Navigation – Plan du site

Nathalie Brémand (dir.), Bibliothèques en utopie. Les socialistes et la lecture au XIXe siècle

Luz Ascarate 
Bibliothèques en utopie
Nathalie Brémand (dir.), Bibliothèques en utopie. Les socialistes et la lecture au XIXe siècle, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2020, 262 p., ISBN : 978-2-37546-109-9.
Haut de page

Texte intégral

1Le XIXe siècle a vu se rencontrer deux événements inéluctables dans l’histoire de la pensée occidentale : l’essor de la lecture et la naissance du socialisme utopiste. L’ouvrage dirigé par Nathalie Brémand nous permet de découvrir les détours de cette rencontre. En effet, les contributeurs cherchent à montrer la place du livre, de la lecture et de la bibliothèque dans l’origine du socialisme. En ce sens, nous sommes convaincus par l’idée de Brémand selon laquelle, « étant donné le rôle non négligeable de ces derniers [les socialistes] dans l’histoire politique et culturelle du XIXe siècle, ces questions, qui ont été très peu abordées jusque-là – si ce n’est de manière sporadique – méritent d’être approfondies » (p. 9).

2D’un côté, les innovations techniques dans un contexte de révolution industrielle génèrent une augmentation des productions de l’imprimerie et, avec elles, une propagation de la pratique de la lecture, qui rend possible l’acculturation et l’alphabétisation en France. D’un autre côté, le socialisme naît à cette époque comme un ensemble de doctrines visant à élaborer de nouveaux systèmes sociaux fondés sur les demandes d’égalité, de justice et de liberté, à partir d’une transformation radicale de la société. Les textes rassemblés dans ce livre nous montrent que ces deux phénomènes sont intrinsèquement liés.

3La première partie s’articule autour de la notion du livre. Si les premiers socialistes ont rejeté les livres (p. 10), le projet socialiste est cependant traversé par son souci du livre et de la formation des bibliothèques. Ainsi, Florent Perrier remarque que le livre occupe une place paradoxale dans l’œuvre de Fourier, lequel a essayé de déconstruire la structure classique du livre dans sa forme comme dans son contenu. Florent Perrier étudie l’usage fouriériste de l’image comme d’un outil pour « enluminer le réel ». Dans le deuxième chapitre, Gaetano Manfredonia s’interroge sur le statut incertain de l’écrivain et de l’artiste chez les premiers représentants du socialisme utopiste. Son travail explore les paradoxes liés aux exigences de l’égalitarisme, à la liberté laissée à l’écrivain et à l’artiste, et aux récompenses symboliques ou matérielles qu’ils en retirent. Edward Castleton et Anne-Sophie Chambost analysent les bibliothèques réelles et virtuelles constituées par Proudhon, notamment à travers ce qu’il lisait et ce qu’il écrivait, ainsi que l’importance du livre dans sa pensée. Thomas Bouchet se penche, enfin, sur l’œuvre de l’owenniste français Jules Gay, bibliophile, écrivain et éditeur itinérant, qui rêvait de bibliothèques militantes et populaires, accessibles à tous.

4La deuxième partie du livre est consacrée à la notion de lecture comme pratique émancipatrice. Fabrice Bensimon et François Jarrige réfléchissent sur les pratiques ouvrières de lecture collective en France et en Grande-Bretagne de 1780 à 1860. Ils s’interrogent sur la valeur de la lecture collective à haute voix dans ce milieu, sur les espaces où cette lecture est effectuée, comme l’usine et l’atelier, sur la rationalité économique de cette pratique, et sur la compréhension de la lecture comme proclamation d’autonomie et de résistance. Ils remarquent que ce type de pratique trouve son déclin vers la fin de cette période à cause du progrès de l’imprimé, du coût réduit du journal, du bruit des machines et de la discipline du travail.

  • 1 Collins Marie et Sylvie Weil-Sayre, « Forgotten feminist and socialist », Nineteenth-Century Fre (...)

5Le texte d’Isabelle Matamoros occupe, à notre avis, une place très importante dans ce livre, car il s’agit du seul chapitre consacré aux réflexions d’une femme, Flora Tristan, à l’égard de la lecture, dans la généalogie du socialisme utopiste. À une époque où Marx était encore démocrate libéral1, Flora Tristan s’était déjà donné pour tâche de réveiller la conscience de classe à travers la lecture et la pédagogie. Isabelle Matamoros montre ainsi les convictions de Flora Tristan sur l’émancipation et l’éducation par le livre. Flora Tristan défend cette idée dans son ouvrage Union ouvrière. Elle est convaincue du fait que l’éducation par le livre peut conduire les ouvriers à prendre conscience des inégalités et trouve ainsi les conditions qui rendraient cette émancipation possible dans une bibliothèque idéale. Isabelle Matamoros cherche à mettre en avant cette contribution de Tristan dans la fondation des premières bibliothèques populaires.

  • 2 Il s'agit de la première communauté icarienne, crée par Cabet à Nauvoo, une ville de l'Illinois aux (...)

