Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Angelika Fitz, Elke Krasny, Archi...

Angelika Fitz, Elke Krasny, Architekturzentrum Wien (dir.), Critical Care. Architecture and Urbanism for a Broken Planet

Hugo Rochard
Critical Care
Angelika Fitz, Elke Krasny, Architekturzentrum Wien (dir.), Critical Care. Architecture and Urbanism for a Broken Planet, Cambridge, MIT Press, 2019, 304 p., ISBN : 9780262536837.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elise Demeulenaere, « L’anthropologie au-delà de l’anthropos. Un récit par les marges de la discipl (...)
  • 2 Les auteures s’appuient notamment sur Nils Bubandt, Elaine Gan, Heather Swanson, Anna Tsing (dir.), (...)

1L’anthropologie contemporaine, marquée par des figures de l’écoféminisme comme Anna Tsing, Donna Haraway ou encore María Puig de la Bellacasa, s’attache de plus en plus à l’importance de formes de vies non-humaines et ordinaires dans nos existences. Pour beaucoup s’opère progressivement un tournant au-delà de l’anthropos1. Particulièrement inspiré par ces auteures, le présent ouvrage est le résultat d’une exposition qui s’est tenue d’avril à septembre 2019 au Centre d’Architecture de Vienne. Codirigé par les conservatrices de l’exposition, l’ouvrage souhaite aborder la réparation d’une planète non plus seulement abîmée (damaged)2 mais brisée (broken), c’est-à-dire faire un pas en avant dans la description d’une crise écologique qui questionne l’habitabilité de nos milieux. Parfois difficile à traduire car elle renvoie à toute une tradition intellectuelle anglo-saxonne, la notion de care est ainsi au centre d’une réflexion sur les façons de concevoir l’habitat humain aussi bien dans les pays des Nords que des Suds. Toutes deux architectes et liées au milieu de l’art, Angelika Fitz et Elke Krasny ont rassemblé pour cet ouvrage un nombre important de contributeurs, majoritairement architectes, mais aussi politistes, environnementalistes, historiens, à la fois théoriciens et praticiens engagés. Ensemble, ils portent un regard critique sur l’architecture et l’urbanisme – historiquement éloignés des métiers du soin (care) et encore majoritairement masculins.

  • 3 Contrairement à l’Anthropocène, le Capitalocène désigne le capitalisme moderne comme responsable de (...)
  • 4 “Restoring the future to good condition does not mean more of the same, largely developer-driven an (...)

2Dès l’introduction, les codirectrices soulignent les dérives de l’Anthropocène-Capitalocène3 qui touchent les productions architecturales et urbanistiques. Le ton y est réprobateur : fortement lié à l’essor du capitalisme moderne, l’urbanisme ne s’est pas complètement défait de pratiques colonialistes de construction par annihilation de ce qui lui préexiste (p. 12). Les auteures notent la persistance de dualismes sur lesquels s’est construite la culture occidentale : travail productif et travail reproductif, nature et culture, local et mondial, etc. Ces fragmentations sémantiques contribuent à la marginalisation des projets alternatifs et au diagnostic d’une planète morcelée. Tout en remettant en cause des héritages problématiques, les auteures plaident ici en faveur de pratiques éthiques qui permettent de se projeter sur le long terme4. Elles souhaitent voir revalorisées les interdépendances et les rétroactions, de même que les savoirs locaux et l’environnement qui préexistent aux projets architecturaux.

