Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Ludivine Bantigny, « La plus bell...

Ludivine Bantigny, « La plus belle avenue du monde ». Une histoire sociale et politique des Champs-Élysées

Jordan Gamaire
"La plus belle avenue du monde"
Ludivine Bantigny, "La plus belle avenue du monde". Une histoire sociale et politique des Champs-Elysées, Paris, La Découverte, 2020, 286 p., ISBN : 978-2-348-05457-0.
Haut de page

Texte intégral

1Ils n’étaient qu’une étendue marécageuse à la périphérie de Paris il y a trois siècles et demi, mais sont désormais un symbole national connu dans le monde entier. Comment la force symbolique des Champs-Élysées s’est-elle développée depuis leurs premiers aménagements ? Au long des dix chapitres qui composent cet ouvrage, l’historienne Ludivine Bantigny raconte l’histoire sociale et politique de l’avenue. Son travail s’inscrit dans le courant de la socio-histoire, ce qui explique l’utilisation d’outils habituellement exploités par les sociologues, en complément des analyses historiques de sources écrites et iconographiques, pour appréhender la situation actuelle du lieu à la lumière du passé. Elle consacre les premiers chapitres à la construction du lieu et de son mythe, au fil des guerres et des révolutions. Elle se concentre ensuite sur deux monuments emblématiques des Champs, l’Arc de Triomphe et le Fouquet’s, pour enfin décrire la réalité actuelle du lieu, le luxe, la spéculation immobilière, l’envers du décor, et les récentes révoltes populaires.

2Les cinq premiers chapitres sont consacrés à l’histoire des Champs-Élysées. Le quartier, boueux, sujet aux inondations, ne gagne en attrait que durant la seconde moitié du XVIIIème siècle, après d’importants aménagements. Ses boutiques et divertissements en font un lieu de brassage social. Pendant la période révolutionnaire, il devient un lieu central : le peuple emprunte ce chemin pour aller déloger la famille royale de Versailles en octobre 1789, et la fête de la Fédération y démarre le 14 juillet 1790. En 1791, le roi, plus tôt arrêté à Varennes, y passe dans un lourd silence, qui contraste avec les illuminations – de mise pour célébrer la proclamation de la Constitution – installées en septembre de la même année. Napoléon y défile pour son mariage en 1810, et quatre ans après, les occupants y passent leurs troupes en revue. Quelques décennies plus tard, sous le Second Empire, débute un processus toujours en cours aujourd’hui : « les Champs-Élysées s’imposent en lieu mondain où s’installent le grand commerce, la finance et l’industrie » (p. 57). Les loyers s’y envolent. Au début de la IIIème République, les notables y migrent, fuyant le centre populaire de Paris. Le XIXème siècle voit les Champs-Élysées s’imposer comme un lieu politique, de démonstration de pouvoir et de puissance, théâtre d’événements marquants sous tous les régimes qui se succèdent. 

3Au XXème siècle, l’avenue demeure un lieu symbolique. Mais elle reste aussi un lieu de conflit politique : c’est de là que part la manifestation organisée par la droite et l’extrême-droite le 6 février 1934, et les organisations de gauche du Rassemblement populaire y défileront ensuite avec les anciens combattants pour les célébrations du 11 novembre. Pour marquer sa victoire, Adolf Hitler y marche le 23 juin 1940, cinq ans avant que celle des Alliés ne soit annoncée à l’Arc de Triomphe. Après-guerre, c’est là qu’a lieu le massacre des manifestants algériens en 1961, ou que les soutiens du général de Gaulle se réunissent le 30 mai 1968, en réponse aux manifestations étudiantes et ouvrières. Dans ces chapitres, l’auteure décrit un triple processus de construction des Champs : comme symbole national, comme lieu de revendication, d’actions et de conflits politiques, et comme espace d’attractivité, tant pour les classes supérieures que pour les acteurs commerciaux. C’est la prolongation de ces processus et leurs conséquences actuelles qui seront développées dans les trois derniers chapitres de l’ouvrage.

4Après ces récits historiques généraux, l’auteure se focalise sur l’histoire de l’Arc de Triomphe, et sur celle du Fouquet’s. L’Arc est un monument à la gloire de l’Empire, dont la construction fut décrétée par Napoléon. Débutée en 1806, elle ne s’achèvera finalement que trente ans plus tard, et l’Arc ne sera que peu exploité jusqu’à la Première Guerre mondiale. Au XXème siècle, il devient un symbole national à part entière. Il est un lieu de célébration des victoires nationales, notamment sportives, mais aussi un lieu d’actions militantes, que ce soit pour le Mouvement de Libération des Femmes, l’association Act-Up, les salariés de Renault-Vilvorde, ou plus récemment, les Gilets jaunes. Le Fouquet’s est, lui aussi, parfois considéré comme un symbole national. Modeste café à son ouverture en 1899, l’établissement entre au guide Michelin en 1920, et finit par y obtenir trois étoiles. L’auteure analyse la construction de la solide réputation de l’établissement au fil du XXème siècle, jusqu’à son dépôt de bilan en 1996, après un scandale sanitaire. Elle explique ensuite comment, malgré les efforts du groupe Barrière pour lui redonner ses lettres de noblesse, son image fut récemment à nouveau entachée, particulièrement suite à la soirée organisée par le président Nicolas Sarkozy après son élection en 2007. Le restaurant est alors devenu le symbole du « bling-bling », et « renvoie à un univers rejeté, détesté (p. 191), univers qui est indirectement pris pour cible quand le Fouquet’s est attaqué par les manifestants en 2019. 

