Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Nathalie Garric et Alexandre Herb...

Nathalie Garric et Alexandre Herbland (dir.), « Nouveaux discours de la santé et soin relationnel », Langage & Société, n° 169, 2020

Paul-Arthur Tortosa
Nouveaux discours de la santé et soin relationnel
Nathalie Garric, Alexandre Herbland (dir.), « Nouveaux discours de la santé et soin relationnel », Langage & société, n° 169, 2020, 230 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 9782735125548.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nathan Carlin, Ronald Carson, Thomas Cole (dir.), Medical Humanities. An Introduction, Cambridge, C (...)

1Le dossier thématique dernier numéro de la revue Langage & Société rassemble des contributions relevant à la fois de l’expérience de terrain des praticiens de santé et de la socio-linguistique. Il s’inscrit pleinement dans le champ des humanités médicales qui cherche à construire un dialogue entre sciences humaines et sciences de la santé afin d’améliorer la qualité des pratiques de soin1. À rebours d’une étude de la médecine centrée sur des actes techniques et limités dans le temps, les articles étudient des relations thérapeutiques inscrites dans le long terme et où les échanges entre les patients, leurs familles et les personnels soignants jouent un rôle essentiel. Ils soulignent, chacun à leur manière, que ces discours eux-mêmes « peuvent s’envisager comme des pratiques du care qui consistent en une négociation avec des valeurs collectives avant et autour de la maladie et de nouvelles valeurs avec la maladie » (p. 25).

2Les quatre premières contributions portent sur le monde des services de réanimation. Tout d’abord, Alexandre Herbland étudie les pratiques discursives « hors-cadre », c’est-à-dire qui ne relève pas des productions institutionnelles obligatoires (journaux de bord, lettres de remerciements ou de condoléances). Il montre en quoi ces textes témoignent de l’interdépendance et de la vulnérabilité de tou·te·s et permettent de réhumaniser des services très techniques où les patient·e·s sont souvent inconscient·e·s. Ensuite, Nathalie Garric et Elena Thualt comparent les productions épistolaires des proches de patients en postréanimation à des genres littéraires exprimant la souffrance et la mort, comme les épitaphes ou les élégies. Elles analysent notamment les procédés visant à euphémiser la mort et expliquent en quoi ces courriers peuvent s’inscrire dans une véritable praxis sanitaire. De même, Olga Galatanu soutient que les lettres de remerciements envoyés aux services de réanimation par les patient·e·s ou leurs proches œuvrent pour la reconstruction identitaire des scripteur·ice·s et participent de la construction des identités professionnelles des soignant·e·s.

  • 2 Yves Clot, « Clinique du travail et clinique de l’activité », Nouvelle revue de psychosociologie, v (...)

3Avec la contribution de Caroline Cance et Katja Ploog, nous quittons le monde de la réanimation pour celui des soins en addictologie. Les autrices s’intéressent particulièrement aux rencontres entre les anciens toxicomanes et les professionnel·le·s de santé, motivées par la prescription de substituts aux drogues comme la méthadone. Elles démontrent que ce « point sur le traitement de substitution » est en réalité une occasion saisie par les médecins et les infirmiè·re·s pour construire une relation thérapeutique dépassant largement le cadre institutionnel. Cette rencontre donne lieu à une démarche dite de « santé globale », prenant en compte l’ensemble des problèmes de santé des interlocuteur·ice·s et non pas le seul motif de leur visite. Les soignant·e·s profitent également de ces entrevues pour effectuer un accompagnement psychologique et social. Enfin, Marcelo dos Santos Mamed, Michèle Grossen et Michel Cauderay étudient des séances d’éducation thérapeutique du patient (ETP) avec de jeunes adolescents diabétiques, à la fois comme activité discursive et professionnelle. Iels révèlent l’utilité pédagogique d’une « clinique du travail », montrant en quoi la confrontation des professionnel-le-s de santé avec des enregistrements de ces séances peut largement contribuer à faire évoluer leurs pratiques2.

  • 3 Rita Charon, Narrative Medicine: Honoring the Stories of Illness, New York, Oxford University Press (...)
  • 4 François Goupy et Claire Le Jeunne, La médecine narrative. Une révolution pédagogique ?, Paris, Édi (...)
  • 5 Le taux de troubles psychologiques quelques mois après la sortie des services de réanimation est id (...)

