Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Sylvaine Bulle, Yann Scioldo-Zürc...

Sylvaine Bulle, Yann Scioldo-Zürcher, Sociologie de Jérusalem

Nicolas Lepoutre
Sociologie de Jérusalem
Sylvaine Bulle, Yann Scioldo-Zürcher, Sociologie de Jérusalem, Paris, La Découverte, coll. « Repères. Sociologie », 2020, 128 p., ISBN : 9782348055607.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon les artistes, en permettant à chaque communauté de dépasser leur ignorance initiale (« C’est (...)

1En 2007, le photographe JR et son associé Marco ont organisé une grande exposition de photographie à Jérusalem et dans les villes alentours baptisée « Face 2 Face ». En accrochant côte à côte, notamment de part et d’autre de la « barrière de sécurité » qui sépare Israël de la Cisjordanie, des portraits géants d’Israéliens et de Palestiniens faisant le même métier, les artistes entendaient démontrer aux deux peuples que leur opposition était dénuée de sens. Bien que le discours marketing mobilisé apparaisse particulièrement naïf et condescendant1, ce projet soulignait la nécessité de dépasser les stéréotypes sur la région. L’ouvrage de Sylvaine Bulle, sociologue spécialiste de Jérusalem, et de Yann Scioldo-Zürcher, chargé des modélisations quantitatives, répond à ce besoin.

  • 2 À la suite de l’échec du plan de partage de la Palestine proposé par l’ONU en 1947 (qui prévoyait n (...)
  • 3 Alors que l’annexion de Jérusalem-Est n’est pas reconnue par la communauté internationale, cette un (...)
  • 4 Après le déclenchement de la seconde Intifada en 2000, le gouvernement israélien entreprend la créa (...)
  • 5 Embourgeoisement de quartiers populaires provoqué par l’arrivée de catégories sociales plus favoris (...)
  • 6 D’après la sociologue et économiste Saskia Sassen (The Global City, 1991), la ville globale se cara (...)

2Dans Sociologie de Jérusalem, Sylvaine Bulle présente les principes structurants de la ville ainsi que les diverses dynamiques qui la transforment. Naturellement, Jérusalem est très marquée par le conflit israélo-palestinien et l’auteure n’élude pas cette dimension, qui traverse tout l’ouvrage. Le premier chapitre, consacré à l’histoire de la ville au XXe siècle, retrace par exemple sa partition en 19482, le projet d’unification de la ville à la suite de l’annexion de Jérusalem-Est par les Israéliens après 19673 puis son échec partiel en raison des tensions sécuritaires dans les années 20004. Portant sur le cas spécifique de Jérusalem-Est, le dernier chapitre explique quant à lui pourquoi la capitale autoproclamée d’Israël est qualifiée de ville « ségréguée » ou « coloniale » (très faible part du budget municipal alloué à la partie orientale de la ville, manque de services publics, règles d’urbanisme différentes etc.). On ne saurait toutefois se limiter à ce seul facteur explicatif pour analyser l’organisation ou l’évolution de Jérusalem. En effet, la sociologue montre que la ville est profondément façonnée depuis les années 2000 par le capitalisme urbain (chapitre 3) : les autorités municipales mènent ainsi une politique de grands projets, principalement autour de sites religieux, destinés à renforcer l’attractivité touristique de la ville sainte, laquelle « se mue en ville-marchandise » (p. 62). La verticalisation d’une partie de la ville, le développement d’un immobilier de luxe ou encore la gentrification5 de Jérusalem-Ouest sont autant de phénomènes typiques des grandes métropoles, même si Jérusalem ne peut pas être considérée comme une ville globale6. Enfin, l’influence croissante des groupes religieux ultra-orthodoxes se traduit par une lutte pour le contrôle de l’espace public, qu’il s’agisse de la fermeture des rues à la circulation pendant le shabbat ou du refus de la mixité dans les transports en commun (chapitre 4).

