Navigation – Plan du site

Des réalités construites discursivement : explorer et prolonger la sociologie de la connaissance appliquée au discours (Scad)

À propos de : Reiner Keller, Anna-Katharina Hornidge, Wolf J. Schünemann (dir.), The sociology of knowledge approach to discourse. Investigating the politics of knowledge and meaning-making, Londres, Routledge, 2018.
Simon Smith (traduction française)
Traduction de Bastien Fond et Carla Robison
Cet article est une traduction de :
Discursively constructed realities: exploring and extending the sociology of knowledge approach to discourse (SKAD)
The sociology of knowledge approach to discourse
Reiner Keller, Anna-Katharina Hornidge, Wolf J. Schünemann (dir.), The sociology of knowledge approach to discourse. Investigating the politics of knowledge and meaning-making, Londres, Routledge, coll. « Routledge advances in sociology », 2018, 300 p., ISBN : 9781138048720.

À lire aussi

Haut de page

Notes de la rédaction

Note critique traduite par Bastien Fond (assistant de recherche en sociologie à l’université d’Augsbourg) et Carla Robison (élève-fonctionnaire de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes).

Texte intégral

  • 1 Les citations ont été transposées en français par les traducteurs de cette note critique.

1Cet ouvrage a l’ambition de fournir un « exemplier »1 ou une « anthologie » (selon les termes d’Adele Clarke, auteure de l’avant-propos) pour une approche allemande de l’analyse sociologique du discours qui a émergé au début des années 2000 et s’est diffusée depuis à l’international, puisant dans le travail fondateur de Reiner Keller. Les seize autres auteurs – que l’on pourrait qualifier de tenants ou de continuateurs de la sociologie de la connaissance appliquée au discours (Scad) œuvrant dans un éventail de champs des sciences sociales – décrivent de quelle manière ils se sont servis de la Scad pour générer des questions de recherche, quelles catégories analytiques ils ont utilisées et en quoi leurs analyses et leurs exposés sont emprunts de la Scad. Les trois premiers chapitres fournissent une introduction conceptuelle et généalogique approfondie du « bloc théorie-méthodologie-méthodes » (p. 27) constitutif de la Scad, le chapitre 3 de Keller et Clarke situant judicieusement la Scad dans l’historiographie de la recherche interprétative, en lien tout particulièrement avec les contextes allemand, français et américain, pointant son affinité avec la grounded theory, l’interactionnisme symbolique, l’analyse de discours foucaldienne et la philosophie pragmatique, tout en soulignant également une certaine distance vis-à-vis des cultural turns post-textuels en sciences humaines et sociales. Dans le chapitre conclusif, Luther et Schünemann présentent des procédés de modélisation des données destinés à éviter les représentations purement statiques et l’analyse automatisée, ceci à la faveur des approches inductives, intuitives, interprétatives et réflexives au cœur de la Scad. Cependant, la présentation même de ces outils sous forme de chapitre de livre tend à contrevenir à sa visée réflexive, collaborative et exploratoire. Le lecteur aurait malheureusement besoin de tester lui-même l’outil Entity Mapper pour en apprécier dûment le potentiel.

Situer la Scad dans la tradition sociologique de l’analyse de discours

  • 2 Souvent, « it » a été remplacé par « la Scad » (sociologie de la connaissance appliquée au discours (...)

2L’assertion principale de Keller est que la Scad « instaure un programme de recherche qui s’intéresse aux relations sociales de savoir et aux politiques sociales du savoir en tant qu’elles se manifestent dans la construction, la transformation, la stabilisation et la destruction discursive des réalités. La Scad2 dote ainsi la recherche d’une théorie de son objet (les discours) et des conditions d’existence d’un tel objet. De plus, la Scad fournit une méthodologie réflexive de l’interprétation qui rend compte de sa condition essentielle, qui n’est autre que de produire un discours sur les discours. Et la Scad propose différentes méthodes ou stratégies pour échantillonner et analyser des données de sorte à conter un récit à propos d’un objet d’enquête » (p. 74-75).

