Navigation – Plan du site

Jean-Marie Barbier, Marie-Laure Vitali, Martine Dutoit, Collectif de recherche, La création comme expérience

Dorian Debrand
La création comme expérience
Jean-Marie Barbier, Marie-Laure Vitali, Martine Dutoit, Collectif de recherche , La création comme expérience, Paris, L'Harmattan, coll. « Action et savoir », 2020, 217 p., ISBN : 978-2-343-19292-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chaire Unesco « Formation et pratiques professionnelles » du Conservatoire national des arts et mét (...)

1Cet ouvrage collectif synthétise les résultats d’un rapport de recherche initié par la chaire Unesco du Cnam1 autour de la création. Ce travail vise à contribuer au développement d’une théorie croisée de la construction des activités et des sujets, c’est-à-dire à l’étude des transformations conjointes de la création (les activités) et des créateurs (les sujets) dans et par leurs activités en situation de création, à travers la notion d’expérience : c’est ce que les auteurs nomment « l’expérience de création ». L’ouvrage se veut lui-même être une expérience dont le résultat se divise en cinq entrées : (i) La création comme injonction, (ii) Créativité, innovation, invention, découverte et création, (iii) La création : une conjonction d’activités, (iv) Se vivre créateur, (v) Accompagnement de la création : une intention de faire advenir. Ces cinq entrées sont parfaitement choisies pour les lecteurs éloignés de ce domaine de recherche, car chacune d’elles aborde et approfondit l’expérience de création en adoptant un point de vue différent, jusqu’aux moyens d’accompagner la création pour la faire advenir. La question de l’accompagnement est centrale dans un ouvrage qui s’inscrit en effet dans le domaine de la recherche en formation/développement. Néanmoins, nous choisissons dans ce compte rendu de présenter ces entrées en trois parties : la première regroupe les deux premières entrées car elles constituent le socle contextuel du sujet de l’ouvrage ; la deuxième regroupe les deux entrées qui se focalisent sur les différentes facettes de l’expérience de création, dont l’étude de cas d’une créatrice-romancière ; enfin, la troisième partie présente les enjeux de la formation à la création et son accompagnement.

2Les deux premières entrées de l’ouvrage posent le contexte de ce travail de recherche. Les auteurs rappellent d’abord que « la culture de la création » constitue un paradigme de pensée millénaire (« une posture anthropologique »), dans lequel l’esprit crée la matière. Cependant, ils soulignent aussi les transformations de ce paradigme poussées par la prescription à créer que prône le discours économique et social contemporain. Ces transformations s’illustrent dans l’usage du vocabulaire de la création lorsque, par exemple, plutôt qu’à la création c’est à la créativité que l’on recourt, selon une prescription que les auteurs nomment l’injonction de subjectivité : « il s’agit beaucoup moins d’être engagé par son activité que de s’engager dans son activité » (p. 22). Autrement dit, c’est la question de l’implication du sujet qui est au centre, décrite comme « la culture du sujet », l’affirmation du Je, qui investit le paradigme traditionnel de la création. Il convenait donc de clarifier ce vocabulaire polysémique de la création, polysémie qui, en effet, reflète les transformations d’activités dans les cultures économiques et sociales contemporaines. Le collectif de recherche propose ainsi de définir pour les distinguer les termes suivants : la créativité, l’innovation, l’invention, la découverte, pour enfin arriver à la création. Aujourd’hui, ce sont les deux premiers termes qui sont les plus en usage dans les discours (la créativité et l’innovation), termes bien souvent assimilés à la création. Pourtant, la créativité est définie par les auteurs comme « une inférence causale à partir d’actions de création évaluées » (p. 29). Ils ajoutent que la créativité fait l’objet d’une intense demande sociale, tout comme l’innovation, qui fonctionne comme une transformation des produits de l’activité sans supposer obligatoirement une modification du rapport d’usage ni la transformation des sujets. Les deux termes suivants, l’invention et la découverte, semblent garder une certaine distance vis-à-vis des transformations d’activité et des discours. L’invention transforme les usages, les pratiques sociales (l’exemple du numérique), tandis que la découverte « apparaît quand il s’agit de désigner quelque chose qui préexiste ou qui préexistait, mais qui n’était pas l’objet de connaissance ou de savoir » (p. 33). Enfin, la création transforme quant à elle « des activités, des usages et des sujets créateurs » (p. 34). C’est à partir de ce dernier terme que l’ouvrage cherche à rendre compte de l’expérience de création. Rendre compte de cette expérience consiste à identifier et analyser les activités « décrites par les acteurs avec les contours de sens et les significations qu’ils leur confèrent » (p. 9). Les auteurs mettent donc en garde le lecteur : ce n’est pas la création en tant que telle que cet ouvrage examine, mais les « outils pour rendre compte de ce que les acteurs reconnaissent comme création » (p. 9). Ainsi, c’est à partir de ce cadre que les entrées suivantes de l’ouvrage cherchent à retracer cette expérience de création qui fait bien souvent l’objet d’un « effacement du travail » par les créateurs, au profit d’un discours de valorisation sociale, voire d’une mythification de la création.

