Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Gilles Bertrand, Daniel Chartier,...

Gilles Bertrand, Daniel Chartier, Alain Guyot, Marie Mossé et Anne-Elisabeth Spica (dir.), Voyages illustrés aux pays froids (XVIe-XIXe siècle). De l'invention de l'imprimerie à celle de la photographie

Guillaume Linte
Voyages illustrés aux pays froids (XVIe-XIXe siècle)
Gilles Bertrand, Daniel Chartier, Alain Guyot, Marie Mossé, Anne-Elisabeth Spica (dir.), Voyages illustrés aux pays froids (XVIe-XIXe siècle). De l'invention de l'imprimerie à celle de la photographie, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « Littératures », 2020, 282 p., ISBN : 978-2-84516-899-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple : Besse Jean-Marc, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renai (...)
  • 2 Cet ouvrage est issu d’un colloque international qui s’est tenu à l’abbaye des Prémontrés de Pont-à (...)

1Saisir et interpréter les représentations propres aux « pays froids » sur les quelques 400 ans qui séparent l’invention de l’imprimerie de celle de la photographie, tel est l’ambitieux programme de cet ouvrage riche de plus d’une quinzaine de contributions. Une question est d’emblée soulevée par une telle démarche, que sont ces « pays froids » ? Quelle définition de ceux-ci prévaut lorsqu’ils sont appréhendés sur une période aussi longue ? Pour y répondre, l’introduction de Daniel Chartier, Alain Guyot et Anne-Elisabeth Spica définit le cadre théorique au sein duquel s’inscrit l’ouvrage, à savoir les travaux de Louis-Edmond Hamelin, géographe et linguiste québécois ayant introduit la notion de « pays froid ». Sous ce nom, toute une diversité de lieux, de climats et de représentations se rejoint à travers des caractéristiques communes, que forment les longs et rigoureux hivers, pour tous, et les paysages montagneux ou la proximité des pôles, seulement pour certains. Cette multiplicité de visages est, par ailleurs, l’origine de différents concepts propres à définir et soutenir la thèse d’une unicité des « pays froids » : la « nordicité », l’« hivernité » et la « montagnité ». Dans sa première partie, l’ouvrage questionne l’« invention » de ces « pays froids », à travers la perspective de l’« expérience ». Dans son second volet, ce sont les textes et les œuvres visuelles qui se trouvent davantage convoqués, afin de rendre compte des modalités d’une « lente élaboration » de ces « pays froids » dans l’univers culturel occidental. À ce titre, cet ouvrage collectif participe d’une réflexion qu’il est possible, en certains points, de rapprocher des travaux s’intéressant à l’élargissement des horizons géographiques de l’Occident, de la Renaissance à l’exploration du Pacifique et des pôles1. Le point de vue original de ce recueil tient notamment à la place centrale donnée à la question de l’illustration, prise au sens large, ainsi qu’aux différentes interactions entre les texte et l’image. Il constitue également le résultat d’une collaboration interdisciplinaire fructueuse entre historien·ne·s, littéraires et historien·ne·s de l’art2.

  • 3 Magnus Olaus, Historia de Gentibus Septentrionalibus, Rome, 1555.

