Navigation – Plan du site

Julien Larregue, Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime

Tristan Renard
Héréditaire
Julien Larregue, Héréditaire. L'éternel retour des théories biologiques du crime, Paris, Seuil, coll. « Liber », 2020, 240 p., ISBN : 9782021451917.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mucchielli Laurent (dir.), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, coll. « Histo (...)

1L’approche biosociale pourrait-elle devenir le modèle dominant de la criminologie au XXIe siècle ? L’auteur, partant du constat contemporain d’une biologisation du crime au sein de l’arène judiciaire et de la recherche scientifique, se propose d’étudier la genèse, la production et la place de la criminologie biosociale. Plus précisément, si la lecture biologique du crime n’est pas une nouveauté historique1, l’ouvrage s’intéresse à sa régénérescence à partir de la seconde moitié du XXe siècle aux États-Unis, interrogeant l’attention portée « aux interactions entre les facteurs biologiques et environnementaux dans l’apparition des comportements criminels » (p. 11). Le choix d’étudier plus spécifiquement le contexte étatsunien se justifie par la place dominante de ce pays sur le plan de la production scientifique et notamment dans le domaine de la criminologie.

  • 2 Bourdieu Pierre, Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifiq (...)

2S’inscrivant dans le cadre théorique d’une sociologie bourdieusienne du champ scientifique2, cet ouvrage issu d’une thèse de doctorat centre son analyse sur les institutions et les facteurs structurels afin d’expliquer « tout à la fois la chronologie du développement, la structuration et le contenu scientifique de la criminologie biosociale » (p. 27). La méthodologie mobilise des sources documentaires sur l’histoire de la criminologie aux États-Unis, l’analyse quantitative et qualitative de cent quatre-vingt-huit articles de criminologie biosociale publiés dans des revues à comité de lecture, le recueil de données biographiques de leurs auteurs, ainsi que vingt-deux entretiens semi-directifs avec des acteurs et des critiques de ce courant.

3L’ouvrage, organisé en sept chapitres, suit une progression chronologique en s’intéressant dans les trois premiers au développement de la criminologie biosociale entre les années 1960 et les années 2000, avant de se pencher dans les trois suivant sur ses principaux aspects structurels et stratégiques, puis de terminer sur un chapitre et une conclusion qui interrogent l’évolution récente de ce courant.

4Comment expliquer la lente émergence du courant de la criminologie biosociale aux États-Unis ? Le premier chapitre analyse la naissance d’un champ criminologique relativement autonome au XXe siècle. Bien qu’initié par des professionnels du monde parajudiciaire et des policiers, avec la création de l’American Society of Criminology et de facultés de criminologie autonomes des disciplines classiques, ce champ est rapidement dominé par des sociologues. Cette domination s’observe à travers la distribution du capital académique et scientifique. Les sociologues trustent la grande majorité des prix scientifiques et des présidences d’associations tandis que leurs travaux sont les plus cités dans les principales revues de criminologie. Le chapitre 2 s’intéresse à la première génération de criminologues biosociaux qui, entre les années 1960 et 1990, et malgré un contexte culturel favorable (publications d’ouvrages sur la biologie humaine, valorisation d’une approche médicale de la criminalité par les pouvoirs publics), reste à l’état embryonnaire, étouffé par la domination des sociologues. L’approche biosociale est alors fortement critiquée tant sur le plan scientifique que politique. En réalité, les progrès théoriques de cette approche sont essentiellement produits à l’extérieur du champ par des généticiens et des psychologues (qui par ailleurs refusent l’étiquette de « criminologues ») et constituent des ressources alors peu mobilisables par les criminologues biosociaux. Pour autant, l’émergence de ce courant, même marginalisé, pose les bases d’un développement ultérieur analysé dans le troisième chapitre.

  • 3 Soit le monoamine-oxydase A.

5Les années 2000 sont un tournant pour la criminologie biosociale, pour des raisons externes et internes au champ criminologique. Les causes externes sont les progrès de la génétique comportementale associés au développement de bases de données accessibles aux chercheurs, ainsi que la publication remarquée, en 2002, d’un article défendant l’influence du patrimoine génétique (le polymorphisme du gène MAOA3) sur le développement de comportements antisociaux chez les enfants victimes de maltraitances. Ces éléments contribuent progressivement à disséminer et à légitimer la perspective biosociale au sein des sciences humaines. Au niveau interne, par un effet démographique, l’ascension académique et scientifique de chercheurs issus de facultés indépendantes de criminologie contribue à éroder la suprématie des sociologues, qui restent cependant dominants dans les universités les plus prestigieuses. Le développement de structures criminologiques indépendantes favorise ainsi l’apparition de contenus scientifiques nouveaux et bénéficie à l’approche biosociale tout en la rattachant paradoxalement à des universités peu prestigieuses car plus tournées vers l’apprentissage professionnel que vers la recherche scientifique.

