Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Albert Piette, Ethnographie de l’...

Albert Piette, Ethnographie de l’action. L’observation des détails

Benjamin Tremblay
Ethnographie de l'action
Albert Piette, Ethnographie de l'action. L'observation des détails, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2020, 244 p., 1re éd. 1996, ISBN : 9782713228148.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Piette Albert, Ethnographie de l’action. L’observation des détails, Paris, Métailié, 1996.
  • 2 Avec à ce jour 28 livres et une centaine d’articles et chapitres d’ouvrages à son actif. Voir : htt (...)
  • 3 Piette Albert, L’acte d’exister : une phénoménographie de la présence, Marchienne-au-Pont, Socrate (...)
  • 4 Piette Albert, Le volume humain. Esquisse d’une science de l’homme, Lormont, Le Bord de l’eau, 2017
  • 5 Piette Albert, « Ontographies comparées : divinités et êtres collectifs », Ethnologie française, vo (...)
  • 6 Piette Albert, Anthropologie existentiale, Paris, Pétra, 2009 ; compte rendu de Delphine Moraldo po (...)

1Cet ouvrage initialement publié en 19961 est conçu comme un « plaidoyer pour une observation attentive de l’être humain » (p. 15) contre « l’absence quasi-totale de réflexion sur le détail » (p. 22) qui caractériserait la tradition sociologique. Sa réédition ouvre deux voies de lecture. La première consiste à revenir aux bases de l’œuvre désormais considérable d’Albert Piette2 : cette parution permettra à qui aurait découvert cet auteur par des travaux plus récents d’en clarifier le programme originel, et d’en mesurer l’audace en comprenant, en particulier, ce contre quoi il a été bâti. En effet, seul le dernier des six chapitres est consacré aux propositions positives de Piette, alors que les cinq autres livrent une analyse critique des sciences sociales et du peu de cas qu’elles font des « détails ». De plus, comme l’indique l’auteur dans sa nouvelle préface, la sémantique qu’il mobilisait en 1996 a été partiellement délaissée dans ses travaux ultérieurs – l’auteur préférant des termes tels que la « phénoménographie »3, la « volumographie »4, l’« ontographie »5, ou encore l’« anthropologie existentiale »6 à celui, par trop générique, d’« ethnographie ». D’où la seconde voie de lecture, qui donne tout son sens à cette réédition et qui tient à l’actualité de son argument épistémologique : il se pourrait que les critiques adressées il y a plus de vingt ans au « processus cumulatif de perte » (p. 23) des détails doivent être plus que jamais (ré)entendues. C’est en ce sens le caractère réquisitoire d’Ethnographie de l’action qui devrait retenir l’attention des lecteurs. En quoi consiste-t-il ?

2L’argument central est le suivant : l’anthropologie est, à l’instar de la sociologie, une « perdeuse d’humains et de détails d’humains » (p. 8). L’honnête chercheur, à la lecture de ces lignes, bondit de sa chaise et s’insurge en décrivant ses carnets de terrain, ses transcriptions minutieuses, son attention portée aux silences… Comment l’accuser de négligence, voire de mépris vis-à-vis des détails ? Cette question se pose effectivement et permet de mesurer l’ampleur du défi que tâche de relever Piette : balayer le spectre des principales approches disponibles en sciences sociales et démontrer que, quelle que soit l’échelle de travail, les détails ne sont en réalité jamais étudiés pour eux-mêmes. Plus spécifiquement, les seuls détails jugés dignes d’intérêt sont ceux qui sont susceptibles d’être intégrés à des totalités culturelles, à des structures globales, bref ceux qui font sens par rapport à des objets théoriques prédéterminés. Les sciences sociales étant en quête du commun, du partagé et du cohérent, elles perdent donc le phénomène qu’elles sont censées étudier, à savoir l’humanité des humains : voilà, du moins, le rude constat que l’auteur cherche à documenter.

