Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Alain Garcia, Le pouvoir des profs

Alain Garcia, Le pouvoir des profs

Marie-Haruka Yabuki
Le pouvoir des profs
Alain Garcia, Le pouvoir des profs. Critique de l'éducation négative dans les collèges et lycées français, Nîmes, Editions Champ social, 2019, 280 p., ISBN : 979-10-346-0476-0.
Haut de page

Texte intégral

1Bien qu’elle conserve la responsabilité d’assurer pour ses élèves la fonction primordiale d’éduquer, l’institution scolaire valorise peu aujourd’hui l’accompagnement vers le droit chemin d’un adulte en devenir, pouvant parfois prendre la forme d’une action coercitive. Alain Garcia expose ce constat dès les premières lignes de son ouvrage. Afin d’en décrire les ressorts, il ouvre les portes du temple du savoir à travers une enquête menée sur 6 établissements aquitains, principalement du premier degré de l’enseignement secondaire (5 collèges et 1 lycée). L’étude de terrain menée de mars 2009 à juillet 2010 se nourrit d’entretiens conduits auprès de l’ensemble de la communauté éducative – 159 entretiens sur 250 acteurs : agents, maîtres ouvriers, assistant(e)s d’éducation, assistante sociale, chefs d’établissement, adjoint(e)s, COP, CPE, documentalistes, élèves, gestionnaires, infirmières, parents d’élèves, professeurs et secrétaires – et du récit d’une immersion au sein des collèges et lycée lors des moments d’interaction : conseils de classe, cours disciplinaires, intercours, exclusions de cours, pauses méridiennes. Les échanges informels dans les différents espaces de vie (réfectoire, salles de classes et d’études, CDI, bureau de la vie scolaire, cours de récréation et couloirs) font également l’objet d’une observation attentive du chercheur. En outre, la diversité des établissements couverts par l’approche ethnographique (1 collège rural, 1 collège favorisé, 2 collèges d’éducation prioritaire, 1 collège très favorisé et sous contrat privé) vient renforcer la robustesse des conjectures dressées.

2Il est à noter la position particulière de l’auteur, partageant son emploi du temps entre ce travail conduit dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie et sa fonction de conseiller principal d’éducation au sein du lycée étudié. Cette position duale fait l’objet dès l’introduction d’une réflexion sur les biais potentiellement engendrés : les répondants aux entretiens sont par exemple naturellement peu enclins à une prise de position tranchée et dirigée contre certaines fonctions de l’établissement lorsque l’enquêteur est lui-même un agent représentant de la vie scolaire.

  • 1 Christian Baudelot, Roger Establet, L’Élitisme républicain. L’école française à l’épreuve des compa (...)

3Si l’échec de l’école française s’établit déjà par l’évolution du niveau global des acquis des élèves de l’enseignement secondaire1, il s’agit ici de déplorer la faiblesse assumée de ses vertus éducatives. Alain Garcia décrypte ainsi les manquements repérables au sein d’un système, composé des acteurs humains et de leur discours objectivés (règlement intérieur de l’établissement, consignes de certaines matières étudiées, bulletins scolaires). Cette perspective englobante se rapproche implicitement de la théorie de l’acteur-réseau chère à la sociologie des sciences pour remettre en question la croyance en une école qui saurait parfaitement honorer sa mission éducative. La pertinence de cette analogie rejoint la sacralisation qui s’opère auprès de certains agents. On découvre ainsi que ses membres les plus respectés, à savoir les professeurs, relèguent le plus souvent leur rôle d’éducateur au profit d’une maîtrise des savoirs disciplinaires.