6La position du courant biosocial au sein du champ criminologique explique ses principales caractéristiques. Son hétérogénéité, tout d’abord, est abordée dans le chapitre 4. En objectivant les liens de collaboration entre les chercheurs, à travers notamment l’analyse des réseaux de coécriture d’articles, l’auteur distingue trois sous-réseaux : celui des docteurs en criminologie, celui des psychologues et celui des sociologues. Ces différents groupes ne partagent pas les mêmes conceptions du crime ni les mêmes objectifs stratégiques. Ainsi, le groupe des criminologues défend principalement une conception mettant en avant les facteurs génétiques dans l’explication du comportement criminel et vise à renverser le paradigme sociologique dominant, tandis que les sociologues mettent en avant les facteurs environnementaux dans une logique d’élargissement et de renforcement du paradigme sociologique. Le chapitre 5 s’intéresse à cette opposition à travers les controverses internes au mouvement. Les criminologues biosociaux pro-génétiques s’opposent aux criminologues biosociaux pro-environnementaux à la fois sur l’équation des interactions entre le patrimoine génétique et l’environnement, sur la pertinence des études de l’héritabilité des comportements antisociaux, et encore sur l’intérêt et les limites de l’épigénétique. Ces controverses montrent le paradoxe d’une criminologie biosociale qui prétend dépasser l’antinomie entre nature et culture mais qui, dans les faits, en renforce la persistance.

7Ce sont d’ailleurs les criminologues pro-génétiques qui dominent la criminologie biosociale et qui alimentent son institutionnalisation. Cette domination interne dans une spécialité dominée du champ criminologique conditionne la stratégie mise en œuvre, laquelle est décryptée dans le chapitre 6. Celle-ci se caractérise par un caractère offensif, voire agressif, assez éloigné « de l’idéal-type du désaccord scientifique » (p. 174). L’objectif est de s’attaquer au paradigme sociologique dominant en dénonçant son manque de rigueur scientifique ou la dimension idéologique (pro-gauchiste) de ses productions. Dans un travail de démarcation, les criminologues biosociaux pro-génétiques mobilisent les attributs symboliques d’une science positiviste (approches quantitatives, recours à la formalisation, mobilisation de la ressource génétique) tout en s’inscrivant dans une tactique ouvertement « hérétique », que ce soit en réhabilitant la figure de Cesare Lombroso ou en se revendiquant ouvertement conservateurs, à rebours de l’orientation politique majoritaire des universitaires étatsuniens. Cette stratégie, par la controverse, est à double-tranchant car si elle accroit la visibilité et les retombées en termes de capital scientifique (citations et publications), elle contribue à isoler le courant vis-à-vis des chercheurs plus modérés, ouverts aux approches biosociales, sans parvenir à bousculer la hiérarchie du champ criminologique où les sociologues, dominants, restent globalement indifférents à ces provocations.

8En conséquence, le chapitre 7 s’interroge sur l’obsolescence programmée de ce courant. Bien que divers dans ses approches, celui-ci s’est essentiellement développé sur l’approche pro-génétique à partir de ressources « hors-champ » que sont les bases de données génétiques, plus accessibles que les données issues des neurosciences et qui offrent une plus grande simplicité conceptuelle et explicative, puisqu’il s’agit d’expliquer par corrélations. Or, cette ressource est menacée par les évolutions propres aux sciences génétiques, avec l’avènement de l’ère pangénomique qui rend obsolètes les méthodes mobilisées par les criminologues biosociaux pro-génétique. Une adaptation stratégique consiste alors à développer une logique répétitive et cumulative et à s’orienter vers une criminologie appliquée.

  • 4 Wyvekens Anne, « La rétention de sûreté en France : une défense sociale en trompe-l'œil (ou les hab (...)
  • 5 Gautron Virginie, « Les mesures de sûreté et la question de la dangerosité : la place des soins pén (...)

9La conclusion de l’ouvrage s’attache à cette dernière perspective en interrogeant les utilisations sociales de la criminologie biosociale dans le contexte français. Pour Julien Larregue, le développement de ce courant « constitue l’une des étapes au sein du processus de redéfinition théorique de l’objet “crime” qui pourrait, à terme, conduire à une reconfiguration institutionnelle de la gestion et de la prise en charge des populations déviantes » (p. 241). Cette idée reste ouverte à discussion, du moins quant aux influences de ces courants théoriques sur les politiques pénales en France. Ainsi, certains travaux soulignent l’avènement en trompe l’œil d’une logique de défense sociale4, ou l’écart entre une promotion textuelle importante des soins pénalement ordonnés et la réalité d’un modèle thérapeutique partiellement virtuel et dénaturé5.

10Du reste, cet ouvrage remplit de manière convaincante ses objectifs en mobilisant habilement la théorie des champs pour expliquer les stratégies et les formes de la criminologie biosociale. Soulignons également la force de l’argumentation, notamment pour expliquer les controverses sur les questions génétiques, qui éclairera sans aucun doute les personnes intéressées par la problématique de la biologisation du crime et, plus globalement, des questions sociales.

Haut de page

Notes

1 Mucchielli Laurent (dir.), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, coll. « Histoire des Sciences Humaines », 1994.

2 Bourdieu Pierre, Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Versailles, Editions Quæ, coll. « Sciences en questions », 1997.

3 Soit le monoamine-oxydase A.

4 Wyvekens Anne, « La rétention de sûreté en France : une défense sociale en trompe-l'œil (ou les habits neufs de l'empereur) », Déviance et Société, vol. 34, n° 4, 2010, p. 503-525, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/ds.344.0503.

5 Gautron Virginie, « Les mesures de sûreté et la question de la dangerosité : la place des soins pénalement ordonnés », Criminocorpus, La prévention des récidives : Évaluation, suivis, partenariats, Les suivis, 10 mars 2016, en ligne : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3195.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Renard, « Julien Larregue, Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 24 juillet 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43031

Haut de page

Rédacteur

Tristan Renard

Sociologue, CRIAVS Midi-Pyrénées, Centre hospitalier Gérard Marchant.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page