Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Guillaume Sauvé, Subir la victoir...

Guillaume Sauvé, Subir la victoire. Essor et chute de l'intelligentsia libérale en Russie (1987-1993)

Sylvain Dufraisse
Subir la victoire
Guillaume Sauvé, Subir la victoire. Essor et chute de l’intelligentsia libérale en Russie (1987-1993), Paris, EHESS, 2020, 280 p., ISBN : 9782713228216.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Guillaume Sauvé, La morale à l’épreuve de la politique : la pensée politique de l’intelligentsia li (...)
  • 2 La perestroïka désigne une période de l’histoire de l’Union soviétique, entre avril 1985 et décembr (...)

1L’ouvrage de Guillaume Sauvé, issu d’une thèse de science politique1, traite de l’intelligentsia libérale de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR), entre 1987 à 1993. Cette courte période est marquée par de profondes réformes économiques, sociales et politiques et voit se succéder l’espoir de réformes d’un régime politique, l’effondrement de l’URSS et la construction d’un nouvel État, la Fédération de Russie. L’auteur montre que le vaste programme de transformation de la perestroïka2s’est accompagné d’un essor du rôle des intellectuels. Certains deviennent la coqueluche des médias et repoussent les limites du dicible dans des articles polémiques. Parmi eux, quelques-uns s’engagent auprès des pouvoirs réformateurs et convertissent leur savoir en expertise, utile à ces gouvernements. Ce faisant, l’auteur interroge la façon dont les intellectuels, connus pour leurs aspirations morales, pour leur défense d’un idéal de vérité et de la démocratie, en sont venus à soutenir un pouvoir autoritaire et à lui assurer une légitimité démocratique.

2Guillaume Sauvé a compulsé un corpus de près de 200 publications (chroniques, éditoriaux, billets, articles dans des revues intellectuelles) qu’il a complété par des entretiens. Il s’est intéressé à un groupe réduit d’auteurs qui ont en commun l’animation du prestigieux club politique « Tribune de Moscou », comme l’historien Youri Afanassiev, le critique Youri Bourtine ou le physicien Andreï Sakharov. À ces intellectuels, s’ajoutent d’autres représentants de la mouvance libérale avec lesquels ils dialoguent. L’auteur n’a toutefois pas précisément considérer leurs trajectoires, les milieux qu’ils fréquentent et le rôle social qu’ils s’attribuent durant la période brejnévienne (1964-1982). Loin d’être des outsiders, la plupart ont fait leurs études dans les universités et les filières les plus réputées d’URSS et ont obtenu des positions dans des institutions académiques officielles.

3L’auteur a privilégié une démarche au plus près des textes pour montrer comment la pensée politique portée par l’intelligentsia libérale « s’élabore confusément dans le feu de l’action, au croisement des idéaux hérités du passé, des polémiques du moment, des considérations stratégiques et des luttes politiques » (p. 18). Les sept chapitres retracent de manière chronologique l’évolution des conceptions politiques de ces acteurs. Ils saisissent les débats et les orientations sur lesquels se divise ce groupe, sans cependant détailler les modalités de circulation des idées libérales en Union soviétique, les agents, les formes et les canaux de leur diffusion et de leur appropriation. Les échanges scientifiques, la participation à des congrès internationaux, la lecture de revues étrangères ont-ils acculturé ces Soviétiques aux idées libérales ?

