernance nationale et internationale et son avenir. Malgré les constats parfois pessimistes de l’historienne, cet ouvrage est un plaidoyer d’optimisme et d’espoir pour la communauté humaine. Il se veut, en cela, très humaniste.

  • 2 Ce nouveau champ de recherche est même enseigné dans un master en Grande-Bretagne.
  • 3 La rédaction des programmes scolaires et des manuels dans les années 1870 en Grande-Bretagne est la (...)

2L’histoire est d’abord appréhendée comme dynamique de lecture et de compréhension de notre société, laquelle est soumise à d’importantes révisions épistémologiques en fonction des avancées de la recherche actuelle et devient multiforme et multidimensionnelle dans un monde de plus en plus connecté. Sans dire que tout est histoire, Lynn Hunt constate, avec amertume parfois, que la science du passé est instrumentalisée, de façon outrageusement mensongère, par une poignée de populistes et de dictateurs. Il en va ainsi des allégations fallacieuses d’Hitler aux arrangements plus que douteux du président Trump. Le révisionnisme de certains États s’illustre par des ouvrages scolaires qui glorifient la nation en tant qu’unité culturelle et historique. L’avènement de la vulgarisation de la culture auprès du plus grand nombre se lit à travers les arts, les jeux vidéo ou encore le réseau internet. L’intérêt grandissant du public pour les reconstructions historiques ou les séries comme Game of thrones, est défini comme un nouveau champ de recherche universitaire, dénommé « l’histoire publique »2. L’extension des champs de recherche rend nécessaire de reconsidérer la notion de vérité historique. Lynn Hunt en donne une définition éclairante : « La vérité historique est à double niveau : au premier niveau se trouvent les faits et au second, leur analyse. […] Un fait en lui-même ne signifie rien tant qu’il n’est pas un élément d’interprétation qui lui donne un sens, et la force de cette interprétation repose précisément sur sa capacité à donner un sens aux faits » (p. 43-44). C’est pourquoi l’histoire n’est pas une science mais un art littéraire, qui « [a] recours à des techniques scientifiques » (p. 51). Cependant, la recherche de la vérité historique suscite aussi beaucoup de controverses et de débats entre historiens. Lynn Hunt discute la question des interprétations de l’histoire : « la fadeur n’a rien à voir avec la vérité » (p. 55) ; elle souligne qu’« [une] interprétation ne saurait jamais s’appuyer uniquement sur les faits qui la confortent, elle doit pouvoir résister aux éventuels arguments contraires » (p. 57). L’histoire appartient au domaine public : toute la société se sent concernée par l’étude du passé. Depuis le XIXe siècle, son écriture est double puisqu’il existe une histoire pour les élites et une pour le peuple3. Cependant, les revendications sociales d’égalité deviennent de plus en plus pressantes. L’arrivée des classes moyennes et des minorités ethniques dans le monde universitaire provoque l’intérêt du public pour les subaltern studies et pour les dominés, reconnus au rang d’acteurs de l’histoire. Citoyenne américaine, l’auteure analyse l’évolution des Afro-américains dans les structures universitaires du Nouveau Monde (p. 94-96). Dans un monde globalisé, la multi-identité de l’individu fait de chaque personne un citoyen national en même temps qu’un citoyen du monde, comme l’illustre le propre parcours de l’auteure (p. 114-115). Cette dernière reconnait que son questionnement initial était fondé sur son histoire personnel (elle a eu un grand-père d’origine allemande) mais qu’elle a su s’en affranchir pour trouver, dans l’étude de la Révolution française, sa principale source d’interrogations en tant qu’historienne.

3Lynn Hunt évoque aussi l’effet « monumentalisation » de l’histoire, c’est-à-dire une appropriation collective de l’étude du passé qui se traduit par sa valorisation et sa symbolisation dans notre société mondialisée. La destruction des ruines de Palmyre par les islamistes tout comme celle des châteaux par les révolutionnaires pendant l’été 1789 suscitent une même émotion qui exprime une forme d’attachement au passé tel qu’il est écrit dans les manuels scolaires, qui participe à une sorte de « patrimonialisation » de l’histoire.

  • 4 Les travaux des historiens sont nombreux depuis les années 1970 sur cette question de la mémorialis (...)
  • 5 Lynn Hunt poursuit la réflexion engagée depuis une dizaine d’années sur la question de l’altérité e (...)

4Un autre processus qui se développe en parallèle de la « monumentalisation » est celui de la « mémorialisation » de l’histoire nationale4. Pour l’auteure, cette mémorialisation est l’expression d’un eurocentrisme trop prononcé. Elle plaide, comme le fait en France depuis quelques années Patrick Boucheron, pour une histoire globalisée, soucieuse de montrer l’autre comme acteur agissant de l’histoire. Elle dénonce même la « myopie » de l’Occident qui ne veut pas accepter que d’autres civilisations ont pu contribuer au progrès de l’humanité (p. 75)5.

5La tension entre les partisans d’une histoire nationale, voire nationaliste, et ceux d’une histoire mondialisée, globalisée, porteuse du multiculturalisme universel, rend nécessaire l’action de l’Heirnet (p. 107-108), association internationale pour l’enseignement de l’histoire qui milite pour l’édification d’une citoyenneté universelle.

  • 6 Voir Lynn Hunt, Revolution…, op.cit.

