Navigation – Plan du site

Denis Saint-Amand, Le style potache

Pauline Julia
Le style potache
Denis Saint-Amand, Le style potache, Genève, La Baconnière, coll. « Nouvelle collection Langages », 2019, 189 p., ISBN : 9782889600137.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Macé Marielle, Styles : Critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016, p. 59

1Nous entendons souvent que notre époque serait cadenassée par le « politiquement correct », qu’il serait désormais impossible de rire de tout. Pourtant, comme le montre Denis Saint-Amand dans son ouvrage, de nombreuses écritures et créations artistiques – allant de Rabelais à South Park en passant par Éric Chevillard – cultivent un « rire libérateur et de défi » (p. 31) et s’inscrivent à rebours de cette idée. Sous l’étiquette « potache », l’auteur regroupe un ensemble de valeurs, comportements et productions liés à des pratiques bouffonnes et peu offensives. Celles-ci proposent dans le rire des « alternatives au monde qui va et invitent à le penser autrement » (p. 182). Si le style potache permet de décrire l’avènement d’un type de rire, il définit également des « modes d’être »1 au monde : à cet égard, l’approche de Denis Saint-Amand s’inscrit dans la continuité des travaux de Marielle Macé consacrés à la notion de « style ». La « potacherie » s’actualise aussi bien dans des discours et des gestes que dans des poses, des postures, des images et des conceptions qui décentrent le regard d’une vision institutionnalisée du monde.

2Dans les deux premiers chapitres, l’auteur s’attache à préciser les contours sémantiques et historiques de la notion : désignant originellement un élève d’âge moyen puis un cancre, le terme de « potache » a peu à peu élargi sa signification hors des frontières du monde scolaire pour désigner la plaisanterie polissonne, conjuguant l’effronterie au bousculement d’un modèle établi. Le rire potache n’est cependant pas le fruit d’une contestation virulente : il émerge au contraire d’une « badinerie spontanée misant sur le ridicule d’une cible » (p. 40), qui sans être dénuée d’agressivité, n’est ni amère ni violente. Si le mot semble faire son apparition au xixe siècle, les pratiques qu’il recouvre apparaissent bien avant. La potacherie s’observe dès l’Antiquité dans des scènes de la vie quotidienne, comme en témoignent les quelques anecdotes rapportées par l’auteur à propos de Caton l’Ancien (234-149 av. J.-C.). Bien que connu pour sa rigueur et son intransigeance, ce dernier se laissait souvent aller aux bons mots : un jour qu’il croisait un patricien sortant d’une maison close, il l’aurait félicité de fréquenter ce lieu plutôt que de dévergonder les jeunes filles de bonne famille. Le croisant au même endroit le lendemain, Caton lui aurait dit : « Je t’ai conseillé d’y venir, pas d’y habiter ».

  • 2 Vaillant Alain, La Civilisation du rire, Paris, CNRS, 2016, p. 8
  • 3 Devise de Rodolphe Salis, tenancier du Chat noir, célèbre cabaret dans lequel le groupe littéraire (...)

3L’étude du Moyen-Âge et de la Renaissance permet à l’auteur de pointer du doigt un fait historiographique et littéraire particulièrement significatif. Jusqu’à très récemment, la culture de la duperie et de la blague a été éludée par les historiens et la critique littéraire : on préférait parler de l’amour courtois plutôt que des jeux obscènes et scatophiles des fabliaux. Il aura fallu attendre les travaux fondateurs de Bakhtine sur Rabelais et de Jean Verdon sur le rire au Moyen-Âge pour mesurer l’importance de ces pratiques. Aussi Denis Saint-Amand rappelle-t-il dans son introduction combien la question du rire peut être déconsidérée, ou plutôt mal considérée, cette dernière étant d’office associée à un manque de profondeur. Alain Vaillant, grand spécialiste de la question du rire en littérature, s’est ainsi vu rétorquer qu’il n’était « pas très important, ni très responsable de [sa] part de perdre [son] temps avec de telles futilités »2. Le discrédit dont est victime la notion de rire, et de fait, celle de potacherie, cristallise un des enjeux majeurs de l’ouvrage : il s’agira pour l’auteur de montrer dans quelle mesure certains énoncés volontairement légers et désinvoltes sont « sérieux quand même »3, ou autrement dit, en quoi il est nécessaire de les prendre au sérieux, en assumant l’idée que « faire le pitre c’est poser un acte considérable » (p. 181).

  • 4 Chevillard Éric, L’Autofictif, Billet du lundi 1er octobre 2007

4Dans les chapitres « Traquer le blaireau » (chap. 3) et « Le rire du groupe » (chap. 4), l’auteur questionne les acteurs impliqués dans l’humour potache. La potacherie présuppose un pitre, mais aussi une cible, que Denis Saint-Amand qualifiera de « blaireau ». Le blaireau est celui qui creuse l’écart entre une posture d’autorité exhibée et un discours rempli de bêtises et de prêts-à-penser. La blague potache, parce que méprisante à l’égard de telles figures, est définie comme un « instrument de résistance à l’illégitime » (p. 58). On comprend tout de suite mieux pourquoi les représentants d’institutions coercitives, tels que le policier, le prêtre, l’instituteur ou encore le bourgeois, deviennent les cibles favorites du potache. De nombreux blaireaux ont parcouru l’histoire littéraire : le docteur Janotus de Bragmardo chez Rabelais, Pangloss chez Voltaire, sans oublier la « galerie d’imbéciles » de Flaubert. Pensons à l’auteur contemporain Éric Chevillard qui s’emploie dans son œuvre à traquer un certain type d’écrivains, à l’instar d’Alexandre Jardin, Marc Lévy ou encore Frédéric Beigbeder. Selon lui, ces nouvelles figures connaissent un succès illégitime et inversement proportionnel à leur talent. Il s’attaque ainsi dans ses œuvres à ces « pénibles pignoufs justifiés par le succès de leur imposture »4.