3Outre l’assertion de Keller lui-même, certains atouts identifiés par les autres contributeurs au cours de leurs réflexions sur leurs propres applications et continuations de la Scad fourniront un éclairage utile aux non-initiés : « en ce qui concerne l’analyse de la politique, [...] la Scad remet les acteurs au centre [...] par son attention au positionnement des acteurs ou des locuteurs dans une formation discursive donnée » (Schünemann, p. 94) ; la Scad contribue à « faire transparaître les manœuvres stratégiques et les changements de [...] politiques » (Hornidge et Nadav Feuer, p. 146) ; « en distinguant les acteurs des locuteurs [la Scad] pourrait identifier des voix silencieuses ou réduites au silence » (Zhang et McGhee, p. 164) ; la Scad favorise « une approche plus différenciée des rapports des humains à eux-mêmes » en mobilisant « des trames ainsi que des positionnements de sujet (subject positions) discursivement construits » (Bosančić, p. 198) ; son « autoréflexivité » œuvre à l’encontre des processus de réification des réalités sociales, ce qui lui donne les moyens de porter un agenda de recherche émancipateur pétri de théorie queer ou post-coloniale (Küppers, p. 217).

4L’aspect répété avec insistance est que la Scad a moins trait au savoir qu’aux modes de connaissance et aux politiques et relations sociales afférentes, dans la veine de ce que Foucault qualifiait de nexus savoir-pouvoir. Ancré dans une sociologie constructiviste à la fois pragmatique et sociale, la Scad réoriente néanmoins (partiellement) notre regard analytique de la construction sociale envers la construction discursive de la réalité, où le discours apparaît, entre autres, comme « un outil heuristique d’ordonnancement et d’analyse des données, un nécessaire présupposé hypothétique de sorte à entamer une recherche » (p. 19). Toujours dans une veine foucaldienne, le discours est porté par des dispositifs, c’est-à-dire qu’il est doté d’une matérialité (selon les mots de Schünemann (p. 94) : « une manifestation et une circulation matérielles du savoir ») et d’une infrastructure duale de production discursive (les ressorts du discours en tant que pratique sociale) et d’intervention discursive (les effets et résultats du discours). Mais nous sommes également conviés à relire Gusfield pour apprécier les discours en tant que des processus figés dans le temps et (rajoute Keller) « fluides, de temps en temps » (p. 89). Ainsi, la Scad est sensible au cheminement des discours vers un « climax » projeté, mais généralement jamais atteint, et parfois réversible (Hornidge et Nadav Feuer, p. 143) – c’est-à-dire à la dynamique de stabilisation et de déstabilisation des discours en tant que faits sociaux.

  • 3 Deutungsmuster en allemand ou interpretive scheme en anglais.
  • 4 Il est dommage que le livre ne soit pas doté d’un index, dans la mesure où il serait utile au lecte (...)

5Dans le deuxième chapitre de Keller, on trouve une énumération exhaustive des outils conceptuels et méthodologiques de la Scad – sachant que la Scad ne fournit pas tant un ensemble figé de procédures de recherche qu’un canevas général proposant des types spécifiques de questions de recherche (p. 28-29). La Scad livre une « analytique interprétative » basée sur un principe de co-construction de réponses à ces questions « à l’aide de données » (p. 30) au fil d’un processus d’interprétation continuel. Keller décrit par la suite une gamme d’outils conceptuels qui contribuent à l’organisation du travail interprétatif : les énoncés/énonciations, les acteurs sociaux, les locuteurs et leur positionnement, le positionnement des sujets et les modes de subjectivation, les coalitions et les espaces discursifs, les pratiques, ainsi que les dispositifs de production et d’intervention susmentionnés. Le penchant de la Scad pour le discours en tant que pratique débouche sur un répertoire interprétatif « par lequel un discours actualise sa structuration symbolique du monde » (p. 32) à travers ce que la Scad qualifie de matrices symboliques3, configurations argumentatives (argumentation clusters), classifications, structures phénoménales et structures narratives ou intrigues. Des éléments de ce répertoire sont repris de manière sélective dans les chapitres empiriques du livre4.

