Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Michel Peraldi, Michel Samson, Ma...

Michel Peraldi, Michel Samson, Marseille en résistances. Fin de règnes et luttes urbaines

Stéphane Olivesi
Marseille en résistances
Michel Peraldi, Michel Samson, Marseille en résistances. Fin de règnes et luttes urbaines, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2020, 222 p., ISBN : 9782348042270.
Haut de page

Texte intégral

1Avant d’en présenter le contenu, il importe de souligner que cet ouvrage ne relève ni d’un essai journalistique, ni d’un travail académique au sens usuel mais opte pour une voie intermédiaire. De ce fait, le lecteur pourra déplorer ou, inversement, louer le parti pris éditorial qui consiste à associer l’investigation empirique, la production de données factuelles, à la mobilisation de problématiques et concepts importés des sciences sociales.

2À ce titre, l’ouvrage investit un espace éditorial peu fréquenté. Plus essentiel, il invite les chercheurs à s’interroger sur leur rapport au « terrain », aux données empiriques, à la vision parfois trop savamment construite qu’ils déploient comme pour se prémunir de toute confrontation au réel. Car le risque existe pour les sciences sociales de finir par se détourner de la réalité au profit de représentations qui, à la vérité, ne parlent qu’au monde académique et, plus insidieux, que du monde académique. Là, les auteurs partent des faits, les mettent au jour mais proposent aussi une mise en intelligibilité des phénomènes observés. Et cela n’est possible que parce qu’ils saisissent ces faits à partir de grilles de lectures et de questionnements qui font écho à des problématiques contemporaines de la recherche : délitement des organisations partisanes, mutations de la composition sociale des villes et de leur économie, accroissement des inégalités, nouvelles formes de mobilisation, etc.

3Observateurs avertis de la ville de Marseille et en particulier de sa vie publique, les auteurs renouent avec leurs précédents travaux et revisitent leur terrain d’étude pour en saisir les évolutions saillantes. Fin des dynasties politiques (et parfois familiales) qui avaient monopolisé la vie publique locale et émergence de nouvelles formes de contestation populaire nourrissent ce nouveau chapitre d’une enquête au long cours. Les auteurs nous replongent au cœur de phénomènes qui avaient déjà pu être observés de loin en raison de leur médiatisation comme la crise du logement (mise en lumière par l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne le 5 novembre 2018) ou la mauvaise gestion de la ville épinglée par la chambre régionale des comptes. Leurs analyses mêlent ainsi suivi de l’actualité, entretiens menés auprès d’acteurs locaux, observation de la vie publique, exploitation de sources officielles, etc. Et derrière la profusion de représentations de cette ville reproduisant industriellement sa propre caricature, édiles en tête, les auteurs tentent d’en saisir le réel – c’est-à-dire les groupes sociaux, les formes de sociabilité, et la réalité économique d’une cité concentrant richesse et misère, tout comme le Paris d’hier, de Balzac, et celui d’aujourd’hui.

  • 1 Du moins la promesse de ce renouvellement.

4Quelques phénomènes marquants, moins singuliers qu’on ne l’imagine parfois, ressortent des analyses. En premier lieu, les auteurs pointent l’irruption des femmes sur la scène politique, à tel point que leur ostracisation passée serait aujourd’hui effacée par leur fulgurante conquête du pouvoir politique. Les élections municipales de 2020 en apportent la preuve immédiate puisque les principales candidates, à Marseille comme à Paris, sont des femmes. Et là comme ailleurs, le renouvellement macroniste de la classe politique1 reflète bien davantage un délitement des partis politiques (voire du jeu politique) que l’émergence d’une nouvelle génération d’acteurs ou de nouvelles manières de faire vivre la vie publique.

5L’effondrement du système politique local durant la décennie 2010-2020 est scruté non par nostalgie des temps anciens où le Maire de la ville, Ministre de l’Intérieur, recevait le glorieux titre local de « Ministre de l’Intérieur et du Milieu » mais pour comprendre les mutations sociales, démographiques, économiques qui sont à la racine de ce phénomène. Récusant la recherche rétrospective de causes explicatives, les auteurs pointent la succession des « affaires » dans la longue durée, l’image durablement dégradée des élus, héritiers comme parvenus (notamment Sylvie Andrieux pour la droite et Jean-Noël Guérini pour la gauche). Ces élus très locaux ne brillaient au mieux que par leur savoir-faire clientéliste ou par leur incapacité à passer la barrière médiatique sans susciter quelques interrogations sur leur capacité à être « crédibles » au-delà d’une clientèle bien(mal)veillante. Certains (Patrick Mennucci, Samia Ghali, Marie-Arlette Carlotti…) parvinrent néanmoins à neutraliser les effets politiquement disqualifiants des stigmates d’une origine sociale populaire et/ou provinciale. Ils se heurtèrent tout de même à des difficultés dans la construction de leur légitimité politique, à la fois face au regard extérieur, toujours enclin à voir Marseille comme une ville étrange pour ne pas dire étrangère, et devant leurs propres électeurs locaux.

