Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2020« En lutte », Politix, n° 129, 2020

« En lutte », Politix, n° 129, 2020

Jordan Gamaire
En lutte
« En lutte », Politix, n° 129, 2020, 86 p., Bruxelles, De Boeck, ISBN : 9782807393806.
Inicio de página

Texto completo

1Comme plus de 150 revues scientifiques en France, Politix est en lutte depuis plusieurs mois contre la LPPR, la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, ou « loi pourrie précarisant les chercheurs », comme nous avons pu le lire sur une pancarte de la manifestation du 29 janvier 2020 (p. 55). C’est dans ce contexte de lutte qu’est publié ce numéro particulier de la revue, « un numéro blanc, sans articles académiques classiques mais témoignant des luttes sociales en cours » (p. 2). 

2Les auteur·e·s de ce dossier ne se contentent pas de déclamer des slogans ou des revendications, mais s’attèlent à expliquer, clairement et en seulement quelques pages, les réformes successives de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), et à faire le lien entre les réformes parallèles de secteurs publics différents, mais répondant à une logique commune. Cette logique est celle de l’introduction progressive d’une gestion managériale de ces services, visant à réduire « les “privilèges” gagnés dans les luttes sociales du XXe siècle » (p. 4), à travers la mise en concurrence d’acteurs censés coopérer pour mener à bien leurs missions d’intérêt général. Les slogans et images des manifestations de 2020, mais aussi le contenu des textes, concernent tant la LPPR que la réforme des retraites ou la casse du service public hospitalier. L’attention conjointe portée à ces luttes dans les documents de ce numéro suffit à signifier leur complémentarité et leurs logiques communes, et la volonté des auteur·e·s de ne pas les invisibiliser derrière l’unique dénonciation du projet de loi de programmation de la recherche. Nous allons successivement évoquer, dans une progression en entonnoir, les luttes contre les réformes néolibérales qui minent les services publics français, la LPPR et ses conséquences, les difficultés que les revues rencontrent et vont rencontrer au fil des mutations de l’ESR, et la place de Politix dans la lutte actuelle. 

3Le système promu par la LPPR répond à la même logique managériale que celle des réformes successives déployées dans d’autres services publics, qui ont pour conséquences « surcharge de travail, détérioration des conditions de travail et des statuts générant souffrance, incertitude permanente, perte de sens et gaspillage des savoir-faire » (p. 9). Si ces réformes ne font pas l’objet d’un éditorial dédié, elles sont évoquées dans le document « Paroles et images de la lutte », qui compile les slogans scandés ou inscrits sur des pancartes, et des photographies des manifestations (signées Serge d’Ignazio) qui ont eu lieu entre le 14 novembre 2019 et le 21 mai 2020. Principalement organisées contre la réforme des retraites et le recours à l’article 49.3 de la Constitution (« La retraite avant l’arthrite ! »), ces manifestations ont aussi pu réunir les opposant·e·s à la LPPR (« Plus de labo, moins de lacrymo »), les soignant·e·s et défenseur·euse·s du service public hospitalier (« Sous nos blouses, la colère »), les opposant·e·s à la réforme du baccalauréat (« Mon lycée va craquer : non aux E3C »), ou encore les Gilets jaunes, dans un esprit de convergence (« Point(s) de retraite, point de recherche… »), né de préoccupations communes, comme l’attachement au service public. 