4Guillaume Sauvé contextualise dans les deux premiers chapitres ce qu’il nomme un « moralisme libéral ». Les années 1980 sont en URSS marquées, du côté des intellectuels tant communistes que nationalistes et libéraux, par un sentiment de crise morale de la société soviétique. L’entrée dans la modernité se serait accompagnée d’effets négatifs (dissolution des liens sociaux, domination bureaucratique, esprit de calcul) et d’une aspiration à son assainissement. L’arrivée au pouvoir d’Andropov en 1982 puis celle de Gorbatchev en 1985 réactualisent des formes classiques de mobilisation : le raidissement des contrôles, la dénonciation publique de scandales et les campagnes de mobilisation morale, comme celle de mai 1985 visant la lutte contre l’alcoolisme. La glasnost, politique de transparence de la vie publique et de libéralisation de l’information, est envisagée dans ce contexte. Le relâchement de la censure permet une forme de contrôle public sur tous les organismes gouvernementaux pour en dénoncer les insuffisances. Les intellectuels libéraux promeuvent la lutte contre l’héritage stalinien, la démocratisation, le retour aux standards occidentaux dans les domaines culturels et politiques, et l’introduction du marché. Le redressement moral occupe une place importante dans les idées qu’ils portent. Ils ne prônent ni la mobilisation de la morale communiste ni le retour aux valeurs russes traditionnelles, comme font les nationalistes. Les intellectuels libéraux se réclament de valeurs universelles comme la démocratie parlementaire, l’État de droit et le constitutionnalisme. Ils s’inscrivent dans la filiation du socialisme humaniste et souhaitent cependant en finir avec la diabolisation du capitalisme.

5Les chapitres suivants se concentrent sur le rapport des intellectuels libéraux soviétiques aux dirigeants politiques et sur la manière dont l’épreuve du pouvoir clive ce groupe. Au début de l’année 1987, Gorbatchev amorce un virage politique dont le programme est pétri des idées portées par l’intelligentsia libérale. Démocratisation et introduction des « mécanismes économiques » sont désormais à l’agenda politique. Ce faisant, Gorbatchev polarise les opinions et voit, face à lui, émerger l’hostilité des communistes et des nationalistes. Il bénéficie alors du soutien d’une grande partie des intellectuels libéraux qui défendent ses réformes dans les médias : « il n’y a pas d’autre option que Gorbatchev » (p. 115). De 1987 à 1989, les libéraux soviétiques interprètent le conflit politique de manière binaire entre les « défenseurs » et les « adversaires » de la perestroïka.

6L’organisation d’élections compétitives en 1989 et le relâchement de la censure permettent à des visions concurrentes de s’affirmer. Les mouvements de contestation en Europe de l’Est donnent l’exemple d’un partage possible du pouvoir. D’autres options que Gorbatchev sont désormais envisageables. Une partie de l’intelligentsia libérale adopte alors une stratégie d’opposition au pouvoir soviétique. La première session du Congrès en 1989 voit s’exprimer de manière éclatante des visions concurrentes en matière de réforme politique. En lisant à la télévision le « Décret sur le pouvoir », Andreï Sakharov remet publiquement en cause l’alliance établie depuis 1987 entre le pouvoir réformateur et l’intelligentsia libérale, qui se constitue alors comme une force autonome. Cette confrontation donne lieu à la création d’un groupe interrégional et indépendant de 400 députés réunis par une communauté d’intérêts et d’approches autour de Boris Eltsine, de Andreï Sakharov ou de Youri Afanasiev, qui élabore une plateforme politique concurrente à celle du parti et souhaite accélérer les réformes.

