Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Odile Join-Lambert, Travailler au...

Odile Join-Lambert, Travailler au musée. Publics, gardiens et conservateurs du Louvre et du British Museum : regards croisés (1946-1981)

Samuel Coavoux
Travailler au musée
Odile Join-Lambert, Travailler au musée. Publics, gardiens et conservateurs du Louvre et du British Museum : regards croisés (1946-1981), Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et Civilisations », 2019, 310 p., préface de Pierre-Michel Menger, ISBN : 978-2-7574-2958-7.
Haut de page

Texte intégral

1Comment la prise en compte des visiteurs a-t-elle reconfiguré le travail des professionnels des musées au long du XXe siècle ? Odile Join-Lambert propose de répondre à cette question par une enquête historique ambitieuse, doublement comparative : elle porte sur deux pays, la France et le Royaume-Uni, à travers deux institutions, le British Museum et le Louvre, et sur deux professions situées aux deux pôles des hiérarchies professionnelles, les conservateurs et les gardiens de musée. Elle emploie pour cela une perspective alliant sociologie de l’État et sociologie des professions, et s’appuie sur des sources historiques riches, des archives du personnel des deux musées aux archives des associations professionnelles, et sur des entretiens avec quelques acteurs clés de cette histoire. L’ouvrage met en évidence l’attention beaucoup plus grande que les professionnels de musées britanniques portent à leurs publics, par rapport à leurs homologues français. Les échanges d’idées et de pratiques entre les deux pays, via des relations bilatérales ou la participation conjointe à des instances internationales, concernent plutôt les modes d’organisation du travail que l’attention portée aux publics : ceux-ci demeurent, en France, les parents pauvres du travail de conservation. Sur le long terme, enfin, les conditions d’emploi et les statuts des professions muséales se stabilisent et se font moins inégalitaires. Mais si les conservateurs sont parvenus à se constituer en une profession capable de défendre son expertise et son autonomie, les mobilisations des gardiens ont échoué à valoriser leur métier, perçu longtemps comme une forme de « domesticité publique ».

  • 1 Vincent Dubois, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Bel (...)

2L’ouvrage s’ouvre sur une discussion des politiques culturelles du Royaume-Uni et de la France. Le premier chapitre tend à confirmer la thèse de Vincent Dubois, qui a montré que la légitimité de l’État français à agir dans le domaine culturel est une conquête récente1, et à l’étendre au Royaume-Uni. Longtemps, l’État s’est peu impliqué dans la vie culturelle, sinon pour la protection du patrimoine ; la préoccupation publique pour la culture s’est accrue dans la première moitié du XXe siècle et s’est cristallisée après la Seconde Guerre mondiale dans la création d’administration spécialisées, comme le ministère de la Culture ou le Arts Council. Auparavant, les musées opéraient selon des statuts variés et avec des ressources très inégales. Les conditions d’emploi y étaient très hétérogènes. Les conservateurs, en France comme au Royaume-Uni, étaient désignés sans procédure standardisée ; sans diplôme ou qualification particulière, ils étaient sélectionnés sur le fondement de leur intérêt pour l’art, dont témoignait une réputation d’amateur ou une collection personnelle. Ces postes étaient souvent bénévoles, ou faiblement rémunérés, notamment dans les musées de province, et constituaient parfois un second emploi. Dans l’Entre-deux-guerres, cependant, des associations professionnelles de conservateurs comme de gardiens se sont constituées et consolidées, militant pour une harmonisation des statuts et leur alignement sur les statuts de l’emploi public dans les deux pays. Les réformes qui s’en sont suivies sont examinées dans la deuxième partie de l’ouvrage.

3Odile Join-Lambert analyse également la circulation internationale des idées en ce qui concerne le rôle et la gestion des musées, ainsi que la place des publics en leur sein. Le deuxième chapitre revient à la fois sur les échanges bilatéraux, notamment à travers la politique d’influence culturelle britannique d’après-guerre, et sur les instances internationales, en particulier l’International Council of Museums (ICOM), créé en 1946. L’histoire de cette institution met notamment en lumière le clivage entre une conception éducative et une conception scientifique du musée, la première prévalant au Royaume-Uni et la seconde en France.