4La domination de l’instruction sur l’éducation se rencontre en premier lieu dans le positionnement des disciplines telles l’éducation musicale, l’EPS ou l’enseignement des arts plastiques qui, en se conformant aux exigences formelles des matières jugées plus nobles (c’est-à-dire chargées d’instruire), ne font qu’appliquer et perpétuer cette hiérarchie. Le premier chapitre de l’ouvrage s’attache ainsi à décrire les cadres éducatifs et cognitifs offerts aux élèves. Parmi ceux-ci, les apprentissages atypiques comme la pratique théâtrale ou les heures de vie de classe, plébiscités par les élèves, s’avèrent en réalité très peu présents et insuffisamment encouragés au sein des établissements. La place du personnel éducatif (professeurs principaux, CPE et surveillants) fait également l’objet d’une description attentive. Sur les ordres des professeurs, ces acteurs se voient chargés de la gestion des problématiques éducatives, considérée par la majorité des acteurs comme l’exécution du « sale boulot ». Contraints d’endosser trop souvent le rôle de gardien de l’ordre, ils ne peuvent alors que difficilement participer à l’accompagnement et à l’orientation de l’élève dans son parcours scolaire, fonction qui leur est cependant officiellement reconnue.

5La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse à l’usage des sanctions, dans une approche détaillée et quantifiée de ses motifs. Les formes répressives renvoyant à des solutions d’urgence et palliant un échec de la relation enseignant-élève apparaissent insuffisamment pensées pour participer à une correction constructive des manquements des élèves. Les règlements intérieurs concourent également à instaurer et à normaliser la répression. L’auteur observe cependant des différences entre les établissements. Le petit collège prioritaire met l’accent sur les droits des élèves et témoigne ainsi d’un plus fort engagement éducatif. À l’inverse, le collège privé produit un règlement très fermé qui se réduit à une succession d’interdits. En outre, les motifs de sanction varient d’un établissement à l’autre. Les collèges publics sanctionnent le plus souvent des défauts d’assiduité et de comportements tandis que le collège privé très favorisé mentionne davantage les absences ou le manque de travail. Confirmant la trivialité de l’éducation et la vision peu noble qui lui est conférée par l’institution scolaire – thèse défendue par l’auteur –, la faible déclaration du recours à la sanction par le corps enseignant contredit cependant son usage relativement courant par les intervenants. En effet, en moyenne, un tiers des élèves sont concernés par des retenues ou observations, selon les relevés annuels de trois établissements.

  • 2 Michaël Bailleul et Sylvain Obajtek, « La bienveillance : un dilemme de travail pour l’enseignant n (...)

6La troisième et dernière partie de l’ouvrage montre comment les actions d’éducation sont mises à distance par le corps professoral. Alain Garcia entend par là souligner les différentes stratégies de relégation de l’action éducative. Certains professeurs fuient cette tâche en trouvant refuge dans la recherche d’une expertise disciplinaire et la transmission d’une connaissance plus savante. D’autres se déchargent de leur devoir par le recours excessif au personnel de la vie scolaire. En outre, l’auteur constate que leur acception de la notion de « communauté éducative » est plus restrictive que celle qui a été introduite et explicitée dans la loi d’orientation de 1989 : les professeurs excluent volontairement de cette « communauté » certains acteurs que le texte de loi entendait justement y inclure. C’est le cas notamment des élèves et des parents d’élèves, très souvent tenus à distance. L’enquête témoigne encore d’une absence de trait d’union entre la cellule familiale de l’enfant et l’établissement scolaire : les professeurs se replient au sein de leur classe ou de leur salle dédiée et n’accordent leur disponibilité aux parents d’élèves qu’à titre exceptionnel. L’autorité négative qui émane du corps professoral se traduit également par la faible légitimité qu’ils accordent à la bienveillance. Ainsi, en salle de cours ou lors des conseils de classe, les professeurs s’affichent peu prompts à féliciter les efforts et les brillants résultats des élèves. Pourtant, lorsque cette autorité conserve le souci d’exigence et de rigueur, elle peut être propice à une éducation positive. La primauté que les professeurs semblent accorder à la rigueur et à la sévérité rejoint le constat réalisé sur les nouvelles générations d’enseignants2 qui, bien qu’éveillés et formés aux démarches d’éducation inclusive, s’approprient difficilement ces principes dans la pratique. En revanche, les propos des personnels Atos (administratifs, techniques, ouvriers, de service) recueillis durant l’enquête montrent que ces derniers sont plus enclins à placer l’élève et son bien-être au centre de leur attention quotidienne. L’auteur y voit une forme d’humilité favorisée par leur position hiérarchique inférieure, et par leur fonction assez éloignée du domaine sacré que constitue la transmission des savoirs disciplinaires.

