Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Yvette Delsaut, Carnets de socioa...

Yvette Delsaut, Carnets de socioanalyse. Écrire les pratiques ordinaires

Delphine Ruiz
Carnets de socioanalyse
Yvette Delsaut, Carnets de socioanalyse. Ecrire les pratiques ordinaires, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2020, 224 p., ISBN : 979-10-97084-03-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On apprend, dans les dernières pages, qu’Yvette Delsaut avait jusqu’ici refusé la diffusion de cert (...)
  • 2 À travers la traduction de l’historien de l’art du Quattrocento Michael Baxandall, la sociologue s’ (...)

1Les « Carnets de socioanalyse » d’Yvette Delsaut sont un recueil de huit textes opérant un retour ciblé sur le travail de la sociologue. Ces textes1 ont été sélectionnés au sein d’une trajectoire de recherche qui s’est déployée vers l’analyse sociologique des milieux populaires et de leurs styles de vie, mais aussi vers l’analyse sociologique de certains outils de représentation du monde social et, en particulier, des milieux populaires (cinéma documentaire et sociologie en tête), en passant par la sociologie de l’art2. À l’exception du texte « final » issu d’une communication, le recueil est composé d’articles publiés au sein de la revue Actes de la recherche en sciences sociales dont Yvette Delsaut est une contributrice de long terme mais, également, des « premières heures ». L’ouvrage est organisé sur une base chronologique bien que la sélection thématique des textes rende perceptible un des moteurs de l’investissement scientifique de la sociologue ; la volonté de décrire indissociablement les modes de vie populaires (sous l’angle de leur logique routinière de concrétisation et de constitution) et les présupposés naïfs – ou franchement méprisants – souvent inscrits dans le travail d’objectivation de ces modes de vie par le/les chercheur(s).

2En premier lieu, le travail de description ethnographique d’Yvette Delsaut est l’occasion de reconstituer ce que peut être la « formule génératrice » de l’habitus populaire, faite du rejet de tout « formalisme » contraignant et exprimant des préférences éthiques pour une organisation du présent fondée sur le modèle de la satisfaction dans l’improvisation simple et directe. La sociologue reconstitue cette « formule » en mettant en évidence l’unité sous-jacente de ces préférences éthiques derrière la multiplicité des conduites : pratiques linguistiques, domestiques (les « manières d’habiter » entre autres), festives (mariage, jeux ou divertissements adolescents), scolaires (modes d’investissement dans la carrière scolaire), etc. Mais la sociologue interroge aussi les conditions dans lesquelles ce rapport éthique et pratique au monde social se constitue, persévère et/ou tend à évoluer.

3D’une part, les articles restituent ce que l’habitus doit à une condition objective et aux possibles et limites inscrits dans une position sociale. Dans « L’économie du langage populaire », là où l’exaltation littéraire du langage populaire syncopé voit un défi plaisant et délibéré à la langue légitime, la sociologue montre ce qu’il y a, dans un « parler » populaire ignorant les manières et les sophistications langagières, d’abdication spontanée et contrainte aux profits symboliques potentiels inscrits dans l’usage lettré du langage. La compétence linguistique des catégories populaires doit peu à l’acquisition méthodique que permet une scolarité prolongée, de sorte qu’il ne reste au « discours populaire » que l’ignorance involontaire des formes plus « savantes » et contrôlées de discours, et qui se traduit par des créations syntaxiques et stylistiques arbitraires et improvisées.

