Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Alizé Papp, Madeleine Péron, Jule...

Alizé Papp, Madeleine Péron, Jules-Rémy Sarant (dir.), « L’économie (se) raconte-t-elle des histoires ? Croyances et rationalités en économie », Regards croisés sur l'économie, n° 22, 2019

Quentin Brncic
L'économie (se) raconte-t-elle des histoires ?
Alizé Papp, Madeleine Péron, Jules-Rémy Sarant (dir.), « L'économie (se) raconte-t-elle des histoires ? Croyances et rationalités en économie », Regards croisés sur l'économie, n° 22, 2019, 180 p., Paris, La Découverte, ISBN : 978-2-348-04076-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, 10-18, 1919.

1La science économique et ses discours sont omniprésents dans différentes sphères de la vie sociale, notamment les sphères politique et médiatique. Ces discours, et les économistes qui les tiennent, y jouissent en effet d’une grande visibilité ; de plus, ils y sont rarement remis en question. Les économistes issus du monde universitaire sont ainsi fréquemment présentés sous l’étiquette du « savant » par opposition au « politique », pour reprendre la distinction classique de Max Weber1. Autrement dit, l’économiste est fréquemment présenté comme le porteur d’une parole proche de celle de l’expertise technique, détachée des passions politiques. La science économique moderne a su se doter d’autant d’attributs qui rendent la parole de l’économiste crédible, qui donnent envie de croire en lui. Dès lors, il convient de s’interroger sur cette spécificité de la parole de l’économiste : sur quoi se fonde notre adhésion aux énoncés portés par la science économique ?

  • 2 Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, coll. « Champs sciences (...)
  • 3 Amartya Sen, « Des idiots rationnels. Critique de la conception du comportement dans la théorie éco (...)

2Cette adhésion a priori aveugle peut sembler paradoxale quand on se souvient de Winston Churchill qui déclarait, non sans humour : « Mettez deux économistes dans une pièce, et vous aurez deux avis différents. À moins que l’un d’eux ne soit Lord Keynes, auquel cas vous aurez trois avis différents… ». L’économie en tant que discipline académique est en effet traversée par des débats ou, pour reprendre le terme de Thomas Kuhn2, des paradigmes rivaux. Pourtant, les défenseurs des modèles économiques, en tout cas ceux issus du courant mainstream, postulent le plus souvent que le principe de rationalité est une bonne approximation du comportement économique. En conséquence, leurs modèles économiques sont basés sur ce postulat de rationalité. Mais de quelle rationalité parle-t-on ? Traditionnellement, et dans l’immense majorité des cas, les modèles économiques se fondent sur le modèle dit de l’homo economicus, « idiot rationnel »3 capable de maximiser au mieux sa satisfaction au vu de ses ressources dans un contexte d’information parfaite. Mais il apparaît que « définir la rationalité de manière univoque […] ne peut prendre en compte la diversité des comportements (économiques) » (p. 8). Par conséquent, quelle rationalité accorder à la science économique contemporaine ? Et une fois que l’on a sinon remis en cause du moins amendé la rationalité des agents économiques, ne faut-il pas se demander si les économistes eux-mêmes ont leurs croyances ?

3Plus de dix ans après la crise de 2008, c’est à l’ensemble de ces questions que ce numéro de la revue Regards croisés sur l’économie s’efforce de répondre, en réunissant des économistes et des sociologues. L’ouvrage se propose ainsi de faire un état des lieux des recherches en sciences sociales sur les multiples formes de la rationalité du comportement économique et sur rôle des croyances dans les systèmes économiques. Il est découpé en trois grandes parties elles-mêmes divisées en chapitres qui constituent en fait de petits articles écrits par un·e chercheur·e et visant à traiter une des questions soulevées par les thématiques que nous avons évoquées.

