Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Irving Rosow, Socialization to ol...

Irving Rosow, Socialization to old age

Louis Braverman
Socialization to old age
Irving Rosow, Socialization to old age, Berckley, University of California Press, 2020, 188 p., 1re éd. 1974, ISBN : 9780520303560.
Haut de page

Texte intégral

1Publié à l’origine en 1974, Socialization to old age est maintenant réédité par les presses de l’Université de Californie dans le cadre du programme Voices revived qui rend à nouveau accessible certains titres épuisés de la célèbre maison d’édition située à Berkeley. Les lecteur·trice·s intéressé·e·s par les théories psychosociales du vieillissement peuvent ainsi se réjouir que l’impression à la demande permette la diffusion d’un tel ouvrage. Pourtant, aucune préface ni postface ne vient présenter, commenter, situer ou discuter le texte, ce qui pénalise son appropriation par les non-spécialistes de la socialisation ou du vieillissement.

  • 1 Rosow Irving, Social integration of the aged, New York, The Free Press, 1967.
  • 2 Voir notamment l’ouvrage de Vincent Caradec pour une présentation synthétique des approches théoriq (...)

2Alors qu’il publie Socialization to old age, Irving Rosow (1921-2001) est professeur de sociologie de la médecine au sein d’un hôpital psychiatrique rattaché à l’Université de Californie à San Francisco. Cet ouvrage fait suite à Social integration of the aged1 et adopte une perspective fonctionnaliste qui, depuis une cinquantaine d’années, a été largement remise en cause et dépassée par des travaux qui appréhendent les parcours de vie selon une approche constructiviste et compréhensive2.

  • 3 Souligné par l’auteur. Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans ce compte rendu.
  • 4 En particulier : Marshall Victor W., « No exit: a symbolic interactionist perspective on aging », T (...)

3La thèse défendue dans l’ouvrage est annoncée dans l’introduction : « contrairement aux étapes antérieures de la vie des Américains, la vieillesse ne s’accompagne pas d’une socialisation efficace des individus »3 (p. xii). Le postulat qui soutient cette thèse est que la socialisation peut échouer, dans le sens où elle ne parvient pas toujours à transmettre des valeurs et des rôles assurant l’intégration sociale. Irving Rosow adopte ainsi une perspective normative contre laquelle d’autres conceptions de la vieillesse se sont construites, notamment, à la même époque, celles s’inscrivant dans le courant interactionniste qui mettent l’accent sur les négociations ou les adaptations des individus dans l’avancée en âge et préfèrent le concept d’identité à celui de rôle4.

4Irving Rosow définit d’ailleurs la socialisation à l’âge adulte comme « le processus consistant à inculquer de nouvelles valeurs et de nouveaux comportements appropriés aux positions des adultes et aux groupes d’appartenance. Ces changements sont normalement intériorisés au cours d’initiations ou de formations, formelles ou informelles. Ils donnent lieu à de nouvelles images, attentes, compétences et normes qui impactent la manière dont la personne se définit et dont les autres la voient » (p. 31). L’auteur ajoute qu’une « socialisation réussie produit une conformité aux attentes partagées concernant les valeurs et les comportements » (p. 32), mais précise que le résultat n’est pas garanti, la socialisation pouvant être inachevée ou déficiente.

5Pour Irving Rosow, l’échec de la socialisation des individus à la vieillesse entraine des conséquences particulièrement préjudiciables : les personnes âgées sont dévaluées socialement, limitées dans leur participation sociale, sujettes à de nombreux stéréotypes, confrontées à des pertes de rôle, et elles doivent lutter pour préserver une estime de soi positive.

6La notion fonctionnaliste de « rôle social » est centrale dans l’échafaudage conceptuel mobilisé par Irving Rosow. Ce dernier appréhende la trajectoire des individus comme une succession d’étapes auxquelles sont attachés des rôles sociaux associés à des positions statutaires définies par les institutions et reconnues de tous. La vieillesse constitue la dernière étape du cycle de vie et se caractérise par une transition inévitablement marquée par des pertes de rôles. Ces pertes de rôles renvoient notamment au passage à la retraite et aux changements qui l’accompagnent : fin du statut professionnel, diminution des revenus, retrait des appartenances collectives, etc. Les pertes de rôle survenant dans la vieillesse sont aussi liées à des recompositions familiales, notamment le veuvage et le départ des enfants, mais aussi à la fragilisation de l’état de santé.

