Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Vinciane Despret, Quand le loup h...

Vinciane Despret, Quand le loup habitera avec l’agneau

Corinne Delmas
Quand le loup habitera avec l'agneau
Vinciane Despret, Quand le loup habitera avec l'agneau, Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 2020, 330 p., 1re éd. 2002, nouvelle édition augmentée, ISBN : 978-2-35925-182-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Auxquels deux chapitres (7 et 8) sont respectivement dédiés. Vinciane Despret appréhende par ailleu (...)

1Il faut saluer la réédition de ce stimulant ouvrage qui, paru il y a près de vingt ans, est désormais accessible dans une version actualisée et agrémentée d’une postface bienvenue. Son autrice, la philosophe Vinciane Despret, y analyse de multiples changements ayant affecté tant les animaux que le regard que nous portons sur eux et la manière dont ils « ont changé aussi parce qu’ils nous ont changé » (p. 28). Pour ce faire, inspirée dans sa démarche par Isabelle Stengers et Bruno Latour1, elle se propose de suivre les scientifiques sur leurs terrains, dans leur pratique, et de comprendre comment ils rendent leurs objets d’études intéressants.

  • 2 Sur les ornithologues, l’essor de l’intérêt porté par les scientifiques aux oiseaux et à leurs mani (...)
  • 3 Voir par exemple : Éric Baratay, Biographies animales. Des vies retrouvées, Paris, Seuil, coll. « L (...)

2L’ouvrage retrace ainsi les évolutions des méthodes de l’éthologie, notamment en primatologie (babouins, chimpanzés, bonobos..) ou en ornithologie (perroquets, corbeaux...)2. En privilégiant un temps long sur le terrain, plusieurs années parfois, en mettant l’accent sur la « biographie » de chaque animal, nommé individuellement et dont les actions sont finement scrutées, ainsi que les relations avec les autres membres du groupe, les éthologues contemporains ont pu restituer la richesse et la diversité des comportements animaux voire dégager des conclusions surprenantes3. Ainsi, au fil des pages de l’ouvrage, on en apprend beaucoup sur les compétences de chimpanzés « experts en manœuvre politique » (p. 156), sur les aptitudes sociales remarquables de certaines espèces comme les moutons ou les cochons, susceptibles d’adapter leur comportement en anticipant celui des autres, sur la distribution large du rire dans le monde animal, observé par exemple chez les rats, sur l’espièglerie étonnante des perroquets kéas qui, même adultes, ne cessent de jouer, et encore sur les capacités de coopération voire d’altruisme, au sein d’une même espèce mais également entre différentes espèces, dont attestent les associations de loups et de corbeaux vivant en bonne intelligence et partageant leurs repas dans le parc de Yellowstone…

  • 4 Décrites dans le chapitre 8 de l’ouvrage, « l’énigme du corbeau ». Bernd Heinrich, recueillant des (...)

