Navigation – Plan du site

Hugues Lagrange, Les maladies du bonheur

Marie Duru-Bellat
Les maladies du bonheur
Hugues Lagrange, Les maladies du bonheur, Paris, PUF, 2020, 480 p., ISBN : 978-2-13-082427-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Edgar Cabanas et Eva Illouz, Happycratie. Comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de (...)

1Dans ce livre de 480 pages, impressionnant par l’abondance et la variété des références mobilisées, le sociologue Hugues Lagrange entreprend une vaste réflexion tant philosophique que sociologique sur ce qu’il appelle les maladies du bonheur. Le thème n’est pas complètement nouveau : on pense notamment à l’ouvrage Happycratie d’Edgar Cabanas et Eva Illouz1, qui se focalisait sur les « marchands de bonheur » qui cherchent à nous convaincre que notre bonheur dépend de nous. Mais l’approche de Lagrange est quasiment inverse, puisqu’il insiste ici sur ce qui échappe à notre responsabilité, à savoir notre héritage génétique.

2Ces maladies du bonheur, quelles sont-elles ? Elles émergent sur fond d’allongement de l’espérance de vie – qui a presque doublé entre 1850 et 1970 – et de modification profonde des causes de mortalité. À des maladies transmissibles ou épidémiques, frappant toute la société, ont succédé des maladies plus individuelles : dépendant de désordres du monde tels que les guerres et les catastrophes naturelles, de pathologies mentales qualifiées de troubles anxio-dépressifs, ou de nos styles de vie comme l’alcoolisme et l’obésité. Leur explosion dans les pays occidentaux a coïncidé avec une période de très forte croissance et de libéralisation.

  • 2 Voir Alain Ehrenberg, La Fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1998.

3Pour expliquer cette explosion, l’auteur invoque le vertige de la liberté – proche en cela du Alain Ehrenberg de La Fatigue d’être soi2. La perte d’influence du puritanisme, notamment aux États-Unis, et le poids grandissant des normes d’accomplissement et de responsabilité personnelle, accompagnées du déclin des institutions qui cadraient les mœurs, auraient ouvert un horizon de possibles extrêmement angoissant. L’auteur note que c’est en Europe de l’Ouest et du Nord, où la liberté des mœurs et l’autonomie individuelle sont le plus marqués, que le syndrome anxio-dépressif s’est le plus développé. Inversement, cette évolution a été davantage contenue dans les pays d’Europe du Sud par exemple, où les liens familiaux résistaient. A aussi joué un rôle le contraste grandissant entre ce développement de la liberté personnelle et l’évolution du travail, à mesure que la culture professionnelle s’estompait dans nombre de métiers et que la mobilisation de l’autonomie ou de la créativité était grignotée dans foule d’autres.

  • 3 On pense notamment aux analyses en termes de « croyance en un monde juste » (voir entre autres Clau (...)

4Dans un contexte de travail où la concurrence entre des personnes de plus en plus diplômées fait rage, où le chômage se répand avec son lot de honte personnelle et de culpabilité, chacun paraît mériter son sort. Lagrange insiste ainsi sur la souffrance spécifiquement distillée par l’idéologie méritocratique, puisque si le mérite régit seul la réussite scolaire et professionnelle, nous méritons tous notre sort. Mais en dépit de l’accent mis par l’auteur sur le caractère délétère de la méritocratie, qui pousse à se sentir toujours et partout responsable de ce qui nous arrive, rien n’est dit sur le fait que, pour bien des psychologues3, ne pas croire un tant soit peu que ses efforts finiront par être récompensés est également très déprimant…

  • 4 À quelques exceptions près : nous nous permettons de renvoyer au texte de François Dubet et Marie D (...)

5Lagrange s’engage ensuite – d’« une main tremblante » dit-il – dans une direction soigneusement évitée en France par les chercheurs en sciences humaines4. Se tournant vers les généticiens et leurs analyses de l’héréditabilité de l’intelligence, l’auteur pose explicitement la question de la part d’intelligence biologiquement héritée, dont les personnes ne seraient donc pas responsables, ceci faussant la logique du mérite. Très majoritairement anglo-saxons, ces chercheurs se focalisent sur cette mesure très pratique qu’est le QI, test élaboré pour prédire statistiquement la réussite scolaire, alors que, notamment en France, personne ne soutiendrait qu’elle appréhende toutes les facettes de l’intelligence. L’essentiel étant pour les biologistes d’évaluer ce qui est transmis biologiquement, ceci n’est pourtant pas un problème. Et leurs conclusions, depuis une cinquantaine d’années, sont que les aptitudes ainsi manifestées résultent indissociablement de la biologie et de l’environnement. Toutefois, leur optique disciplinaire les incline – à l’inverse des sociologues – à estimer a priori que l’environnement n’est pas très important. Ainsi, cette relative indifférence au contexte fait qu’ils omettent souvent de préciser la population étudiée, alors même que l’hérédité varie en fonction de l’ampleur des inégalités de conditions de vie au sein d’une population : plus les conditions de vie sont similaires, plus l’inné pèse.

