Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Antoine Roger, Le capitalisme à t...

Antoine Roger, Le capitalisme à travers champs. Étudier les structures politiques de l’accumulation

Mathilde Fois Duclerc
Le capitalisme à travers champs
Antoine Roger, Le capitalisme à travers champs. Étudier les structures politiques de l'accumulation, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2020, 408 p., ISBN : 9782356876768.
Haut de page

Texte intégral

1Qui se promène dans les campagnes roumaines observera un tableau contrasté : d’un côté, d’immenses domaines occupent près de la moitié de la surface agricole du pays et se dédient à la culture intensive de céréales et d’oléoprotéagineux ; de l’autre, des millions de ménages continuent de pratiquer une agriculture parcellaire fondée sur une polyculture extensive et vouée à l’autoconsommation. Pour le politiste, cette coexistence relève de l’énigme théorique : comment des activités non capitalistes se perpétuent-elles dans le capitalisme ? Pourquoi ne sont-elles pas éliminées par le travail conjoint de grands entrepreneurs animés par une quête incessante du profit et de hauts fonctionnaires partisans de la modernisation de l’économie ?

2La thèse de l’ouvrage est la suivante : si des activités non capitalistes peuvent se perpétuer dans le capitalisme, c’est parce qu’il existe une croyance très largement partagée dans l’idée que le capitalisme se développe de lui-même selon une logique économique, entraînant nécessairement la disparition de modes d’organisation moins efficaces. Cette croyance dans le caractère naturel des formes capitalistes résulte « d’un processus d’“expulsion du politique”, politiquement organisé et lourd d’effets politiques » (p. 12).

  • 1 Pour une synthèse des recherches qui prennent appui sur le postulat d’une interdépendance de l’écon (...)

3Autour du cas de l’agriculture roumaine, Antoine Roger cherche à mettre au jour ce travail de dépolitisation de l’économie capitaliste1. Colossal, son travail d’analyse s’appuie sur une enquête de longue haleine qui a permis une accumulation de matériau empirique impressionnante de richesse et de diversité. À l’ambition théorique de l’ouvrage répond ainsi une pluralité d’approches : analyse de la littérature spécialisée et revue de presse, dépouillement d’organigrammes institutionnels, de centaines de curricula et de notices biographiques, réalisation d’une centaine d’entretiens approfondis… Toute la boîte à outil de l’enquête en sciences sociales est mobilisée, et la méthode est explicitée de manière très pédagogique, dans plusieurs notes de bas de page qui renseignent le lecteur sur les étapes de la recherche et l’ampleur du travail de collecte et d’analyse effectué.

  • 2 On retrouve ici une approche déjà mise en œuvre pour étudier les changements du secteur vitivinicol (...)

4La première partie de l’ouvrage s’attelle à une discussion critique de la littérature sur les rapports entre activités capitalistes et non capitalistes. Elle débouche sur un rejet simultané des analyses dominantes – marginalistes et néo-institutionnalistes – et des analyses critiques issues du marxisme, qui ont en commun de considérer les formes non capitalistes « comme le prolongement d’une logique antérieure au capitalisme, définitivement étrangère à son développement » (p. 15). À rebours de ces analyses qui épousent la « séparation conceptuelle » de l’économique et du politique, l’ouvrage propose une explication bourdieusienne des « structures politiques de l’accumulation » qui invite à saisir les interactions entre les principaux champs – scientifique, économique et bureaucratique – structurant le secteur étudié. Chacun étant animé par ses propres logiques et luttes politiques et symboliques, le produit de ces interactions résulte selon l’auteur de « coïncidences structurales » et n’est pas déterminé d’avance2. Sa recherche consiste ainsi à « caractériser des champs différenciés et à préciser la façon dont chacun travaille, puis à préciser les rapports entre les uns et les autres : il s’agit d’identifier les conditions dans lesquelles des logiques structurales dissociées en arrivent à se combiner et à favoriser ainsi le développement simultané de formes capitalistes et non capitalistes » (p. 65).

5La suite de l’ouvrage rend compte du travail effectué pour délimiter les champs en présence, en préciser les logiques de structuration et les interactions, mais aussi décrire les différentes positions des agents qui y sont engagés et les prises de position qui s’y rapportent. Cette exploration débute ainsi par une analyse historique (partie 2), qui retrace l’édification de l’agriculture en Roumanie de l’entre-deux-guerres jusqu’au tournant des années 1990. Si « les trajectoires historiques observées entre 1921 et 1990 ne permettent pas d’organiser une agriculture capitaliste à l’échelle nationale et ne donnent pas encore à voir des effets de champ » (p. 135), elles permettent toutefois d’observer, dans le processus de construction d’un modèle d’agriculture collectiviste, la constitution de groupes d’agents – hauts fonctionnaires, scientifiques, coopérateurs – aux trajectoires et positions sociales distinctives. Après 1990, l’effondrement du régime communiste dessine un nouveau contexte propice à la formation de champs différenciés. Conformément à la démarche proposée, la suite de l’ouvrage détaille donc la structuration, le fonctionnement et les effets de ces champs scientifiques (partie 3), entrepreneurial (partie 4) et bureaucratique (partie 5).

