Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Héloïse Durler, Philippe Losego (...

Héloïse Durler, Philippe Losego (dir.), Travailler dans une école. Sociologie du travail dans les établissements scolaires en Suisse romande

Fabienne Montmasson-Michel
Travailler dans une école
Héloïse Durler, Philippe Losego (dir.), Travailler dans une école. Sociologie du travail dans les établissements scolaires en Suisse romande, Neuchâtel, Alphil éditions, coll. « Transmission des savoirs », 2019, 306 p., ISBN : 978-2-88930-268-0.
Haut de page

Texte intégral

1Examiner l’école contemporaine depuis la sociologie du travail, c’est-à-dire appréhender l’enseignement d’abord en tant que travail, tout en considérant l’ensemble de celles et ceux qui travaillent dans les établissements scolaires, telle est l’ambition de cet ouvrage collectif. En mobilisant dans cette perspective des enquêtes réalisées en Suisse romande dans les années 2000 et 2010, Héloïse Durler, Philippe Losego et les contributeurs et contributrices de l’ouvrage qu’ils dirigent, montrent tout l’intérêt d’« adopter le point de vue du travailleur » (p. 8) pour saisir « les contraintes propres à [son] poste de travail » et la manière dont il « investi[t] du sens dans [son] action » (p. 9), afin de mieux comprendre l’école d’aujourd’hui, ses logiques et ses évolutions.

  • 1 Par exemple : Becker Howard S., « The Career of the Chicago Public Schoolteacher », American Journa (...)
  • 2 Clot Yves, La fonction psychologique du travail, Paris, PUF, 2006.
  • 3 Monchatre Sylvie, « De l’ouvrier à l’opérateur : chronique d’une conversion », Revue française de s (...)
  • 4 Lallement Michel, Le travail sous tensions, Sciences humaines Éditions, coll. « Petite Bibliothèque (...)
  • 5 Bidet Alexandra, L’engagement dans le travail : qu’est-ce que le vrai boulot ? Paris, Presses unive (...)
  • 6 Tardif Maurice et Lessard Claude, Le travail enseignant au quotidien : contribution à l’́étude du t (...)

2Sur le plan théorique, les auteurs et les autrices s’appuient aussi bien sur des « classiques » de la sociologie du travail1 que sur des apports en psychologie du travail2 ou encore sur des conceptualisations sociologiques plus récentes analysant les transformations contemporaines du travail. Par exemple, l’analyse du passage de « l’ouvrier à l’opérateur »3 permet de comprendre les évolutions du travail dans les écoles : si l’approche par compétences valorise l’initiative individuelle et l’autonomie des travailleurs, les marges de manœuvre ainsi accordées sont paradoxalement solidaires d’une injonction pressante au travail collectif et d’un contrôle bureaucratique des activités, par l’entremise de l’écrit. Emblématiques de « tensions » contemporaines sur le travail4, ces évolutions ne sont donc pas spécifiques à l’école. Le concept de « vrai boulot »5 est dès lors utile pour rendre visible le travail positivement perçu et constitutif des identités professionnelles, lesquelles sont, justement, mises à mal par ces évolutions. La spécificité du travail enseignant réside finalement dans son « organisation cellulaire » (une classe, un·e enseignant·e), structure pérenne, malgré les profondes transformations que l’école a connues au cours du processus de massification scolaire6.

  • 7 Clot Yves, « Élaborer l’expérience : l’instruction au sosie », in Yves Clot (dir.), Travail et pouv (...)
  • 8 Vermersch Pierre, L’entretien d’explication. 8e édition augmentée, Paris, ESF éditeur, 2014 [1996].
  • 9 Dubet François, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1994.

3Sur le plan méthodologique, les recherches présentées, parfois individuelles, souvent collectives, s’appuient sur plusieurs méthodes et techniques éprouvées en sciences sociales, fréquemment combinées : questionnaires ; enquêtes ethnographiques par entretiens, observations et collectes documentaires ; corpus d’entretiens semi-directifs ; semainiers remplis et commentés par les enquêté·e·s ; entretiens compréhensifs ; « instruction au sosie »7 ; entretiens d’explicitation8 ; logiciels de traitement et d’analyse du matériau textuel ; séances d’analyse de la pratique ; focus groupe9.

