Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Arnaud Saint-Martin, Science

Arnaud Saint-Martin, Science

Geoffrey Phelippot
Science
Arnaud Saint-Martin, Science, Paris, Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2020, 84 p., ISBN : 978-2-38191-007-9.
Haut de page

Texte intégral

1Même dans l’urgence, la science ne doit pas déroger aux normes les plus élémentaires qui fondent sa légitimité ; c’est en tout cas ce que défend Arnaud Saint-Martin dans son dernier ouvrage. Avec Science, l’auteur prône une « pratique de la science intègre et projetée dans le temps long de la découverte qui ne se décrète pas » (p. 7). En prenant pour point d’appui l’actualité immédiate liée au Covid-19, il développe une argumentation autour des usages et mésusages de la science dans le débat public. Après Peuple et Révolution, École puis Histoire et Démocratie, cet ouvrage vient étoffer en septembre 2020 la collection de la maison d’édition Anamosa judicieusement nommée « Le mot est faible ». Comme les autres opus, cet essai s’inscrit dans la volonté de l’éditeur de redonner du sens à des mots et concepts de sciences sociales dont l’usage a été dévoyé, déformé ou instrumentalisé pour leur rendre un pouvoir d’action, mais surtout de compréhension sur la société contemporaine.

  • 1 Saint-Martin Arnaud, La sociologie de Robert K. Merton, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 20 (...)
  • 2 Pour une mobilisation récente de l’ethos, voir également Larregue Julien et Saint-Martin Arnaud, «  (...)
  • 3 Voir en particulier l’introduction du premier numéro de la revue, qui explique sa ligne éditoriale  (...)

2À l’heure du coronavirus, la revendication d’un certain ethos de la science, « c’est-à-dire un ensemble de valeurs et de normes inséparablement intellectuelles et morales, qui régissent l’activité scientifique » (p. 31), prend toute sa place dans le débat public. En mobilisant cette notion comme fil conducteur de son analyse, Arnaud Saint-Martin reprend à son compte le concept forgé par l’un des fondateurs de la sociologie historique des sciences, Robert K. Merton, pour l’appliquer aux sciences contemporaines. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de voir l’auteur reprendre ce concept puisqu’il a réalisé il y a quelques années un ouvrage de synthèse retraçant conjointement la vie et l’œuvre du célèbre sociologue américain1. Arnaud Saint-Martin propose ainsi une réflexion actualisée sur cet ethos, qu’il associe à la défense d’une conception de la science comme émancipatrice et intègre2. Si dans ce livre l’auteur se qualifie lui-même de « sociologue spécialisé dans l’étude des sciences et techniques » (p. 34), ses recherches croisent la sociologie et l’histoire des sciences et techniques dans une série de travaux relatifs à l’astronomie, l’astronautique et l’histoire spatiale. Chargé de recherche au CNRS, Arnaud Saint-Martin coordonne avec Jérôme Lamy la revue francophone Zilsel sur l’histoire des sciences et des techniques3. Dans un registre parfois polémique, l’essai d’Arnaud Saint-Martin s’adresse à un public large mais surtout curieux d’en apprendre davantage sur ce « beau mot de science » (p. 8).

3Segmenté en sept chapitres au style incisif, Science s’ouvre sur une courte partie évoquant la nécessité de prendre en compte les événements récents dans l’analyse, en particulier la crise du Covid-19. C’est dans un second chapitre au titre wébérien, « le savant et le politique » (p. 8), qu’Arnaud Saint-Martin débute son argumentation. Pour cette véritable étude de cas, il y a en effet matière à dire ou à contredire tant la crise sanitaire a été le laboratoire de nombreuses déviations de l’ethos d’une science mise au service d’un pouvoir politique aux abois. La science s’est imposée « comme un référentiel attendu de cette crise » (p. 6), l’auteur revenant notamment sur la controverse de l’hydroxychloroquine. En prônant l’usage de ce « traitement censé guérir l’infection » (p. 12), le professeur Didier Raoult a ainsi « bravé les préventions éthiques et la prudence inhérente à la pratique médicale » (p. 14). Avec d’autres exemples de détournement au nom de la science, l’auteur déploie son argumentation et réaffirme « l’exigence d’une science dans la cité » (p. 16) qui reste autonome. Pourtant, cette autonomie semble relative puisque les sciences contemporaines sont « converties aux joies du marché, à la course aux brevets et aux citations » (p. 17) que l’on pourrait résumer par la formule publish or perish, si familière aux chercheurs français d’aujourd’hui. Publier dans l’urgence des résultats fragiles contrevient à l’exigence de l’ethos scientifique défendu par l’auteur.

