Navigation – Plan du site

Jack Goody, Pouvoirs et savoirs de l'écrit

Mathieu Quet
Pouvoirs et savoirs de l'écrit
Jack Goody, Pouvoirs et savoirs de l'écrit, La Dispute, 2007, 269 p., EAN : 9782843031434.
Haut de page

Texte intégral

1De l'œuvre importante de Jack Goody, ce sont sans doute ses recherches sur les oppositions entre culture orale et culture écrite qui ont ouvert les plus riches perspectives, offrant matière à discussion aussi bien en anthropologie qu'en sciences de l'éducation, en sociologie ou en sciences de l'information et de la communication. Pouvoirs et savoirs de l'écrit, recueil de textes rédigés entre 1986 et 1998, constitue une mise au point des réflexions de l'auteur sur ces questions. Il y répond à des objections, nuance certains jugements, développe des points de sa théorie, offrant avec ce livre l'occasion d'entrer dans une pensée stimulante de la construction des univers socio-cognitifs par les pratiques de communication.

2Le chapitre introductif et le dernier chapitre, entretien réalisé par Jean-Marie Privat, reviennent de manière générale sur les principales hypothèses de recherche de Jack Goody, sur les apports de son approche ainsi que sur les discussions qu'elle a engendrées. C'est le concept - ou l'hypothèse - de littératie, qui est au centre du travail de Goody : la littératie permet de décrire l'ensemble des pratiques et des représentations impliquées par la culture écrite, et elle recouvre aussi bien des objets matériels (supports d'inscription, lieux de stockage de l'écrit, etc.) que des objets immatériels (représentations de l'espace, du temps, organisation de la pensée). La littératie s'oppose à l'oralité, comme la culture écrite à la culture orale, et elle pose en quelque sorte les bornes du travail de Goody : dans quelle mesure peut-on dire qu'il existe une spécificité de la culture écrite, et à quoi peut-on reconnaître cette spécificité ?

3Nous avons donc affaire à une forme de déterminisme technique « souple » (et discutée de façon très nuancée par Goody lui-même) : quelles sont les implications sociales d'un mode de communication tel que l'écriture ? Il s'appuie sur l'idée que les moyens de communication ne sont pas des media transparents, et que la langue, l'écriture sont aussi des instruments de production du monde social. Les concepts fondateurs de cette réflexion - raison graphique, technologies de l'intellect (le chapitre 8 est consacré à ces dernières) - montrent l'indistinction du matériel et de l'immatériel pour l'analyse, et Goody refuse une telle dichotomie. Cependant, nous sommes bien loin des enjeux d'une médiologie : il ne s'agit pas pour Goody de retracer une histoire générale par le prisme de la technique et des objets, mais plutôt de comprendre en quoi la pensée, le monde social, sont indissociables des techniques de communication avec lesquelles ils interagissent. Le projet de Goody est d'ordre cognitif, ou socio-cognitif : comprendre le fonctionnement et les évolutions de la pensée à travers la matérialité des pratiques sociales de communication.

4Les chapitres 2, 3 et 4 traitent du rapport entre l'oral et l'écrit autour des pratiques de narration de textes rituels, d'après les observations anthropologiques menées par Goody dans différentes ethnies. Dans le chapitre 2, c'est la spécificité de la mémoire -écrite ou orale- qui est en jeu. Le problème, selon Goody, n'est pas de savoir si les individus de culture orale ont de meilleures facultés de mémoire, comme cela a souvent été affirmé, mais plutôt de comprendre les modes spécifiques d'organisation de cette mémoire. La première différence porte sur les objets auxquels la mémoire s'applique : la décontextualisation des objets de savoir serait le propre des cultures écrites (par exemple, retenir des listes d'objets sans lien apparent), tandis que la mémoire « orale » s'appliquerait à un savoir plus contextualisé et informel. La seconde différence tient au mode de stockage de la mémoire : alors que la mémoire « littératienne » est stockée dans des écrits, la culture orale recourt à des objets mnémoniques : objets ou graphèmes entraînant la restitution d'un élément de l'histoire à raconter. Par exemple, tel objet rituel remis de main en main à travers les générations, dont l'appui est nécessaire pour raconter une histoire. Mais les objets mnémoniques favorisent l'inventivité, et stimulent l'imagination du conteur. En effet, et c'est la troisième différence essentielle entre les deux cultures : dans le cas des récits rituels, la culture orale privilégie un rapport souple à la mémoire, c'est à dire qu'elle favorise des mécanismes d'invention personnelle, de variation.