3L’un des intérêts majeurs de Sociologie de Jérusalem est de montrer comment ces phénomènes peuvent être convergents, comme dans le cas du projet de « Cité de David » (ambitieux chantier de mise en valeur touristique de vestiges historiques situés à Jérusalem-Est, en bordure de la vieille ville, et qui a permis l’installation d’environ 400 colons juifs en lieu et place de Palestiniens expulsés), ou partiellement contradictoires, par exemple dans le cadre de la transformation de la « Porte de Jérusalem » (aménagement d’un important quartier d’affaires à l’ouest de la ville sans logement prévu afin d’éviter d’éventuelles pressions ultra-orthodoxes pour une fermeture du quartier). Sylvaine Bulle accorde une large place aux différents acteurs, qu’il s’agisse des autorités municipales, des entreprises privées (notamment les grands promoteurs immobiliers) ou des citoyens. À rebours de tout simplisme, elle analyse dans le chapitre 2 les relations entre les différents groupes sociaux (juifs religieux, juifs séculiers, Palestiniens) qui s’affrontent, certes, mais peuvent aussi cohabiter en quelques endroits, comme dans des centres commerciaux, voire certains quartiers tels celui de French Hill (colonie israélienne dans laquelle s’installent à la fois des Palestiniens d’Israël et des Palestiniens de Jérusalem-Est à partir des années 2000).

4Publié dans la collection « Repères », particulièrement synthétique (un peu moins de 130 pages), cet ouvrage permet pourtant d’appréhender la sociologie de Jérusalem dans toute sa complexité, la bibliographie offrant à celles et ceux qui le souhaiteraient la possibilité d’approfondir la question. Le lecteur peut également tirer profit des différents graphiques et surtout des cartes qui parsèment le livre et permettent de situer les quartiers de la ville ou certains grands projets, en dépit parfois de quelques problèmes de lisibilité (notamment pour distinguer diverses nuances de gris). On regrette simplement que certains termes ou concepts ne soient pas véritablement définis pour les néophytes (comme la distinction entre « différenciation » et « fragmentation », ou le « droit à la ville » d’Henri Lefebvre).

Haut de page

Notes

1 Selon les artistes, en permettant à chaque communauté de dépasser leur ignorance initiale (« C’est évident [qu’ils se ressemblent], mais ils ne le voient pas »), « Face 2 Face a contribué à une meilleure compréhension entre Israéliens et Palestiniens ». Pour une présentation du projet et des illustrations, voir la page sur le site de JR : https://www.jr-art.net/fr/projects/israel-palestine.

2 À la suite de l’échec du plan de partage de la Palestine proposé par l’ONU en 1947 (qui prévoyait notamment l’internationalisation de Jérusalem) et de la proclamation de l’État d’Israël l’année suivante, les pays arabes de la région déclenchent une guerre contre le nouvel État. Remporté par Israël, ce conflit provoque la division en deux de Jérusalem : l’ouest passe sous contrôle israélien, l’est sous contrôle transjordanien (Jordanie actuelle). Près de 85 000 Palestiniens fuient vers la partie orientale de la ville.

3 Alors que l’annexion de Jérusalem-Est n’est pas reconnue par la communauté internationale, cette unification est à la fois physique (par la restructuration de quartiers situés sur l’ancienne ligne de démarcation, notamment la vieille ville) et symbolique (le Parlement israélien proclamant en 1980 une loi fondamentale qui fait de Jérusalem la capitale « une et indivisible » d’Israël).

4 Après le déclenchement de la seconde Intifada en 2000, le gouvernement israélien entreprend la création de la « barrière de sécurité » qui isole Jérusalem-Est de sa banlieue.

5 Embourgeoisement de quartiers populaires provoqué par l’arrivée de catégories sociales plus favorisées.

6 D’après la sociologue et économiste Saskia Sassen (The Global City, 1991), la ville globale se caractérise notamment par la présence de sièges sociaux de grands firmes multinationales et de services financiers majeurs, ce dont Jérusalem est relativement dépourvue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Sylvaine Bulle, Yann Scioldo-Zürcher, Sociologie de Jérusalem », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 août 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43118 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43118

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search