Navigation – Plan du site

Thierry Chevaillier et Xavier Pons (dir.), « Les privatisations de l’éducation », Revue internationale d’éducation, n° 82

Anaïs Clerc-Bedouet
Les privatisations de l'éducation
Thierry Chevaillier, Xavier Pons (dir.), « Les privatisations de l'éducation », Revue internationale d'éducation, n° 82, 2020, 150 p., Sèvres, Ciep, ISBN : 9782854206258.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mot employé par la traductrice Hélène Bréant de l’article « Privatisation et logique marchande dans (...)

1Le dossier de 112 pages portant sur « Les privatisations de l’éducation » publié dans le numéro 82 de la Revue internationale d’éducation est un recueil de dix articles constituant autant d’études de cas relatives à des pays ou régions du monde situés sur quatre continents (Europe, Afrique, Asie, Amériques du Sud et du Nord). Pour construire ce numéro, Thierry Chevaillier et Xavier Pons ont sollicité quinze chercheur·ses en sciences de l’éducation, sciences politiques et sociologie dont les recherches convergent ici en se concentrant sur le phénomène de privatisation et de « marchéisation »1 des services éducatifs à échelle planétaire. Ce dossier est davantage un état des lieux volontairement hétéroclite qu’une étude qui se prétendrait exhaustive. En effet, les coordinateurs et les auteur·rices du dossier appellent unanimement à un approfondissement des recherches sur la question ainsi qu’à l’élaboration d’études comparatives. Ici, le·la lecteur·rice établira lui·elle-même les comparaisons entre les études de cas, à l’exception de l’article de Mark Bray et Wei Zhang « Une privatisation par défaut : expansion et enjeux du soutien scolaire privé en Asie » qui esquisse une comparaison entre différents pays d’Asie (en particulier la Corée du Sud, le Japon, le Cambodge, l’Inde, l’Ouzbékistan, la Chine et la Malaisie) au sujet de ce que l’on nomme couramment « école de l’ombre ».

2Au-delà de la variété de pays représentés, l’intérêt principal du dossier réside dans la pluralité des phénomènes de privatisation. Chaque article prend le temps d’indiquer, même brièvement, sur quelle définition de la « privatisation » il s’appuie. L’approche la plus citée est celle proposée par les chercheur·ses britanniques Stephen J. Ball et Deborah Youdell (2007) lors du 5e congrès mondial de l’Internationale de l’éducation intitulé « La privatisation déguisée dans le secteur éducatif public »2 : ces deux sociologues distinguent la « privatisation endogène » – la privatisation dans l’enseignement public – de la « privatisation exogène » – la privatisation de l’enseignement public3. Dans le premier cas, l’offre éducative se « marchéise » de l’intérieur, par le biais de la mise en concurrence des écoles, de pratiques managériales inspirées des entreprises privées et une clientélisation des familles, tout en restant sous le contrôle de la puissance publique. Dans le second cas, le privé – lucratif ou non – s’invite dans l’éducation afin de remplir des fonctions ayant trait à la conception, la gestion ou la distribution de l’offre éducative jusqu’alors assurées par la puissance publique.

  • 4 Clive R. Belfield et Henry M. Levin, The privatization of education. Causes, consequences, and plan (...)

3D’autres définitions des phénomènes de privatisation viennent compléter ou nuancer celle de Ball et Youdell. Le Chilien Cristián Bellei, dans son article consacré à la privatisation par le marché́ dans l’éducation chilienne, lui préfère celle avancée par Clive R. Belfield et Henry M. Levin, selon lesquels la privatisation correspond à un « transfert d’activités, de biens et de responsabilités des organisations ou institutions publiques vers des individus ou des agents privés »4. Peu convaincu par l’idée que l’adoption dans le secteur public de pratiques entrepreneuriales généralement en usage dans le privé puisse être considérée comme une forme de privatisation, Cristián Bellei propose une autre distinction entre la « privatisation interne de l’éducation publique » – la participation à degrés variables d’agents privés dans le fonctionnement d’un établissement – et la « privatisation ouverte de l’éducation » – lorsque la politique du gouvernement favorise l’expansion de l’offre d’éducative privée.

