Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Manon Garcia, On ne naît pas soum...

Manon Garcia, On ne naît pas soumise, on le devient

Charlotte Debest
On ne naît pas soumise, on le devient
Manon Garcia, On ne naît pas soumise, on le devient, Flammarion, coll. « Climats », 2018, 272 p., ISBN : 978-2-08-143941-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 De Beauvoir Simone, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1976 [1949].

1Manon Garcia, philosophe française et actuellement Junior Fellow à l’université d’Harvard, nous offre son premier essai de philosophie féministe qui cherche à comprendre la « soumission des femmes aux hommes » (p. 12), qu’elle pose comme un postulat. Ambitieuse entreprise tant cette « soumission des femmes » semble relever à la fois d’un impensé philosophique et d’un impensé féministe, alors même que l’actualité sociale et culturelle « met en scène et esthétise une soumission féminine choisie, parfois même revendiquée, source de satisfaction ou de plaisirs » (p. 13). Comme nous pouvons le supposer avec le titre de son essai, Manon Garcia s’appuie notamment sur la pensée de la philosophe Simone de Beauvoir, et principalement sur Le deuxième sexe1, dont elle livre ici son analyse. À travers les écrits de Beauvoir, Manon Garcia cherche ainsi à étudier les conditions qui conduiraient les femmes à se soumettre (aux hommes).

  • 2 Christine Delphy propose des passages croustillants sur cette « philosophie de dominants, pour lesq (...)

2Neuf sections constituent l’essai philosophique de Manon Garcia. Dans la première section, intitulée « Un tabou philosophique », elle montre comment, au sein d’une discipline philosophique construite principalement à partir du point de vue masculin2, « la soumission est tue, identifiée à une faute morale, ou considérée comme une pathologie » (p. 15), tant « il serait contre nature de vouloir autre chose que sa liberté » (p. 14). C’est donc de la « nature humaine », chère à la philosophie, et plus précisément de la « nature des femmes » qu’il est question. Comment penser la soumission des femmes s’il est dans la nature humaine que de tendre vers la liberté, et peut-on l’expliquer sans poser une différence essentielle de nature entre les hommes et les femmes ? Ainsi, la perspective féministe et les écrits de Simone de Beauvoir viennent s’entrecroiser et conduisent Manon Garcia à questionner la soumission des femmes à l’aune de « l’expérience vécue par les femmes, sans pour autant considérer cette expérience comme absolue, naturelle et nécessaire pour être une femme » (p. 21).

3La deuxième section, « La soumission féminine, une tautologie ? », propose d’acter le fait que les philosophes et les psychanalystes – Freud, notamment –, sous couvert d’expliquer la soumission des femmes, « comprise comme naturelle, prescrite ou construite » (p. 59), ont en fait décrit la féminité, c’est-à-dire ce que les hommes attendent des femmes plutôt que l’expérience ordinaire vécue par les femmes. Or, « L’expérience vécue » est précisément le sous-titre du second tome du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir.

4À partir du troisième chapitre, « Qu’est-ce qu’une femme ? », Manon Garcia décortique la pensée de Beauvoir. Si cette dernière montre « qu’il y a quelque chose de féminin dans la soumission au sens où la soumission apparaît pour les femmes comme un destin » (p. 61), il n’y pour autant pas d’essence immuable de la femme qui la rendrait soumise à l’homme. En effet, pour Beauvoir, les femmes sont placées en situation d’être soumises. Pour Manon Garcia, Simone de Beauvoir réussit ainsi à sortir de « l’écueil essentialiste et [de] l’écueil constructiviste » (p. 62). Car s’il y a des « données de la biologie […] en aucun cas ces données ne suffisent à créer un destin auquel on ne pourrait échapper » (p. 69). Progressivement – et avec soulagement –, on voit apparaître dans les analyses de Manon Garcia la dimension sociale de la « situation » dans laquelle les femmes se trouvent, qui permet de penser la soumission « comme le résultat d’une oppression » (p. 71), donc comme le résultat d’un système social organisé selon une différence des sexes en faveur des hommes. Si les passages sur Heidegger peuvent être un peu ardus, ils permettent à Manon Garcia de rappeler que, pour Simone de Beauvoir – et contrairement à la pensée individualiste de Sartre –, on ne peut pas penser la « réalité humaine », ni l’être-au-monde, en dehors du monde dans lequel on se trouve. Or, la différence des sexes est bien établie dans le monde où nous naissons. En cela, la force des normes de genre nous précède.

