Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Julie Gervais, L’impératif managé...

Julie Gervais, L’impératif managérial. Désirs privés et devoirs publics d’un grand corps d’État

Stéphane Olivesi
L'impératif managérial
Julie Gervais, L'impératif managérial. Désirs privés et devoirs publics d'un grand corps d'État, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Espaces politiques », 2019, 301 p., ISBN : 978-2-7574-2864-1.
Haut de page

Texte intégral

1Contrairement à ce que pourrait laisser entendre la référence au management figurant dans le titre, l’ouvrage de Julie Gervais se présente comme une contribution à la sociologie de l’État. Rien d’étonnant à cela puisqu’il découle de sa thèse de doctorat en science politique. Son originalité tient d’abord à son objet : les grands corps d’État, plus précisément celui des « Ponts et chaussées ». L’éclairage théorique porté sur cet objet consiste à saisir l’État et l’action publique à partir de ses élites et de leur formation, puisque ces acteurs ne se contentent pas d’occuper des positions dominantes mais agissent à partir de celles-ci et, de ce fait, fabriquent dans une certaine mesure l’État.

2Héritier d’une longue et prestigieuse histoire remontant au début du XVIIIe siècle, le corps des ponts et chaussées a traversé les siècles non sans connaître d’importantes transformations. Ce sont les plus récentes d’entre elles que scrute Julie Gervais, avec notamment la fusion de 2009, donnant naissance au corps des IPEF (Ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts). Suivre le cours de ces évolutions récentes revient à s’immerger dans les transformations de l’État, non pas au sens restrictif de l’ensemble des institutions publiques et politiques, mais au sens du gouvernement de la société et de l’économie nationale puisque ces élites, comme celles des autres grands corps, sont amenées à évoluer également dans le secteur privé et à y occuper des fonctions de direction.

3Parmi ces transformations, l’ouvrage scrute tout particulièrement la formation et la socialisation des ingénieurs. Naguère voués au service public, brillants par leurs compétences scientifiques et techniques, les ingénieurs appartenant à ce corps prestigieux ont néanmoins subi, outre la réduction de leurs domaines traditionnels d’intervention, la concurrence d’autres filières d’excellence, d’autres corps. Dans ce contexte, la formation a évolué en prenant davantage en considération l’acquisition de compétences managériales. Les aspirations des élèves ingénieurs se sont parallèlement transformées, oscillant entre respect de la tradition, respect des devoirs publics et intérêt pour le monde des affaires. C’est cette tension structurante qui constitue le fil directeur de l’ouvrage puisqu’on la retrouve au long des chapitres, reprise et traitée sous différents angles : les aspirations et les carrières des membres du corps (chapitre 1), les évolutions du contenu de la formation (chapitre 2), les mutations de ses Écoles (chapitre 3), les réformes menées par ses membres (chapitre 4), ou parmi les représentants et les instances qui le gouvernent (chapitre 5), la domestication du tropisme managérial (chapitre 6).

4Le chapitre 1 permet au lecteur de mieux apprécier des phénomènes tels que le pantouflage, d’en mesurer la réalité et, surtout, d’en saisir la signification. Commencer sa carrière au ministère des Finances plutôt qu’au ministère de l’Équipement ou au sein de collectivités territoriales constitue un idéal largement partagé par les futurs diplômés, soucieux de tirer profit de l’investissement que constitue leur formation. Cette posture apparemment individualiste ne déroge cependant pas à l’intérêt même du corps dans la mesure où, si ses membres occupent des positions bien au-delà de leurs territoires habituels et viennent concurrencer d’autres corps prestigieux, cela peut bénéficier à la totalité du corps et de ses membres. De la même manière, le pantouflage dans des entreprises prisées, s’il peut être décrié – surtout quand il intervient dès le début de carrière –, est de nature à profiter à l’ensemble des membres du corps, susceptibles d’être à leur tour cooptés pour intégrer les entreprises ainsi conquises. Et l’occupation de positions dominantes diversifiées, du ministère des Finances jusqu’aux postes de direction dans de grandes entreprises, offre aux membres du corps d’importantes ressources relationnelles, constitutives de leur aptitude à occuper ces positions en mettant au service de l’organisation ces mêmes ressources.

  • 1 ENA : École nationale d’administration, HEC : École des hautes études commerciales.

5On mesure au fil des analyses à quel point ces évolutions de l’École et de la formation des futurs ingénieurs se rattachent à la fois à des transformations de l’action publique (avec la décentralisation, l’affaiblissement du rôle joué par le ministère de l’Équipement), à la concurrence d’autres écoles d’élites (ENA, HEC, Mines…)1, à l’autonomisation de l’École polytechnique (sur laquelle se base la sélection des élèves) et à l’internationalisation des formations. Cette dernière requiert une double adaptation pour rendre compréhensible la valeur du diplôme d’ingénieur, généralement perçu à l’étranger comme un diplôme de technicien de haut niveau, et pour s’adapter à l’architecture du « LMD » (licence, master, doctorat) commune aux pays européens. Tous ces facteurs expliquent à la fois la redéfinition des contenus de la formation, qui est devenue plus généraliste, intégrant davantage le management, et celle des aspirations des élèves ingénieurs.

