Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Sylvain Brunier, Olivier Pilmis (...

Sylvain Brunier, Olivier Pilmis (dir.), La règle et le rapporteur. Une sociologie de l’inspection

Amandine Gautier
La règle et le rapporteur
Sylvain Brunier, Olivier Pilmis (dir.), La règle et le rapporteur. Une sociologie de l'inspection, Paris, Presses des Mines, coll. « Sciences sociales », 2020, 206 p., ISBN : 978-2-35671-599-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite à un séminaire du Centre de sociologie des organisations (CSO) organisé entre 2016 et 2019 ; il propose une sociologie de l’inspection, au-delà des travaux existants qui appréhenderaient l’inspection uniquement par un prisme sectoriel. Définissant l’inspection comme une intermédiation, il appelle pour ce faire à « symétriser l’analyse » (p. 10) et à considérer les relations entre inspecteurs et commanditaires mais aussi entre inspecteurs et inspectés. Il est organisé en huit chapitres correspondant à des cas d’études, faisant varier les approches et les regards sur des inspections spécifiques. C’est donc la très riche introduction de l’ouvrage qui se charge de réfléchir ce projet de sociologie de l’inspection et qui, à partir du paradoxe de la coexistence d’un discours sur la crise de l’inspection et son recours systématique en temps de crise, montre le formidable potentiel heuristique de l’inspection pour saisir l’État et la fabrique de l’action publique, ses permanences et ses transformations, et peut-être surtout les relations entre des identités professionnelles et des domaines d’action publique. Car si les instances d’inspection dont il est question dans l’ouvrage demeurent, en dépit des deux procès « en connivence ou en compétence » (p. 8) qui leur sont intentés, certaines d’entre elles peuvent disparaître, comme c’est le cas de l’Inspection du travail, de l’emploi et de la politique sociale agricoles (ITEPSA) étudiée par Jean-Noël Jouzel et Giovanni Prete dans le premier chapitre de l’ouvrage.

2Les productions, les missions, les discours, les profils, l’histoire des organisations, combinés différemment selon les contributions, éclairent la variété de l’activité d’inspection et ses multiples configurations, donnant à voir des univers et des identités professionnels parfois peu connus. Jean-Noël Jouzel et Giovanni Prete (chapitre 1) montrent, à travers le cas de l’inspection du travail agricole, combien la naissance, la vie et la mort de cette inspection sont des traceurs des luttes institutionnelles autour de l’exception politique agricole, qui s’est vue affaiblie au fil du temps. Magali Robelet (chapitre 2) s’intéresse aux usages de l’inspection, comme ressource stratégique et cognitive, par les Inspecteurs de l’administration sanitaire et sociale (IASS), qui ont pourtant recours à l’activité d’inspection de façon marginale au regard de leurs autres missions. Interrogeant le travail de consultation réalisé par les inspecteurs, Sylvain Brunier et Marion Demonteil (chapitre 3) donnent à voir la manière dont l’écriture des rapports d’inspection participe au cadrage du problème, grâce à l’analyse du propos des personnes auditionnées dans les rapports d’inspection. Discutant l’hypothèse d’une standardisation relative des pratiques de consultation, de pair avec le resserrement de l’espace des interlocuteurs des inspecteurs, les auteurs mettent en évidence la continuité de l’inspection, activité finalement peu impactée par le nouveau management public, et la manière dont les inspecteurs généraux contribuent au confinement des problèmes traités dans les rapports. Dans cette contribution, qui s’appuie sur deux services d’inspection – l’Inspection générale des affaires culturelles (IGAC) et l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR) –, la promesse d’envisager l’inspection dans ses relations avec ses inspectés/enquêtés et ses commanditaires est tenue.