7Pour conclure, si le titre de l’ouvrage interpelle le potentiel lecteur, l’argumentation proposée par Alain Garcia permet de considérer la place des professeurs sous un angle nouveau. En effet, nous concevons communément une perte d’autorité du professeur du fait de son impuissance à imposer la valorisation de son statut et de la faible reconnaissance de son travail au sein de la société. Cependant, si cette dernière conserve un rapport sacré à la culture et au savoir, le professeur demeure alors, quelle que soit la matière dont il est le vecteur, le détenteur d’une autorité naturelle et supérieure face à tout autre membre de la « communauté éducative ».

8Nous recommandons ainsi la lecture de cet ouvrage à toute personne s’intéressant à l’œuvre éducative et à son devenir au sein du système scolaire français. Ce livre offre une analyse détaillée des mécanismes tissant les liens et les responsabilités de chaque acteur au sein des établissements de l’enseignement secondaire. Nous pouvons cependant regretter l’emprunt d’un ton parfois accusateur envers le corps professoral qui, placé au sommet du sanctuaire scolaire, dont il est lui-même prisonnier, devrait être tenu pour seul responsable des dysfonctionnements éducatifs. Si le lecteur est averti dès les premières pages de l’ouvrage d’une sous-représentation volontaire des bonnes pratiques, nous pouvons également regretter que des pistes et/ou recommandations ne soient pas explicitement formulées en fin d’ouvrage, permettant d’ouvrir le débat sur les contours que devraient prendre une éducation positive que l’auteur semble appeler de ses vœux.

  • 3 Juliette Grange, Didier Deleule et Vincent Peillon, « Qu'est-ce que la morale laïque ? », Cités, vo (...)

9Par ailleurs, certaines évocations suggérées par l’auteur nous invitent à un questionnement plus approfondi. En effet, la considération d’un établissement privé d’appartenance confessionnelle interroge la capacité de cette dernière à créer un lien communautaire et affectif entre ses membres et à rassembler plus fortement les collégiens et enseignants autour d’un projet éducatif. La diffusion d’une morale laïque se matérialisant aujourd’hui par les cours d’instruction civique a préoccupé dès ses débuts les fondateurs de l’école républicaine. Les récents débats au sujet de la fondation d’une « spiritualité républicaine », témoignent en effet d’un besoin de bâtir de nouveaux idéaux communs, et des chemins concrets pour leur réalisation3. Comme le rapporte à plusieurs reprises l’auteur, les collégiens et lycéens font valoir une position contestataire au regard des normes scolaires. Important les références d’une culture juvénile au sein de l’établissement, ils se défendent ainsi de la force oppressive qui émane de l’institution. Pour regagner l’adhésion et l’émulation des bénéficiaires de la mission éducative nationale, la refonte des approches et des méthodes employées par ses figures tutélaires, devra nécessairement considérer la demande de rapports plus horizontaux au sein de la société et par conséquent suggérer des pistes de renouvellement de la posture professorale.

Haut de page

Notes

1 Christian Baudelot, Roger Establet, L’Élitisme républicain. L’école française à l’épreuve des comparaisons internationales, Paris, La République des idées, 2009.

2 Michaël Bailleul et Sylvain Obajtek, « La bienveillance : un dilemme de travail pour l’enseignant novice ? De la prescription aux compromis opératoires réalisés dans sa conduite de classe », Questions Vives, n° 29, 2018, en ligne : https://journals.openedition.org/questionsvives/3237.

3 Juliette Grange, Didier Deleule et Vincent Peillon, « Qu'est-ce que la morale laïque ? », Cités, vol.  52, n° 4, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Haruka Yabuki, « Alain Garcia, Le pouvoir des profs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 04 septembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43447

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search