4D’autre part, la sociologue met en exergue tout ce que l’expression de l’habitus populaire sous la forme d’un ensemble de conduites et de pratiques spécifiques doit à un rapport négatif à l’avenir et ce qu’il réserve. Ce rapport se manifeste spécialement par un ensemble d’attitudes préférant à « la maximisation du rendement » l’accommodement sans « chichis » à ce qui est. Elle objective ainsi les conditions sociales de possibilité d’un rapport plus maîtrisé à l’avenir, et de transformation dans les conduites. « Le double mariage de Jean Célisse » montre combien au sein d’une « même » classe sociale, ou entre fractions de classes relativement proches, et au sein même des fratries, de petites différences scolaires ou des chances inégales d’accès à la certification, modifient le rapport à l’avenir et à la promotion sociale. Les modifications effectives ou probables de la pente de la trajectoire sociale familiale sont de nature à modifier la perception des possibles raisonnablement ouverts aux stratégies de promotion sociale des agents en bouleversant leur rapport à la prévoyance et à la gestion pratique du présent. La description du rigorisme moral de la famille « Elleboode » (« Le double mariage de Jean Célisse ») ou de la soumission « tranquille » (mais sans adhésion univoque) de jeunes femmes d’une « classe de 3ème au cours élémentaire » à un ordre scolaire qui tend à reconduire les positions familiales (« Une photo de classe »), participe de l’exposition de deux effets de « socialisation ». D’un côté, celui que produit l’anticipation d’une promotion sociale possible, génératrice de tensions qui s’expriment sous la forme du souci de « respectabilité », notamment dans les moments où la famille est en représentation officielle (tel un mariage où les moments festifs ne peuvent qu’inégalement se traduire par le relâchement des contraintes). De l’autre, celui de l’ajustement adolescent, attentiste et distrait, à l’avenir probable.

5Ainsi, tant que ne sont pas analysées en tant que telles les conditions sociales dans lesquelles s’engendrent les pratiques, le raisonnement sociologique s’expose à renouer avec le réflexe essentialiste ou à rejouer l’alternative entre misérabilisme et populisme. Yvette Delsaut récuse à cet égard l’affliction empathique du regard qui ne voit dans l’institution scolaire que prescriptions disciplinaires à l’égard d’élèves et de jeunes femmes fatalement promptes à la docilité désarmée (une analyse qu’elle a aussi développée dans son livre sur les Écoles normales d’instituteurs). Encore, dans « L’inforjetable », un des chapitres décrivant les usages qu’un couple âgé fait de la maison, la sociologue montre que le non-recours à la salle de bain comme pièce associée à un ensemble de pratiques corporelles d’ordre privé révèle moins une « incapacité à adopter des manières plus raffinées » que la reconduction d’une manière « première » et familiale d’habiter. En l’absence, jusque-là, de cette commodité, des dispositions spécifiques à la proximité affective et physique se sont forgées sur le temps long chez ce couple. L’usage qu’il fait de l’espace domestique, peu enclin à y reconnaître des zones réservées « à soi », renvoie en effet à la solidification « forcée » d’une tolérance à la promiscuité. Elle se traduit, en dernier ressort, dans les pratiques et signes affectifs qu’on s’adresse : l’aide que la femme prodigue à son mari pour son bain, tout en étant inscrite dans une division sexuelle traditionnelle du travail de soin, est aussi un instrument notoire de son engagement affectif.

  • 3 Comme la sociologue le souligne dans le chapitre « L’exposition par l’image d’un espace privé : une (...)

6Décrivant ethnographiquement des manières durables d’être et de faire, et cherchant à contrôler ce que l’analyse devrait au regard objectivant extérieur (à la fois « ethnographique » et tendanciellement « bourgeois »3) sur les membres des catégories populaires, la chercheuse examine les implications du recours à la notion d’habitus par les sociologues. Rappelant que « c’est surtout la manière de l’utiliser qui détermine la puissance heuristique du concept » (p. 187), elle enjoint à ne céder dans l’analyse des positions et habitus de classe à aucun des deux dangers principaux qui, selon elle, menacent. Ni, d’un côté, à ce que dirait spontanément au chercheur « l’observation directe » des manières d’être et de paraître des individus. C’est à ce titre que la récupération fine des informations sur la trajectoire sociale et biographique de l’individu et de sa famille est fondamentale au travail du sociologue ou de l’ethnographe. Ni, de l’autre côté, à une projection a priori sur le réel d’une vision réifiante, intangible et définitive des manifestations pratiques d’un habitus de classe. Ce double refus suppose de faire particulièrement attention aux modes d’objectivation. Et l’on comprend alors pourquoi l’usage potentiel et codifié de la photographie par les sociologues dans l’argumentation peut faire l’objet d’une réflexion spécifique en conclusion de l’ouvrage.

