Navigation – Plan du site

Elisabeth Bautier, Basil Bernstein, Pierre Bourdieu, Marie-Françcoise Grospiron, Les sociologues, l'école et la transmission des savoirs

Rachel Gasparini
Les sociologues, l'école et la transmission des savoirs
Jérôme Deauvieau, Jean-Pierre Terrail (dir.), Les sociologues, l'école et la transmission des savoirs, La Dispute, coll. « L'enjeu scolaire », 2007, 329 p., EAN : 9782843031380.
Haut de page

Texte intégral

1Cet excellent ouvrage présente un panel choisi de textes dans le champ de la sociologie de la transmission des savoirs, dimension présentée d'emblée comme le « parent pauvre de la sociologie de l'éducation ». On appréciera de retrouver là des textes anciens, classiques, mais aussi plus récents dans un recensement qui ne se prétend pas exhaustif et qui est en tout cas très problématisé, réfléchi, au-delà d'un simple recueil de contributions renommées. Le livre est structuré en trois parties : 1°) « La société, les savoirs scolaires et leur transmission » avec des textes de Bourdieu, Young, Lahire et Bernstein dont la perspective interroge les liens entre la société et l'école à travers la question des savoirs scolaires. 2°) « La différenciation du curriculum. Modalités, significations et conséquences » avec des textes de Tanguy, Keddie, Isambert-Jamati, Bautier & Rochex qui posent la question de la différenciation concernant les filières, les classes de niveau et des établissements, les pratiques enseignantes et les postures d'apprentissage. La 3ème partie de l'ouvrage est remarquable puisque chaque contribution est contextualisée dans le cheminement conceptuel de son auteur, l'époque à laquelle il l'a rédigée (par ex. la démocratisation de l'enseignement secondaire dans les pays occidentaux), la configuration scolaire spécifique à l'étude concernée (par exemple la Grande Bretagne avec les Infant Schools décrites par Bernstein). Les notices comportent également une critique des théories et des analyses présentées, mises en perspectives avec d'autres contributions présentées dans le même livre ou avec une ouverture sur des réflexions extérieures à l'ouvrage (par exemple Chervel, Forquin, Terrail...). Le livre ne cherche ainsi pas une harmonisation artificielle entre des auteurs, mais retrace autour d'un fil conducteur commun, les points de tension et de ressemblances, les différences de point de vue adoptés. Enfin chaque présentation souligne la pertinence actuelle du texte, avec des pistes de réflexion concernant les conséquences pratiques dans l'enseignement.

2La « transmission des savoirs » est définie comme l'entrée dans la culture écrite et l'apprentissage des savoirs formalisés, scientifiques et culturels développés au sein de l'école. Elle est préférée à l'expression « transmission des connaissances » qui désigne un processus plus large et informel. La sociologie de l'éducation française s'est intéressée dès ses débuts à la transmission des savoirs, par l'intermédiaire de Durkheim et de sa contribution « L'évolution pédagogique en France », qui reste une référence essentielle. Pourtant, les recherches sur la détermination des contenus d'enseignement, les pratiques pédagogiques des enseignants, les activités d'apprentissage se sont finalement peu développées en sociologie de l'éducation. Ceci est dommageable, car la compréhension des processus impliqués dans la transmission des savoirs est essentielle aux questions traitées par la sociologie de l'éducation comme par exemple les inégalités sociales, mais aussi l'ordre scolaire (la capacité à le faire respecter dépend étroitement de la conduite des apprentissages, de l'efficacité des échanges cognitifs). Une telle interrogation oblige à entrer dans l'analyse du concret des activités cognitives, ce qui ne peut manquer d'empiéter sur un terrain déjà fort occupé par d'autres spécialistes (psychopédagogues, psycholinguistes, spécialistes des disciplines, didacticiens...) : peut-on ainsi expliquer les réticences des sociologues à emprunter une voie qui n'apparaît pas distinctement comme spécifique à leur domaine et qui peut paraître concurrente aux yeux des chercheurs d'autres disciplines ?

3Au total, cet ouvrage montre combien la sociologie de l'éducation gagne à s'intéresser à l'analyse de la transmission des savoirs. Au terme de sa lecture, il s'ouvre des perspectives de recherche très riches à partir de ces textes déjà datés, mais dont les problématiques sont discutées et mises en valeur. On comprend là également toute la difficulté de cette approche sociologique, qui risque de rencontrer les résistances d'une partie des spécialistes de la cognition, mais qui également suppose des connaissances précises de la discipline enseignée et des approches exigeantes du terrain avec une présence prolongée dans les classes pour comprendre les pratiques enseignantes et leurs effets sur les élèves. Pourrait-on suggérer aux auteurs d'envisager la publication d'un deuxième ouvrage prolongeant ce premier livre très stimulant, présentant cette fois des travaux récents concernant la sociologie de la transmission des savoirs ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Gasparini, « Elisabeth Bautier, Basil Bernstein, Pierre Bourdieu, Marie-Françcoise Grospiron, Les sociologues, l'école et la transmission des savoirs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 08 juillet 2007, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/428

Haut de page

Rédacteur

Rachel Gasparini

Maître de conférences en sociologie, Université Lyon 1 et membre du Centre Max Weber

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page