4Dans son article consacré à la privatisation de l’éducation dans le système scolaire anglais, Anne West cite le socio-économiste Dexter Whitfield selon lequel la privatisation d’un service public a lieu « lorsque l’on modifie l’un ou plusieurs des cinq éléments constitutifs des services publics », à savoir la vente ou le transfert d’un bien public au secteur privé (lucratif ou non), l’atténuation ou l’annulation du contrôle exercé par les pouvoirs publics, l’appel à des capitaux privés, l’alignement de l’offre de services publics sur le modèle de l’entreprise privée et la restructuration des organes de direction des organismes publics pour permettre la mise en œuvre de ces changements.

5Au-delà du débat et de la mise en perspective de ce qui constitue les privatisations de l’éducation, tous les auteur·rices du dossier s’accordent à pointer du doigt un accroissement de l’offre éducative privée à échelle planétaire et à mettre en garde contre des possibles dérives de cet accroissement. Le recueil d’articles n’a pas vocation à expliquer les causes profondes de cette mutation : il n’explore pas ce qui pousse les familles à scolariser leurs enfants dans des établissements privés et évoque en surface seulement les motifs économiques qui permettent aux établissements scolaires privés de prendre de plus en plus d’importance dans chacun des cas cités. Sur ce point également, les analyses des chercheur·ses convergent : la logique de marché et la libéralisation de l’économie constituent la cause déterminante des différentes formes de privatisation étudiées. Dans les pays riches – ici, les États-Unis, la Suède, l’Angleterre ainsi que le Japon, la Corée et Singapour –, la recherche du profit, l’accroissement des capitaux privés et la baisse des financements étatiques apparaissent comme les causes principales du phénomène tandis que dans les pays plus défavorisés – ici, le Chili, la Côte d’Ivoire, l’Inde ainsi que le Bangladesh et le Cambodge –, ce sont le manque de moyens gouvernementaux et la volonté d’élargir l’offre éducative qui engendrent la privatisation du secteur éducatif. Dans les deux cas, les gouvernements défendent leur politique en plaidant pour une amélioration et une diversification de l’offre de services éducatifs.

6Parmi les différentes formes de privatisation étudiées, figurent des écoles privées soutenues par l’État par le biais de « bons » distribués aux parents afin de permettre – en théorie, du moins – à toutes les familles de scolariser leurs enfants dans l’établissement de leur choix, quels que soient leurs revenus. Ces écoles se sont par exemple développées au Chili, aux États-Unis et en Suède. Les partenariats public-privé sont une autre forme de privatisation récurrente, ici étudiés dans les cas de l’Angleterre, de la Côte d’Ivoire et de l’Inde. Meera Samson en donne une définition claire et concise : « L’idée de ces partenariats est d’introduire de meilleures techniques pédagogiques et de gestion, et de permettre un certain degré́ de partage des risques entre les secteurs public et privé » (p. 93). Le recueil ouvre les perspectives des recherches sur les privatisations de l’éducation en incluant une étude sur les « écoles de l’ombre » en Asie, une privatisation extérieure aux établissements scolaires à proprement parler puisqu’il s’agit de soutien scolaire privé, qualifié par Bray et Zhang de « privatisation par défaut ». En Asie, le recours à ces établissements de soutien est devenu une extension du système scolaire, à tel point que les enseignant·es comptent sur eux pour compléter leurs enseignements, laissant ainsi peser sur les familles la responsabilité de la réussite scolaire de leurs enfants (p. 103-112). Enfin, un cas tout à fait particulier étonne par sa présence dans ce recueil : « Dilemmes et défis de l’État éducateur face au développement de l’instruction en famille en France », de Philippe Bongrand (p. 113-122). L’auteur présente l’instruction en famille comme une privatisation de l’éducation dans le sens où elle a lieu dans la sphère privée. Dans ce cas, la privatisation est à l’initiative des familles et ne répond pas à la logique marchande favorisée par le gouvernement : si certains parents décident d’instruire eux-mêmes leurs enfants, c’est parce que les situations dans lesquels ils se trouvent « procèdent d’attentes de scolarisation non satisfaites, donc de déceptions relativement à l’État » (p. 118).