Différentes applications et manières de travailler avec la Scad

6L’une des caractéristiques du livre est la diversité des approches. Cette faiblesse typique des volumes multipliant les contributeurs devient ici une plausible force, puisque la diversité augure de mettre judicieusement la Scad à l’épreuve de son applicabilité et de décrire à de potentiels utilisateurs un vaste éventail de champs auxquels la Scad est applicable. On compte au moins quatre principales lignes de force.

7Premièrement, certains chapitres – 4, 7, 8 et 9 par exemple – sont rédigés comme des tours d’horizon de la Scad ou des réflexions méthodologiques à propos de l’enquête de terrain et de l’analyse, des retours rétrospectifs sur des processus/programmes de recherche passés, rappelant leurs modalités de conception et de réalisation. D’autres – 5, 6, 11, 12 et 13 par exemple – ressemblent davantage à des articles, où les données et les résultats sont au premier plan tandis que les méthodes et la théorie se muent en instruments dédiés à l’étude d’une thématique/problématique. Pour ainsi dire, la Scad est la principale protagoniste des premiers chapitres et l’adjuvante des seconds. En tant que lecteur étranger à la Scad (quoique pratiquant l’analyse de discours avec de nombreux principes communs), j’ai trouvé plus utiles les réflexions méthodologiques. Dans la plupart des autres chapitres, la présentation de la Scad par les auteurs s’avérait trop succincte ou trop opaque pour pleinement mesurer comment (et à quel point) la Scad avait façonné leur recherche. On y voit les formes d’interprétation permises par la Scad et le type de pratiques discursives actualisées par les tenants eux-mêmes de la tradition de pensée de la Scad, mais trop peu du processus de travail à proprement parler.

8Deuxièmement, certains chapitres sont des « projets de Scad » (von Unger, Scott et Odukoya, p. 180). D’autres réexaminent des données du point de vue de la Scad, explorant la compatibilité des principes de la Scad avec des projets conçus indépendamment. Quant au chapitre de Bosančić, comme évoqué précédemment, il se pose comme « ancré » dans la Scad tout en s’évertuant à offrir un « prolongement », toujours depuis un paradigme interprétatif.

  • 5 Il est symptomatique que Reiner Keller travaille depuis plusieurs années en collaboration avec Fran (...)

9Un troisième axe est à l’intersection des études qui ont recouru à la Scad pour examiner des conflits discursifs autour de sujets de préoccupation – chapitres 4, 5, 11 et 13 par exemple – et des études qui cherchent à reconstituer l’émergence historique d’un discours (dominant) – chapitres 6, 7, 9 et 12 par exemple. Les premières confirment la valeur pratique de la Scad pour les chercheurs qui s’intéressent à la construction des controverses et des problèmes publiques5 : mettant l’accent sur les luttes définitionnelles entre acteurs/locuteurs, la Scad considère la pratique discursive comme fondamentalement performative et s’intéresse aux emplois du discours à des fins stratégiques diverses en contexte de « production de sens » collective/conflictuelle. Hornidge et Nadav Feuer illustrent la seconde approche en mobilisant la métaphore biologique/biographique du « climax » pour décrire la phase de production discursive où les discours se voient (provisoirement) devenir des faits sociaux et institutionnels. En ressort une intéressante réflexion sur le problème méthodologique de cadrage des projets qui en dérive (délimitation du terrain d’enquête) du fait de l’éventail des diverses trajectoires discursives auxquelles on peut être confronté.

  • 6 Van Eemeren Frans, Grootendorst Rob, A Systematic Theory of Argumentation. The pragma-dialectical a (...)