4Une première partie de l’ouvrage déploie l’analyse sur « [l]e travail enseignant : de l’insertion professionnelle à la formation de la relève », en cinq chapitres. Philipe Losego et Crispin Girinshuti étudient tout d’abord l’insertion professionnelle des néo-enseignant·e·s en rapportant les modes de recrutement aux types d’emplois occupés. Les enseignant·e·s néodiplômé·e·s obtiennent leur emploi sur un « quasi-marché » où la rémunération est fixée administrativement, ce qui donne beaucoup de poids à la « qualité de l’emploi » définie par une série de critères (unicité, adéquation avec la formation, continuité dans l’année, perspectives, taux d’occupation). Les emplois de meilleure qualité sont pourvus par le marché formalisé (dossiers et entretiens), minoritaire avec seulement un quart des premiers emplois. Les relations professionnelles tissées lors de la formation assurent la majorité des premiers emplois, de qualité variable, alors que des emplois de moindre qualité sont accessibles sur un marché lié aux « effets de conjoncture » (urgences, déficits, etc.) ou par les relations personnelles. Dans le chapitre 2, Philippe Losego analyse la « collaboration » entre enseignant·e·s novices, déclinaison du « travail collectif » fortement prescrit en formation, qui, sans remettre en cause l’organisation cellulaire du travail, permet de résoudre certaines difficultés. En se donnant des objectifs pédagogiques communs, en préparant ensemble les séquences, les supports pédagogiques et les évaluations, les néo-enseignant·e·s parviennent ainsi à « gagner en efficacité, s’intégrer, trouver du sens » (p. 76).

5Dans les chapitres 3 et 4, Héloïse Durler examine deux effets de la tendance contemporaine à « reporter une partie du travail sur le “client” » (p. 17) à l’école primaire : l’injonction au travail autonome des élèves, qui conduit à le présupposer bien plus qu’à le faire apprendre, et l’injonction au partenariat avec les familles, visant à les transformer en « auxiliaires pédagogiques » pour assurer à la maison les enseignements indispensables que l’école ne peut pas assurer. Cette délégation du travail aux élèves et à leurs familles est bien évidemment source d’inégalités, tant les dispositions scolaires sont inégalement distribuées dans la société. Pour finir cette première partie, Méliné Zinguinian s’arrête dans le chapitre 5 sur le travail en tension des « praticiens formateurs », enseignant·e·s chargé·e·s de former sur le terrain et en même temps d’évaluer les novices, leurs futurs pairs. Or, les logiques de validation imposées par l’institution de formation initiale conduisent bien souvent les formateurs et les formatrices à évaluer les apprenti·e·s enseignant·e·s avant de les former.

  • 10 Professionnel·le·s de la rééducation du langage : logopèdes en Belgique, orthophonistes en France.

La deuxième partie de l’ouvrage explore « [l]es autres professions de l’école et les nouvelles divisions du travail », en quatre chapitres. Ces professions non enseignantes assurent objectivement « un travail pédagogique qui n’est plus viable selon la forme scolaire classique » (p. 17), soit en relayant le travail enseignant, soit autour de nouvelles missions. Le chapitre 6 proposé par Marco Allenbach ouvre cette analyse en étudiant « les intervenants à l’école », c’est-à-dire les « enseignant·e·s spécialisé·e·s itinérant·e·s ; logopédistes10, psychologues et psychomotricien·ne·s en milieu scolaire ; infirmiers et infirmières, médiatrices et médiateurs scolaires » (p. 171), pour mettre en évidence un travail commun de « construction du rôle » qu’impose leur position particulière dans la division du travail pédagogique. Situé·e·s le plus souvent entre deux institutions, ces professionnel·le·s voient les normes de leurs métiers se reconfigurer, passant d’une prise en charge individuelle de l’élève à un travail partenarial avec et pour les enseignants et les parents, ainsi qu’à des co-interventions en classe. Il s’agit dès lors d’investir un « espace intermétiers », ce qui suppose de négocier des territoires d’action et de construire des alliances, non sans paradoxes et dilemmes. Par exemple, une enseignante spécialisée appelée pour un élève marginalisé souhaite co-intervenir dans la classe alors que l’enseignante de la classe, avec laquelle elle doit également faire alliance, se projette dans une prise en charge individuelle. Dans le chapitre 2, Philippe Lonchamp s’arrête sur une de ces professions – les infirmières scolaires – pour en souligner plus spécifiquement les ambivalences et les paradoxes. Les infirmières sont en effet légitimées dans l’école par leur expertise sur le « corps diagnostic » (une vision somatique de la santé), qui n’est pourtant plus constitutive de leur identité, car elle a été supplantée par le « corps vécu » (une vision psychologique de la santé) qu’elles investissent au moyen de « l’écoute ». Leur travail partenarial est également pris dans des contradictions : alors qu’elles affirment en entretien jouer le rôle d’intermédiaires entre les enseignants et les familles, elles se révèlent bien plus souvent, dans les observations, les alliées objectives des enseignants, dont elles partagent l’ethos de classe.