  • 4 Herbert A. Simon, Models of Man. Social and Rational. Mathematical Essays on Rational Human Behavio (...)
  • 5 Ronald Coase, The Nature of the Firm, [s. l.], Économica, 1937.
  • 6 Dirait-il aujourd’hui « économie du PowerPoint » ?
  • 7 Oliver E. Williamson, Markets and Hiérarchies. Analysis and Antitrust Implications, [s. l.], The Fr (...)
  • 8 John Nash, Oskar Morgenstern, The Theory of Games and Economic Behavior, Princeton, Princeton Unive (...)

4La première partie du dossier discute le paradigme de l’homo œconomicus et notamment, au sein de celui-ci, le paradigme de rationalité. Dès lors que l’on prend en compte des éléments extérieurs (contexte d’incertitude, interactions avec l’environnement, croyances…) l’idée d’un individu parfaitement rationnel vacille et sa simplicité, séduisante en apparence, perd de sa portée explicative. Pourtant, la notion de rationalité, au sens où l’entendent les économistes, a été au cours des dernières décennies remise en question par les économistes eux-mêmes. Laurène Tran présente l’idée de « rationalité limitée », développée par Herbert Simon4. Elodie Bertrand rappelle que Ronald Coase5 s’était attaqué à « l’économie de tableau noir »6 et avait montré que les choix des entrepreneurs étaient avant tout subjectifs et empreints d’incertitude, ouvrant la voie aux nouvelles théories institutionnelles de la firme dans les années 19707. L’étude de John Nash sur les interdépendances de relations individuelles8 a permis de montrer l’importance des interactions stratégiques dans les décisions des agents, comme le souligne Amory Gethin. Néanmoins, soulignant que « les remises en cause les plus incisives de la rationalité de l’homo oeconomicus viennent probablement d’en dehors du champ des économistes » (p. 12), les coordinateurs de l’ouvrage se proposent d’apporter un regard sociologique sur les différents biais auxquels se heurte la rationalité des agents, qu’il s’agisse du domaine éducatif (Pascal Bressoux), financier (Horacio Ortiz) ou des comportements d’épargne (Isabelle Guérin). Cet enrichissement de la rationalité constitue finalement un enjeu crucial pour les politiques publiques qui pourraient pâtir d’une conception trop étroite de la notion. Ainsi, la discrimination économique, si elle peut sembler rationnelle de prime abord, masque en réalité un arbitraire des décisions d’embauche, comme le montre Maxime Parodi. Les travaux issus de l’économie comportementale ont en outre souligné que, puisque les individus n’agissent pas toujours dans leur propre intérêt (économique), alors le nudge (ou « coup de pouce ») constitue un outil précieux de politique économique, aux côtés d’instruments plus coercitifs comme la règlementation. Par conséquent, si les comportements économiques sont soumis à des biais cognitifs, alors l’intervention publique peut avoir pour objectif de faire correspondre les actions avec leurs intentions supposés, sans restreindre les choix offerts aux agents, ce que montre Gustave Kenedi.

5Si la définition de la rationalité entendue dans le modèle de l’homo œconomicus ne permet donc pas de rendre compte de la totalité des comportements économiques, alors il faut chercher à comprendre quels sont les éléments qui viennent compléter, voire concurrencer cette rationalité. La seconde partie du dossier interroge la place des croyances et des représentations sociales dans les comportements et les structures économiques. Pour se convaincre de la place centrale des représentations dans les comportements économiques, les articles s’attèlent à montrer la pluralité « des cultures, des valeurs et des croyances des agents [qui] donnent lieu à des comportements économiques distincts de ce que nous observons dans les pays occidentaux » comme le rappellent les coordinateurs du dossier (p. 99).Michel Aglietta étudie ainsi le développement spectaculaire de la Chine au cours de dernières décennies tandis que Michel Ruimy présente l’existence d’un « homo islamicus » issu de la finance islamique et dont le comportement rationnel se conçoit non plus seulement selon la poursuite de son intérêt propre mais également selon des contraintes liées à l’intérêt social. De même, l’Église catholique continue de véhiculer des valeurs critiques du fonctionnement de l’économie, et notamment de l’économie néoclassique, qui se serait érigée en « nouvelle religion » (p. 145), explique Gaël Giraud. Bien que dominant, le modèle de l’homo oeconomicus n’apparaît donc que comme un cadre très particulier d’analyse des actions économiques.

