Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Claude Hagège, Le Linguiste et le...

Claude Hagège, Le Linguiste et les langues

Maël Deuffic
Le linguiste et les langues
Claude Hagège, Le linguiste et les langues, Paris, CNRS, coll. « Les Grandes Voix de la Recherche », 2019, 62 p., ISBN : 978-2-271-12640-5.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cette collection dédiée aux « grandes voix de la recherche », la parole est donnée ici à Claude Hagège afin qu’il évoque ses apports scientifiques à la linguistique. Mais au-delà de son métier de chercheur, l’auteur nous parle avant tout de son rapport charnel aux langues. C’est là le parti-pris de ce linguiste qui raconte sa vie au milieu des langues, nous en donne le goût à travers le récit d’une enfance polyglotte à Carthage, entre le français le plus académique parlé par sa famille et enseigné à l’école, l’arabe dialectal tunisien et l’italien. Aucune surprise alors si par la suite, dans sa pratique de la linguistique, il a adopté une approche tout à fait empirique du matériau langagier.

2Ce court ouvrage commence par le récit d’une enfance dans une ville babélisée, Carthage, où les langues se parlent et se vivent, bien avant d’être figées dans l’écrit ou réduites à de purs concepts. Le moment où Claude Hagège quitte la Tunisie pour étudier les lettres classiques au lycée Louis-Le-Grand est d’ailleurs présenté comme une parenthèse, pendant laquelle l’auteur ne manque pas de rappeler que l’étudiant qu’il était n’avait pas su se contenter de l’apprentissage d’un état ancien du grec, le grec classique, mais désirait apprendre le grec que l’on parle maintenant. Au-delà de l’anecdote, on comprend en quoi l’auteur devait rejeter les approches hypothético-déductives, trop éloignées sans doute de la réalité vibrante du langage.

  • 1 Hagège Claude, Les religions, la parole et la violence, Paris, Éditions Odile Jacob, 2017.

3Ce jeune linguiste de terrain part alors au Cameroun dans le cadre d’une thèse d’État sur le mbum et le tikar. Par la suite, il étudie le comox sur l’île de Vancouver, le tagalog aux Philippines, l’arabe du Tchad, et s’intéresse à l’hébreu et au chinois. Il découvre ainsi des langues qui sont le reflet de modes de vie très différents. Au contact de ces sociétés, il se prête également à des considérations d’ordre ethnologique, comme il le fera d’ailleurs dans son essai Les religions, la parole et la violence1, où il analyse le rôle des religions dans les sociétés. Partageant l’avis de Chomsky sur l’innéisme de la faculté de langage chez les humains, il s’en détache en prenant en compte les singularités de chaque langue, produit d’une histoire propre à chaque communauté.

4Les contributions théoriques de Claude Hagège sont expliquées très pédagogiquement dans cet ouvrage. On y retrouve ses apports sur la morphogenèse (la formation de morphèmes grammaticaux), qu’il étudie notamment dans les différents créoles, ainsi que sur la syntaxe et la sémantique des pronoms personnels et possessifs dits « logophoriques ». Il évoque également le concept d’anthropologie casuelle, c’est-à-dire la façon dont certaines langues créent des instruments morphologiques à partir de termes relatifs au corps humain, qui ressortent selon lui de « l’être au monde de l’homme ». Ainsi, par exemple, le mbum exprime « sur » par le mot « tête » et « sous » par « pied ». La théorie des trois points de vue, quant à elle, envisage la façon dont les énoncés sont structurés : un point de vue énonciatif-hiérarchique entre un thème et un rhème, un point de vue morphosyntaxique et un point de vue sémantique. Claude Hagège crée également la notion de « formes sagittales », des formes où la première et la deuxième personne du singulier sont confondues en un même morphème. Il développe enfin la Loi du second lourd, à savoir la tendance du langage humain à placer l’élément lourd (dont le poids phonétique est plus lourd, le contenu informationnel plus important) après l’élément le plus léger, d’où le fait que l’on dise « de bric et de broc » et non pas « de broc et de bric » ou encore « couci-couça » et non « couça-couci », la voyelle la plus ouverte étant toujours légèrement plus longue que la plus fermée.

5Après ce chapitre, l’auteur développe trois idées qui expriment une vision plus personnelle du langage en général et de ce que peut étudier la linguistique. Il répond ainsi à la question souvent posée : « Une langue est-elle le véhicule d’une vision ou d’une représentation du monde ? ». Rappelant à travers différents exemples que répondre par l’affirmative est difficilement tenable pour ce qui est de la syntaxe, de la phonétique et de la morphologie, l’auteur explique en revanche que le lexique sert bien à nommer le monde en fonction d’une perception ancrée dans une société bien définie.

  • 2 Heesen Raphaela, Hobaiter Catherine, Ferrer-i-Cancho Ramon and Semple Stuart, « Linguistic laws in (...)

6La question de l’origine des langues, abandonnée par les linguistes à la fin du XIXe siècle, est également évoquée. On peut par exemple inférer, selon Claude Hagège, à partir de l’existence d’art pariétal, qu’il n’a pu y avoir de collaboration artistique sans communication verbale. Il lui apparaît aussi que le langage humain a dû être gestuel avant d’être oral. L’auteur ne justifie pas cette affirmation ici, mais l’on pourrait éventuellement se rapporter aux études sur la communication des chimpanzés, qui montrent que si l’on trouve quelques signes oraux, la majorité de leurs signes communicationnels est gestuelle2. À la suite de cette archéologie du langage, Claude Hagège évoque les cycles qui font passer telle ou telle structure d’un stade analytique à un stade synthétique, et inversement. Citons par exemple le futur synthétique du latin classique (amabo) qui disparaît en latin vulgaire au profit d’une forme analytique (cantare habeo) et qui se synthétise à nouveau à travers l’évolution phonétique des langues romanes (chanterai en français, cantaré en espagnol).

7Enfin, Claude Hagège rappelle que le linguiste n’a pas vocation à s’intéresser à l’écriture (et encore moins à l’orthographe) étant donné que la présence de langues orales (ou « non-écrites », selon une terminologie plus datée) et signées prouve que l’écriture n’est pas un élément nécessaire et consubstantiel du langage. Celle-ci n’est finalement qu’un des traits culturels que le linguiste est obligé de rencontrer dans son travail, mais de façon accidentelle et secondaire.

8Cet ouvrage très court, qui s’inscrit dans une collection dont le but est de rendre accessible la parole des chercheurs aux non-spécialistes, pourra donc intéresser ceux qui ignorent les apports scientifiques et les perspectives épistémologiques de Claude Hagège et qui souhaitent découvrir quelques aspects de la linguistique. On appréciera également les nombreux exemples et les anecdotes qui ponctuent cet ouvrage stimulant.

Haut de page

Notes

1 Hagège Claude, Les religions, la parole et la violence, Paris, Éditions Odile Jacob, 2017.

2 Heesen Raphaela, Hobaiter Catherine, Ferrer-i-Cancho Ramon and Semple Stuart, « Linguistic laws in chimpanzee gestural communication », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 286, n° 1896, 2019, disponible en ligne : https://doi.org/10.1098/rspb.2018.2900.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maël Deuffic, « Claude Hagège, Le Linguiste et les langues », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 août 2020, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43136 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43136

Haut de page

Rédacteur

Maël Deuffic

Étudiant en master de lettres classiques à l'ÉNS de Lyon, agrégé de grammaire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search