  • 5 Christopher Lubienski, T. Jameson Brewer et Jin Ah Kim font ici référence au philosophe de l’éducat (...)

7Le terme « impact » est le mot-clef du recueil : tou·tes les auteur·rices en arrivent à la conclusion que les privatisations de l’éducation ont un impact plutôt négatif et difficilement réversible sur les principes d’équité et de collectivité inhérents à l’éducation publique en favorisant le consumérisme et l’individualisme. Lorsque le bien public qu’est l’éducation se transforme en produit consommable, les familles deviennent des clients à satisfaire auxquels il est permis de faire passer ce qui leur semble bon pour leurs propres enfants avant les préoccupations collectives valables également « pour les enfants des autres » (p. 65)5. Les plaidoyers gouvernementaux pour une plus grande efficacité et une diversification du système scolaire justifiant la privatisation sont contrecarrés par les faits observés sur le terrain : la mise en concurrence des écoles et le paiement de frais de scolarité engendrent des discriminations dans le choix des élèves admis dans les établissements privés, la recherche de profit peut pousser certains établissements privés à réduire les salaires des enseignant·es et, donc, à employer des enseignant·es moins qualifié·es. Enfin, les résultats scolaires observés ne sont globalement pas meilleurs dans les établissements privés que dans les établissements publics. L’évaluation des impacts négatifs est cependant nuancée dans les pays plus défavorisés comme l’Inde et la Côte d’Ivoire, où les investissements privés répondent à une « offre publique d’enseignement insuffisante » (Zamblé Théodore Goin Bi et N’guessan Claude Koutou, p. 87) et permettent, dans une démarche philanthropique, de rendre l’école accessible aux populations les plus pauvres (Meera Samson, p. 98). Enfin, laissons le mot de la fin à Clara Fontdevila et Antoni Verger (« Un examen des stratégies d’influence politique du secteur privé sur l’éducation », p. 39-45) qui craignent que, dans les pays pauvres comme dans les pays riches, les acteurs privés impliqués dans l’offre éducative « [puissent] ultimement compromettre le caractère public et ouvert des débats démocratiques sur le changement en éducation » (p. 45). L’état de la situation proposé dans ce dossier nous invite à poursuivre la recherche sur l’éducation en tant que bien commun public et les conséquences effectives ou anticipées de sa privatisation. Les mises en garde envers les différents processus de privatisation prononcées par les auteur·ices nous poussent à réfléchir à des solutions alternatives pour aller à l’encontre de la marchéisation excessive de l’offre éducative.

Haut de page

Notes

1 Mot employé par la traductrice Hélène Bréant de l’article « Privatisation et logique marchande dans l’éducation aux États-Unis », initialement rédigé en anglais par Christopher Lubienski, T. Jameson Brewer et Jin Ah Kim, p. 63.

2 Voir : https://www.worldsofeducation.org/fr/woe_homepage/woe_detail/16608/privatisation-cach%c3 %a9e-dans-l%e2%80%99enseignement-public (consulté le 14 juillet 2020).

3 Chaque référence est brièvement résumée dans une bibliographie très complète établie par Bernadette Plumelle (p. 123-137). Cf. résumé du texte de Stephen J. Ball et Deborah Youdell, p. 128.

4 Clive R. Belfield et Henry M. Levin, The privatization of education. Causes, consequences, and planning implications, Unesco, IIEP, 2002.

5 Christopher Lubienski, T. Jameson Brewer et Jin Ah Kim font ici référence au philosophe de l’éducation et pédagogue états-unien John Dewey.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Clerc-Bedouet, « Thierry Chevaillier et Xavier Pons (dir.), « Les privatisations de l’éducation », Revue internationale d’éducation, n° 82 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 22 juillet 2020, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42957

Haut de page

Lieu

Chili

États-Unis

Suède

Angleterre

Inde

France

Haut de page

Rédacteur

Anaïs Clerc-Bedouet

Historienne du cinéma et pédagogue de formation, spécialisée dans l’éducation à l’image après avoir enseigné pendant sept années dans le secondaire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page