Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Patrick Awondo, Le sexe et ses do...

Patrick Awondo, Le sexe et ses doubles. (Homo)sexualités en postcolonie

Romain Talvas
Le sexe et ses doubles
Patrick Awondo, Le sexe et ses doubles. (Homo)sexualités en postcolonie, Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, espaces, temps », 2019, 248 p., EAN : 9791036200977.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon le glossaire en fin d’ouvrage « désigne autant les pratiques homosexuelles masculines que les (...)
  • 2 Selon le même glossaire, « filles ayant des pratiques homosexuelles » (p. 243).

1À partir de la « question homosexuelle » au Cameroun (p. 17), et plus largement en Afrique, Patrick Awondo développe une analyse méticuleuse des enjeux sociologiques et politiques des mobilisations et contre-mobilisations qui entourent la visibilisation récente des personnes homosexuelles. L’auteur livre un travail qui s’appuie sur une enquête ethnographique menée auprès de nkoandengué1 et de mvoë2 camerounais, d’acteurs associatifs, ainsi que sur un examen minutieux de la production journalistique camerounaise et internationale qui a suivi notamment « l’affaire des listes des homosexuels » survenue en 2006. Il s’agit d’une série d’évènements médiatiques et politiques qui s’est cristallisée autour de la délation via certains journaux de personnalités publiques supposées homosexuelles.

  • 3 Hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes [HSH, en français]
  • 4 Femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes [FSF, en français]
  • 5 L’ouvrage entre particulièrement en dialogue avec des travaux menés en Afrique du Sud et au Sénégal

2Patrick Awondo est investi dans des réseaux nationaux et internationaux de défense des droits des MSM (men who have sex with men)3 et des WSW (women who have sex with women)4. De cette situation, il déroule une réflexion indispensable au démêlement des tenants et aboutissants multiples de cette « surpolitisation de l’homosexualité et a fortiori des enjeux de genre et d’identité sexuelle » au Cameroun et au-delà (p. 17). L’ouvrage se situe au carrefour des études sur le VIH/Sida en Afrique, des postcolonial studies, des études sur la gouvernementalité des organisations internationales, de recherches menées sur les homosexualités en Afrique (précoloniale et jusqu’à aujourd’hui) et enfin sur l’homosexualité qui surgit depuis plusieurs années comme thématique à part entière dans les discours politiques au sein de plusieurs pays africains5.

3La nouvelle visibilité publique des personnes nkoandengué et mvoë, représentées par des porte-paroles issus d’associations nationales a entraîné (au Cameroun et sous d’autres latitudes africaines) un accroissement des rhétoriques politiques et religieuses qui dénoncent les comportements homosexuels. Ces derniers sont perçus comme caractéristiques d’une élite politique corrompue, aux mœurs viciées, dangereux pour le devenir de la jeunesse et son éducation. Ces discours veulent « [montrer] que l’homosexualité des “élites” met en danger les “ jeunes”, c’est dire que l’avenir est hypothéqué, [et] c’est le futur de la nation qui est par homologie mis en péril » (p. 87). Cette appréhension de l’homosexualité compte une dimension occulte qui tirerait ses origines d’une conception ancienne associant homosexualité et possession : l’homosexualité y est perçue comme la survenue d’un double de la personne, de sexe opposé, qui cherche à obtenir satisfaction par le biais de la personne possédée. Plus encore, l’auteur puise dans la littérature ethnographique sur les rites de possession pour avancer que « l’occulte (secret, cercle ésotérique, sorcellerie, etc.) est une reprise “moderne” du monde “parallèle” [celui en jeu dans la possession] et une recomposition du nœud entre pouvoir, (homo)sexualité et invisibilité par lequel une partie de la population tente d’interpeller le politique et les bouleversements sociaux » (p. 103).

  • 6 S. O. Murray, W. Roscoe (dir.), Boy-Wives and Female Husbands: Studies in African Homosexualities, (...)
  • 7 Associations françaises qui ont respectivement vu le jour en 1984 et 1994. Elles financent et mènen (...)