7Le chapitre 5 se concentre sur deux intellectuels libéraux, pionniers de la théorie de la « main de fer ». Andranik Migranian et Igor Kliamkine considèrent que la modernisation de la société implique la dissociation de la politique des grands idéaux moraux. Migranian propose un programme technocratique de transformations politiques et sociales pour doter l’État d’un cadre démocratique légal (société civile et séparation des pouvoirs). Sa mise en œuvre nécessite l’implication d’une élite éclairée, seule apte à faire émerger un nouvel ordre politique. Même si le programme de modernisation dirigiste ne correspond pas tout à fait aux convictions démocratiques de Kliamkine, la disposition des rapports de force en URSS le pousse à l’envisager pour imposer l’économie de marché et la démocratie. Dans un premier temps, beaucoup considèrent ces projets comme inacceptables. Néanmoins, nombre d’intellectuels libéraux se rangent derrière l’idée d’un renforcement du pouvoir exécutif, même si cette politique ne respecte pas leurs idéaux. La méfiance à l’égard de la participation du peuple en politique et le rejet des « adversaires de la démocratie » nationalistes et communistes expliquent le basculement des intellectuels libéraux vers la théorie de la « main de fer », qui a eu lieu entre 1990 et 1993. Les 20 et 21 octobre 1990, les forces démocratiques du pays s’unissent en un mouvement large d’opposition, « Russie démocratique ». Ce vaste mouvement, dirigé par des représentants de l’intelligentsia libérale moscovite, rassemble des intellectuels mais aussi une plus jeune génération d’acteurs politiques, impliqués dans une lutte commune contre le système communiste et le monopole du parti. « Russie démocratique » obtient des victoires électorales d’importance et bénéficie d’un soutien populaire large contre le régime soviétique. Ceux qui défendent l’autonomie de la société civile vis-à-vis du pouvoir y deviennent minoritaire, tandis que ceux qui se rangent derrière la figure de nouveau réformateur, Boris Eltsine, dominent le mouvement. Préserver un front uni contre les « rouges bruns » apparaît comme le nouveau mot d’ordre d’une partie des intellectuels libéraux. La crise constitutionnelle de 1993 et les tensions entre Boris Eltsine et le Parlement renforcent leurs convictions. L’opposition grandissante contre le gouvernement est perçue comme une menace. Face aux réformes autoritaires et à la concentration des pouvoirs, des voix alternatives dénoncent une trahison des idéaux démocratiques, mais elles pèsent peu. À partir de 1994, l’intelligentsia libérale, méprisée par la nouvelle élite politique affairiste et détestée par une partie de la population, constate la perte de son ascendant dans le débat démocratique. Dans le nouvel ordre constitutionnel qui s’est établi, les intellectuels libéraux se divisent une nouvelle fois entre ceux qui choisissent l’opposition et créent le parti Yabloko et ceux qui adoptent une stratégie de soutien et de collaboration au pouvoir. Guillaume Sauvé conclut de manière sévère, estimant que les intellectuels libéraux ont créé les conditions institutionnelles et symboliques de leur marginalisation.

8Par une analyse fine des sources et une contextualisation précise des événements, Guillaume Sauvé éclaire la genèse de la mouvance libérale et permet de comprendre sa difficulté à émerger comme force d’opposition face aux régimes autoritaires d’Eltsine, puis de Poutine. Encore actuellement, une partie des mouvements libéraux reste associée à la « décennie perdue » des années 1990 et aux réformes qui ont plongé une grande partie de la population dans la pauvreté. L’intelligentsia libérale conserve le stigmate de son soutien au pouvoir autoritaire et corrompu d’Eltsine. Une partie de cette mouvance en a assuré la légitimité démocratique.

Haut de page

Notes

1 Guillaume Sauvé, La morale à l’épreuve de la politique : la pensée politique de l’intelligentsia libérale soviétique de l’époque de la perestroïka, thèse de doctorat, IEP de Paris, 2016.

2 La perestroïka désigne une période de l’histoire de l’Union soviétique, entre avril 1985 et décembre 1991, caractérisée une restructuration de la vie politique, sociale et économique, par la libéralisation de l’activité économique et par l’introduction de la liberté d’expression et d’information.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Dufraisse, « Guillaume Sauvé, Subir la victoire. Essor et chute de l'intelligentsia libérale en Russie (1987-1993) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 septembre 2020, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43672

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Dufraisse

Agrégé d’histoire et docteur en histoire contemporaine de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Sylvain Dufraisse est actuellement maître de conférences à l’université de Nantes et membre de l’UMR CENS. Il a travaillé dans le cadre de son doctorat sur l’histoire sociale, culturelle et politique de l’élite sportive soviétique des années 1930 aux Jeux olympiques de Moscou en 1980. Spécialiste d’histoire sociale et culturelle de l’Union soviétique, il poursuit actuellement ses recherches dans deux directions : les canaux et les modalités de l’internationalisation du sport soviétique et l’histoire des pratiques de loisirs en URSS. Il est l’auteur de l’ouvrage Les héros du sport, une histoire des champions soviétiques (années 1930-années 1980), (Ceyzerieu, Champvallon, 2019).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search