10Enfin, les différents chapitres nous confrontent à des discours plus ou moins publics et plus ou moins spécialisés. Keller évoque cette distinction en faisant remarquer que l’unité des discours publics n’est pas garantie « par une vision du monde religieuse ou disciplinaire » mais « par la performativité de définitions particulières d’une situation » (p. 23). Il y a ici une affinité avec la pragma-dialectique6 dans la mesure où la Scad considère que les situations publiques sont capables d’imposer une urgence pour convaincre un public (tout argument implique et anticipe souvent un contre-argument) et reconnaît qu’une condition sine qua non du triomphe d’une argumentation est généralement l’acceptation de certaines prémisses implicites inhérentes à cette situation en tant que type spécifique d’événement discursif. C’est pourquoi l’un des préceptes fondamentaux de la Scad est que les discours actualisent une forme d’interpellation. Néanmoins, différents contributeurs abordent cette question différemment. D’une part, Küppers « s’efforce de cantonner son analyse au niveau de l’interpellation ou de l’allocation » (p. 205) en étudiant, au sein du discours médiatique, l’allocation de positions de sujets (subject positions) aux protagonistes du discours (les travailleurs du sexe). D’autre part, s’intéressant à la manière dont les individus vivants réagissent réellement aux interpellations impliquées par le positionnement des sujets, Bosančić propose un prolongement (naturel) du canevas de la Scad dans son étude de l’auto-positionnement des travailleurs semi-qualifiés – prolongement qu’il décrit comme un passage de l’échelle méso des institutions à l’échelle micro du rapport des acteurs individuels à eux-mêmes (p. 189-190). On peut également y voir une réduction de la publicité de la pratique discursive. L’une des questions laissées en suspens est celle de l’impact des différents degrés de publicité sur l’applicabilité de la Scad ou la conception d’un projet de Scad.

De la construction discursive à la construction narrative et communicative

11L’éventail des implications heuristiques, méthodologiques et théoriques soulevées dans et par les différents chapitres du livre est trop vaste pour que ce commentaire puisse être exhaustif. Par conséquent, je me concentrerai sur deux d’entre elles qui entrent en résonance avec mes propres intérêts de recherche : les incursions de la Scad dans l’analyse narrative, et sa volonté de combiner l’analyse de discours avec l’ethnographie selon des modes où les processus communicationnels et expressifs (translational) inhérents au discours apparaissent au premier plan.

Les structures narratives dans le répertoire de la Scad : une dialectique script-récit

  • 7 Bruner Jerome, « The Narrative Construction of Reality », Critical Inquiry, vol. 18, n° 1, 1991, p. (...)
  • 8 Voir Bres Jacques, La narrativité, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1994 ; Adam Jean-Michel, « Une altern (...)

12L’un des horizons les plus intrigants quoiqu’ouverts de la Scad est son attention aux structures narratives du discours : la Scad est une approche qui reconnaît que la réalité n’est pas seulement une construction discursive mais aussi narrative7. Ceci est remarquable car l’analyse narrative est trop souvent laissée pour compte ou reléguée à la marge par les réinvestissements sociologiques de l’analyse de discours. Spécifier plus précisément la place exacte de la narrativité dans la Scad serait néanmoins salutaire – et la narratologie post-structurale8 pourrait ici inspirer la Scad.

  • 9 Smith Simon, « Narrativity discovered and narrativity uncovered: narration and narrativisation in r (...)
  • 10 La narrativité (comme le montre Keller lui-même dans son chapitre empirique sur les discours public (...)
  • 11 Labov William, « Some further steps in narrative analysis », Journal of narrative and life history, (...)
  • 12 Baroni Raphaël, « Le rôle des scripts dans le récit », Poétique, n° 129, 2002, p. 105-126.
  • 13 Maingueneau Dominique, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil, 1996, p. 94.
  • 14 Bruner, op cit.
  • 15 Bres, op cit.