  • 5 Rimbaud Arthur, Verlaine Paul, Cros Charles et al., Album zutique, Paris, Grand Flammarion, 2016

5Si, comme nous venons de le voir, la potacherie est un acte mettant en relation un individu et sa cible, celle-ci peut néanmoins s’articuler à des logiques de groupe : Denis Saint-Amand développe quelques exemples de mouvances artistiques et littéraires faisant de l’impertinence un art poétique. Il en est ainsi du cercle des Hydropathes, fondé par Émile Goudeau, et du cercle du Zutisme constitué peu de temps après la Commune, qui réunissait notamment Paul Verlaine, Arthur Rimbaud et Charles Cros. Dans leur Album zutique5, ces poètes se présentent comme des « hurleurs foireux » et tournent en dérision, ainsi qu’en témoigne le « Sonnet du trou du cul » de Rimbaud, les principes mêmes d’adhésion à la noble pratique de la poésie. Si le potache sait rire, il sait surtout rire de lui-même. Ce dernier exemple nous amène à penser que certaines formes rhétoriques sont propices au déploiement de l’humour potache : en empruntant les codes traditionnels du blason, Rimbaud s’amuse à détourner le geste lyrique tourné vers l’adoration d’une partie du corps. Denis Saint-Amand poursuit dans le cinquième chapitre sa réflexion littéraire en s’intéressant aux « mécanismes par lesquels [la potacherie] prend corps » (p. 95) dans l’écriture : certains procédés rhétoriques, comme la contrepèterie, le calembour, la caricature ou encore la parodie sont privilégiés par le style potache, qui aime jouer à tourner, retourner et détourner – par les sons, les formes et les genres – ses modèles.

  • 6 Dubois Jacques, L’Institution de la littérature, Bruxelles, Labor, coll. « Espace Nord », 2005, p.  (...)

6Les derniers chapitres de l’ouvrage de Denis Saint-Amand sont consacrés aux différents supports de la potacherie. Il commence par s’intéresser à ce qu’il nomme des « supports coercitifs » (p. 126), c’est-à-dire des supports qui se définissent par le respect de nombreuses normes, règles et contraintes, tels que la bande dessinée, la musique, ou encore les œuvres d’art. L’accumulation de ces exemples permet à l’auteur de mettre en avant l’importante extension de la potacherie, qui ne saurait se restreindre au seul texte littéraire. D’autres productions émergent cependant de supports plus surprenants et atypiques : ce sont les productions dites « sauvages », « qui ne participent d’aucun des réseaux traditionnels de production-diffusion [et] qui s’expriment de façon plus ou moins spontanée et se manifestent à travers des canaux de fortune »6. L’auteur soulève le problème d’une possibilité constante de récupération et de légitimation de cet art sauvage par les institutions : le décentrement opéré par l’humour potache est ainsi toujours soumis au risque du « devenir-classique » (p. 147) de ce qui, à la base, s’offrait comme production marginale. C’est le cas des œuvres de l’artiste Banksy, mais également des graffitis de mai 68 repris sur des cartes postales, ou encore du Bar 25 à Berlin : alors que ce lieu se proposait d’accueillir les rêves libertaires d’une communauté politique marginale, il n’est plus désormais qu’un espace faussement alternatif à destination des touristes. Finalement, en se démultipliant sur de nombreux supports, le style potache n’a eu de cesse de réinventer ses formes : loin de n’être que l’incessante reprise de gags connus de tous, son évolution témoigne de la création de nouveaux univers contestataires et d’imaginaires dans lesquels l’humour a encore quelque chose à dire.

7Le grand plaisir de lecture de l’ouvrage de Denis Saint-Amand tient dans la diversité des références et des supports étudiés : il est surprenant de voir Bart Simpson côtoyer François Villon à seulement quelques pages d’intervalle. Le seul motif de déception pour un lecteur avide de critique littéraire serait le manque de commentaires purement « stylistiques » des grands auteurs mentionnés : en s’affiliant à une tradition critique faisant prévaloir le style comme rapport au monde, l’ouvrage n’aborde que brièvement les structures littéraires à l’œuvre dans l’écriture.

Haut de page

Notes

1 Macé Marielle, Styles : Critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016, p. 59

2 Vaillant Alain, La Civilisation du rire, Paris, CNRS, 2016, p. 8

3 Devise de Rodolphe Salis, tenancier du Chat noir, célèbre cabaret dans lequel le groupe littéraire des Hydropathes avait établi son quartier général à la fin du xixe siècle. Au moment des élections municipales de mai 1884, on trouve cette injonction sur le programme politique affiché par le cabaret.

4 Chevillard Éric, L’Autofictif, Billet du lundi 1er octobre 2007

5 Rimbaud Arthur, Verlaine Paul, Cros Charles et al., Album zutique, Paris, Grand Flammarion, 2016

6 Dubois Jacques, L’Institution de la littérature, Bruxelles, Labor, coll. « Espace Nord », 2005, p. 192

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Julia, « Denis Saint-Amand, Le style potache », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 27 juillet 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43078

Haut de page

Rédacteur

Pauline Julia

Étudiante en master 1 de Lettres modernes à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page