6Reconnaissant que sa thèse ne portait que sur quelques années de l’expérience révolutionnaire française (p. 131)6, Lynn Hunt reprend l’analyse hégélienne du progrès historique, soulignant la perception téléologique de la discipline par le philosophe allemand pour bien mettre en évidence la controverse dix-neuvièmiste : « Une histoire qui ne serait pas téléologique, c’est-à-dire une histoire sans dynamique interne, aurait-elle un intérêt ? » (p. 121), l’évolution du rapport au temps et la mondialisation remettent en cause la théorie hégélienne. Il existe, pour Lynn Hunt, des tensions dans l’écriture historique à différentes échelles : « entre le local et le mondial, entre notre histoire personnelle et celle des autres, entre l’histoire comme discipline universitaire et l’histoire populaire, et même entre le passé et l’avenir » (p. 130). Elle développe ces trois dimensions (locale, nationale, internationale) et conclut à la nécessité d’un certain présentisme, qui revient à « juger le passé à l’aune de nos valeurs » (p. 139). L’ouverture mondiale est liée à l’avènement du numérique, qui ouvre d’autres champs des possibles.

  • 7 Les actes des colloques 2009, « Un seul monde, une seule école ? Les modèles scolaires à l'épreuve (...)
  • 8 Patricia Legris, « L’histoire scolaire en France, Les évolutions d’une discipline en tensions », Re (...)

7On apprécie à la lecture de cet ouvrage la franchise et l’engagement de son auteure, surtout lorsqu’elle reconnait qu’elle a écrit l’histoire à l’occidentale, ne prenant pas assez de recul pour comprendre le monde actuel dans sa complexité et son extrême hétérogénéité. Lynn Hunt, en revenant sur son parcours de chercheuse, montre combien il est difficile pour ceux et celles qui désirent écrire l’histoire de se détacher de leur contexte socio-culturel. Un autre intérêt de l’ouvrage tient aux développements sur l’histoire enseignée, qui ne viennent que renforcer ce que nous savons déjà sur l’importance politique et culturelle du savoir scolaire. La lecture de cet ouvrage incite à relire les synthèses des colloques de 2009 ou de 2014 sur les modèles scolaires à l’heure de la mondialisation7 et celles de Patricia Legris, Annie Feyfant et de Laurence De Cock, en ce qui concerne l’hexagone, pour mieux comprendre les controverses et les débats que l’écriture de l’histoire scolaire suscite8.

Haut de page

Notes

1 Lynn Hunt est une historienne reconnue de la Révolution française. Elle a publié sa thèse, Revolution and Urban Politics in Provincial France. Troyes and Reims, 1786-1790, Stanford University Press, 1978, et a poursuivi sa réflexion par Politics, Culture and Class in the French Revolution, University of California Press, 1984, et par The Family Romance of the French Revolution, University of California Press, 1992 (version française : Le roman familial de la Révolution française,1995). Son apport à la science historique a été synthétisé dans : Laura Lee Downs, « Lynn Hunt, de la Révolution française à la révolution féministe », Travail, genre et sociétés, vol. 10, n° 2, 2003, p. 5-26, disponible en ligne : https://www.cairn.info/publications-de-Laura%20Lee-Downs--31839.htm.

2 Ce nouveau champ de recherche est même enseigné dans un master en Grande-Bretagne.

3 La rédaction des programmes scolaires et des manuels dans les années 1870 en Grande-Bretagne est la preuve de cette dichotomie de l’écriture de l’histoire.

4 Les travaux des historiens sont nombreux depuis les années 1970 sur cette question de la mémorialisation des évènements, des lieux et des personnes. Le premier à évoquer ce processus est Georges Duby, Le dimanche de Bouvines, Paris, Gallimard, 1973. Il est suivi des publications dirigées par Pierre Nora sur les lieux de mémoire, de 1984 à 1992. Enfin, il ne faut pas oublier toute l’œuvre de Suzanne Citron et notamment son ouvrage Le mythe national, Éditions ouvrières, 2017 [1987], qui contribue à analyser ce processus mémoriel.

5 Lynn Hunt poursuit la réflexion engagée depuis une dizaine d’années sur la question de l’altérité en histoire. Pour une synthèse, voir Éric Bailblé, « La notion d’altérité dans l’histoire de France », Synergies Pologne, n° 7, 2010, p. 27-40.

6 Voir Lynn Hunt, Revolution…, op.cit.

7 Les actes des colloques 2009, « Un seul monde, une seule école ? Les modèles scolaires à l'épreuve de la mondialisation », et de 2014, « L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ? », publiés par la Revue internationale d’Education de Sèvres, sont consultables aux adresses suivantes : https://journals.openedition.org/ries/5546 et https://journals.openedition.org/ries/3710.

8 Patricia Legris, « L’histoire scolaire en France, Les évolutions d’une discipline en tensions », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 69, septembre 2015, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/ries/4447. Annie Feyfant, « Les enjeux de la construction d’une histoire scolaire commune », Dossier de veille de l’Ifé, n° 109, mars 2016, en ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA-Veille/109-mars-2016.pdf. Laurence De Cock, « L’histoire scolaire, une matière indisciplinée », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 70, n° 1, 2015, p. 179-189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Truel, « Lynn Hunt, L’histoire. Pourquoi elle nous concerne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42777 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42777

Haut de page

Rédacteur

Thierry Truel

Docteur en histoire contemporaine, formateur à l’INSPE de Bordeaux, responsable pédagogique du site de la Gironde pour le 1er degré. Ses recherches portent sur l’histoire politique de la Troisième République et sur son enseignement. Il s’intéresse aussi à l’utilisation de l’image dans l’enseignement de l’histoire, et particulièrement à l’étude de la bande dessinée.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search