4Mais sur fond de ces processus de dénonciation, portés par des « acteurs moraux » (des clercs, des étudiants, appuyés par une partie de la société civile) dont l’argumentaire a pu être relayé par des journaux, resurgit un procès postcolonial qui dénonce l’imposition d’une politique étrangère en matière d’égalité sexuelle et de genre venue des anciens pays coloniaux. Cela fait écho à l’hypothèse de l’« Afrique hétérosexuelle », qui affirme que la présence de sujets homosexuels en Afrique est liée à la colonisation, cette dernière ayant causé l’apparition des premiers. Cette hypothèse est à rebours de toute une littérature en sciences sociales, qui montre au contraire « la longue histoire » des pratiques entre personnes de même sexe en Afrique6. En effet, les associations de défense des MSM et WSW dont les luttes sont souvent indexées sur le droit à la santé et la lutte contre le VIH/Sida à destination des minorités sexuelles (par exemple, AIDES, Sidaction7), et auxquelles sont liées les associations locales camerounaises, sont perçues comme des « personnes qui mettent en place un “agenda gay international” » (p. 26).

  • 8 En janvier 2006, trois journaux camerounais publient des listes de « grands noms » suspectés d’être (...)

5L’homosexualité devient ainsi un objet de débats qui permet à des individus de se positionner dans le champ politique ou religieux, de croiser le fer avec des acteurs concurrents ou de reprendre place dans le débat public. Éminente personnalité religieuse, l’archevêque catholique de Yaoundé, lors d’une homélie donnée à l’occasion de la fête de Noël 2005, évoque « l’invasion homosexuelle » (p. 171) qui menace son pays. Il en profite pour interpeler les autorités publiques et alerter sur la mise en péril du devenir de la famille et de la nation. Il s’oppose durant cette période à un cardinal populaire de Douala, autre chef de file religieux, qui organisera en juillet 2009 une « marche contre l’“avortement et l’homosexualité” » (p. 165). Une autre frange de la société civile, un groupe d’étudiants militants,« exclus des universités d’État et privés du débat public » (p. 91) à la suite de mobilisations un an avant « l’affaire des listes »8, publie au premier trimestre 2006 un « Mémorandum contre l’homosexualité », qui leur permet de retrouver une présence médiatique et politique.

  • 9 Pays pionnier à l’échelle du continent africain en matière de défense des minorités sexuelles, en f (...)
  • 10 Selon l’auteur, « AMSHeR trouve ainsi ses racines dans la tension postcoloniale au cœur de laquelle (...)

6Ces tensions postcoloniales qui structurent les mobilisations contre les droits des minorités sexuelles se retrouvent également au sein des associations locales. Celles-ci échangent, travaillent et sont parfois financées par des organisations internationales, ayant par exemple leur siège en France ou en Angleterre – en lien avec les histoires coloniales respectives de ces pays européens. Et c’est d’ailleurs en raison de ces rapports avec ces organisations que les associations locales sont perçues à l’échelle nationale comme des « détaillants de l’impérialisme culturel » (p. 151). En outre, les méthodes employées par ces organisations internationales ne rencontrent pas toujours l’adhésion des associations locales, qui dénoncent leur négligence des spécificités des situations africaines, de leurs réalités sociales, politiques, voire leur potentielle dangerosité pour les personnes issues des minorités sexuelles elles-mêmes. Ces lacunes sur les plans stratégique et pratique, et les tensions ainsi générées, ont entraîné le désengagement d’associations locales tant au Cameroun que dans d’autres pays africains. Certaines d’entre elles se sont alors rapprochées d’autres organisations africaines ou panafricaines comme l’African Men for Sexual Health and Rights (AMSHeR) localisée en Afrique du Sud9, et qui ont augmenté leur capacité d’action et leur présence politique ces dernières années10. Une confusion persiste entre « arguments et actions de solidarité internationale » et « manœuvres d’ingérence étrangère » (p. 177), qui explique les prises de position d’associations locales et leur volonté de trouver des alliés en dehors des grandes organisations internationales ayant leur siège en Europe.

7Dans un dernier chapitre, « Quête identitaire et internationalisation du marché homosexuel », Patrick Awondo présente le parcours de vie et la situation socio-économique d’homosexuels camerounais qui ont quitté leur pays pour la France. L’auteur revient sur les usages d’Internet par ces personnes migrantes, qui leur ont permis de s’associer à des identités « gay » via l’accès à des contenus, à des forums ou sites de rencontre. Mais les parcours migratoires de camerounais (et d’africains d’autres nationalités) génèrent aussi en France des situations psychologiques, sociales et économiques complexes. Souvent en contact avec des hommes français avant de quitter le pays, ces personnes font face en France à des façons de vivre et de penser « gay » auxquelles elles ne s’identifient pas. Des tensions surviennent au sein des couples qui se forment alors. Ces problèmes se fixent notamment autour de l’exotisation de l’autre et de la dépendance de la personne nouvellement arrivée en France vis-à-vis de son partenaire ou conjoint. Il faut noter que, généralement, les Français qui s’engagent dans ce type de relation (la plupart en situation professionnelle et économique stable) sont des hommes plus âgés, en marge du marché sexuel et sentimental homosexuel et sont donc en relative difficulté pour faire des rencontres. L’accumulation des dominations de race et de classe, qui s’immiscent dès le départ de ces relations, occasionneraient des « inégalités intersectionnelles » (p. 211).