6Les auteurs montrent que cet effondrement du système politique a conduit à l’émergence de nouvelles forces politiques (LaREM, La France insoumise…) mais aussi, plus essentiel et moins visible, à l’affirmation sous-jacente d’un système affairiste de plus en plus prégnant, structurant pour la ville, au point de résumer le jeu politique à un théâtre d’ombres. Les opérations d’urbanisation largement mises en lumière durant les mandats de Jean-Claude Gaudin témoignent de l’émergence d’une économie essentiellement spéculative, associée à la nouvelle vocation « touristique » de la ville qui s’est traduite en 2018 par l’accueil d’environ 1,8 millions de visiteurs.

7Les montages de ces politiques de développement urbain ont suivi des schémas habituels : investissements publics massifs avec mobilisation de partenaires privés, puis privatisation permettant aux groupes de notables locaux d’en tirer profit. Et l’on retrouve les commerçants et les promoteurs immobiliers dont les intérêts furent de mieux en mieux représentés au sein du conseil municipal, couvrant ainsi le spectre de toute l’offre résidentielle : depuis les promoteurs de logements luxueux jusqu’aux marchands de sommeil. L’opération la plus visible réside dans la tentative de gentrification de la rue de la République qui s’est soldée, d’après les données disponibles, par un échec puisque de nombreux locaux commerciaux sont restés inutilisés et que des délogés « sociaux » furent relogés en l’absence de renouvellement de la population des résidents. Cette économie de spéculation, fondée sur le logement, explique bien des étrangetés comme la dégradation de l’habitat dans le centre-ville mais aussi la construction de nombreux ensembles résidentiels privés. En 1960, on dénombrait à Marseille 72 ERF (ensemble résidentiel fermé). En 1990, ce nombre s’élevait à 157 mais en 2016, on en dénombrait 1507 au point de faire de ce type de résidence la norme de l’habitat des classes moyennes, avec deux conséquences : une large privatisation de l’espace urbain et le renforcement de logiques spéculatives et ségrégatives résultant de l’accès à la propriété de nombreux résidents soucieux de valoriser leur patrimoine.

8C’est à partir de cet arrière-fond économique et social que les auteurs explorent le profil et les trajectoires des nouvelles actrices politiques locales. On retiendra le cas d’Alexandra Louis, députée LaREM, très représentatif de ce renouvellement du paysage politique mais aussi d’une sorte d’artificialisation de la vie politique. Issue d’un milieu modeste, devenue avocate, elle s’installe à Marseille en 2001. En 2017, sans expérience militante préalable, elle s’engage dans la campagne d’Emmanuel Macron. Seul motif évoqué : son opposition au FN. Comme le révèlent les auteurs, après un long entretien téléphonique avec un cadre parisien de LaREM, elle est retenue comme candidate et, avec l’aide de militants plus aguerris, parvient à gagner l’élection face au maire d’arrondissement FN Stéphane Ravier. Fréquentant dès lors le très chic VIIème arrondissement parisien et le très populaire XIIIème arrondissement de Marseille, elle débute en néophyte cette aventure politique. Elle sera rejointe par un jeune homme, issu des milieux catholiques lyonnais, qui la secondera dans la gestion des dossiers. Et elle s’investira notamment sur les questions liées à l’habitat social dans son secteur et au-delà. Cette représentante sans véritable ancrage éclaire cette nouvelle manière de faire de la politique, frappée d’une forme d’impuissance structurelle : impuissance à l’égard de ceux que l’élue représente et qui, pour un grand nombre, ne l’identifient même pas, mais impuissance aussi à l’égard d’un jeu politique et législatif dont elle n’est qu’un rouage et dont la complexité lui échappe largement. Quant à la candidate LaREM opposée lors de la même élection à Jean-Luc Mélenchon, elle disparaîtra immédiatement de la scène publique après son échec.

9On le mesure sur ce point, les faits observés et mis en lumière dépassent le seul contexte marseillais. Et l’invitation à saisir les acteurs du jeu politique à partir de la trame des sociabilités dont ils émergent ne peut qu’être louée. On peut tout de même considérer qu’elle conduit encore et toujours à trop se focaliser sur le théâtre politique au détriment de la réalité sociale, démographique et économique de la ville et de ses dynamiques propres.

Haut de page

Notes

1 Du moins la promesse de ce renouvellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Michel Peraldi, Michel Samson, Marseille en résistances. Fin de règnes et luttes urbaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 juillet 2020, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42961

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search