3Le sceptique se demande alors s’il s’agit d’étudier les détails en tant que tels, sans visée généralisante. N’est-ce pas renoncer aux ambitions de la science ? Avant de répondre à cette interrogation en spécifiant son programme et en définissant ce que recouvre pour lui la catégorie des « détails » – ce qui confère à son texte une tension narrative intéressante –, Piette étaye sa critique de la « perte », c’est-à-dire de la façon qu’ont les sciences sociales d’éliminer, dans leurs analyses, « la singularité de la consistance d’un être, reflétée aussi dans ses gestes les plus anodins » (p. 10). Les cinq premiers chapitres soumettent ainsi des travaux fondateurs de différentes traditions à une même question : « Et vous, qu’avez-vous fait des détails ? ». Le mouvement de l’ouvrage – des optiques les plus macrosociologiques vers les plus microsociologiques – laisse entendre en première approche que plus les unités d’analyse sont fines, plus se manifeste le souci des détails. D’où le sursaut de l’observateur scrupuleux, de l’expert de la prise de notes : seuls les théoriciens hors-sol mériteraient, à la limite, d’être sermonnés ! Or précisément, la force de la démonstration de Piette réside dans la systématicité du constat qu’il dresse, sans appel, au fil des pages : quand bien même aurait-on passé des années dans la rugosité de l’enquête de terrain, on n’en serait pas moins « pleinement imprégné des grands axes de la vision sociologique classique » (p. 104). En quoi consiste cette vision ?

  • 7 Selon l’expression qu’Albert Piette emprunte à Schütz. Voir Schütz Alfred, Le chercheur et le quoti (...)

4Le premier chapitre en livre l’archétype : pour Durkheim, Weber ou Bourdieu, il n’est pas question de décrire la réalité empirique dans toute sa densité, mais bien de travailler des objets (croyances, valeurs, goûts, etc.) dont la caractéristique principale est d’être partagés. Le détail marginal, non typique, est écarté d’emblée : ne compte que ce qui est jugé caractéristique de l’objet dont on postule l’existence et auquel on accorde un rôle explicatif. Or cette démarche pose au moins deux problèmes : d’une part, elle empêche d’accorder aux détails une valeur analytique dans la mesure où, étant ignorés, ils sont du même coup non problématisés ; d’autre part, elle conduit à réduire le monde social à un « théâtre de marionnettes »7 dans lequel les êtres humains sont dépouillés des détails constitutifs… de leur « humanité ». Piette inaugure donc ici une perspective d’enquête sur les éléments constitutifs de l’ontologie effective des êtres humains, qu’une sociologie « heuristique mais fictionnelle » (p. 51) ne peut qu’occulter.

  • 8 Goffman Erving, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991.

5Les quatre chapitres suivants prolongent ce travail d’identification des apories héritées des classiques. Dans le sillage de Malinowski, l’ethnologie s’est montrée plus attentive au foisonnement des détails que la sociologie (chapitre 2) : pour autant l’ethnologue – le fonctionnaliste en particulier – ne s’intéresse qu’à ce qui est « typique d’une culture » (p. 69). Le détail ne compte que s’il est intégrable à un ordre de sens plus vaste que le chercheur se donne pour mission de mettre au jour. Il en va de même du côté du fieldwork américain et de la tradition interactionniste (chapitre 3), dont la promesse de « coller au réel » (p. 90) n’est, selon Piette, qu’à moitié tenue. En effet, le sociologue se coulant dans l’activité quotidienne de ceux qu’il étudie – via l’observation in situ et l’engagement dans des interactions –, il tend à adhérer à leur vision du monde. Or, cette vision est sélective : les interactions ordinaires s’orientent elles aussi « vers les choses qui sont pertinentes et partagées et pas nécessairement vers les détails sans importance » (p. 98). Dans ce sens, l’occultation des détails n’est pas propre au sociologue puisque tout le monde la pratique dans la vie quotidienne ; reste que, par ricochet, la théorie interactionniste fait fi des détails qui ne participent pas, a priori, du cœur de l’interaction. Piette décèle néanmoins chez Goffman (chapitre 4) une acuité exceptionnelle aux à-côtés, aux détails qui débordent. Au-delà des échanges langagiers, l’observation des corps et des regards permet de saisir différents degrés d’implication des interactants et de penser le cadrage comme problème pragmatique des acteurs (le bon déroulement de leurs échanges supposant d’eux qu’ils veillent à en tenir le cadre8). Mais du même coup, Goffman « cherche le danger qui fait “chavirer” la situation » (p. 139) : les détails qu’il observe ne sont pas étudiés pour eux-mêmes mais interprétés comme autant de troubles par rapport à un idéal interactionnel théorique. Ce primat donné à l’ordre, à la coordination entre acteurs, se retrouve ensuite dans les théories de la communication non verbale (chapitre 5) : les « détails des détails » (p. 167) qu’elles identifient – mouvements imperceptibles des muscles, oscillations infimes du regard – tendent à être occultés au terme des analyses. La quête d’une logique d’ensemble fait son retour et laisse sur le carreau les détails particuliers.