3Ces dispositifs scientifiques, souligne Vinciane Despret, font preuve de « politesse » à l’égard des animaux étudiés, à rebours de la tendance, longtemps prééminente, à reconnaître dans la nature ce que l’organisation sociale nous a appris à voir (compétition, concurrence, hiérarchie, relations de dominance entre les sexes…) et à vouloir imposer nos propres raisonnements et modes de pensée. Cette posture, dont l’ouvrage retrace les liens avec certains travaux fondateurs en anthropologie soucieux de ne pas rendre les peuples non occidentaux otages de nos problèmes, implique adresser aux animaux « les “bonnes questions” qui ne sont pas nécessairement les nôtres » (p. 61). Ainsi, on est loin, souligne l’autrice, des dispositifs behavioristes conditionnant l’animal à réagir à certains stimuli et ne l’autorisant pas à surprendre les chercheurs, à leur apprendre quelque chose et à changer leur manière de s’adresser à lui, voire invitant à se détourner de ceux qui refusent de se prêter aux consignes... à l’instar du grand corbeau qui, trouvant « la situation en boîte de Skinner profondément absurde, ne voulait pas du tout appuyer sur les leviers de commandement de petites lampes qui s’allumaient » (p. 199). « Récalcitrer » ainsi à de tels dispositifs peut avoir des effets dissuasifs en termes de recherche, comme en attestent les mises en garde adressées par ses professeurs au futur spécialiste des corbeaux Bernd Heinrich, quant à l’étude de cet animal « d’une remarquable intelligence » : « Il vaut mieux éviter d’étudier un animal qui est plus intelligent que vous, lui rappela-t-on, en le renvoyant sagement à l’étude des protozoaires » (p. 200). Mais le parti-pris peut finalement, être inversé : « La question de la “récalcitrance” – le fameux “je préférerais pas” du héros de Melville, Bartleby – qui confère à l’animal le pouvoir de ne pas se soumettre à l’interprétation de son chercheur et qui impose à ce dernier la politesse de “faire connaissance” viendrait alors s’agencer à des propositions inédites, à réinventer sans cesse : des propositions vectrices de “faire vouloir” » l’animal (p. 244), telles, en éthologie, celles proposées par Bernd Heinrich aux corbeaux4. Poser ainsi la question de la volonté des animaux oblige à revoir quantité de définitions – y compris celles de notre singularité –, et nous engage dans de nouvelles négociations sur les manières d’entrer en relation avec eux, en hiérarchisant différents types d’« habitudes » plus ou moins négociables, comme le montrent certains dispositifs tels ceux permettant aux poules de régler elles-mêmes l’extinction, l’allumage et l’intensité de la lumière, ou aux cochons de choisir la température ambiante dans certains élevages.

4Cette politesse, gage d’ouverture à la complexité de l’autre, « non humain » mais appréhendé en tant que « personne » – au sens de « celle dont quelqu’un peut prendre en compte ce qui compte pour elle » (p. 250) –, est allée de pair avec la remise en cause de préjugés comme celui sur les oiseaux « qui n’ont pas l’honneur d’être des primates, ni même des mammifères » (p. 296). Elle a également participé à déconstruire certains stéréotypes et modèles, tels ceux de la compétition et du mâle dominant mis à mal par nombre de primatologues, femmes pour la plupart, féministes pour beaucoup, ayant contribué à un renouvellement des pratiques (cf. chapitre 7, « Devenirs femme »).

  • 5 Jocelyne Porcher, L’élevage, un partage de sens entre hommes et animaux, thèse, INRA Paris-Grignon, (...)

5Cet affinement du regard n’est pas allé de soi ; telle une enquête policière, l’ouvrage retrace la montée en force du souci de « politesse » à l’égard des animaux et les écueils auquel celui-ci a pu se heurter. Il n’est pas, non plus, dénué d’enjeux politiques, particulièrement traités dans le dixième et dernier chapitre qui interroge notamment les modalités de défense et de représentation des non-parlants par les activistes mais aussi les scientifiques. Si les animaux ont toujours fait partie de notre et de nos histoire(s), il s’agit désormais de « faire histoire avec eux […] explorer avec eux comment nous pouvons compter dans les leurs […] apprendre, avec eux, des modes inédits d’entrer en politique » (p. 256). Là encore, les dispositifs scientifiques peuvent permettre d’intégrer de tels enjeux, comme en atteste la procédure imaginée par Jocelyne Porcher5 qui, pour parler de la souffrance des vaches, évoque celle des éleveurs face aux conditions dans lesquelles ils sont obligés d’élever leurs animaux afin de « se donner une chance d’intéresser à la question de ces contraintes » (p. 263).

  • 6 Via la construction d’aires de jeu dotées d’objets pouvant les intéresser et les détourner de leurs (...)
  • 7 Par exemple, le souci de singularisation en éthologie, sous-jacent à la dénomination, s’oppose à ce (...)