13Lorsque Keller parle de structures narratives, il s’intéresse aux structures discursives qui privilégient certaines dimensions de la narrativité en généralisant leur applicabilité à des formes de temporalisation qu’il est probablement plus approprié de traiter comme non narratives. La Scad se concentre sur la composition et l’intrigue préférablement à l’orchestration linguistique – donc ce que je qualifie de narration plutôt que de narrativisation9. De même, la Scad se concentre sur la dimension dialogique ou conversationnelle intrinsèque aux situations interactives de narration10 (si chères à Labov11) davantage que sur la dimension interne des événements. Les structures narratives sont des structures qui forment une sorte de châssis encadrant les autres éléments d’un répertoire interprétatif pour les agencer selon un séquençage plus ou moins cohérent de sorte à ce que « le discours puisse s’adresser à un public » (p. 34). Mais de par ce châssis encadrant, la Scad s’intéresse selon moi à un phénomène plus large – aux modalités selon lesquelles les configurations syntagmatiques englobent les configurations paradigmatiques et pragmatiques, ainsi qu’aux multiples manières de modéliser ou d’intégrer des séquences temporelles dans la pratique discursive à des fins de production de sens et d’argumentation/persuasion. Ainsi que l’a montré Baroni12, ces séquences temporelles sont susceptibles d’être narratives (une « mise en intrigue » comme le dit Keller, citant Ricœur) ou non narratives : scripts, schémas, scénarios, routines ou descriptions procédurales – un florilège de désignations pour ces séquences d’actions stéréotypées13 – qui véhiculent un pouvoir discursif et ouvrent la voie à des hypothèses interprétatives pour autant qu’elles sont perçues comme des restitutions faisant autorité sur le déroulement normal ou idéal des choses. Conceptualiser par exemple la subjectivation – l’adhésion ou la résistance des acteurs aux « processus d’interpellation que les discours actualisent » (p. 36) – est plus aisé dès lors qu’une distinction persiste entre script et récit, couple dont la tension fait souvent partie intégrante de la production de sens car elle supplée des interstices à une myriade de formes et de degrés de transgression discursive14. Il faudrait évoquer les structures narratives, suggère Bres, seulement dans les cas où la production de sens émane litigieusement de situations où des acteurs humains entrent en conflit les uns avec les autres ou avec le monde15, ceci incluant l’entrée en conflit avec des scripts.

14De fait, l’étude de Zhang et McGhee (chapitre 8) sur la (més)interprétation discursive de textes politiques par les officiels du Parti communiste chargés de leur implémentation en Chine montre bien en quoi la Scad œuvre, effectivement, d’emblée avec une telle dialectique script-récit. Contrairement au présupposé selon lequel le socialisme d’État repose très largement sur la conformité aux textes en tant que scripts, Zhang et McGhee constatent que les officiels locaux jouissent en réalité d’une marge de manœuvre considérable. En quête d’un outil permettant de laisser l’accent sur les « dispositifs mobilisés pour réguler les problèmes » et particulièrement soucieux de la manière dont les chercheurs « ont construit la scène » (p. 161) pour permettre aux participants de livrer leurs récits (ou leurs vérités), ils ont reconstitué à partir de la Scad une chaîne de réinterprétations discursives au sein d’un système de gouvernance multi-niveaux, ceci en mettant à profit sa conception dialectique (positionner et être positionné) de la relation entre production discursive et rôles sociaux (p. 152). La Scad a servi d’outil pour une exposition paradigmatique du rapport entre la politique officielle de l’État et les problématisations locales telles qu’observées en situations de recherche, où les pratiques discursives ont successivement été abordées comme confirmatoires, subjectifiantes et expressives (translational). Les scripts eux-mêmes constituent des structures discursives régies par une temporalité ; et les structures narratives – partant de la suggestion de Bres – se révèlent lorsque les locuteurs entrent en conflit avec les scripts.

Ethnographie des dispositifs : une double translation entre textes et conversations

  • 16 Taylor James, Cooren François, Giroux Nicole, Robichaud Daniel, « The Communicational Basis of Orga (...)