5Les trois derniers chapitres sont consacrés au temps présent, et le travail de Ludivine Bantigny y est davantage sociologique, s’appuyant pour partie sur des entretiens avec des travailleuses et travailleurs des Champs. Elle y montre la poursuite du processus de politisation du lieu, et la lutte de certains acteurs, comme le syndicat d’initiative et de défense des Champs-Élysées, pour sauvegarder son caractère exceptionnel. Pour cela, il faut éviter que des commerces pratiquant des prix trop modérés ne s’installent. Si des enseignes se voient refuser leur installation pour cette raison, d’autres sont contraintes par les coûts exorbitants, et en augmentation constante, des loyers. Aujourd’hui, seuls des groupes à la fortune bien établie peuvent s’installer sur les Champs, devenus un « espace exacerbé de la surconsommation et de la spéculation » (p. 214). Dans cette situation, il est demandé aux salariés d’être exagérément flexibles et serviables pour satisfaire la clientèle. Ici, l’auteure s’affaire à nuancer l’image idyllique de l’avenue souvent dépeinte, après une enquête de terrain donnant la parole à ces salariés. Ceux-ci témoignent dans les entretiens de conditions de travail particulièrement difficiles. Les kiosquiers se sentent contraints d’ouvrir le dimanche, les femmes de chambres se considèrent comme des domestiques, des « chasseurs » doivent satisfaire les demandes parfois délirantes des riches clients des hôtels, et les hôtesses d’accueil sont invisibilisées. Les Champs-Élysées peuvent alors devenir le théâtre de longues luttes entre les syndicats et les employeurs, devant la justice ou dans la rue. Le dernier chapitre porte sur la révolte populaire des Gilets jaunes et leur appropriation des Champs. Le mouvement vise les lieux de pouvoir, et ainsi se retrouve vite sur l’avenue, dès le premier jour de mobilisation, le 17 novembre 2018. « On envahit les Champs comme on reprendrait la Bastille » (p. 250), et ceux-ci deviennent alors de nouveau un espace d’affrontements. Les militants les plus pacifistes se surprennent à devenir violents pour répondre à « la pression offensive exercée par les forces de l’ordre » (p. 251). Si les médias et l’exécutif mettent en avant la violence physique des casseurs, les Gilets jaunes veulent la confronter à la violence symbolique qui s’exprime quotidiennement, tant dans la distance sociale que dans le chantage à l’emploi ou la souffrance au travail. Ce mouvement a vu se dessiner des convergences, avec les travailleuses et travailleurs, les étudiantes et étudiants, ou les écologistes, comme ceux d’Extinction Rébellion, qui ont réussi à hisser leur drapeau au sommet de l’Arc de Triomphe. 

6Dans cet ouvrage, l’auteure parvient, au moyen à la fois d’un travail historique et sociologique, à faire le lien entre une histoire de l’avenue, lieu de brassage, de conflits, d’affrontements, de dominations, de démonstration de pouvoir, de spéculation, de frasques, et la réalité actuelle, loin de la description magique et paradisiaque qui en est souvent faite. Sans se contenter du récit linéaire d’événements prenant place sur l’avenue, elle décrit les dynamiques sociales à chaque étape de la construction de la réputation et du mythe des Champs, les acteurs en présence et les configurations dans lesquels ils s’inscrivent. Si l’on aurait pu s’attendre, quelques mois après les révoltes des Gilets jaunes, à un livre les utilisant comme fil rouge, ou en faisant, à minima, un point central, ce n’est pas le cas. Le dernier chapitre apparaît enfin comme la restitution d’un travail de recherche qui arrive à point nommé, et dont l’auteure profite pour apporter un éclairage historique et sociologique précieux sur les événements de ces derniers mois. L’on y apprend, contrairement à certaines prénotions diffusées par les commentateurs ou les spectateurs profanes de ces événements, que ce n’est pas la première fois que les Champs-Élysées deviennent un lieu de revendication, et d’affrontements violents entre les manifestants et les forces de l’ordre, ou encore que l’Arc de Triomphe est historiquement davantage un symbole impérial qu’un symbole républicain. Ludivine Bantigny nous donne là un exemple de l’utilité des sciences sociales dans la compréhension et l’appréhension de l’actualité, en nous donnant des clés nécessaires au développement d’un regard critique sur les événements qui prennent et ont pris place sur l’avenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jordan Gamaire, « Ludivine Bantigny, « La plus belle avenue du monde ». Une histoire sociale et politique des Champs-Élysées », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 juillet 2020, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42811 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42811

Haut de page

Rédacteur

Jordan Gamaire

Étudiant en master de Sociologie à l’Université de Limoges, et en master de Science Politique à l’Université Gustave Eiffel.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search