Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Gérard Guérin, Paysannes. Trilogi...

Gérard Guérin, Paysannes. Trilogie documentaire

Constance Rimlinger
Paysannes
Gérard Guérin, Paysannes. Trilogie documentaire, Paris, Les Mutins de Pangée, 2020, 1re diffusion 1979 ; préface du livret par Gérard Mordillat.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tous au Larzac, documentaire de Christian Rouaud, Ad Vitam Distribution, 2011.

1En 1970, Michel Debré, alors ministre de la Défense, dévoile son projet d’extension d’un camp militaire situé depuis 1902 sur le plateau du Larzac, qu’il entend faire passer de 3 000 à 17 000 hectares. Son secrétaire d’État, André Fanton, justifie cette extension en avançant que le potentiel agricole du territoire est extrêmement faible, et que l’endroit n’est habité que par « quelques paysans, pas beaucoup, qui élev[ent] vaguement quelques moutons, en vivant plus ou moins moyenâgeusement »1. Les paysans ainsi dénigrés, menacés d’expropriation, se révoltent, et sont rapidement soutenus par divers syndicats et associations. De mois en mois, la lutte contre l’extension du camp enfle et fait affluer sur le plateau des milliers de militants pacifistes.

2C’est dans ce contexte qu’arrive en 1973 Gérard Guérin, jeune réalisateur fraîchement sélectionné à Cannes pour Lo Païs, son premier long-métrage. Il revient dans le Larzac – où se déroule une partie de l’action de son film précédent – en repérage pour une nouvelle fiction, mais la richesse des entretiens préparatoires avec des personnes âgées qui relatent leurs souvenirs le décide à s’orienter finalement vers la forme documentaire. La mobilisation qui génère la rencontre entre « une foule de jeunes “gauchistes” venus “d’ailleurs” » et une population autochtone ancrée « dans un milieu de conservatisme stable et religieux » (livret d’accompagnement du film, p. 17) constitue un premier sujet d’observation. La prise de conscience et la réflexion des paysannes sur leur identité, accélérée par les évènements qui les poussent à considérer la valeur de leur mode de vie, en constitue un autre.

  • 2 Lévi-Strauss Claude, « Contribution à l’étude de l’organisation sociale des Indiens Bororo », Journ (...)
  • 3 Perrot Michelle, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998.

3La force et l’originalité de l’œuvre de Gérard Guérin résident dans la place primordiale donnée à la parole des femmes, à leurs voix plurielles. En contrepoint d’une longue tradition d’androcentrisme – ayant pu conduire à cette phrase si révélatrice : « Le village entier partit le lendemain dans une trentaine de pirogues, nous laissant seuls avec les femmes et les enfants dans les maisons abandonnées »2 –, Gérard Guérin considère que les femmes sont un maillon essentiel de la société paysanne, à la fois comme travailleuses et comme détentrices d’une histoire, de traditions. Aussi bien pour lever les « silences de l’histoire »3 que pour des raisons pragmatiques – les femmes sont davantage à l’intérieur, prêtes à s’entretenir avec lui tout en vaquant à leurs tâches quotidiennes –, le réalisateur décide donc de les mettre au premier plan.

  • 4 Nous renvoyons ici à la réhabilitation du travail technique, manuel : Sennett Richard, Ce que sait (...)

4L’œuvre se décline sous deux formes : une trilogie produite pour la télévision, Paysannes (1979), et un long-métrage pour le cinéma, Guerres de femmes (1980). Ce dernier se concentre sur la lutte et sur l’évolution des consciences politiques opérée par le rapprochement entre paysans et partisans de la non-violence, et par la confrontation directe à la violence étatique. La série télévisée en revanche investigue davantage la réalité (ou plutôt les réalités) de la vie paysanne : il y est question aussi bien du travail domestique que de la contribution au travail agricole, de la religion, du fait d’être simultanément agricultrice et mère et épouse, de la gestion de l’argent, de l’attachement à la terre… Dans les deux cas, le dispositif demeure le même : recueillir la parole de trois générations de paysannes – les plus âgées sont nées avec le siècle, les plus jeunes sont ou pourraient être leurs petites-filles –, les filmer pendant qu’elles vaquent à leurs occupations habituelles. Les mains ne s’arrêtent jamais et tricotent, épluchent des pommes de terre, déplument des poulets en même temps que les langues se délient. Le geste est rapide, effectué sans même un regard – révélateur, en somme, de techniques maîtrisées, d’une main « qui sait »4.

  • 5 Barthez Alice, « Femmes dans l’agriculture et travail familial », Sociologie du travail, n° 3, 1984 (...)
  • 6 Salmona Michèle, « Des paysannes en France : violences, ruses et résistances », Cahiers du genre, 2 (...)