3La première partie est composée de douze essais, regroupés autour de quatre sections thématiques : soin, écologie, travail et économie. Dans le premier chapitre, la politiste américaine Joan Tronto précise le sens de la proposition de soin critique (critical care) au fondement de l’ouvrage. L’architecture est une forme par excellence du pouvoir humain qui a conduit à déployer un vaste arsenal de ressources matérielles et humaines. Les pratiques architecturales ne devraient plus être vues seulement comme productrices d’objets (bâtiments, infrastructures…) mais comme un tissu de relations, de processus entrelacés dans le temps et l’espace. L’auteure cite l’exemple d’un projet de stade conduit à Minneapolis en 2017. Le refus des concepteurs de revoir la structure en verre du bâtiment afin d’éviter la mort par collision de nombreux oiseaux migrateurs montre l’absence d’une volonté de prendre soin des entités qui entrent en interaction avec le bâti. Qui va entretenir le bâtiment ? Qui va subir un déplacement du fait de la construction ? Quelle est la chaine de production des matériaux utilisés ? Ici se dévoile l’argument principal du livre : pour mieux s’ancrer dans les territoires qui les accueillent, les professionnels devraient prêter une plus grande attention aux pratiques d’entretien et aux engagements politiques que la conception de projets implique. Dans l’essai suivant, Elke Krasny retrace la trajectoire historique qui, depuis l’antiquité de Vitruve jusqu’à la création de l’Ecole Polytechnique à la fin du XVIIIe siècle, a mené architectes et urbanistes à une forme d’hubris en contradiction avec les théories féministes contemporaines du care.

4Appartenant à la section écologie, les deux essais d’après s’appuient sur des exemples localisés respectivement à Venise et aux Seychelles. L’architecte Hélène Frichot et l’environnementaliste Jane Da Mosto y argumentent dans le sens de solutions réparatrices des milieux, réhabilitant une cohabitation entre touristes et habitants, locaux et non-locaux. Présentée dans le troisième et dernier chapitre de cette section, l’œuvre Grassland Repair, mettant en scène une communauté de plantes natives d’Australie dans un décor artificiel à l’occasion de la Biennale de Venise, s’inscrit aussi dans cette veine.

  • 5 “Similarly, collective repair practices hold the potential to reshape the economy towards a differe (...)

5Respectivement centrées sur le travail et l’économie, les deux dernières sections privilégient un traitement sous l’angle de l’économie politique. En binômes, d’un côté Ana Carolina Tonetti et Ligia Nobre au Brésil, de l’autre Valeria Graziano et Kim Trogal au Royaume-Uni étudient les implications des projets architecturaux sur les formes de travail. Elles dénoncent notamment l’invisibilisation de conditions de travail peu éthiques et invitent les concepteurs de projets à réorienter leur démarche. Face aux contradictions d’une néoliberalisation qui crée des formes précaires de responsabilités collectives, les auteurs de la troisième section invitent globalement à penser à nouveaux frais les conditions politiques actuelles5. Ainsi, Mauro Gil-Fournier s’intéresse par exemple aux conditions d’une co-production de la ville en évoquant le pouvoir mobilisateur des affects dans les débats publics autour du mouvement 15-M à Madrid en 2011.

  • 6 “Down close to the waters, the bamboo bridge makes interdependencies between earth systems and huma (...)

6Ouvrant la dernière section, le chapitre de Katherine Gibson questionne les effets de la modernisation d’un pont traversant le Mékong à proximité de la ville de Kampong Cham au Cambodge. Même s’il semble faciliter les échanges, le nouvel ouvrage en béton incarne les travers de l’anthropocène : conçu par des ingénieurs internationaux, construit par un prestataire indépendant, et financé par un fonds chinois, il a fait disparaître le réseau d’ouvriers locaux soutenus chaque année par l’économie d’une communauté rurale pour fabriquer un pont en bambou après les crues6. Écrit par l’activiste Theresa Williamson, le chapitre qui suit présente les avantages du modèle de Community Land Trust pour un type d’habitat où la mise en commun est nécessaire à la survie : les favelas de Rio de Janeiro. Enfin, les deux dernières contributions réfléchissent sur les communs en se référant à l’habitat social viennois hérité du socialisme municipal du siècle dernier. Spécialistes en architecture, les auteures y voient une façon de repenser l’intervention des autorités étatiques à la faveur d’une politique sociale du foncier dans les contextes contemporains viennois ou encore suédois.