  • 11 Voir, entre autres, les travaux de Jon Binnie, The Globalization of Sexuality, Londres, Thousan Oak (...)
  • 12 Patrick Awondo, « Trajectoires homosexuelles et migration transnationale : expériences de Camerouna (...)

8L’ouvrage de Patrick Awondo permettra, finalement, au lecteur non-spécialiste de prendre ses repères avec une introduction conséquente et synthétique (p. 17-57), qui présente la « politisation du genre et de l’homosexualité » en contexte postcolonial africain (p. 24). Le chapitre consacré à l’articulation entre « [o]cculte, pouvoir et homosexualité », centré sur le groupe ethnique Beti et sa conception de l’homosexualité, notamment dans le cadre de rituels, aurait été davantage étayé par un dialogue plus serré avec la littérature anthropologique, classique ou plus récente, sur le sujet. Seulement esquissé, le travail d’historicisation et de décentrement vis-à-vis de la « question homosexuelle », étudiée essentiellement en contexte urbain, s’en serait trouvé renforcé. Le dernier chapitre, à propos des homosexuels migrants, autonome par rapport à l’ensemble du livre, aurait pu faire l’objet d’un traitement plus approfondi, s’inscrivant dans un champ de recherches spécifique11. Il a le mérite, néanmoins, de concentrer les résultats d’autres travaux de l’auteur sur les parcours de vie ces personnes12.

Haut de page

Notes

1 Selon le glossaire en fin d’ouvrage « désigne autant les pratiques homosexuelles masculines que les personnes qui s’engagent dans les milieux de Yaoundé et Douala » (p. 243).

2 Selon le même glossaire, « filles ayant des pratiques homosexuelles » (p. 243).

3 Hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes [HSH, en français]

4 Femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes [FSF, en français]

5 L’ouvrage entre particulièrement en dialogue avec des travaux menés en Afrique du Sud et au Sénégal.

6 S. O. Murray, W. Roscoe (dir.), Boy-Wives and Female Husbands: Studies in African Homosexualities, New-York, Palgrave, 1998, M. Epprecht, Sexuality and Social Justice in Africa. Rethinking Homophobia and Forging Resistance, Londres et New-York, Zedbooks, 2013.

7 Associations françaises qui ont respectivement vu le jour en 1984 et 1994. Elles financent et mènent des actions à l’échelle internationale.

8 En janvier 2006, trois journaux camerounais publient des listes de « grands noms » suspectés d’être homosexuels.

9 Pays pionnier à l’échelle du continent africain en matière de défense des minorités sexuelles, en faveur desquelles il a légiféré dès 1996.

10 Selon l’auteur, « AMSHeR trouve ainsi ses racines dans la tension postcoloniale au cœur de laquelle la quête d’autonomie des associations locales par rapport au réseau francophone croise des opportunités anglo-saxonnes longtemps réservées aux seules anciennes coloniales britanniques. » (p. 186).

11 Voir, entre autres, les travaux de Jon Binnie, The Globalization of Sexuality, Londres, Thousan Oaks et New Delhi, Sage Publications, 2004 ; Éric Fassin, « National Identities and Transnational Intimacies: Sexual Democracy and the Politics of Immigration in Europe », Public Culture, vol. 22, n°3, p. 507-529 ; Joane Nagel, Race, Ethnicity and Sexuality: Intimate Intersections and Forbidden Frontiers, New York, Oxford University Press, 2003.

12 Patrick Awondo, « Trajectoires homosexuelles et migration transnationale : expériences de Camerounais en couple avec des Français à Paris », Diasporas, 15, 2010, p. 37-51, Patrick Awondo et Fred Eboko, « Homo-mobilités du Cameroun vers la France », Africultures, n°96, 2013, p. 188-201

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Talvas, « Patrick Awondo, Le sexe et ses doubles. (Homo)sexualités en postcolonie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 juillet 2020, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42886 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42886

Haut de page

Rédacteur

Romain Talvas

Chargé de projet inclusion et développement local en région parisienne, Romain Talvas est lié à la littérature scientifique et militante qui traite de l’articulation entre sexualité, genre et politique. Il projette de reprendre le chemin de la recherche.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search