Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Éléonore Lépinard et Marylène Lie...

Éléonore Lépinard et Marylène Lieber, Les théories en études de genre

Vanina Mozziconacci
Les théories en études de genre
Éléonore Lépinard, Marylène Lieber, Les théories en études de genre, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2020, 128 p., ISBN : 978-2-348-04622-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment : Varikas Eleni, Penser le sexe et le genre, Paris, Presses universitaires de France (...)
  • 2 GenEre, Épistémologies du genre. Croisements des disciplines, intersections des rapports de dominat (...)
  • 3 Clair Isabelle, Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, 2015.
  • 4 Husson Anne-Charlotte. « “Théorie du genre” et controverses d’égalité en France », Romanica Silesia (...)
  • 5 Voir Eric Aeschimann, « Genre : “Soyons fiers de faire de la théorie !”, Bibliobs, 7 février 2014, (...)
  • 6 Voir Anne-Emmanuelle Berger, « La “théorie du genre” n'existe pas ! », Le Point, 31 janvier 2014, e (...)

1Dans la lignée de travaux qui abordent les études de genre à partir de leur attirail conceptuel1, l’ouvrage d’Éléonore Lépinard et Marylène Lieber se veut une introduction au champ depuis la théorisation qu’il produit. Plusieurs ouvrages récents2 ont cherché à mettre l’accent sur la dimension (méta)théorique des études de genre, rappelant que le concept même de genre charrie une bibliothèque entière, pour paraphraser Isabelle Clair3. Ce parti-pris est loin de se limiter à un seul enjeu gnoséologique ou spéculatif. Il est clairement politique, dans un contexte où les traces des polémiques récentes autour de « la-théorie-du-genre » sont encore fraîches4. Face aux attaques de forces réactionnaires en France (au premier rang desquelles « La Manif Pour Tous ») contre ces recherches, leurs résultats ainsi que celles et ceux qui les portent, les positionnements et les stratégies des chercheur·e·s semblaient scindés en deux voies. Si certain·e·s revendiquaient l’importance de la théorie pour et dans les recherches sur le genre5, d’autres préféraient rappeler que « le genre n’est pas une théorie » ou que « la théorie du genre n’existe pas »6 – soulignant qu’il s’agissait d’abord d’études de genre, avec la variété que le pluriel suggérait, et en mettant au premier plan leur ancrage empirique. Si cette dernière stratégie s’avérait peut-être plus immédiatement efficace car plus audible pour le grand public, le risque était d’abandonner aux adversaires la notion de théorie, dévoyée en synonyme d’idéologie, et d’entériner la simplification inexacte qui voudrait que la science ne soit pas (aussi) de la théorie.

  • 7 Voir notamment Puig de la Bellacasa, Maria, Politiques féministes et construction des savoirs : “pe (...)

2L’ouvrage est une introduction qui emprunte à la fois les chemins de la généalogie, de la pluridisciplinarité et de la typologie pour aborder le(s) concept(s) de genre. Il s’ouvre assez classiquement sur l’histoire qui a conduit à passer « du sexe au genre » et fait le constat d’une diversification des perspectives et des théories en études de genre. Avant d’aborder cette variété, le deuxième chapitre pose les jalons d’un certain nombre de principes épistémologiques communs aux recherches féministes (en particulier les épistémologies du standpoint7) qui viennent bouleverser les cadres et critères de scientificité traditionnels. Les quatre chapitres suivants s’attachent à montrer la diffraction du concept de genre selon qu’il est pris dans une perspective matérialiste, avec une théorie de la domination (chapitre 3), dans une logique plus « micro », à savoir ethnométhodologique et interactionniste (chapitre 4), dans le tournant post-structuraliste et linguistique (chapitre 5), ou avec une exigence intersectionnelle (chapitre 6). On pourrait s’étonner du fait que, sous l’idée de « variété des perspectives », la diversification disciplinaire se retrouve mêlée avec les divergences politico-théoriques. En réalité, il est nécessaire de rappeler que ces deux dimensions interagissent car le genre transforme et se mêle aux méthodes des différentes sciences, en partie par l’échange interdisciplinaire, et qu’en même temps il existe des courants de pensée qui transcendent les appartenances aux disciplines. L’ouvrage s’efforce de rendre compte de ce « nomadisme » en ne se contentant pas de réitérer certaines oppositions traditionnelles.