  • 3 Je ne m’attarderais pas ici sur l’intersectionnalité des rapports sociaux évoqués brièvement par Ma (...)
  • 4 On pourrait ici élargir la critique aux sciences humaines et sociales. Voir par exemple : Chabaud-R (...)

5Le quatrième chapitre, « L’insaisissable soumission », revient sur la difficulté de penser (philosophiquement) la soumission, tant ce concept renvoie à l’ordinaire – et donc potentiellement à la médiocrité –, et tant la question de la domination passe sous silence l’expérience de ceux et celles qui la vivent. Ce chapitre permet une réflexion intéressante sur la connaissance de l’ordinaire ; il rappelle que les connaissances sont produites par des personnes dont la situation sociale est souvent dominante. Le fait que la plupart des philosophes sont des hommes (blancs) expliquerait pourquoi la soumission, expérience quotidienne, banalement ordinaire pour la grande majorité des femmes3, n’a été que peu étudiée en philosophie4. Mais alors, comment rendre compte de l’expérience des dominé·e·s et en produire un savoir ?

  • 5 Bien qu’elle souligne dans ses écrits qu’elle n’a jamais ressenti le fait d’être « dominée » parce (...)

6Une possible solution à ce dilemme est l’objet du cinquième chapitre, « L’expérience de la soumission », qui s’appuie sur la phénoménologie, discipline héritée de Husserl dont Simone de Beauvoir s’est emparée pour élaborer le second tome du Deuxième sexe. Tout d’abord, Beauvoir peut s’appuyer sur son expérience d’être une femme5, certes blanche et bourgeoise. Mais elle s’attèle aussi à rendre compte des expériences d’autres femmes, souvent anonymes, qu’elle capte au travers de correspondances, d’articles de journaux, d’observations. Ainsi, pour Manon Garcia, « Le deuxième sexe constitue une source d’une inestimable importance pour qui s’intéresse à la soumission des femmes et à leur éventuel consentement à cette soumission, puisqu’il constitue la première analyse phénoménologique de la soumission des femmes » (p. 124). Elle en retient que « le point commun à toutes les figures de la femme [que Beauvoir] étudie, chapitre après chapitre, est l’ambiguïté de l’existence des femmes » (p. 137) : en tant qu’êtres humains, elles aspirent à la liberté, mais en tant que femmes, on – la norme sociale – leur demande d’être soumises. Comment comprendre alors que les femmes, globalement, se soumettent ? Telle devient la question et l’enjeu des chapitres suivants.

  • 6 Delphy, Christine, Classer Dominer, Qui sont les autres ?, Paris, La Fabrique Editions, 2008, p.19.

7Le chapitre 6, « La soumission est une aliénation », montre que, pour Simone de Beauvoir, « le mécanisme par lequel les femmes en viennent à se soumettre […] passe par un processus d’aliénation – de transformation en un Autre – qui est un processus d’objectification » (p. 143). Globalement, les différentes formes d’oppression ont en commun le fait que les oppresseurs sont en position de définir les opprimés comme des autres, s’arrogeant ainsi le pouvoir d’une part de nommer « les autres »6 et d’autre part de se constituer comme le point de vue universel sur le monde, renvoyant ces « autres » à leur relativité et à leur singularité. Aussi, les femmes se construisent-elles au travers du regard des dominants, avec qui elles vivent au quotidien et qui les définissent comme étant l’Autre. Selon Manon Garcia, « la thèse fondamentale de de Beauvoir […] peut donc se formuler ainsi : “on ne naît pas soumise, on le devient” », (p. 161). Pour les sociologues, c’est de socialisation dont il pourrait être question ici.

  • 7 « Formation » est la première section du second tome du Deuxième sexe sous-titré « L’expérience véc (...)

8Le septième chapitre, « Le corps-objet de la femme soumise », peut être vu comme une exemplification de la « formation »7 que reçoivent les filles, donc de leur socialisation qui, plus que celle des garçons, passe éminemment par leur corps. En ce sens, « la spécificité de corps des femmes, selon Beauvoir, est qu’il s’agit d’un corps social avant même d’être un corps vécu et qu’il fonctionne comme un destin » (p. 165). Autrement dit,  « les femmes sont d’abord et surtout des êtres-pour-autrui » (p. 181), dont le corps est objectifié pour le désir des hommes. Manon Garcia va plus loin, affirmant que, lors de la puberté, « la jeune fille prend conscience que son corps n’est pas d’abord son corps, mais ce qui la fait apparaître dans le monde comme une proie possible » (p. 185).