6Ces enjeux éthiques et politiques sont aujourd’hui d’une grande acuité, quantité d’animaux n’ayant plus de chez soi ou ne se sentant plus chez eux, parce qu’ils ne trouvent plus de quoi se nourrir. La posture impliquant de « nous rendre sensibles à la sensibilité, intelligents à l’intelligence » (p. 86) invite alors à « composer avec » plutôt que de contrer certains comportements animaux, à l’instar des options retenues pour maintenir la cohabitation avec les kéas de Nouvelle-Zélande en adoptant leurs facéties6. C’est ce que souligne la postface, qui évoque les transformations intervenues depuis la première parution de l’ouvrage ; si, globalement, les précautions d’usage se sont bien accrues, les manières de devenir « sujets » de science varient selon les disciplines7. Par ailleurs, l’histoire n’est pas linéaire, comme le montre la résurgence de certaines approches anthropo- voire andro-centrées, telle la thèse d’un modèle de violence similaire partagé par les humains et les chimpanzés, mobilisée dans le cadre des controverses autour du comportement agressif des « chimpanzés meurtriers de Gombe ». À rebours de tels récits de filiation et sans histoire produits par des « hommes […] obnubilés par la compétition, la hiérarchie et les stratégies égoïstes » (p. 315), l’autrice promeut les récits d’alliances ; l’ouvrage se conclut ainsi sur le joyeux texte de Ursula Le Guin, La Théorie de la fiction panier, qui pose la question de l’histoire dont nous voulons hériter et des récits que nous pouvons ré-imaginer pour penser nos origines comme humaines : celle de l’homme chasseur héroïque ou celle de la collecte, du soin, de la préservation, de la protection et du partage ?

Haut de page

Notes

1 Auxquels deux chapitres (7 et 8) sont respectivement dédiés. Vinciane Despret appréhende par ailleurs la « nature » comme résultant d’une tradition historique particulière dans le prolongement des travaux de recherche de Bruno Latour, Philippe Descola et Donna Haraway. Elle a, enfin, collaboré à plusieurs reprises avec Isabelle Stengers. Cf. notamment : Vinciane Despret, Isabelle Stengers, Les faiseuses d’histoire. Que font les femmes à la pensée ?, Paris, La Découverte, 2011.

2 Sur les ornithologues, l’essor de l’intérêt porté par les scientifiques aux oiseaux et à leurs manières de faire territoire, voir aussi : Vinciane Despret, Habiter en oiseau, Arles, Actes sud, 2019.

3 Voir par exemple : Éric Baratay, Biographies animales. Des vies retrouvées, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2017 ; compte rendu de Benjamin Mai pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/24225.

4 Décrites dans le chapitre 8 de l’ouvrage, « l’énigme du corbeau ». Bernd Heinrich, recueillant des corbeaux dans une volière et leur procurant un appât qui les intéresse, leur demande notamment de prouver qu’ils sont capables d’anticiper les intentions des autres mais aussi d’agir en conséquence.

5 Jocelyne Porcher, L’élevage, un partage de sens entre hommes et animaux, thèse, INRA Paris-Grignon, en 2002, parue sous le titre : Éleveurs et animaux. Ré-inventer le lien, Paris, PUF, 2002.

6 Via la construction d’aires de jeu dotées d’objets pouvant les intéresser et les détourner de leurs forfaits habituels, comme l’habitude de déplacer des icônes de signalisation sur un chantier de travaux à l’orée d’un tunnel pour rétrécir la voie de circulation et, de ce fait, obliger les voitures à ralentir, ce qui leur permettait de quémander de la nourriture aux touristes.

7 Par exemple, le souci de singularisation en éthologie, sous-jacent à la dénomination, s’oppose à celui de la dépersonnalisation visible en psychologie expérimentale, qui ne donne plus de noms aux humains depuis la fin du XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Vinciane Despret, Quand le loup habitera avec l’agneau », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 août 2020, consulté le 07 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43163 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43163

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Professeure de sociologie à l’Université de Nantes, membre du Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search