Navigation – Plan du site

AccueilÀ suivreComptes rendus à paraîtreLes politiques de la radioactivité

Les politiques de la radioactivité

Les politiques de la radioactivité

Tchernobyl et la mémoire nationale en Biélorussie contemporaine
Tatiana Kasperski, Les politiques de la radioactivité. Tchernobyl et la mémoire nationale en Biélorussie contemporaine, Paris, Editions Pétra, coll. « Europes, terrains et sociétés », 2020, 346 p., ISBN : 9782847432657.
Notice publiée le 01 septembre 2020

Présentation de l'éditeur

Début 2020, la Biélorussie, ex-république soviétique, se prépare à mettre en service sur son territoire la première centrale nucléaire de son histoire. Pourtant, le pays assume encore les conséquences environnementales et sanitaires de la catastrophe de Tchernobyl de 1986. Et même si la radioactivité continue d’affecter la vie de centaines de milliers de personnes, le choix de la voie nucléaire pour assurer l’avenir énergétique du pays reste peu contesté. Comment la Biélorussie a-t-elle pu oublier Tchernobyl et se laisser séduire par l’atome civil ? Comment une telle amnésie est-elle possible ?
Tatiana Kasperski aborde ces questions en suivant la trajectoire politique de la mémoire de Tchernobyl. Elle met en lumière la façon dont les problèmes créés par l’accident ont été définis par différents acteurs : représentants du régime autoritaire, membres de l’opposition, militants écologistes, experts scientifiques et citoyens. Ces récits publics ont au final abouti à banaliser les conséquences de l’accident dans les représentations collectives. Au lieu de devenir une expérience douloureuse et traumatisante, dont les leçons serviraient à orienter les choix du présent, la catastrophe de Tchernobyl s’est ainsi imposée comme un passé que l’on déclare sans cesse dépassé, mais qui continue à hanter la mémoire nationale biélorusse.

Haut de page

Auteur

Tatiana Kasperski

Après une thèse soutenue en 2012 à Sciences Po Paris, La politique de la mémoire d'une catastrophe nucléaire : les usages de l'accident de Tchernobyl en Biélorussie (1986-2008), les recherches de Tatiana Kasperski ont porté sur l’énergie nucléaire et les formes d’engagement du public dans l’espace post-soviétique, donnant lieu à de nombreux articles et chapitres d’ouvrages.
Chercheure associée à l’université Pompeu Fabra de Barcelone, en Espagne, elle est membre du projet de recherche collectif Atomic Heritage goes Critical: Waste, Community and Nuclear Imaginaries coordonné par l’université de Linköping, en Suède.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search