Les chapitres 8 et 9 examinent pour finir deux professions moins féminisées de l’école dans deux régions assez éloignées de l’espace social : les concierges d’école, d’une part, « un métier peu étudié » analysé par Gaële Goastellec, Guillaume Ruiz et Clarisse Baudraz, et les directeurs d’établissement étudiés par Philippe Losego. « [G]ardiens des clés et du calendrier », les concierges jouent un rôle crucial dans « l’utilisation adéquate de l’espace scolaire » (p. 232). L’évolution de leur métier vers une professionnalisation se traduit entre autres choses par l’apparition de formations certifiées et tend à réduire progressivement le pôle relationnel du métier pour privilégier un pôle technique d’entretien et de gestion du bâti et du matériel. L’analyse du travail des directeurs d’établissement montre quant à elle comment s’actualise le travail managérial dans le contexte scolaire : temps de travail qui « déborde », interruptions fréquentes, « interactions impromptues », gênant la réalisation du travail individuel pourtant indispensable tel que la préparation de la prochaine rentrée. Dépourvu d’un corpus de savoirs spécialisés, le travail du directeur ou de la directrice d’établissement est catégorisé par ces dernier·e·s en « dossiers ». Ce travail « aux gestes triviaux [mais au] contenu […] souvent complexe, délicat » (p. 270) pose des problèmes identitaires à ces professionnel·le·s, face aux « experts » que sont les enseignant·e·s. C’est ce que révèlent, par exemple, leurs plaintes sur l’envahissement du « travail administratif », souvent faiblement défini mais emblématique d’un travail vide de sens, face à ce qui serait leur « vrai travail », visible et gratifiant.

Le pari de l’ouvrage est réussi tant l’approche par le travail se révèle éclairante pour saisir les logiques scolaires contemporaines. Dans la conclusion, Héloïse Durler et Philippe Losego soulignent ce qui a été « oublié » comme autant de pistes prometteuses : la perspective du genre, le syndicalisme enseignant au prisme des conditions de travail, le travail des élèves. Ce dernier, abordé dans le chapitre 3 de l’ouvrage à propos de la norme d’autonomie, est annoncé comme un projet plus consistant dans un ouvrage à venir. On l’attend avec grand intérêt.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Becker Howard S., « The Career of the Chicago Public Schoolteacher », American Journal of Sociology, vol. 57, no 5, 1952, p. 470477 ; Hughes Everett C., Le regard sociologique : essais choisis, Paris, EHESS, coll. « Recherches d’histoire et de sciences sociales », 1996.

2 Clot Yves, La fonction psychologique du travail, Paris, PUF, 2006.

3 Monchatre Sylvie, « De l’ouvrier à l’opérateur : chronique d’une conversion », Revue française de sociologie, vol. 45, no 1, 2004, p. 69‑102.

4 Lallement Michel, Le travail sous tensions, Sciences humaines Éditions, coll. « Petite Bibliothèque », 2010 ; compte rendu de Sébastien Paul pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/946.

5 Bidet Alexandra, L’engagement dans le travail : qu’est-ce que le vrai boulot ? Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2011.

6 Tardif Maurice et Lessard Claude, Le travail enseignant au quotidien : contribution à l’́étude du travail dans les métiers et les professions d’interactions humaines, Bruxelles : Montréal, De Boeck ; Presses de l’Université Laval, coll. « Perspectives en éducation », 1999.

7 Clot Yves, « Élaborer l’expérience : l’instruction au sosie », in Yves Clot (dir.), Travail et pouvoir d’agir, Paris, PUF, coll. « Travail humain », 2008, p. 179‑202.

8 Vermersch Pierre, L’entretien d’explication. 8e édition augmentée, Paris, ESF éditeur, 2014 [1996].

9 Dubet François, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1994.

10 Professionnel·le·s de la rééducation du langage : logopèdes en Belgique, orthophonistes en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Montmasson-Michel, « Héloïse Durler, Philippe Losego (dir.), Travailler dans une école. Sociologie du travail dans les établissements scolaires en Suisse romande », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 juillet 2020, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43052 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43052

Haut de page

Rédacteur

Fabienne Montmasson-Michel

Maîtresse de conférences en sociologie, université de Poitiers/Inspé, Gresco (à compter de septembre 2020).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search