  • 8 On peut ainsi lire : « La femme ne choisit pas activement sa soumission, elle se contente d’accepte (...)

9L’argumentation de l’ouvrage nous semble ensuite moins convaincante. Si le suspens de comprendre pourquoi donc les femmes consentent à la soumission reste fort, le malaise gagne à la conclusion du chapitre : « La soumission n’est pas toujours vécue comme un renoncement à la liberté et apparaît parfois comme la voie d’infinis délices » (p. 189). Le chapitre suivant, « Délices ou oppressions : l’ambiguïté de la soumission », s’applique à développer cette idée. Pour Manon Garcia, si la soumission n’est pas « toujours plaisante », « la vérité que fait surgir Beauvoir est flagrante quoi qu’elle apparaisse scandaleuse : la soumission a des atours » (p. 191). Les analyses qui suivent nous sembleraient moins âpres si l’auteure rappelait avec force les sanctions sociales dont les femmes qui dérogent aux normes de genre font l’expérience quotidienne. Mais non, définitivement, « il résulte du plaisir pris à la soumission » (p. 210). La question du dernier chapitre, « Liberté et soumission », est toujours de savoir « pourquoi les femmes se soumettent-elles ? » (p. 211). On y apprend que ce serait plus par consentement que par choix et que, au vu de la situation des femmes et de leur oppression spécifique, le prix de la liberté serait d’une certaine manière trop coûteux et trop angoissant pour elles8.

10Au regard de l’ambitieux objectif de départ et de la stimulation intellectuelle que nous proposait Manon Garcia, la conclusion de l’ouvrage apparaît décevante. L’auteure revient sur les agressions sexuelles envers les femmes, notamment celles qui ont pu être récemment médiatisées, et cherche à questionner, en moins de trois pages, la notion de consentement, ce qui s’avère particulièrement délicat. L’ouvrage se conclut par ces mots : « le grand ennemi d’une entente égalitaire entre les sexes […] c’est le consentement des femmes à leur propre soumission » (p. 242), qui nous laissent un sentiment d’incompréhension. Peut-être avons-nous mal saisi l’objectif de l’ouvrage et le fil de l’argumentation du chapitre 7 ? Quoi qu’il en soit, Manon Garcia nous a, par son écriture agréable, amenée sur des chemins que nous ne voulions pas emprunter. Pour autant, la lecture de l’essai nous donne envie de (re)lire Le deuxième sexe, et c’est une bonne chose.

Haut de page

Notes

1 De Beauvoir Simone, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1976 [1949].

2 Christine Delphy propose des passages croustillants sur cette « philosophie de dominants, pour lesquels la vie matérielle se déroule à leur bénéfice » (p. 12), dans le premier chapitre de Classer, dominer. Qui sont les autres ?, Paris, La Fabrique Éditions, 2008.

3 Je ne m’attarderais pas ici sur l’intersectionnalité des rapports sociaux évoqués brièvement par Manon Garcia et qui a été le point d’ancrage d’un certain nombre de critiques envers les écrits de Simone de Beauvoir, femme blanche et bourgeoise.

4 On pourrait ici élargir la critique aux sciences humaines et sociales. Voir par exemple : Chabaud-Rychter Danielle et al. (dir.), Sous les sciences sociales, le genre, Paris, La Découverte, 2010 ; « Pour un usage fort des épistémologies féministes », Nouvelles questions féministes, vol. 39, n° 1, 2020, p .6-15.

5 Bien qu’elle souligne dans ses écrits qu’elle n’a jamais ressenti le fait d’être « dominée » parce qu’elle était femme.

6 Delphy, Christine, Classer Dominer, Qui sont les autres ?, Paris, La Fabrique Editions, 2008, p.19.

7 « Formation » est la première section du second tome du Deuxième sexe sous-titré « L’expérience vécue ».

8 On peut ainsi lire : « La femme ne choisit pas activement sa soumission, elle se contente d’accepter ce qui lui est proposé. Elle consent à sa destinée de femme soumise » (p. 230).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Debest, « Manon Garcia, On ne naît pas soumise, on le devient », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 septembre 2020, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43933 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43933

Haut de page

Rédacteur

Charlotte Debest

Charlotte Debest est docteure en sociologie. Elle a notamment publié Le choix d’une vie sans enfant (PUR, 2014). Elle est chargée d’enseignement à l’université Rennes 2 et formatrice « égalité femmes-hommes » au sein de différents instituts du Grand Ouest.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search