4Par opposition au titre de la collection, Arnaud Saint-Martin intitule son troisième chapitre « Ce mot est trop fort » (p. 28), car le mot de science suscite une série de définitions parfois contradictoires et devient enjeu de débat chez les spécialistes et les profanes. Pour illustrer son propos, l’auteur désigne alors deux usages de la science dont le lecteur doit se méfier : « la production organisée de l’ignorance » (p. 29), menée par les lobbys pétroliers et du tabac en particulier, qui déforment la science dans leur propres intérêt, et le scientisme toujours présent, c’est-à-dire une croyance aveugle en la technoscience et le progrès scientifique.

5Dans son quatrième chapitre, Arnaud Saint-Martin reconstruit en quelques pages la longue histoire des sciences. À l’appui de nombreux exemples, l’auteur invite à « se déprendre des évidences de nos conceptions actuelles de la connaissance » (p. 41) et à envisager un ensemble élargi de savoirs, de pratiques et de techniques comme constitutif de ce que serait la science. Tandis que les connaissances scientifiques s’inscrivent dans une temporalité longue, il ne faut pas oublier que l’histoire des sciences devrait également être celle de ses fausses théories que l’auteur qualifie « de lambeaux de croyances révolues » (p. 45). Enfin, Arnaud Saint-Martin rappelle que l’histoire des sciences est aussi celle de son instrumentalisation par des « idéologies problématiques, voire morbides » (p. 46) avec par exemple la « science aryenne » (p. 46).

6Dans son cinquième chapitre, Arnaud Saint-Martin dresse le constat lucide que l’accès à la science reste limité pour la majorité des citoyens. Bien que les connaissances scientifiques constituent un patrimoine partagé par tous, il n’en demeure pas moins que leurs résultats restent bien souvent inaccessibles aux profanes. Arnaud Saint-Martin souligne qu’« on ne s’improvise pas scientifique » (p. 48) puisqu’il faut acquérir les codes de la discipline durant une formation longue et continue mais aussi intègre et exigeante dans des domaines scientifiques devenus hyperspécialisés. La pratique des sciences relève aussi bien de la « vocation intérieure » (p. 51) que d’une passion pour la connaissance, la curiosité et la découverte. Pour toutes ces raisons, l’auteur invite à penser la science comme un « certain style de vie, et a fortiori un style de vie qui n’a de sens que partagé » (p. 56) au sein d’une communauté à laquelle il convient d’appliquer le « potentiel d’émancipation de l’ethos de la science » (p. 56).

7Les deux derniers chapitres portent en substance les énoncés prescriptifs de leur auteur en faveur d’une science en commun. Alors que les recherches scientifiques peuvent avoir des effets « contrariants » (p. 60) sur les pouvoirs en place, « les atteintes à l’ethos scientifique et/ou académique ont des effets étonnamment mobilisateurs » (p. 60). Face aux politiques antisciences menées par les présidents Trump et Bolsonaro, qui représentent selon l’auteur des menaces à l’autonomie de la science, il incombe aux scientifiques et citoyens de se mobiliser pour réaffirmer le rôle central que doit jouer une pratique éthique de la science en société. Dans ce contexte, Arnaud Saint-Martin prône « l’importance politique de la science comme production collective de vérités » (p. 60) et non une science utilitariste au service des « intérêts carnassiers des capitalistes de la science et [de] la monétisation des savoirs » (p. 62). L’auteur propose ainsi l’émergence d’une science « émancipatrice par ses valeurs comme les résultats qu’elle engendre » (p. 74), autonome, exigeante, désintéressée, « inclusive et généreuse » (p. 69) face à la réalité imposée depuis quelques années d’une science marchandisée et « startupisée » (p. 19).