6Antérieurement à celle de 2009, la réforme de 2002 reconfigurant le corps des Ponts et chaussées avait considérablement élargi son périmètre et fait augmenter d’environ 50 % le nombre de ses agents en activité. Trois corps, moins prestigieux en regard du recrutement des élèves à la sortie de Polytechnique – l’Aviation civile, Météo France et l’IGN (Institut géographique national) –, se sont ainsi fondus dans celui des Ponts. Les analyses éclairent le processus ayant conduit à cette fusion et les conditions de son acceptation par la plupart des protagonistes. En rejoignant les Ponts, ces trois corps ont gagné en reconnaissance symbolique mais, de leur côté, les ingénieurs des Ponts ont enregistré une amélioration de leur situation matérielle, qui était moins enviable que l’on aurait pu l’imaginer, du moins pour ceux faisant carrière dans le public. C’est en tout cas la modernisation de l’État, selon une rhétorique éprouvée, et la lutte contre la fuite des cerveaux qui ont servi de justification à cette réforme, entérinant des évolutions amorcées dès les années soixante.

  • 2 Pierre Bourdieu, La noblesse d’État, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

7Véritable contribution à la connaissance du champ ouvert par La noblesse d’État de Bourdieu2, l’ouvrage présente un autre intérêt qui réside dans le dépassement du schème privé/public afin de cerner l’extension du corps et d’en saisir la réalité. Les grands corps sont en effet redéfinis comme « des dispositifs à l’articulation de l’État et du monde des affaires […]. Et c’est là le rôle du corps, entendu dans ses dimensions plurielles, que d’organiser une articulation étroite entre ces différents espaces, au profit de ses membres » (p. 186). L’analyse du fonctionnement du corps montre en effet comment il permet à ses membres de disposer de ressources sociales et professionnelles dans différents univers, privés et publics, et comment, en jouant de la porosité sociale des frontières entre ces univers, il permet de renforcer la domination du groupe social qui en tire profit.

8Mais l’emprise de ces logiques corporatistes portant les membres du corps et leurs représentants à privilégier l’évolution managériale de la formation ne s’est pas opérée sans résistances, critiques et oppositions émanant d’autres membres de ce même corps, davantage attachés à la tradition. Certains ont en effet pu dénoncer de manière récurrente un éloignement de leur cœur d’activité et, surtout, une perte de compétences et de savoirs techniques opérationnels. La mise en place d’un système dual dans les années 2000, visant à séparer les élèves hauts fonctionnaires pour mieux les préparer à leurs futures missions, s’inscrit dans le prolongement de ces évolutions. Elle témoigne de la reprise en main du corps par les autorités ministérielles. C’est ainsi que ces élèves, qui ont suivi un parcours essentiellement scientifique, font l’objet d’une formation au management public, aux techniques et dispositifs de concertation, à la sociologie des organisations, etc., visant à les doter de compétences de nature à satisfaire des missions publiques. Mais c’est l’identité du corps et de ses membres qui tend ainsi à se dissiper à l’aune de son formatage managérial.

9Si le lecteur n’a guère de réserve à formuler sur la qualité de l’investigation, la richesse des données recueillies, la problématisation de l’action publique ou l’analyse sociologique du corps, de ses fonctions et de ses dynamiques partiellement contradictoires, la seule frustration au terme de la lecture de l’ouvrage est de ne pas disposer de plus données sur les trajectoires des ingénieurs au sortir de l’École dans la fonction publique et, plus encore, dans le privé : quelles sont les entreprises et les secteurs qui les accueillent, dans quelle proportion et sous quelles conditions (au-delà du BTP) ? Comment se livrent-ils à des luttes de territoire (conquête et défense) avec les élèves des autres grands corps ? Avec quelles armes ces luttes sont-elles menées et comment se matérialisent-elles au quotidien, dans le travail et dans l’action ? La focalisation de l’ouvrage sur la formation, la socialisation scolaire des élèves ingénieurs, la managérialisation de l’action publique laisse entrevoir, sur ce point, la nécessité de possibles prolongements des analyses afin de mieux cerner la manière dont la noblesse d’État fabrique l’État.

Haut de page

Notes

1 ENA : École nationale d’administration, HEC : École des hautes études commerciales.

2 Pierre Bourdieu, La noblesse d’État, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Julie Gervais, L’impératif managérial. Désirs privés et devoirs publics d’un grand corps d’État », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 août 2020, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43268 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43268

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search