2Bien que les différentes contributions soient éloignées par les enjeux et les époques qu’elles traitent, elles se font écho à travers certains des thèmes, des acteurs et des lieux qu’elles abordent. Tout d’abord, on retrouve une volonté de mettre en lumière les éléments au sein desquels la définition des « pays froids » trouve sa cohérence. La représentation de ces derniers ne se limite pas seulement à des paysages stériles, glacés et parfois montagneux, elle concerne aussi les populations et s’intègre à des univers culturels variés. Certaines figures et sources incontournables sont mobilisées, tels qu’Olaus Magnus et son Historia de Gentibus Septentrionalibus3. L’article de Christina Kullberg, « Construire le Nord à travers la catabase », constitue un moment fort et structurant de l’ouvrage, autour de la représentation de la Scandinavie à l’époque moderne. À travers cette étude, elle décrit les évolutions de celle-ci au gré de son intégration à l’espace culturel et politique européen. L’auteure met ainsi en lumière le « processus de reprise et de détournement des images externes négatives pour produire une nordicité héroïque » qui s’opère en ce sens, mais aussi sa conséquence : la formulation d’un « deuxième Nord », toujours plus sauvage et éloigné de la civilisation (p. 164). Cette image est indissociablement rattachée à un environnement et à un peuple, les Samis, ainsi que l’étudient notamment Joanna Ofleidi et Yohann Guffroy. La question des représentations visuelles, figurées ou peintes, au sein d’ouvrages imprimés, d’atlas ou sur toile, occupe en toute logique une part importante de ce livre. Le développement d’une peinture relative aux « pays froids », avec ses codes et ses techniques, apparaît en trame de fond de l’ensemble. La performance, physique et mentale, relative au fait d’affronter des environnements et des climats parmi les plus hostiles de la terre, constitue ainsi une des spécificités inhérentes à cette production. Lucille Magnin avance même à ce sujet de que l’« on pourrait considérer l’activité du peintre voyageur comme un ancêtre de la pratique de la performance, forme d’art contemporain qui consiste parfois en l’expérimentation de la douleur et de la mise à l’épreuve des limites du corps » (p. 43). Cependant, si ces hommes racontent parfois les souffrances qu’ils endurent, celles-ci ne sont pas explicitement décrites comme constitutives de leur démarche d’artiste.

3D’un point de vue géographique, plus de la moitié des contributions concernent l’Europe du Nord, prise au sens large, de l’Islande jusqu’aux frontières orientales de la Scandinavie. Les pôles et les Alpes sont également représentés par deux fois, tandis qu’une unique contribution se consacre aux Andes. À ce titre, l’ouvrage interroge principalement une « nordicité » occidentale, ses représentations et ses évolutions. Les régions himalayennes et le Tibet ne sont pas représentés. Néanmoins l’ouvrage offre une diversité de points de vue fort appréciable, avec par exemple l’article de Nathanaëlle Minard-Törmänen, consacré à « l’image de la Finlande dans les récits de voyage russes au début du XIXe siècle » (p. 167). Les récits féminins ne sont pas non plus oubliés, à travers la contribution de Nicolas Bourguinat (p. 77).

4Ce collectif sur les Voyages illustrés aux pays froids (XVIe-XIXe siècle), par sa richesse et son caractère pluridisciplinaire, constitue une contribution originale à l’histoire de la littérature de voyage, mais aussi à celle de la représentation des régions nordiques, polaires ou alpines, et ce pour une période où l’horizon géographique de l’Europe s’élargit et où les ailleurs se précisent. Le choix de placer l’illustration au cœur de cette réflexion donne une cohérence générale à un ensemble d’articles aux enjeux parfois très éloignés. Ce livre met en lumière le potentiel que recouvre l’étude de ces récits illustrés pour les quatre siècles étudiés. Il invite aussi à penser l’influence de l’apparition de la photographie sur la représentation des pays froids à partir du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Besse Jean-Marc, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon, ENS Éditions, 2003 ; Blais Hélène, Voyage au Grand Océan. Géographies du Pacifique et colonisation (1815-1845), Paris, CTHS, 2005 ; Larson Edward J., An Empire of Ice: Scott, Shackleton and the Heroic Age of Antarctic Science, New Haven: Yale University Press, 2011.

2 Cet ouvrage est issu d’un colloque international qui s’est tenu à l’abbaye des Prémontrés de Pont-à-Mousson du 14 au 17 juin 2016.

3 Magnus Olaus, Historia de Gentibus Septentrionalibus, Rome, 1555.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Linte, « Gilles Bertrand, Daniel Chartier, Alain Guyot, Marie Mossé et Anne-Elisabeth Spica (dir.), Voyages illustrés aux pays froids (XVIe-XIXe siècle). De l'invention de l'imprimerie à celle de la photographie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 août 2020, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43106 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43106

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search