4L’éditorial, commun aux revues en lutte, explique que l’autonomie budgétaire des universités, impulsée par la loi Pécresse de 2007, avait en réalité pour objectif l’instauration d’une gestion managériale et la mise en concurrence des acteur·rice·s de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle aura eu pour conséquence la réduction des financements propres des laboratoires et la diffusion d’un fonctionnement par appels à projets, c’est-à-dire par financements ciblés, délivrés après des batailles chronophages et énergivores entre chercheurs, laboratoires ou établissements. La recherche s’en voit dégradée par les heures perdues à monter et évaluer des projets, qui ne sont plus consacrées aux activités de recherche. Ces difficultés sont décrites par Bruno Canard, virologue et directeur de recherche au CNRS, dans son témoignage, « Coronavirus : la science ne marche pas dans l’urgence ! » (p. 45-47). Il est aussi rappelé dans l’éditorial que, malgré une augmentation du nombre d’étudiant·e·s, le budget de l’enseignement supérieur n’a pas suivi la même courbe, et qu’il lui manquerait aujourd’hui près de 6 milliards d’euros. Les titulaires ont perdu en pouvoir d’achat, et les contractuels sont de plus en plus précarisés, de plus en plus longtemps, avant une éventuelle titularisation. La LPPR s’inscrit parfaitement dans la lignée de la loi Pécresse, avec toujours plus de compétitivité, de financement par projet, d’emplois précaires et de mise en concurrence. La formule suivante résume les raisons de l’opposition à cette réforme comme suit : « dans toutes les disciplines, l’activité scientifique nécessite du temps et une disponibilité intellectuelle incompatible avec l’angoisse d’une précarité parfois radicale et avec la fragmentation croissante des tâches » (p. 6). Loin d’être une opposition de principe, la résistance face à cette loi de programmation témoigne avant tout de l’attachement des chercheur·euse·s aux conditions nécessaires à une production scientifique de qualité.

5Les revues sont prises dans un paradoxe : d’un côté, elles sont un outil central de l’évaluation de la recherche, s’appuyant fortement sur la bibliométrie, mais d’un autre côté, elles sont fragilisées (notamment par la précarisation des personnels de soutiens à la recherche qui « permettent aux revues d’exister en tant qu’objet, en tant que produits manufacturés », p. 8), et le seront encore davantage avec la LPPR. Les revues fonctionnent grâce au service public de la recherche, qui permet aux chercheur·euse·s de prendre du temps pour échanger, lire et relire les publications qui participeront à l’enrichissement des savoirs. Or, ce service public est attaqué par la LPPR et sa vision managériale, laquelle poursuit « une politique cynique de diminution drastique des emplois des personnels invisibles de la chaîne éditoriale » (p. 8), qui font exister les revues, imprimées et numériques. De même, la loi précarise toujours plus les jeunes chercheur·euse·s qui, en attendant une hypothétique titularisation, se voient enchaîner les contrats à durée déterminée. La recherche de ces contrats les éloigne de la recherche scientifique, alors qu’ils « contribuent massivement à la production d’articles scientifiques et au renouvellement des connaissances » (p. 9). Les auteur·e·s affirment la différence entre l’évaluation scientifique des productions par les pairs (sur des critères comme la précision du propos ou la qualité de la démonstration), destinée à publier des connaissances robustes, et l’évaluation sur critères d’excellence (principalement bibliométriques), en vogue dans les réformes récentes de l’ESR, et rappellent que « l’esprit qui anime [les] revues [en lutte] est à l’opposé de la mise en concurrence et d’une illusoire évaluation individuelle des chercheur·euse·s » (p. 10). Enfin, ils et elles rappellent que la multiplicité des approches est essentielle au débat, dans l’élaboration des savoirs scientifiques, et qu’elle est incompatible avec le développement d’une science uniformisée à l’échelle mondiale.

6Le comité de rédaction de Politix, en grève depuis le 17 janvier 2020, a choisi de concrétiser son opposition à la LPPR et son « onde de choc destructrice [...] sur la vie des revues en sciences humaines et sociales » (p. 31) par ce numéro blanc, symbolisant et matérialisant l’arrêt de la production scientifique. Les auteur·e·s rappellent que Politix est gérée par des scientifiques volontaires sur leur temps libre, profitant d’une certaine stabilité, et qu’avec la dégradation des conditions de travail des chercheur·se·s et la mise en concurrence toujours plus importante des acteur·rice·s de l’ESR, le lancement d’une nouvelle revue avec un fonctionnement similaire serait désormais impossible. C’est par un appel à la mobilisation que se termine le second éditorial du numéro. Les auteur·e·s préconisent de l’utiliser comme outil d’information, comme « un cri de révolte », et de participer à la lutte pour la sauvegarde de la recherche : « rejoignez-nous, conjuguons nos forces ! » (p. 33).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jordan Gamaire, « « En lutte », Politix, n° 129, 2020  », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 19 agosto 2020, consultado el 04 diciembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43112 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43112

Inicio de página

Redactor

Jordan Gamaire

Étudiant en master de sociologie à l’Université de Limoges, et en master de science politique à l’Université Gustave Eiffel.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search