4Le dossier thématique de cette revue apporte des éclairages bienvenus dans le champ des humanités médicales et de la médecine narrative3. Il permet par exemple de rappeler que cette dernière ne postule pas naïvement que tout dialogue entre patient·e·s et professionnel·le·s de santé irait nécessairement dans le sens d’une « humanisation » des soins qui en renforcerait l’efficacité. Alexandre Herbland montre notamment que les lettres de condoléances adressées par les médecins aux familles des victimes peuvent avoir un effet très négatif sur le deuil de celles-ci si elles sont mal écrites. L’empathie n’est donc pas une vertu en soi ni une qualité innée mais bien une compétence professionnelle qui doit être travaillée lors des études médicales4. Le même auteur tire également de riches enseignements de son étude sur les carnets de bords. Ces derniers sont des livres vierges placés à proximité des patient·e·s en réanimation et sur lesquels le personnel hospitalier et les proches peuvent écrire ce qu’iels souhaitent. Ils sont récupérés par la personne hospitalisée à son réveil et on y trouve généralement des mots d’encouragement, la description des progrès médicaux de la personne durant sa réanimation ou encore le récit des sentiments du personnel médical. Initialement, ce dispositif était pensé comme une manière de faciliter la reconstruction identitaire des patient·e·s en créant une trace matérielle de la période dont ils ou elles n’ont aucun souvenir. De manière surprenante, il s’avère que les carnets de bord ont un effet bénéfique sur le bien-être des soignant·e·s mais pas sur celui des patient·e·s et de leurs proches5. Ici, la médecine narrative apparaît donc moins comme une manière d’améliorer la qualité des soins en développant la réflexivité des soignant·e·s, que comme une manière de prendre soin des soignant·e·s. Nous pouvons rappeler ici que l’épidémie de covid-19 a entraîné un nombre sans précédent d’hospitalisations dans les services de réanimation (près de 7 000 patient·e·s au pic de l’épidémie alors que la capacité d’accueil maximale était initialement de 5 000 lits) et une grande fatigue chez les personnels hospitaliers. Dans cette perspective, et face à la menace d’une « seconde vague » la réflexion sur les pratiques à même d’améliorer le bien-être au travail des professionnel·le·s de santé semble plus actuelle et urgente que jamais.

  • 6 Yves Clot, La fonction psychologique du travail, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

5De même, l’étude des séances d’éducation thérapeutique du patient (ETP) est riche d’enseignements méthodologiques et pédagogiques. En effet, reprenant la terminologie d’Yves Clot, les autrices distinguent « l’activité réalisée », c’est-à-dire la composante observable de l’activité, du « réel de l’activité », c’est-à-dire « l’action psychologique du travailleur »6. Elles montrent que, confronté·e·s seul·e·s aux vidéos des séances d’ETP, les médecins attribuent principalement les difficultés de communication rencontrées à leur incapacité à saisir les émotions de leur interlocuteur·ice. À l’inverse, lorsqu’iels regardent les enregistrements en groupe, leur analyse se déporte sur les émotions des professionnel·le·s de santé, ce qui conduit à un diagnostic différent des réussites et des échecs de la séance. Ainsi, la seule observation de « l’activité réalisée » par les chercheurs et chercheuses en sciences sociales, mais aussi par les médecins, tend à encourager une réflexion portant essentiellement sur les méthodes permettant aux soignant·e·s de capter l’attention et de gagner la confiance des patient·e·s. En revanche, le déploiement des méthodes de la clinique de l’activité, visant à saisir le « réel de l’activité », permet d’élargir la réflexion au travail émotionnel que les professionnel·le·s de santé peuvent réaliser, contribuant ainsi à enrichir les activités pédagogiques dans les études médicales.

6En résumé, ce numéro spécial de la revue Langage & Société présente un intérêt pour un public bien plus large que les chercheurs et chercheuses en linguistique et apporte une pierre à l’édifice des humanités médicales en France.

Haut de page

Notes

1 Nathan Carlin, Ronald Carson, Thomas Cole (dir.), Medical Humanities. An Introduction, Cambridge, Cambridge University Press, 2014 ; Céline Lefève, François Thoreau et Alexis Zimmer (dir.), Les humanités médicales. L’engagement des sciences humaines et sociales en médecine, Doin, à paraître.

2 Yves Clot, « Clinique du travail et clinique de l’activité », Nouvelle revue de psychosociologie, vol. 1, n° 1, 2006, p. 165-177.

3 Rita Charon, Narrative Medicine: Honoring the Stories of Illness, New York, Oxford University Press, 2005.

4 François Goupy et Claire Le Jeunne, La médecine narrative. Une révolution pédagogique ?, Paris, Éditions Med-Line, 2017.

5 Le taux de troubles psychologiques quelques mois après la sortie des services de réanimation est identique pour les patient·e·s qui ont reçu le journal de bord après leur hospitalisation et celleux qui n’en ont pas disposé.

6 Yves Clot, La fonction psychologique du travail, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Nathalie Garric et Alexandre Herbland (dir.), « Nouveaux discours de la santé et soin relationnel », Langage & Société, n° 169, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 juillet 2020, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42947

Haut de page

Rédacteur

Paul-Arthur Tortosa

ATER à l’Université de Strasbourg (SAGE/DHVS), doctorant à l’Institut universitaire européen.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search