5Le passage à l'écrit, analysé dans le chapitre 3, a donc des conséquences importantes, sur le contenu du récit, sa structure, et sur le langage utilisé. La culture écrite valorise la mémorisation et la restitution verbatim. Dans l'apprentissage d'un texte rituel, les cultures écrites établiraient donc, à l'opposé des cultures orales, un certain conformisme dans le respect du texte : ce rapport ente orthodoxie religieuse et écriture est l'une des thèses importantes de Goody. Il reprend un peu différemment cette question dans le chapitre 7, qui porte sur les processus de canonisation des récits rituels : ceux-ci seraient propres aux cultures écrites, par la précision de la sélection, alors que les cultures orales réinventent régulièrement les textes rituels par le mode de transmission auquel elles recourent, et font ainsi preuve d'un dynamisme que les études anthropologiques ont longtemps ignoré. Par contre, ces changements, ces évolutions sont « engloutis » par la nature de la mémoire orale et le mode de transmission qu'elle impose : aucune réflexivité sur l'évolution n'est réellement possible.

6Cela amène Goody, dans le chapitre 4, à poser la question du temps de la narration, et de la perception du temps, intimement liés selon lui à l'écriture. Dans les récits des cultures orales, pas de divorce complet entre passé et présent, peu d'insistance sur le temps chronologique : le narratif comme succession d'événements est beaucoup moins central que dans les cultures écrites. Même si la narration du temps n'est pas selon Goody le résultat direct de l'introduction de l'écriture, celle-ci introduit à la fois les moyens de préciser la narration et de se pencher sur le déroulement chronologique de façon réflexive, c'est-à-dire de mettre en oeuvre un questionnement sur la nature des modifications qui affectent les groupes sociaux.

7Deux chapitres du recueil approfondissent enfin le thème du pouvoir, qui donne son titre à l'ouvrage. Le chapitre 5 aborde la question du pouvoir que l'écriture confère dans certaines situations à des groupes sociaux dominés, en étudiant le rôle de l'écriture dans une révolte d'esclaves en 1835 à Bahia : rôle important tant par la précision de l'organisation que par le pouvoir symbolique dont l'écriture charge les individus. Le chapitre 9 pose quant à lui l'hypothèse du livre comme objet de pouvoir, et lance une réflexion très ouverte à partir de cette hypothèse : livre à la fois outil de domination culturelle, par la transmission de traits culturels, mais aussi symbole de domination ou encore soumis au pouvoir (censure par exemple). Ces réflexions sur le lien pouvoir/écriture se résument essentiellement à deux formes de pouvoir du mot écrit : le pouvoir qu'il donne aux cultures écrites sur les cultures purement orales (notamment par l'accumulation et la transmission de connaissances), et au sein d'une société donnée, pouvoir que l'écriture donne à certains groupes sur les autres. D'où la nécessité de réhabiliter les groupes dominés, en leur donnant l'usage de l'écriture, de la lecture, et des pratiques de stockage du savoir.

8Ces différents textes sont autant de balises posées par Goody pour affiner son projet, à travers des précisions, des nuances, des discussions (le chapitre 6 est consacré à plusieurs affirmations de Derrida sur le statut de l'écriture), et de nouvelles propositions. On voit ainsi se dégager les traits principaux de l'hypothèse de littératie, et surtout, la dimension politique du projet : analyser le rôle des moyens de communication dans les rapports de domination entre cultures et groupes sociaux différents. De cette façon, il est difficile de reprocher à Goody la généralité ou l'imprécision qui affectent certains de ses concepts et affirmations : l'hypothèse de littératie a ouvert la porte d'un monde qui reste à explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Quet, « Jack Goody, Pouvoirs et savoirs de l'écrit », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/429

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page