  • 9 Piette Albert, Le mode mineur de la réalité. Paradoxes et photographies en anthropologie, Louvain, (...)

6Cette démonstration précise, limpide et didactique, pourrait pourtant ne pas suffire à convaincre le sceptique car, au-delà d’une sévère mise en cause des réflexes sociologiques, le projet d’Albert Piette semble être orienté, si l’on comprend bien, vers des détails qui n’intéressent ni les chercheurs, ni les acteurs ! Problème légitime, de l’aveu même de l’auteur qui confirme nous avoir fait passer « de la convergence dans la pertinence et dans la typicalité comme objet classique de la sociologie, […] à l’anti-objet sociologique : la non-convergence dans la non-pertinence ou la non-typicalité » (p. 185). Le dernier chapitre du livre esquisse des pistes conceptuelles et méthodologiques permettant d’y voir plus clair. La principale d’entre elles consiste à prolonger l’enquête sur le mode mineur de la réalité9 en se focalisant sur ce qui, du matériau de départ, a été perdu dans les approches conventionnelles : les flottements de l’attention, les attitudes non partagées, les marges dans lesquelles les participants d’une situation évoluent, restant « dans le “cadre”, tout en n’y étant pas, sans pour autant en sortir » (p. 207). Mais où nous conduit, insiste le sceptique, cette focalisation sur des détails particuliers, sur les « déchets habituels de l’observation sociologique » (p. 241) ? La réponse de l’auteur est, sous son apparence simple, redoutablement complexe – et le lecteur n’en sera que plus impatient de consulter d’autres de ses ouvrages – : il s’agit de documenter notre « humanité ». Cette humanité est pensée comme une « attitude existentielle » (p. 222) caractérisée « par la distraction, l’inattention, le regard latéral et l’engagement minimal » (p. 189). Et finalement, là où la vision sociologique classique dés-humanise les êtres qu’elle met en scène via la perte systématique des détails, Albert Piette pose les bases d’un projet ontographique et volumographique qui renoue avec la racine de l’anthropo-logie : une étude minutieuse de ce-que-c’est-que-d’être-humain.

Haut de page

Notes

1 Piette Albert, Ethnographie de l’action. L’observation des détails, Paris, Métailié, 1996.

2 Avec à ce jour 28 livres et une centaine d’articles et chapitres d’ouvrages à son actif. Voir : http://www.albertpiette.net/.

3 Piette Albert, L’acte d’exister : une phénoménographie de la présence, Marchienne-au-Pont, Socrate Promarex, 2009 ; compte rendu de François Lamé pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/968.

4 Piette Albert, Le volume humain. Esquisse d’une science de l’homme, Lormont, Le Bord de l’eau, 2017.

5 Piette Albert, « Ontographies comparées : divinités et êtres collectifs », Ethnologie française, vol. 40, n° 2, 2010, pp. 357-363.

6 Piette Albert, Anthropologie existentiale, Paris, Pétra, 2009 ; compte rendu de Delphine Moraldo pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/921.

7 Selon l’expression qu’Albert Piette emprunte à Schütz. Voir Schütz Alfred, Le chercheur et le quotidien. Phénoménologie des sciences sociales, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.

8 Goffman Erving, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991.

9 Piette Albert, Le mode mineur de la réalité. Paradoxes et photographies en anthropologie, Louvain, Peeters, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Tremblay, « Albert Piette, Ethnographie de l’action. L’observation des détails », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 septembre 2020, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43923

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Tremblay

Docteur en sociologie, Centre Max Weber (UMR 5283), Université Lumière Lyon 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search