Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Camille Creyghton, Résurrections ...

Camille Creyghton, Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870

Julie Moucheron
Résurrections de Michelet
Camille Creyghton, Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870, Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2109, 380 p., ISBN : 9782713228100.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon le jeu de mot de Dominique Kalifa dans sa recension du livre pour Libération, édition papier (...)

1Pourquoi Jules Michelet, historien phare du XIXe siècle, est-il central dans les représentations de l’histoire de France ? Au terme de quel « success-history1 » est-il devenu l’historien national canonique ? Pourquoi occupe-t-il une telle place, même cent ans après sa mort, dans la mémoire culturelle française ? C’est pour répondre à ces questions que l’historienne Camille Creyghton a entrepris un vaste travail de recension et d’interprétation de la référence à Michelet, de sa mort en 1874 aux célébrations de son centenaire au milieu des années 1970. L’étude est centrée sur la réception de Michelet par les différentes générations d’historiens professionnels depuis les années 1870. Elle porte aussi sur les aspects civiques et publics de la réception – car Michelet a été l’un des premiers à articuler le récit de l’histoire de France à la question nationale, et le politique hante une large partie de l’historiographie française au cours de la période considérée. À travers Michelet, l’auteure esquisse donc une étude plus large sur la dimension historique de la culture politique française.

2Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870 est la version remaniée de la thèse de doctorat soutenue par Camille Creyghton en 2016 à l’Université d’Amsterdam. La recherche s’appuie sur une bibliographie conséquente, qui témoigne de la maîtrise des débats historiographiques français et anglo-saxons, ainsi que sur des investigations d’ampleur dans différents fonds d’archives et dans la presse. La tentation de la comparaison internationale a été écartée, car Michelet est peu connu à l’étranger. Les notes de l’ouvrage, abondantes, témoignent d’une érudition remarquable. L’écriture est limpide et les propositions sont fermes : l’auteure justifie tous ses choix méthodologiques et s’appuie sur des définitions conceptuelles solides (voir par exemple la discussion de la notion de « nationalisme »).

  • 2 La formule est le sous-titre de l’excellente biographie de Michelet par Paule Petitier : Michelet, (...)

3L’ouvrage s’organise en trois moments, avec une progression pour l’essentiel chronologique. Il se concentre sur Michelet auteur de l’Histoire de France et de l’Histoire de la Révolution française, avec quelques mentions des écrits d’histoire naturelle. Les chapitres 1 et 2 portent sur les appropriations immédiates de la figure de Michelet ; les chapitres 3 à 7 étudient les différentes phases de la réception historienne et le recul de la dimension politique ; enfin le chapitre 8 rassemble la réception littéraire « dépolitisée », sur laquelle on reviendra. Notons que la version initiale de la thèse comportait un premier chapitre biographique sur « l’homme-histoire2 » et ses nombreux visages : ses origines populaires, sa formation philosophique, son caractère pionnier en matière archivistique, sa carrière de professeur-orateur, son enthousiasme républicain en 1848… et sa fameuse volonté de « résurrection » du passé, centrale dans sa conception de l’écriture historique. Autant de jalons éclairants pour la suite qui ont hélas disparu, probablement du fait d’une contrainte éditoriale.

4L’analyse s’ouvre donc à la mort de Michelet. Sa veuve, Athénaïs, doit militer deux ans pour obtenir des funérailles officielles au Père-Lachaise : un symbole républicain, dans les premières années chaotiques d’une République divisée. La veuve, première des « gardiens de la mémoire » étudiés dans l’ouvrage, participe ensuite à plusieurs projets éditoriaux qui associent Michelet à l’enseignement de l’histoire civique et patriotique. Camille Creyghton réhabilite celle qui est souvent décrite comme une veuve et légataire abusive. Elle rappelle le caractère « familial » de la production intellectuelle au XIXe siècle, et donc la part des épouses dans les tâches d’écriture. Elle défend aussi Athénaïs à propos de la censure posthume du journal intime de Michelet.

5Parallèlement, à la fin des années 1870, les historiens dits méthodiques entreprennent de fonder l’histoire comme discipline scientifique et universitaire. Ils sont divisés sur le statut à accorder à leur prédécesseur. S’ils ont besoin d’une généalogie disciplinaire prestigieuse, l’écriture de Michelet va à l’encontre du modèle historiographique qu’ils promeuvent. Ainsi Langlois, au nom de la neutralité épistémologique, condamne son histoire « art ». Mais Monod (l’auteur du premier manifeste de l’histoire méthodique) fait de Michelet, dont il était personnellement proche, un « Père de l’histoire », un exemple civique et moral.

6Une nouvelle occasion de commémoration, le centenaire de la naissance, advient en même temps que l’affaire Dreyfus, en 1898. En temps de crise, Michelet se voit associé au « bloc » républicain. Cela n’empêche pas des lectures à l’autre bord de l’échiquier politique. Il existe ainsi une réception de Michelet par Barrès, qui adapte l’Histoire de France en argument nationaliste. L’Action française, en revanche, rejette Michelet, le républicanisme et le romantisme de l’historien étant inassimilables dans son panthéon idéologique. Le débat sur Jeanne d’Arc, dans ces premières années du XXe siècle, convoque également la référence michelétienne. De même, le débat sur l’écriture de l’histoire révolutionnaire, relancé par les travaux de Mathiez et des marxistes, ne peut contourner l’Histoire de la Révolution. Enfin, Péguy utilise Michelet comme arme de combat contre l’histoire méthodique. La synthèse s’avère nuancée et passionnante.