5D’une génération à l’autre, on observe les évolutions rapides du monde agricole : alors que les aînées connaissaient un milieu immuable, traditionnel, ayant peu changé depuis le XVIIIe siècle, la génération d’après découvre la mécanisation, source de gains de productivité, mais aussi d’un accroissement des nuisances sonores et d’une accélération drastique des cadences (« on ne prend plus le temps de vivre et de travailler convenablement », se désole l’une des interviewées), ainsi que la politique agricole commune (PAC) mise en place à l’échelle européenne après-guerre, « qui encourage toujours les mêmes », accroissant les inégalités entre les grandes exploitations et les fermes familiales. Des témoignages, ressort nettement le paradigme de l’agriculture comme « métier de couple », observé par diverses sociologues5, où les époux se partagent les tâches dans une idée de complémentarité des sexes, et où le travail agricole de l’épouse et des enfants est qualifié « d’aide », de « coup de main ». Cependant, les femmes interrogées ont conscience de l’importance de leur travail, y compris dans la sphère domestique ; elles mettent en avant leur attachement à la terre, à la paysannerie, en dépit de la pénibilité de certaines tâches. Comme a pu le révéler Michèle Salmona6, face aux contraintes, les femmes agricultrices font preuve d’agentivité, déployant des stratégies individuelles et collectives.

  • 7 Le chercheur s’insérant dans la population étudiée à partir de certains informateurs, certains grou (...)
  • 8 Cottereau Alain, « Grand résumé de l’ouvrage d’Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok, Une famil (...)

6Sans jamais basculer dans la folklorisation ou l’idéalisation du patrimoine, Gérard Guérin fait le choix d’une mise en scène sobre, sans musique extradiégétique, avec un rythme lent qui laisse émerger la parole sans la brusquer, et une direction minimale des personnes filmées. Sa démarche peut être rapprochée de celle d’un ethnographe, ne serait-ce que dans la manière de se fondre durablement dans à la population observée. La préparation du tournage a pris trois ans. Gérard Guérin raconte, dans une interview fournie en bonus, comment il allait chaque matin s’asseoir dans une bergerie et observer le travail en silence, jusqu’à ce qu’on l’invite, une fois la traite terminée, à prendre un café. Malgré plusieurs propositions, il refuse de s’installer chez l’une ou l’autre des familles et fait le choix de trouver un hébergement dans un bourg à proximité – veillant ainsi à se prémunir de l’« enclicage7 », biais bien connu des chercheurs effectuant des terrains ethnographiques. Les témoignages sont recueillis sur le mode du récit de vie, parfois de l’entretien collectif, où plusieurs femmes échangent leurs opinions sur une thématique donnée. Lorsqu’elles déclinent heure par heure leur emploi du temps, exposent un carnet de ferme qui permet de consigner au jour le jour les faits marquants, ou détaillent les calculs qui leur permettent de déterminer combien leur contribution rapporte à l’exploitation familiale, on se rapproche de l’ethnocomptabilité, laquelle vise à « prendre en compte ce que les gens prennent en compte »8, à révéler des modes vernaculaires de mesure et d’organisation.

  • 9 Après la désignation de « grands travaux inutiles » depuis le milieu des années 1980, celle de « gr (...)

7Si l’œuvre a aujourd’hui dépassé les quarante ans, elle est toujours d’une actualité brûlante. En voyant la mobilisation contre l’extension du camp militaire et l’alliance improbable de paysans larzacois, jeunes communistes, militants antimilitaristes, personnalités politiques et spirituelles diverses, il est difficile de ne pas penser à Notre-Dame-des-Landes et aux résistances croissantes contre les « grands projets inutiles »9, contre un monde technicien et uniformisant.

Haut de page

Notes

1 Tous au Larzac, documentaire de Christian Rouaud, Ad Vitam Distribution, 2011.

2 Lévi-Strauss Claude, « Contribution à l’étude de l’organisation sociale des Indiens Bororo », Journal de la Société des Américanistes, vol. 28, n° 2, 1936, p. 283.

3 Perrot Michelle, Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998.

4 Nous renvoyons ici à la réhabilitation du travail technique, manuel : Sennett Richard, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel, 2010.

5 Barthez Alice, « Femmes dans l’agriculture et travail familial », Sociologie du travail, n° 3, 1984, p. 255-267 ; Lagrave Rose-Marie, Celles de la terre. Agricultrice : l’invention politique d’un métier, Paris, Éditions de l’EHESS, 1987, Rieu Annie, « Agriculture et rapports sociaux de sexe. La “révolution silencieuse” des femmes en agriculture », Cahiers du Genre, n° 37, 2004, p. 115-130.

6 Salmona Michèle, « Des paysannes en France : violences, ruses et résistances », Cahiers du genre, 2003, n° 35, p. 117-140.

7 Le chercheur s’insérant dans la population étudiée à partir de certains informateurs, certains groupes, il court le risque d’être associé à une « clique » et de se voir fermer des portes en fonction des affinités qu’on lui prête ; Olivier de Sardan Jean-Pierre, « La politique du terrain. Sur la production de données en anthropologie », Enquête, n° 1, 1995, p. 71-109.

8 Cottereau Alain, « Grand résumé de l’ouvrage d’Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok, Une famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Bouchene, 2012 », SociologieS, 23 février 2015, en ligne : https://journals.openedition.org/sociologies/4893. .

9 Après la désignation de « grands travaux inutiles » depuis le milieu des années 1980, celle de « grands projets inutiles » est utilisée depuis les années 2010 dans des milieux militants et politiques pour contester des projets jugés économiquement et/ou écologiquement inutiles, voire contre-productifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Rimlinger, « Gérard Guérin, Paysannes. Trilogie documentaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 août 2020, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43117

Haut de page

Rédacteur

Constance Rimlinger

Doctorante contractuelle en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales, au sein du Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search