15Concernant l’impératif ethnographique, la combinaison de l’analyse textuelle avec l’enquête ethnographique est considérée comme idéale sinon essentielle à la pleine compréhension du fonctionnement des infrastructures de production discursive et d’intervention discursive. L’argument est établi avec le moins de détours et le plus de vigueur au chapitre 14 par Elliker, qui soutient que les discours devraient être étudiés : a) en lien avec « d’autres processus pertinents qui co-structurent l’environnement au sein duquel les discours opèrent » (p. 270) et b) « sur des sites qui ne sont pas les principaux sites de production discursive de sens (discursive meaning making) et d’actes de langage décisifs » (p. 259). Elliker s’approprie le va-et-vient de Keller entre énonciations et textes, le combine avec l’ethnographie ciblée de Knoblauch, et instaure une dialectique tant méthodologique qu’ontologique, où l’accent est mis d’une part sur la fabrique des contributions aux discours, et d’autre part sur l’intervention (toujours médiée localement) de discours institutionnalisés au sein de champs de pratiques concrets. Sur ce point, les affinités avec les approches constitutives de la communication organisationnelle (CCO) sont grandes en ceci que les itérations de la Scad sont évocatrices du « cycle texte-conversation » au fil duquel, selon les approches CCO, la structuration sociale s’opère dans les formes organisationnelles de la vie : « tandis que les gens produisent collectivement une interprétation, ils laissent leurs actions ouvertes à l’interprétation... Dans notre jargon, les activités interprétatives constituent une conversation, tandis que le sujet et la visée de ses interprétations sont des textes... Chaque modalité recouvre l’autre. C’est par cette dialectique entre conversation et texte que l’organisation s’opère »16.

  • 17 Keller Reiner, « Die Untersuchung von Dispositiven. Überlegungen zur fokussierten Diskursethnograph (...)
  • 18 Cooren François, « Communication Theory at the Center: Ventriloquism and the Communicative Constitu (...)
  • 19 Cooren François, Bencherki Nicolas, Chaput Mathieu, Vásquez Consuelo, « The communicative constitut (...)
  • 20 Cooren François, Sandler Sergeiy, « Polyphony, Ventriloquism, and Constitution: In Dialogue with Ba (...)

16Lorsque mise en œuvre sous la forme d’une « ethnographie des dispositifs » (p. 258) attentive à « l’interaction de pratiques et de contextes situés avec des discours [ainsi qu’à la] constitution de contextes au travers de discours »17, c’est précisément une semblable double translation entre textes et conversations que la Scad s’emploie à explorer. En ce sens, ce n’est pas uniquement une construction discursive de la réalité, mais aussi une constitution communicative de la réalité que la Scad met en œuvre : « prôner une constitution communicative de la réalité ne revient pas à verser dans une forme dégénérée de constructivisme (ou même de solipsisme). Au contraire, cela signifie par exemple que des préoccupations, des réalités et des situations se voient exprimées et traduites au travers de ce que nous disons et écrivons. Et ces expressions, affections (animations) ou transpositions peuvent, bien entendu, toujours se voir questionnées et débattues sur la terra firma de l’interaction »18. Permettant de mettre en lumière ces affections (animations) et transpositions, la Scad présenterait un intérêt pour les chercheurs qui s’inscrivent dans cette tradition, tandis que certaines techniques utilisées en sociologie des organisations – telles que le recours à des caméras comme « outils pour enregistrer une interaction avec autant de richesse et d’exhaustivité que possible »19 et donc « dénouer les voix nouées »20 (idéologies, normes, préoccupations, statuts, etc.) dans le texte – pourraient servir aux adeptes de la Scad lorsqu’ils explorent contextuellement des univers de discours.

17Si l’un des objectifs de ce livre est de susciter de nouvelles continuations et prolongements de la Scad, il me semble qu’une mise en dialogue avec la narratologie post-classique et les approches communicationnelles de la théorie des organisations s’avèrerait particulièrement fertile.

Haut de page

Notes

1 Les citations ont été transposées en français par les traducteurs de cette note critique.

2 Souvent, « it » a été remplacé par « la Scad » (sociologie de la connaissance appliquée au discours) pour expliciter et faciliter la compréhension du texte français.