6Après la chute du régime communiste, les divisions académiques se font plus marquées et conduisent à la formation de trois champs scientifiques distincts – agronomie, sciences économiques, sociologie rurale – au sein desquels les chercheurs sont assignés à des positions différenciées selon leur profil (national/international ; spécialisé/généraliste). Antoine Roger observe alors que les agents s’affrontent dans chaque champ pour imposer leur vision des problématiques agricoles. Qu’il s’agisse de l’« intensification » des procédés de culture pour les agronomes, de l’« optimisation » de l’utilisation des facteurs de production pour les économistes, ou de la « modernisation » des campagnes pour les sociologues, in fine tous les chercheurs « postulent l’existence de forces économiques qui obéissent à un mouvement propre. […] Nul n’envisage que le maintien des exploitations parcellaires puisse avoir partie liée avec le développement d’une agriculture capitaliste. Les affrontements académiques entretiennent de puissants principes de vision et de division. Ils s’intègrent pleinement aux structures politiques de l’accumulation » (p. 215).

7Pour l’auteur, le champ entrepreneurial est quant à lui « le foyer de l’accumulation ». Les agents qui y sont engagés sont en lutte pour obtenir des profits toujours plus élevés. Mais rien ne permet pour autant de penser que leurs conduites soient guidées par une pure logique économique. Au contraire, elles « engagent des principes de vision et de division éminemment politiques » (p. 219), et sont tributaires des luttes prenant place dans les autres champs. Les agents engagés dans ce champ occupent des positions distinctes. Ils ont des engagements économiques plus ou moins spécialisés, et sont plus ou moins en capacité de s’opposer aux grandes multinationales du négoce qui achètent les céréales. Mais tous « s’entendent sur le périmètre dans lequel doivent s’exprimer leurs désaccords : l’enjeu est de définir la meilleure façon d’organiser l’agriculture intensive. L’agriculture parcellaire n’a pas voix au chapitre » (p. 278). Dans ce champ également, les agents sont donc engagés dans des luttes politiques et symboliques qui empêchent de considérer que la perpétuation de l’agriculture parcellaire obéit au même ordre logique que le développement du capitalisme.

8Le champ bureaucratique, lui, met aux prises des fonctionnaires dont les positions et prises de positions diffèrent en fonction de leurs trajectoires et appartenances sociales. Ce que l’enquête met alors en évidence, c’est que les luttes qui s’y déroulent renforcent encore la séparation conceptuelle des activités économiques et politiques. En effet, le soutien que les fonctionnaires peuvent accorder à tel ou tel groupe d’entrepreneurs n’est efficace qu’en tant que travail politique de « dépolitisation de l’économique », dès lors qu’il prend les apparats de « l’accompagnement logique d’une dynamique économique autonome » (p. 284).

9Dans leur ensemble et par leur articulation, les différents champs étudiés composent ainsi les « structures politiques de l’accumulation », dans lesquelles tous les agents concourent à une naturalisation de l’ordre capitaliste. Dans le cas de la Roumanie, ces structures autorisent la perpétuation de formes non capitalistes de l’activité agricole. Dans un autre contexte, il pourrait en aller autrement. Au-delà du cas étudié, l’ouvrage offre de nombreuses perspectives de recherche en économie politique, en proposant une démarche méthodique d’identification et d’analyse des logiques politiques qui conduisent à l’établissement et au maintien d’un ordre économique donné. Peut-être aride de prime abord par son amorce très théorique, le propos réussit en définitive le pari d’être à la fois érudit et élégant. Qui plus est, la table des matières donne à voir un plan limpide et parfois même spirituel, à vocation pédagogique autant que programmatique.

Haut de page

Notes

1 Pour une synthèse des recherches qui prennent appui sur le postulat d’une interdépendance de l’économique et du politique, voir Colin Hay et Andy Smith (dir.), Dictionnaire d’économie politique. Capitalisme, institutions, pouvoir, Paris, Presses de Sciences Po, 2018 (compte rendu de Guillaume Arnould pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/28938).

2 On retrouve ici une approche déjà mise en œuvre pour étudier les changements du secteur vitivinicole en Europe dans l’ouvrage suivant : Xabier Itçaina, Antoine Roger et Andy Smith, Varietals of Capitalism. A Political Economy of the Changing Wine Industry, Londres, Cornell University Press, 2016 (compte rendu de Igor Martinache pour Alternatives Economiques : https://www.alternatives-economiques.fr/varietals-of-capitalism-a-political-economy-of-the-changing-wine-industry/2016/07/01-00007173).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Fois Duclerc, « Antoine Roger, Le capitalisme à travers champs. Étudier les structures politiques de l’accumulation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 septembre 2020, consulté le 01 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43736

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search