4La seconde partie est consacrée aux conditions d’emploi dans les musées. Après la Seconde Guerre mondiale, le mouvement de standardisation des statuts et des modes de recrutement amorcé auparavant s’intensifie dans les deux pays. L’autrice remarque que, juste après-guerre, le mode de recrutement de la fonction publique anglaise, par test et examens, constitue un modèle pour la France, alors même que les régimes d’emploi sont très différents : la France instaure un régime de fonctionnaire, distinct de celui des emplois du secteur privé, alors que le Royaume-Uni conserve un régime commun aux emplois du public et du privé. Pour les conservateurs de musée, l’histoire de cette standardisation passe par l’imposition de critères de diplômes dans les deux pays. Une distinction importante concerne leur teneur : au Royaume-Uni, les conservateurs sont diplômés de l’université, issus de cursus scientifiques, et disposent de formations en muséologie ; en France, les conservateurs sont presque exclusivement diplômés de l’école du Louvre et sont donc surtout formés à l’histoire de l’art, recevant peu d’enseignements sur les publics des musées. Quoi qu’il en soit, la période de l’après-guerre voit les recrutements se standardiser, de sorte que les inégalités à l’intérieur de la profession s’amenuisent. En France, la distinction entre conservateurs de musées nationaux, les établissements les plus importants, gérés par l’Etat, et conservateurs de musées contrôlés, rassemblant les établissements de taille modeste, gérés par les collectivités territoriales, trace une ligne entre deux corps professionnels, le premier se caractérisant par sa spécialisation scientifique, et le second, au contraire, par ses compétences générales à gérer des structures de taille modeste. Un autre facteur important d’inégalités sociales au sein du corps des conservateurs, en France comme au Royaume-Uni, est la persistance de postes bénévoles jusqu’au début des années 1980. Ce sont le plus souvent des femmes qui sont engagées sur des postes d’assistantes, sans rémunération sinon l’espoir d’une titularisation. Nombre de conservatrices cumulent ainsi de tels emplois avec un travail de conférencière, payé à la tâche. L’éducation des publics est clairement considérée comme une mission subalterne en France, dont la charge revient le plus souvent aux femmes.

5La troisième partie de l’ouvrage attaque frontalement la question de départ à travers les évaluations des professionnels : l’intérêt porté aux publics change-t-il le travail dans les musées, et cela transparaît-il dans les évaluations ? L’examen des archives de comités professionnels français met en évidence des pratiques d’évaluation clivées : les gardiens de musée font l’objet de notations strictes, portant notamment sur leur attitude, alors que les conservateurs ne se voient qu’exceptionnellement sanctionnés ; les premiers sont jugés sur la qualité de leurs relations avec leurs collègues comme avec les publics, alors que les seconds le sont exclusivement sur leur travail scientifique. L’analyse de nécrologies parues dans la revue d’une association de conservateurs français montre également, parmi les qualités des défunts honorées par leurs collègues, la prévalence de l’érudition, de l’activité scientifique, de l’organisation d’exposition ou encore des titres et médailles, au détriment, notamment, de l’engagement envers les publics. De ce point de vue, il semble que les publics aient finalement eu bien peu d’influence sur le travail des conservateurs de musées.

6Les gardiens interrogés au cours de l’enquête soulignent eux aussi le peu de considération pour les publics dont font preuve les conservateurs. En France, les associations et syndicats de gardiens ont beaucoup milité pour que soient intégrées dans leur champ d’expertise des missions communication avec les visiteurs. Ces demandes ont toujours été refusées, en particulier parce que les conservateurs y voyaient une menace au monopole de leur groupe professionnel à produire du discours sur les œuvres. Il y a pourtant là un enjeu majeur de revalorisation du groupe professionnel des gardiens.

  • 2 Aurélie Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, Paris, La Document (...)

7Travailler au musée rend compte d’une enquête historique minutieuse sur l’évolution des statuts des travailleurs des musées, qui intéressera les spécialistes de l’histoire des administrations publiques. L’ouvrage conduit somme toute à un certain pessimisme quant à l’intégration du souci des publics dans le travail quotidien des musées sur la période étudiée : le public n’est pas valorisé par les conservateurs, et les gardiens se voient refuser la possibilité d’interagir avec lui. L’auteure conclut l’ouvrage en évoquant, depuis 1981, l’entrée des musées « dans une logique résolument commerciale », sans toutefois esquisser ses effets sur les rapports au public ; en France, la structuration d’un métier de médiateur culturel à partir des années 1990, bien raconté par Aurélie Peyrin2, constitue en quelque sorte l’épilogue de cette histoire : les conservateurs délèguent le rapport au public à un corps spécialisé, qui leur est subordonné. Odile Join-Lambert conclut également à la poursuite de la professionnalisation des conservateurs (unification des corps avec la création de l’Institut national du patrimoine en France), alors que les menaces qui pèsent sur la fonction publique, dans les deux pays, font craindre une précarisation des gardiens, entamée au Royaume-Uni par la sous-traitance des activités de surveillance.

Haut de page

Notes

1 Vincent Dubois, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 1999.

2 Aurélie Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, Paris, La Documentation française, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Odile Join-Lambert, Travailler au musée. Publics, gardiens et conservateurs du Louvre et du British Museum : regards croisés (1946-1981) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43278

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Sociologue, chercheur à Orange Labs / SENSE, chercheur associé au CERLIS. Membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search