7La seconde partie de l’ouvrage propose vingt-et-une études de cas illustrant les pratiques de soin que les essayistes appellent de leurs vœux. Nous en évoquerons deux qui nous semblent éclairantes. Premièrement, la construction de cent salles de classe au sein d’un camp de réfugiés en Jordanie, dans une région qui, en lien avec le réchauffement climatique, subit de plus en plus de sècheresses. Pour permettre une régulation thermique du bâti, la structure des salles de classe a été pensée comme une ruche et réalisée à partir de matériaux biosourcés, en s’inspirant notamment de la Grande Mosquée de Djenné au Mali. Deuxièmement, la transformation du quartier du Grand Parc à Bordeaux, qui témoignait de l’urbanisme social standardisé d’après-guerre. Les travaux de rénovation d’une partie du parc HLM y ont permis l’installation d’un système de balcons individuels, d’ouvertures ainsi que de jardins partagés. Ils offrent à des populations longtemps marginalisées de nouveaux espaces avec une performance énergétique favorable au confort de vie.

8Les contributions posent des questions cruciales ayant trait au partage des responsabilités dans la conduite de projets : mode de gouvernance, financement, origine des matériaux, pratiques de travail, justice socio-environnementale. Elles présentent des solutions architecturales multiples face à la complexité des crises socio-écologiques auxquelles un nombre grandissant d’êtres vivants fait face. Bien qu’elles aient vocation à couvrir toutes les échelles du salon à la région (p. 13), certaines contributions survolent parfois les concepts et les exemples pour faire passer des propositions plus subjectives ou militantes. Au-delà de ce foisonnement dont résulte une certaine hétérogénéité entre les chapitres, cet ouvrage se lit comme un manifeste qui garde le mérite de s’adresser à un public large. S’y trouvent à la fois des réalisations innovantes, des témoignages d’acteurs et des réflexions théoriques s’accordant sur le besoin de nouveaux modes d’action en matière d’architecture et d’urbanisme.

Haut de page

Notes

1 Elise Demeulenaere, « L’anthropologie au-delà de l’anthropos. Un récit par les marges de la discipline », in Guillaume Blanc, Elise Demeulenaere, Wolf Feuerhahn. Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Editions de la Sorbonne, 2017, p. 43-73.

2 Les auteures s’appuient notamment sur Nils Bubandt, Elaine Gan, Heather Swanson, Anna Tsing (dir.), Arts of Living on a Damaged Planet, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2017.

3 Contrairement à l’Anthropocène, le Capitalocène désigne le capitalisme moderne comme responsable de dégradations environnementales irréversibles (voir Donna Haraway, « Anthropocène, Capitalocène, Plantationocène, Chthulucène. Faire des parents », Multitudes, vol. 65, n°4, 2016, p. 75-81).

4 “Restoring the future to good condition does not mean more of the same, largely developer-driven and capital-centric architecture and urbanism, but rather a long-term commitment to planetary care based on human and non-human livability.” (p.12).

5 “Similarly, collective repair practices hold the potential to reshape the economy towards a different relation with both the means of production and the objects of everyday use. However, in order to do so, these practices must at the same time tend to the brokenness of the political conditions in which they are enmeshed.” (p.105).

6 “Down close to the waters, the bamboo bridge makes interdependencies between earth systems and human systems transparent. It is a humble infrastructure that regulates excess and engenders an alertness to connection. It is an architecture of care…” (p. 113).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Rochard, « Angelika Fitz, Elke Krasny, Architekturzentrum Wien (dir.), Critical Care. Architecture and Urbanism for a Broken Planet », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 juillet 2020, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43067 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43067

Haut de page

Rédacteur

Hugo Rochard

Doctorant en géographie à l’université de Paris, rattaché au LADYSS et au LabEx DynamiTe.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search