6Malgré l’accumulation de références scientifiques, on peut soupçonner que subsistent, comme dans toutes les sciences, des débats ouverts, voire des désaccords importants. Il est alors à craindre que le message retenu par les lecteurs soit, puisqu’il est chiffré et quelque peu spectaculaire, que l’héréditabilité de l’intelligence est de 50% dans l’enfance et de 70% à l’adolescence… sans qu’on sache sur quelle population, sur la base de quel test, et avec quelle prise en compte de l’environnement. Surtout, l’auteur insistant sur les chiffres plutôt que sur leurs limites, il est très probable qu’on en oublie que si l’héréditabilité de l’intelligence peut être évaluée sans trop de biais au niveau d’une population, ce taux ne vaut en rien au niveau des personnes prises isolément.

  • 5 Parmi les nombreux spécialistes qui contestent frontalement ces thèses, citons Alexis Brice, Boris (...)
  • 6 Selon la notion aujourd’hui admise de plasticité cérébrale.

7L’ouvrage illustre de fait la difficulté inhérente aux approches pluridisciplinaires : devant des sciences a priori fascinantes mais complexes, comme la génétique ou la neurologie, il est ardu pour le non spécialiste d’évaluer les débats permanents qui les traversent. Si Lagrange choisit de s’appuyer avant tout sur les travaux du généticien Robert Plomin, il néglige les travaux de tous ceux qui estiment que cette obsession de faire deux parts dans l’intelligence – l’inné versus l’acquis – n’a plus aucun sens5. Ceci notamment pour deux raisons : d’abord parce que le cerveau lui-même est dès le départ marqué par son environnement6 ; ensuite parce que l’épigénétique confirme que l’environnement peut induire des modifications dans l’expression des gènes sans mutation de l’ADN. L’environnement influence donc des facteurs biologiques qui apparaissent comme innés. Toujours est-il que ce qui constitue un pan important de la thèse de Lagrange reste dans un flou relatif, car l’auteur reconnait in fine qu’inné et acquis semblent indissociables.

8Finalement, ce sont ses thèses sociologiques ou sociopolitiques qui s’avèrent les plus prometteuses pour s’attaquer aux maladies du bonheur. Dans la dernière partie de l’ouvrage, Lagrange les rappelle : donner moins de poids aux performances intellectuelles, à l’hégémonie du tout scolaire, et dénoncer les épreuves injustes qui fondent la compétition sociale pour le statut, prônant ainsi de fait la délimitation de sphères de justice – à l’instar d’un Michaël Walzer curieusement non évoqué. Il souligne également la nécessité de limiter la concurrence du paraître, qui mine les personnes, particulièrement les jeunes, mais aussi de promouvoir certaines attitudes ou qualités telles que l’attention et l’affection – même si l’auteur en recherche à nouveau les déterminants génétiques sans que l’on perçoive clairement ce que cela apporterait au bien-être…

9À cette préoccupation constante de rappeler que tous nos comportements incorporent une part – difficile voire impossible à évaluer – de détermination héréditaire, on est tentée de répliquer à l’anglaise : « so what ? ». Une chose est d’insister comme Lagrange sur le fait que les individus sont inégaux et que leur dire qu’ils sont égaux ne peut qu’enfoncer davantage les moins bien lotis, une autre serait de refuser de proclamer l’égalité de tous, principe pourtant nécessaire à fonder une société démocratique bien que chacun sache que nous sommes inégaux. Invoquer une discrimination positive dirigée vers les plus défavorisés, bien sûr ! Mais comment identifiera-t-on ces derniers si l’on reste polarisé sur les inégalités d’intelligence ? Et se sentiront-ils mieux si on leur explique que leur handicap relatif prend racine dans leurs gènes ?

10On l’aura compris, Lagrange livre là un ouvrage passionnant et passionné, très documenté, qui force l’admiration par son encyclopédisme, mais qui pour la même raison suscitera sans nul doute des interrogations. Ceci étant, ses propos conclusifs sur l’impérieuse nécessité de réfléchir à ce qui est pour nous une vie bonne feront sans nul doute l’unanimité.

Haut de page

Notes

1 Voir Edgar Cabanas et Eva Illouz, Happycratie. Comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies, Paris, Premier parallèle, 2018.

2 Voir Alain Ehrenberg, La Fatigue d’être soi. Dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1998.

3 On pense notamment aux analyses en termes de « croyance en un monde juste » (voir entre autres Claudia Dalbert, The Justice Motive as a Personal Resource: Dealing with Challenges and Critical Life Events, New York, Kluwer Academic, 2001).

4 À quelques exceptions près : nous nous permettons de renvoyer au texte de François Dubet et Marie Duru-Bellat, « QI : la part maudite de la justice », in Marie Duru-Bellat et Martine Fournier (dir.), L’intelligence de l’enfant. L’empreinte du social, Auxerre, Editions Sciences Humaines, 2007, p. 245-257.

5 Parmi les nombreux spécialistes qui contestent frontalement ces thèses, citons Alexis Brice, Boris Chaumette, Axel Kahn, Jacques Lautrey, ou encore Pierre Roubertoux.

6 Selon la notion aujourd’hui admise de plasticité cérébrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Hugues Lagrange, Les maladies du bonheur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 27 juillet 2020, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43088

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page