3Les deux premiers chapitres reprennent des éléments qu’on peut retrouver dans d’autres textes introductifs : statut de précurseures d’autrices comme Margaret Mead ou Simone de Beauvoir, passage d’un genre psychologique normatif à un genre politique critique, radicalisation du (dé)constructivisme avec l’idée que le genre précède les sexes, différentes épistémologies du « point de vue », savoirs situés et redéfinition de l’objectivité scientifique, éthique du care, etc. Mais les autrices prennent la peine, tout en gardant un souci de synthèse, de recontextualiser précisément certains termes, qu’il s’agisse de contexte de réception ou des œuvres d’où émanent les notions (par exemple, le contrat sexuel chez Carol Pateman). Le chapitre 3 présente également un courant bien connu, celui des théories matérialistes du genre, avec son histoire (depuis la deuxième vague féministe des années 1970 jusqu’aux new materialisms) et ses concepts-clefs (division sexuelle du travail, échange économico-sexuel, consubstantialité des rapports sociaux, etc.). Étonnée de voir certaines phénoménologies féministes incluses dans ce chapitre (compte tenu de l’écart qui a pu exister entre la tradition phénoménologique et la tradition marxiste), je trouve néanmoins intéressante la justification des autrices, qui expliquent ce rapprochement par le fait que les approches phénoménologiques opèrent « un retour de balancier en faveur de la matérialité », notamment celle du corps, en décrivant la façon dont l’expérience corporelle « produit et est produite par le genre et par d’autres rapports sociaux tels que la race ou la sexualité » (p. 56 ; voir par exemple les travaux de Sara Ahmed).

  • 8 Garfinkel étudie le parcours d’Agnès, une personne assignée « homme » à la naissance et qui demande (...)

4Le chapitre 4 est, selon moi, le chapitre le plus original de l’ouvrage. Là où nombre de typologies proposent, en contrepoint du féminisme matérialiste, la théorie queer ou post-structuraliste et son tournant discursif (qui est tout de même abordée dans le chapitre 5), l’ouvrage s’intéresse à l’interactionnisme comme entrée tierce pour comprendre l’ordre social genré. Une telle entrée, plus « micro » que le féminisme matérialiste analysé dans le chapitre précédent, saisit le genre comme « un faire, un ensemble de pratiques, qui prennent sens dans des contextes historiques, sociaux et institutionnels donnés » et permet de souligner à la fois « les processus de reproduction des statuts et des inégalités » et « les modalités de négociation et de résistance » (p. 59). En se concentrant sur les interactions quotidiennes, même les plus triviales, Harold Garfinkel comme Erving Goffman n’analysent pas seulement les structures sociales, mais également les significations en contexte, ce qui implique de prendre au sérieux les justifications des acteurs/rices. Le chapitre consacre un passage important au « cas Agnès »8, autour duquel se noue plusieurs enjeux : la collaboration entre Harold Garfinkel et Robert Stoller (psychiatre travaillant avec des personnes intersexuées et transgenre et dont les travaux ont contribué à la distinction entre sexe et genre), l’élaboration du concept de passing, ou encore la filiation entre l’idée du genre comme performance quotidienne et la théorie butlerienne du genre comme performatif. Si l’approche interactionniste permet de montrer le caractère fondamentalement relationnel du genre (par exemple en tant qu’il est « arrangement entre les sexes »), il est vrai que l’asymétrie, le différentiel ou la hiérarchie semblent passer au second plan par rapport à la description de la légitimation des normes : « certaines auteures ont critiqué le fait que Goffman ne percevait pas la dimension de pouvoir au cœur de ces arrangements » (p. 63). L’accent mis sur les significations et leurs contextes a néanmoins permis d’ouvrir un champ de recherche fécond, à savoir celui sur les masculinités. Ainsi les travaux pionniers de Raewyn Connell visent à montrer que les logiques de genre, notamment du masculin, sont (re)produites de façon spécifique selon les sphères sociales et selon leur articulation avec d’autres rapports de pouvoir. Le chapitre s’achève ainsi sur ce point, en exposant les idéaux-types des masculinités plurielles et hiérarchisées (hégémoniques, complices, subordonnées, marginalisées) proposés par Connell.

  • 9 Bereni Laure, Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre et Revillard Anne, Introduction aux études sur l (...)