3Jérôme Pélisse (chapitre 4) décrit l’invention récente d’un service d’inspection spécialisée sur la santé et la sécurité au travail au sein d’une grande administration publique. Tenant ensemble le cadre juridique, institutionnel, organisationnel et le récit de la constitution d’un service, il réussit à démontrer de manière incarnée les déterminants de l’efficacité d’une inspection qui n’est en l’occurrence corrélée ni avec un droit coercitif, ni avec un droit purement incitatif. Laure Célérier (chapitre 5), s’appuyant sur les résultats d’une enquête ethnographique, montre comment la transmission d’un esprit de corps de l’Inspection générale des finances repose sur la conduite de missions de vérification qui remplissent un rôle symbolique majeur. Le caractère « unificateur » des missions dites de vérification (le contrôle de la tenue des comptes au sein des organismes en charge de la collecte de deniers publics), par la transmission de la conscience d’appartenir à une classe dirigeante et d’une méthodologie du doute, pendant les années dite de Tournée en début de carrière, résiste à la double diversification du recrutement (la figure du jeune énarque masculin est concurrencée par d’autres) et des activités (la vérification n’est plus l’activité centrale du service) qu’a connue récemment l’Inspection générale des finances. S’intéressant aux effets (ou à l’absence d’effets) de l’inspection sur la transformation recherchée de l’action publique, Romain Juston Morival (chapitre 6) décrit le rôle de l’Inspection générale dans la mise à l’agenda et la mise en œuvre d’une réforme de la médecine légale en France. Les missions d’inspection s’avèrent être des « scènes en miniature des luttes ministérielles » : en testant l’existence d’un accord sur le diagnostic et la faisabilité d’une réforme, la parole inspectrice cadre ainsi les options politiques acceptables et les scénarios possibles. Ce chapitre donne à voir l’inspection au concret et ce qu’elle demande de travail de consensus, faisant d’elle un instrument politique qui vise à s’assurer l’existence d’un dialogue.

  • 1 HCERES : Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

4À travers le cas des inspecteurs du travail, définis comme des agents de guichet (pour une partie de leur activité consistant à recevoir les sollicitations des salariés) et des professionnels du droit à l’activité d’intermédiation juridique, Anaïs Bonanno (chapitre 7) montre comment l’autonomie professionnelle est concrètement délimitée et négociée par le bas, face aux usagers saisissant l’administration. Contraints par une charge de travail lourde et souhaitant écarter tout soupçon d’instrumentalisation, ces agents tentent de diminuer l’incertitude sur l’effectivité juridique d’un contrôle chronophage en mettant des conditions à la recevabilité des saisines, disqualifiant par exemple celles dans lesquelles « le cadrage moral de la situation professionnelle brouille l’objet de la visite » (p. 159). Olivier Pilmis (chapitre 8) partage de précieuses archives sur l’inspection des succursales de la Banque de France du milieu du XIXe siècle aux années 1930. La question de l’harmonisation des règles (en l’occurrence comptables) qui est évoquée dans plusieurs chapitres de l’ouvrage, est ici centrale, dans un secteur où l’inspection accompagne de manière particulière l’État de droit. La conclusion de ce chapitre semble bien conclure l’ensemble de l’ouvrage, évoquant trois éléments d’analyse. Le premier concerne la circulation des formats d’inspection, inspiré de l’Inspection des finances, et « qui correspond à celle qui oriente encore, à la fin des années 2010, certains rapports d’évaluation, tels ceux produits autour de l’HCERES dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche »1 (p. 183). Le second insiste sur la capacité des inspecteurs à pénétrer les organisations dont ils ont la charge (en autorisant ainsi la collecte de renseignements personnalisés). Le troisième traite du dialogue plus ou moins visible entre inspecteurs et inspectés au sein des rapports.

5Ce dense ouvrage se compose de chapitres indépendants les uns des autres et recourant à des matériaux dont la nature et le nombre diffèrent. On peut regretter malgré tout l’absence d’une conclusion générale qui aurait permis de mettre en évidence ce qu’il y a de commun entre toutes ces inspections dont les services sont étanches, même si les auteurs soulignent en introduction qu’il ne s’agit pas d’essentialiser l’inspection. À la fin de sa lecture, le lecteur reviendra sans doute avec plaisir à l’introduction qui démontre la fertilité des travaux sur l’inspection et la pertinence et l’actualité de l’inspection comme objet, alors que les fonctions d’audit et de contrôle ont été externalisées vers des agences et que se sont développées de nouvelles pratiques de gouvernance, appuyées sur diverses formes de soft law et qui remettent finalement « l’inspection sur le devant de la scène » (p. 21).

Haut de page

Notes

1 HCERES : Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine Gautier, « Sylvain Brunier, Olivier Pilmis (dir.), La règle et le rapporteur. Une sociologie de l’inspection », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 août 2020, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43207 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43207

Haut de page

Rédacteur

Amandine Gautier

Postdoctorante en sociologie à l’IRISSO Université Paris Dauphine.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search