7Après 1918, l’héritage de Michelet semble moins conflictuel, ou moins politique, et s’émiette peu à peu. Le nationalisme n’a plus bonne presse, et la récente émergence des sciences sociales concurrentes à l’histoire fait passer la question nationale au second plan des débats. Lucien Febvre, le co-fondateur des Annales, s’empare de la figure de Michelet pour promouvoir de nouveaux principes historiographiques. Pour lui qui défend l’histoire des mentalités, Michelet incarne l’historien total, l’un des rares capables de réaliser la « synthèse vivante » qu’il appelle de ses vœux. Mais les évolutions historiographiques ultérieures – à travers l’œuvre de Braudel, puis des tenants de la « nouvelle histoire » –, montrent un désinvestissement progressif de l’héritage de Michelet. François Furet lui préfère Tocqueville. Peu à peu, on ne reçoit plus que l’écrivain et styliste, et l’historien républicain semble dépassé.

  • 3 Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, 2 vol., édition collective sous la direction d (...)

8Le dernier chapitre dresse le bilan de ce Michelet « littéraire » et dépolitisé, qui se stabiliserait dans les années 1950-1970 après la lecture pionnière de Roland Barthes (Michelet par lui-même). Les travaux érudits de Paul Viallaneix, premier éditeur du journal puis biographe, consacreraient Michelet comme écrivain en le faisant entrer dans les départements littéraires des universités. Dès lors, l’historien serait perçu comme une figure du canon littéraire réservée à l’élite lettrée, loin de la ferveur populaire qui lui valait autrefois une place de choix dans la mémoire nationale. Après les derniers feux du succès, et les ventes considérables de La Sorcière dans les années 1960, les manifestations du centenaire en 1974 formeraient « l’apogée de la ferveur michelétienne » (p. 303), en même temps qu’elles signaleraient sa relégation aux mains des spécialistes et le début de l’oubli. Pourtant, l’auteure rappelle que Michelet revient sur la scène historiographique à travers Les Lieux de mémoire dirigés par Pierre Nora dans les années 1980 ; tout comme il avait été mobilisé par Malraux, d’abord comme inspiration romanesque, puis comme icône aux accents gaullistes, alors qu’il était ministre de la Culture et enclin aux gestes commémoratifs. En postface, Camille Creyghton mentionne aussi la récente réédition de l’Histoire de la Révolution française dans la collection de la Pléiade3 (il est encore trop tôt pour étudier la réception de cette édition ; toutefois, par exemple à travers la place qu’elle accorde aux femmes de la Révolution, elle montre une modernité de l’auteur qui pourrait trouver son public).

9Ce dernier chapitre, qui isole la dimension littéraire de Michelet au prix de quelques retours en arrière chronologiques, est moins convaincant que les précédents. En distinguant un Michelet « littéraire » et un Michelet digne d’audience politique et historique, l’analyse tend à disjoindre des dimensions qui fonctionnent ensemble, et donc à sous-estimer la composante intrinsèquement littéraire de l’œuvre. Or, la réception littéraire de Michelet présente aussi des aspects politiques, et la littérature participe indéniablement, dans le cas français, à la construction de l’imaginaire national.

10L’ouvrage remplit parfaitement l’objectif annoncé en introduction : étudier le Michelet « explicite », qui est plutôt celui des historiens, avec les années 1970 comme borne finale – délimitation nécessaire dans le temps imparti à une thèse. Toutefois, il y a fort à parier qu’intégrer le Michelet des écrivains permettrait d’affiner la chronologie et de lire une histoire de la réception quelque peu différente. Une étude complémentaire pourrait aborder l’héritage « implicite ». Car Michelet inspire la plume de Vallès, de Péguy, de Zola, de Proust, de Bataille (tous cités dans l’ouvrage), mais aussi de Gide, de Claude Simon ou de Sartre. Il suscite des études spécialisées dès les années 1920, bien avant Barthes, et stimule encore la littérature contemporaine. Résurrections de Michelet s’ouvre – et cela est symptomatique – sur l’incipit du roman Les Onze de Michon (2009). Ce dernier commence par une description d’un tableau révolutionnaire fictif, censée provenir d’une page, elle aussi fictive, de Michelet. La référence, cryptée, est lointaine et convoque une représentation ambiguë (un tableau de la Révolution introuvable) plutôt qu’une icône immuable. Elle est néanmoins ouverte à l’interprétation, à de nouvelles appropriations… et à de nouvelles résurrections.

Haut de page

Notes

1 Selon le jeu de mot de Dominique Kalifa dans sa recension du livre pour Libération, édition papier du 14 mai 2020. Voir en ligne : https://next.liberation.fr/livres/2020/05/13/resurrections-de-michelet-retour-sur-une-success-history_1788271.

2 La formule est le sous-titre de l’excellente biographie de Michelet par Paule Petitier : Michelet, l’Homme histoire, Paris, Grasset, 2006.

3 Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, 2 vol., édition collective sous la direction de Paule Petitier, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Moucheron, « Camille Creyghton, Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 juillet 2020, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42953 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42953

Haut de page

Rédacteur

Julie Moucheron

Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de lettres, Julie Moucheron est doctorante à l’université Paul-Valéry de Montpellier et membre du Rirra 21.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search