5Si le livre s’ouvre sur le constat que le genre fait quelque chose aux modèles théoriques hérités (comme les théories de la domination), aux traditions politico-théoriques (comme le féminisme matérialiste [tout] contre le marxisme) ou encore aux disciplines, il s’achève sur un renversement, en pointant « ce que l’intersectionnalité fait au genre » (p. 109). L’ouvrage suit donc un cheminement qui n’a rien de surprenant (le manuel d’Introduction aux études sur le genre9 consacre également son dernier chapitre aux « Intersections »). La perspective intersectionnelle, qui « pense le genre dans son articulation avec d’autres rapports de pouvoir » et considère qu’il n’est pas « isolable » (p. 97) est replacée dans une généalogie, et en particulier dans ce qu’elle doit au Black feminism et à la juriste Kimberlé Crenshaw. Les auteures rappellent que l’histoire semble se répéter puisque, comme quelques décennies auparavant avec le genre, la réception du concept d’intersectionnalité dans le contexte français semble difficile. Ainsi, bien que la tradition française tienne compte de l’imbrication entre classe et genre en France, « des résistances spécifiques s’expriment quant à la prise en compte de la race dans l’analyse sociologique » (p. 108). J’aurais pour ma part apprécié un développement plus fourni des rapports avec les théories post- ou décoloniales à cet endroit.

6L’ouvrage de Lépinard et Lieber est une introduction solide qui, bien qu’elle reprenne un certain nombre de « passages obligés » pour aborder le genre, qui semblent à présent correctement balisés, présente aussi des points d’originalité. Il rend accessibles un certain nombre de concepts du champ, et ce sans faillir à une exigence de contextualisation malgré l’ambition de généralisation qui accompagne toute entreprise théorique.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment : Varikas Eleni, Penser le sexe et le genre, Paris, Presses universitaires de France, 2006 ; Parini Lorena, Le système de genre. Introduction aux concepts et théories, Zürich, Seismo, 2006 ; Dorlin Elsa, Sexe, genre et sexualités. Introduction à la théorie féministe, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

2 GenEre, Épistémologies du genre. Croisements des disciplines, intersections des rapports de domination, ENS Éditions, 2018 ; Choulet, Anaïs, Clochec, Pauline, Frasch, Delphine, Giacinti Margot et Védie, Léa (dir.), Théoriser en féministe, Paris, Hermann, à paraître.

3 Clair Isabelle, Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, 2015.

4 Husson Anne-Charlotte. « “Théorie du genre” et controverses d’égalité en France », Romanica Silesiana, n° 8, 2013, p. 49-58 ; Perreau Bruno, Qui a peur de la théorie queer ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2018.

5 Voir Eric Aeschimann, « Genre : “Soyons fiers de faire de la théorie !”, Bibliobs, 7 février 2014, en ligne : https://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20140207.OBS5553/genre-soyons-fiers-de-faire-de-la-theorie.html et Matthieu Foucher, « On a parlé théorie queer avec Sam Bourcier », Vice, 16 novembre 2018, en ligne : https://www.vice.com/fr/article/xw9e5d/on-a-parle-theorie-queer-avec-sam-bourcier.

6 Voir Anne-Emmanuelle Berger, « La “théorie du genre” n'existe pas ! », Le Point, 31 janvier 2014, en ligne : https://www.lepoint.fr/societe/la-theorie-du-genre-n-existe-pas-31-01-2014-1786294_23.php et Eric Fassin, « Pourquoi la “théorie du genre” n'existe pas », LCI, 3 octobre 2016, en ligne : https://www.lci.fr/societe/pourquoi-la-theorie-du-genre-nexiste-pas-1539583.html.

7 Voir notamment Puig de la Bellacasa, Maria, Politiques féministes et construction des savoirs : “penser nous devons” !, Paris, L’Harmattan, 2012.

8 Garfinkel étudie le parcours d’Agnès, une personne assignée « homme » à la naissance et qui demande à bénéficier d’une opération chirurgicale pour accomplir une transition de sexe. Les entretiens avec Agnès permettent à Garfinkel de montrer la facticité des faits sociaux (en l'occurrence « être une femme ») et les actes nécessaires à leur accomplissement. Toutes les pratiques adoptées par Agnès pour correspondre à ce que signifie « être une femme » en société tendent à montrer que les sociologues ne sont pas les seul·e·s observateurs/rices avisé·e·s du monde social et que les acteurs/rices sont tout à fait conscient·e·s de cette facticité.

9 Bereni Laure, Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre et Revillard Anne, Introduction aux études sur le genre, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanina Mozziconacci, « Éléonore Lépinard et Marylène Lieber, Les théories en études de genre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 11 septembre 2020, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43733

Haut de page

Rédacteur

Vanina Mozziconacci

Maîtresse de conférences en philosophie et sciences de l’éducation, Université Paul Valéry Montpellier 3.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search