6Alain Maillard s’occupe des écrivains communistes babouvistes. Leurs écritures sont socialement différenciées car les communistes ne disposent pas tous des mêmes ressources. Alain Maillard distingue deux mondes sociaux, celui des hommes scolarisés ou diplômés, et celui des ouvriers autodidactes. Ces deux mondes partagent une soif commune de vérité rationnelle capable de fonder un nouveau régime de lecture et d’écriture, représentée par la formation des bibliothèques. La contribution de Nathalie Brémand est consacrée à la pensée d’Étienne Cabet, et principalement à son ouvrage Voyage en Icarie, au sujet de la lecture et de son importance pour la communauté icarienne de Nauvoo (1849-1856)2. Pour Cabet, la lecture aurait le pouvoir de guider le peuple vers l’émancipation. Toutefois, il se méfie des choix de lectures des prolétaires. C’est pourquoi il met beaucoup d’espoir dans la presse pour faciliter l’éducation du peuple. À cette fin, la communauté icarienne de Nauvoo donne une place essentielle à la bibliothèque et à la lecture. Cette contribution finit ainsi par une liste très intéressante (p. 167) des livres conservés dans le centre des manuscrits de cette communauté.

7Le thème des bibliothèques est le nœud de la troisième partie du livre. Leur importance pour le socialisme n’est pas moindre que celle de la lecture. Comme Nathalie Brémand l’affirme, « les bibliothèques ont aussi toujours été appréhendées par les socialistes comme les lieux privilégiés de lecture, à protéger et à développer » (p. 14). Dans cette optique, Ludovic Frobert et Quentin Schwanck étudient la place de la bibliothèque dans l’Encyclopédie nouvelle de Pierre Leroux et Jean Reynaud. Ils font un récit bien documenté de l’origine de cette Encyclopédie, sans laisser de côté les divergences idéologiques entre Jean Reynaud et Jules Leroux. Ce qui est remarquable dans l’Encyclopédie, comme le montrent les auteurs tout au long de leur contribution, c’est la représentation de la bibliothèque comme outil d’émancipation. Pour sa part, Ophélie Siméon se penche sur la place de la lecture et de la bibliothèque dans la pensée de Robert Owen. Elle explore l’importance de ce thème dans la radicalisation progressive de la pensée du socialiste britannique et son intérêt pour la pédagogie, ainsi que l’influence de ses idées sur ses disciples.

8Les trois dernières contributions analysent les bibliothèques populaires à l’époque du socialisme utopiste. Frédéric K. Panni approfondit tout d’abord le cas paradoxal de la bibliothèque du Familistère, « un vaste ensemble d’habitation collective » (p. 208), dont la bibliothèque était « fort riche et fort variée » (p. 210). Selon lui, cette bibliothèque participait de l’éducation de la population du Familistère, même si celle-ci ne s’est pas engagée complètement sur le plan intellectuel dans l’expérience socialiste. Bernard Desmars présente ensuite l’action des fouriéristes en faveur des bibliothèques populaires entre les années 1860 et 1880. Il expose ainsi la fondation des bibliothèques populaires par les fouriéristes, le rôle de ceux-ci dans l’administration de ces bibliothèques et la propagation des idées fouriéristes grâce à ces actions. Cependant, l’auteur reconnait que l’influence du fouriérisme sur ces bibliothèques s’affaiblit progressivement. Agnès Sandras étudie enfin l’étonnement provoqué par les ouvrages socialistes dans les premières bibliothèques populaires. Cet étonnement est lié d’une part aux accusations des cléricaux contre le contenu socialiste des bibliothèques populaires, et d’autre part au fait que les démocrates divergent sur les actions à mener pour contrer ces opinions.

9Tout au long de cet ouvrage, nous voyons que le rapport entre le socialisme et le livre, la pratique de la lecture et les bibliothèques au XIXe siècle est tout à fait complexe. Même si les penseurs socialistes ont rêvé, de manière générale, de la puissance émancipatrice de la lecture, ils ont déployé cette conviction de différentes façons, tant sur le plan théorique que pratique. Cette hétérogénéité tient aux différences doctrinales existant entre les socialistes. D’un autre côté, comme les contributions de cet ouvrage le révèlent, le livre, la lecture et les bibliothèques populaires ne se sont pas toujours alignés sur les fins socialistes. Cet ouvrage réussit dès lors à nous montrer, avec des explications détaillées et bien documentées, l’itinéraire paradoxal pris par le socialisme du XIXe siècle au sujet de la pratique de la lecture.

Haut de page

Notes

1 Collins Marie et Sylvie Weil-Sayre, « Forgotten feminist and socialist », Nineteenth-Century French Studies, vol. 1, n° 4, 1973, p. 229-234, p. 229.

2 Il s'agit de la première communauté icarienne, crée par Cabet à Nauvoo, une ville de l'Illinois aux États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luz Ascarate , « Nathalie Brémand (dir.), Bibliothèques en utopie. Les socialistes et la lecture au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 16 juillet 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42923

Haut de page

Rédacteur

Luz Ascarate 

Docteure en philosophie et sciences sociales de l’EHESS, enseignante de philosophie dans l’académie de Versailles et enseignante vacataire de philosophie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page