  • 4 Ces formes de « sophistication » dans le style de vie se retrouvent au sein des classes sociales do (...)
  • 5 Ses articles questionnent particulièrement l’importance de la compétence « lexicale » du sociologue (...)

7Finalement, le sous-titre du recueil, « Écrire les pratiques ordinaires », en dit peut-être plus qu’il n’y paraît. Il rappelle les contraintes scientifiques et « éthiques » qui pèsent sur l’analyse sociologique des classes populaires et, peut-être plus généralement, des groupes sociaux dominés. Les pulsions scientifiques propres à la position des chercheurs dans l’univers scientifique (et à la position de cet univers dans le champ des luttes entre fractions dominantes et dominées des classes dominantes) facilitent, chez les sociologues, les stratégies condescendantes de mise en valeur de soi au travers de la volonté de rendre compte de certains groupes sociaux. Particulièrement ceux dont le mode de vie ne procède pas des formes de stylisation « gratuites » des manières d’être et de faire que l’on manifeste en d’autres positions de l’espace social4. Cela suppose donc un contrôle spécifique de l’écriture ethnographique qui puisse aider à maîtriser les effets « narcissisants » potentiels de l’activité de recherche. Ici, la plupart des articles sont structurés autour d’un premier développement plus strictement descriptif des situations d’enquête et/ou matériaux empiriques que vient conclure, dans un second temps, un développement analytique. Yvette Delsaut use d’un lexique précis5, d’une écriture concise et limpide. Ce faisant, elle contrôle plus sûrement qu’à l’ordinaire la réception du sens sociologique à attribuer aux pratiques, aspirations et styles de vie des agents décrits. À cette écriture sans doute peut-on associer également l’absence d’ostentation académique, de jeu avec les références savantes, ou de stratégie de positionnement « théorique » polémique. On peut alors voir dans l’écriture ethnographique d’Yvette Delsaut, la maîtrise pratique et consciente d’une ethnographe œuvrant, dans un même mouvement, à restituer avec toutes les nuances nécessaires le point de vue et les conduites des enquêtés et à prévenir la réception possiblement discordante que l’observateur ou le lecteur extérieur peut en faire dans son regard et ses appréciations.

Haut de page

Notes

1 On apprend, dans les dernières pages, qu’Yvette Delsaut avait jusqu’ici refusé la diffusion de certains d’entre eux.

2 À travers la traduction de l’historien de l’art du Quattrocento Michael Baxandall, la sociologue s’est intéressée aux fondements de l’ajustement entre des catégories de perception et de goût et des œuvres d’art. Ce détour, qui a été une occasion d’éprouver autrement son activité de sociologue travaillant jusque-là sur un groupe social dont elle était originaire (p. 208), n’est probablement pas étranger à la manière qu’elle a eue d’aborder ensuite la question des outils et modes de représentation symbolique des classes populaires. Cf. Yvette Delsaut, 2010, Reprises. Cinéma et sociologie, Paris, Editions Raisons d’agir, coll. Cours et travaux.

3 Comme la sociologue le souligne dans le chapitre « L’exposition par l’image d’un espace privé : une entreprise scientifique risquée », « les métiers de la recherche » ont cette particularité qu’ils recrutent leurs agents au sein de fractions de classe potentiellement éloignées de ce que peut être l’expérience pratique des conditions matérielles et symboliques d’existence des membres des classes populaires (p. 213).

4 Ces formes de « sophistication » dans le style de vie se retrouvent au sein des classes sociales dont la position sociale se caractérise par une distance à la nécessité (matérielle, en premier lieu) et sont propres à cultiver et susciter, chez leurs tenants, la certitude d’une singularité émancipée du médiocre ou du vulgaire.

5 Ses articles questionnent particulièrement l’importance de la compétence « lexicale » du sociologue dans la possibilité d’affiner et « dominer », dans l’écriture, la description ethnographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Ruiz, « Yvette Delsaut, Carnets de socioanalyse. Écrire les pratiques ordinaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 juillet 2020, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42896 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42896

Haut de page

Rédacteur

Delphine Ruiz

Doctorante en sociologie, Université Paris 8.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search