7S’interrogeant sur la perspective d’un changement social, Irving Rosow écarte l’hypothèse selon laquelle la place des aîné·e·s pourrait être revalorisée dans l’immédiat. Mais, ne cédant pas au fatalisme, il propose, en guise de conclusion, de discuter des conditions qui peuvent faciliter la socialisation des personnes âgées. Prenant le contre-pied de toutes les politiques d’inclusion actuelles, Irving Rosow défend l’isolement des personnes âgées du reste de la population. La réduction des contacts avec les personnes plus jeunes, d’une part, et le rassemblement d’aîné·e·s aux caractéristiques sociales semblables au sein d’un même environnement, d’autre part, sont pour lui des conditions nécessaires – mais pas suffisantes – à la protection des personnes âgées face à l’âgisme du reste de la société et au développement de normes de groupe auxquelles peuvent être adossés de nouveaux rôles sociaux valorisés par les pairs. Cette position, tributaire du paradigme fonctionnaliste dans laquelle s’inscrit la pensée de l’auteur, ne manquera pas d’étonner les lecteur·trice·s qui pourront légitimement objecter qu’elle ne règle en rien le problème des inégalités et des rapports de pouvoir entre les générations.

  • 5 Pour un aperçu des travaux récents dans le champ francophone, voir notamment : Le Borgne-Uguen Fran (...)

8Socialization to old age est un ouvrage théorique dense dont le présent compte rendu ne pourrait à lui seul résumer toutes les pistes empruntées par son auteur. Si on peut lui reprocher un manque d’assise empirique et, son corollaire, la mise à distance de l’expérience des personnes âgées, son principal écueil réside toutefois dans l’approche mobilisée. En effet, la perspective fonctionnaliste propose une vision universelle et homogène du processus de vieillissement qui ne rend pas compte de l’adaptation des individus aux changements qui surviennent dans l’avancée en âge. La lecture de l’ouvrage d’Irving Rosow donne toutefois l’occasion de rentrer dans la boîte noire d’une théorie ayant marqué la sociologie du vieillissement de son empreinte. Cet exercice est parfois stimulant, mais bien souvent davantage déstabilisant tant la distance avec les perspectives adoptées dans les travaux actuels est grande5.

Haut de page

Notes

1 Rosow Irving, Social integration of the aged, New York, The Free Press, 1967.

2 Voir notamment l’ouvrage de Vincent Caradec pour une présentation synthétique des approches théoriques du vieillissement : Caradec Vincent, Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2012 ; compte rendu de Sophie Jumeaux-Bekkouche pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/8794.

3 Souligné par l’auteur. Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans ce compte rendu.

4 En particulier : Marshall Victor W., « No exit: a symbolic interactionist perspective on aging », The International Journal of Aging and Human Development, vol. 9, n° 4, 1979, p. 345-358.

5 Pour un aperçu des travaux récents dans le champ francophone, voir notamment : Le Borgne-Uguen Françoise, Douget Françoise, Fernandez Guillaume, Roux Nicole, Cresson Geneviève (dir.), Vieillir en société. Une pluralité des regards sociologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2019 ; compte rendu de Flavien Bouttet pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/42007. Hummel Cornelia, Mallon Isabelle, Caradec Vincent (dir.), Vieillesses et vieillissements. Regards sociologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « le sens social », 2014 ; compte rendu de Michèle Pagès pour Lectures : https:/journals.openedition.org/lectures/15692. Guillemard Anne-Marie, Mascova Elena (dir.), Allongement de la vie. Quels défis ? Quelles politiques ?, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Braverman, « Irving Rosow, Socialization to old age », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 août 2020, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43108 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43108

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search