3 Deutungsmuster en allemand ou interpretive scheme en anglais.

4 Il est dommage que le livre ne soit pas doté d’un index, dans la mesure où il serait utile au lecteur de pouvoir revenir sur la manière dont les différents concepts sont mobilisés par les différents auteurs afin d’effectuer des comparaisons.

5 Il est symptomatique que Reiner Keller travaille depuis plusieurs années en collaboration avec Francis Chateauraynaud, dont la sociologie argumentative des controverses possède de nombreux points communs avec la Scad. Chateauraynaud Francis, Debaz Josquin, « Prospero over the ocean #1. The challenges of a semantic and argumentative approach of corpus in the era of “big data” », Socio-informatique et argumentation, 2018 (disponible en ligne : https://socioargu.hypotheses.org/5469).

6 Van Eemeren Frans, Grootendorst Rob, A Systematic Theory of Argumentation. The pragma-dialectical approach, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

7 Bruner Jerome, « The Narrative Construction of Reality », Critical Inquiry, vol. 18, n° 1, 1991, p. 1-21.

8 Voir Bres Jacques, La narrativité, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1994 ; Adam Jean-Michel, « Une alternative au “tout narratif” : les gradients de narrativité », Recherches en communication, n° 7, 1997, p. 11-36 ; Baroni Raphaël, Pahud Stéphanie, Revaz Françoise, « Classer les “récits” médiatiques : entre narrations ponctuelles et narrations sérielles », in Chraïbi Aboubakr (dir.), Classer les récits. Théories et pratiques, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 59-82.

9 Smith Simon, « Narrativity discovered and narrativity uncovered: narration and narrativisation in related political discourse », Slovo a slovesnost, vol. 80, n° 2, 2019, p. 83-104.

10 La narrativité (comme le montre Keller lui-même dans son chapitre empirique sur les discours publics sur les déchets) renvoie également au récit que le chercheur finit par conter à propos de son objet d’enquête.

11 Labov William, « Some further steps in narrative analysis », Journal of narrative and life history, vol. 7, n° 1-4, 1997, p. 395-415.

12 Baroni Raphaël, « Le rôle des scripts dans le récit », Poétique, n° 129, 2002, p. 105-126.

13 Maingueneau Dominique, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil, 1996, p. 94.

14 Bruner, op cit.

15 Bres, op cit.

16 Taylor James, Cooren François, Giroux Nicole, Robichaud Daniel, « The Communicational Basis of Organization: Between the Conversation and the Text », Communication Theory, vol. 6, n° 1, 1996, p. 4.

17 Keller Reiner, « Die Untersuchung von Dispositiven. Überlegungen zur fokussierten Diskursethnographie der wissenssoziologischen Diskursanalyse », communication présentée en 2016 à loccasion du séminaire de recherche « ethnographie discursive » à St. Gallen, p. 9 (extract translated by Florian Elliker).

18 Cooren François, « Communication Theory at the Center: Ventriloquism and the Communicative Constitution of Reality », Journal of Communication, vol. 62, n° 1, 2012, p. 12.

19 Cooren François, Bencherki Nicolas, Chaput Mathieu, Vásquez Consuelo, « The communicative constitution of strategy-making: exploring fleeting moments of strategy », in Golsorkhi Damon, Rouleau Linda, Seidl David, Vaara Eero (dir.), The Cambridge Handbook of Strategy as Practice, Cambridge, Cambridge University Press, 2015 [2010], p. 365-388.

20 Cooren François, Sandler Sergeiy, « Polyphony, Ventriloquism, and Constitution: In Dialogue with Bakhtin », Communication Theory, vol. 24, n° 3, 2014, p. 225-244.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Smith (traduction française), « Des réalités construites discursivement : explorer et prolonger la sociologie de la connaissance appliquée au discours (Scad) », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2020, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42933

Haut de page

Rédacteur

Simon Smith (traduction française)

Chercheur à Charles University (Prague), il a récemment publié Discussing the News: The Uneasy Alliance of Participatory Journalists and the Critical Public (Palgrave, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page