6Si le concept de rationalité peut revêtir des conceptions multiples, la science économique n’est-elle pas dépassée par la réalité ? La troisième partie du dossier nous invite à explorer un certain nombre d’interrogations qui reste à ce stade en suspens. Si la science économique est consciente de ses limites, alors il faut s’interroger sur la façon dont elle y répond et se réinvente : on assisterait à une multiplication des paradigmes et l’analyse économique connaîtrait même, selon Pierre Cahuc et André Zylberberg, une « révolution expérimentale » (p. 164). Pourtant, Philippe Légé souligne que la crise de 2008 n’a produit que des effets ambivalents sur la science économique : si certaines théories macroéconomiques (notamment monétaires) ont été désavouées et que l’histoire économique a bénéficié d’une relative réhabilitation, le cœur de la théorie néoclassique – c’est-à-dire la microéconomie fondée sur l’hypothèse d’agent représentatif – n’a que peu remis en cause le postulat d’agent rationnel en dépit de la montée des approches « comportementalistes » (p. 178). Ce relatif renouvellement de l’analyse économique apparaît fragile : les expérimentations aléatoires souffrent, pour Arthur Jatteau, de faiblesses méthodologiques, et la mathématisation engagée depuis l’après-guerre ne viendra jamais à bout de l’incertitude dans laquelle évoluent les agents économiques, selon Nicolas Bouleau. Finalement, la validation du savoir économique, loin d’être le fait de la seule profession d’économiste, comme le rappelle Frédéric Lebaron, apparaît comme fortement liée à des instances qui lui sont extérieures, alors que Philippe Steiner montre que la science économique a le pouvoir d’influer et de modifier les structures sociales elles-mêmes.

7Ce dossier offre un voyage passionnant à travers les différentes conceptions de la rationalité et leur place dans et par rapport à la science économique. Les « mille et une rationalités » (p. 11) invitent à amender la théorie de l’homo œconomicus, pierre angulaire de l’économie dominante, qui – ironiquement – fait l’économie des croyances, des représentations et des biais cognitifs dans les comportements économiques. Le dossier illustre également l’intérêt d’étudier les mécanismes par lesquels la science économique participe à construire sa légitimation, voire sa « performation ». Ces questions sont cruciales pour l’économiste comme pour le sociologue. Ce numéro de Regards croisés sur l’économie montre à quel point le croisement de regards des économistes et des sociologues peut être fécond, en particulier sur ces objets aussi centraux des sciences sociales que sont les rationalités et les croyances, individuelles et collectives.

Haut de page

Notes

1 Max Weber, Le savant et le politique, Paris, 10-18, 1919.

2 Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, coll. « Champs sciences », 2018 [1962].

3 Amartya Sen, « Des idiots rationnels. Critique de la conception du comportement dans la théorie économique », in Éthique et économie, Paris, PUF, 1993.

4 Herbert A. Simon, Models of Man. Social and Rational. Mathematical Essays on Rational Human Behavior in a Social Setting, New York, Wiley, 1957.

5 Ronald Coase, The Nature of the Firm, [s. l.], Économica, 1937.

6 Dirait-il aujourd’hui « économie du PowerPoint » ?

7 Oliver E. Williamson, Markets and Hiérarchies. Analysis and Antitrust Implications, [s. l.], The Free Press, 1975.

8 John Nash, Oskar Morgenstern, The Theory of Games and Economic Behavior, Princeton, Princeton University Press, 1944.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Brncic, « Alizé Papp, Madeleine Péron, Jules-Rémy Sarant (dir.), « L’économie (se) raconte-t-elle des histoires ? Croyances et rationalités en économie », Regards croisés sur l'économie, n° 22, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 juillet 2020, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42968

Haut de page

Rédacteur

Quentin Brncic

Doctorant en sociologie au centre Maurice Halbwachs (ENS-EHESS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search