  • 4 Voir en particulier Pestre Dominique (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, 3 vol., Paris, L (...)
  • 5 L’élaboration de l’ouvrage autour d’un seul concept, celui de science, oblige parfois Arnaud Saint- (...)
  • 6 Chartier Roger, « Sciences et savoirs », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 71, n° 2, 2016, (...)

8Par ce texte, Arnaud Saint-Martin signe une réflexion claire dans un style aiguisé et fluide. Ce court opus aborde aussi bien de grandes questions relatives aux sciences contemporaines que des notions et concepts propres à l’histoire des sciences. Sur ce dernier point, on pourrait regretter le court chapitre consacré au temps long de cette discipline. En s’inscrivant dans un moment de renouvellement historiographique du champ, la réflexion d’Arnaud Saint-Martin nous plonge dans la quête d’un mot à l’aide d’autres mots, termes et concepts tout aussi problématiques et au cœur des recherches menées conjointement par des sociologues et historiens des sciences, des savoirs et des techniques4. Ce constat est particulièrement lisible lorsqu’Arnaud Saint-Martin fait appel au concept de « savoirs » pour penser les sciences dans le temps, mais surtout panser la relation complexe entre ces deux termes5. En se refusant à une définition essentialiste de la science qui « écraserait toutes les autres » (p. 31), Arnaud Saint-Martin alimente le flou sémantique. À la lecture des deux premiers tomes d’Histoire des sciences et des savoirs, Roger Chartier interroge ainsi la relation ambiguë entre ces deux termes : « Faut-il distinguer et opposer “sciences” et “savoirs” ? Ou considérer les premières comme une classe des seconds ? Ou, encore, récuser la distinction elle-même ? »6. Le débat est ouvert, mais il invite à la clarification de l’ensemble des auteurs qualifiant la science dans le temps long.

9En soulevant autant de questions qu’il apporte de réponses, cet essai invite à la réflexivité et au scepticisme sur la science. En assumant la forme « scientifique et politique » (p. 35) de son essai, Arnaud Saint-Martin signe par ce livre un texte audacieux de défense d’une pratique judicieuse et raisonnée des sciences de nos jours.

Haut de page

Notes

1 Saint-Martin Arnaud, La sociologie de Robert K. Merton, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2013.

2 Pour une mobilisation récente de l’ethos, voir également Larregue Julien et Saint-Martin Arnaud, « Troubles dans l’ethos scientifique. Retours sur “l’affaire Voinnet” », Zilsel, 2019, vol. 2, n° 6, p. 149-163.

3 Voir en particulier l’introduction du premier numéro de la revue, qui explique sa ligne éditoriale : Lamy Jérôme et Saint-Martin Arnaud, « Ceci n’est (toujours) pas un manifeste », Zilsel, 2017, vol. 1, n° 1, p. 7-21.

4 Voir en particulier Pestre Dominique (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, 3 vol., Paris, Le Seuil, 2015.

5 L’élaboration de l’ouvrage autour d’un seul concept, celui de science, oblige parfois Arnaud Saint-Martin à s’adapter. Il forge ainsi pour l’occasion le concept de « porteurs de science » dérivé de celui de « porteurs du savoir » de l’ouvrage de Gingras Yves, Keating Peter, Limoges Camille, Du scribe au savant. Les porteurs du savoir de l’Antiquité à la révolution industrielle, Montréal, Les Éditions du Boréal, 1999.

6 Chartier Roger, « Sciences et savoirs », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 71, n° 2, 2016, p. 455.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geoffrey Phelippot, « Arnaud Saint-Martin, Science », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 septembre 2020, consulté le 22 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43772

Haut de page

Rédacteur

Geoffrey Phelippot

Doctorant en histoire à l’EHESS-CAK.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search