3Pour identifier et analyser cette expérience, Jean-Marie Barbier propose un outil permettant de la diviser en trois points : le vécu, l’élaboration de l’expérience et la communication de l’expérience. L’auteur distingue ces trois points pour mieux les réunir et même souligner leur simultanéité (on pourrait dire ici leur consubstantialité). Selon lui, des activités sont spécifiques à l’intérieur de ces points, mais toutes sont « communes à l’ensemble des expériences de création » (p. 40). Pour éclairer sa thèse, Jean-Marie Barbier retranscrit le récit de différents créateurs (artistiques, culturels, professionnels, technologiques) correspondants aux moments mêmes de la création et propose une analyse de ces récits à travers son prisme. Il développe différents résultats pour comprendre le travail de l’expérience : la performation d’activité sur la conduite de l’action (le faire, l’engagement d’activité), l’activité de l’inhibition sur les constructions de sens (les effets concrets des bouleversements lors de la création, des déséquilibres, difficultés), l’importance du « travail inconscient » (lui-même lié au travail conscient), le rassemblement de ce qui est épars (l’aboutissement du travail, du « puzzle », et la reconnaissance du produit par le créateur), et enfin la cristallisation (le moment de grâce, la rencontre). Aussi, on retrouve dans les verbatim et les analyses de l’auteur ce qui est du ressort du vécu – comme la question de la mobilisation de ressources passées du créateur via des routines –, de l’élaboration de l’expérience, et notamment les émotions et les difficultés que rencontre le créateur et sa manière de les surpasser, et enfin ce qui est du ressort de la communication de l’expérience, c’est-à-dire les moments de l’expérience propre du créateur qu’il juge dignes d’être transmis. Nous retrouvons ces différentes observations dans l’étude de cas d’une créatrice-romancière présentée par Sylviane Martin. Cette étude insiste sur l’importance de « l’émotion fondatrice » qui semble se révéler toujours plus dans les créations. Dans la continuité de cette deuxième partie, Marie-Laure Vitali et Jean-Marie Barbier analysent « le rapport que les sujets entretiennent avec eux-mêmes, sur la longue durée […] sur l’ensemble de leur expérience de créateur » (p. 81). Les trois points de l’expérience de création sont ici approfondis d’une manière différente, par ce que les auteurs désignent le Moi et le Je, le premier étant lié à l’élaboration de l’expérience et le second à la communication de l’expérience. Cet approfondissement se nourrit de six notions développées par les auteurs : les émotions fondatrices, le moi créateur, le travail de subjectivation, le registre personnel d’activité, l’entrée dans la subjectivité d’autrui, le recouvrement du Moi et du Je. Ces notions mettent en lumière la manière dont le sujet passe d’une situation d’indétermination à une situation de détermination grâce à un processus de construction de sens, de lien entre des représentations issues du passé ou de la situation présente.

4Une dernière partie de l’ouvrage, étonnamment courte compte tenu du domaine de recherche dans lequel s’inscrit l’ouvrage, se focalise sur les dispositifs d’accompagnement à la création. Martine Dutoit et Long Pham Quang se sont intéressés à des dispositifs situés dans différents champs de pratique : musique, industrie, design, fablab… Bien qu’il apparaisse complexe d’appréhender les multiples facettes de l’accompagnement, différentes caractéristiques de ces dispositifs ressortent de ce travail : le lien entre l’expérience personnelle de création et l’expérience d’accompagnement à la création (on retrouve le vécu, la transmission du métier par les formateurs), la force du travail collectif sur la transformation du travail individuel (ce travail collectif favorisant la singularité du créateur), l’importance des rencontres et de l’insertion dans des réseaux professionnels des dispositifs d’accompagnement tout comme celle des espaces (les lieux) permettant de générer des « actions singulières » et la circulation des acteurs.

5Finalement, on peut dire que l’ouvrage est bien construit, aidé par l’exploitation de matériaux riches et variés. On notera toutefois que les aspects théoriques sont parfois présentés trop rapidement, manquement pouvant potentiellement amener le lecteur à ne pas profiter pleinement de la richesse des matériaux mobilisés par les auteurs. C’est le cas par exemple de l’outil analytique de l’expérience de création proposé par Jean-Marie Barbier, outil dont on pressent l’usage dans tout l’ouvrage et qui mériterait sans doute à lui seul un plus long développement. De manière générale, ce livre apparaît être une bonne initiation pour élucider les secrets de la création. Cependant, pour approfondir ce travail stimulant, le lecteur devra sans doute se référer au rapport de recherche de la chaire Unesco du Cnam.

Haut de page

Notes

1 Chaire Unesco « Formation et pratiques professionnelles » du Conservatoire national des arts et métiers. Voir http://chaire-unesco.cnam.fr/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorian Debrand, « Jean-Marie Barbier, Marie-Laure Vitali, Martine Dutoit, Collectif de recherche, La création comme expérience », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 24 juillet 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43016

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page