Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Robert Lafore, L’individu contre ...

Robert Lafore, L’individu contre le collectif. Qu’arrive-t-il à nos institutions ?

Damien Larrouqué
L’individu contre le collectif
Robert Lafore, L’individu contre le collectif. Qu’arrive-t-il à nos institutions ?, Rennes, EHESP, coll. « Références Santé Social », 2019, 252 p., ISBN : 9782810908073.
Haut de page

Texte intégral

1Professeur de droit public à l’institut d’études politiques de Bordeaux, Robert Lafore soutient dans cet ouvrage la thèse selon laquelle les institutions démocratiques subissent un phénomène d’« évidemment du collectif » (p. 5) qui découle d’une exacerbation des logiques individualistes.

2Pour résumer, nos sociétés « post-modernes » feraient face à un étrange paradoxe. D’un côté, l’importance accordée à l’autonomie individuelle, associée au besoin de se réaliser en tant que sujet, nous inclinerait à envisager les institutions, au mieux, comme des obstacles à notre épanouissement personnel ou, au pire, comme des organisations parasitaires voire coercitives. Cette conception négative des institutions publiques renforcerait leur délitement. Ainsi que le résume l’auteur au cœur de sa réflexion, « il semblerait que nous soyons entrés dans une nouvelle étape de développement de la démocratie, qui se caractériserait essentiellement par une sorte de suprématie de l’individu dont la conséquence principale serait la désagrégation des formes normatives et organisationnelles qui établissent la collectivité et lui donnent prise sur elle-même » (p. 116). D’un autre côté, la défense des droits de l’homme qui permet l’affirmation des identités (sexuelles, ethniques, religieuses ou autres), ou encore les engagements socio-économiques qui procurent des garanties collectives contre les aléas de la vie, supposent une confiance dans les institutions publiques. En d’autres termes, parce que l’État est autant le « grand instituteur du social » que « la puissance instituante originaire et fondatrice » (p. 77), nous ne pouvons nous en passer. Pour Robert Lafore, « les institutions sont dans cette fâcheuse posture de n’être pas aimées d’un côté, quand de l’autre elles sont désirées » (p. 129). Or, ces contradictions insolubles génèrent des attentes citoyennes elles-mêmes antinomiques, qui se télescopent et rendent les réponses en matière de politiques publiques nécessairement insatisfaisantes, incomplètes ou frustrantes. In fine, décriés dans leurs choix, contestés dans leurs actions, concurrencés par de nouveaux acteurs (entreprises, associations, tiers secteur) ou soumis à de nouvelles modalités institutionnelles (la « gouvernance », le New Public Management, les dynamiques infra et supranationales), les pouvoirs publics ont du mal à satisfaire les exigences qui ont été placées en eux. Par voie de conséquence et comme pourrait l’illustrer la crise des Gilets jaunes, les liens entre les individus et les institutions publiques se distendent. L’auteur aboutit à la conclusion que la réactivation d’une nécessaire confiance dans l’État passe désormais par une quête qui est moins celle du « vivre ensemble » que du « faire ensemble » : plutôt que « la juxtaposition bienveillante des différences », il serait préférable de viser un « dépassement de ces différences » afin de se projeter vers « un horizon commun » (p. 221).

  • 1 Initialement pensée par Auguste Comte, mais théorisée à partir de la fin des années 1980 par Gerard (...)

3Cohérente, la structure générale de l’ouvrage compte cinq chapitres. Ceux-ci portent respectivement sur les définitions classiques des institutions, leur « fabrique », les désaffections qu’elles subissent, leurs recompositions sous contraintes et les modalités possibles de leur revitalisation contemporaine. Tout au long de son développement, l’auteur fait appel à un outillage théorique très diversifié qui emprunte principalement à la philosophie, au droit, à la sociologie et à la science politique. Au milieu de la richesse intellectuelle qu’offre cette lecture, on appréciera en particulier les définitions que Robert Lafore donne à certains termes centraux de son ouvrage. Par exemple, on adhère à la conception selon laquelle « les éléments composants les institutions se ramènent à deux ensembles : une substance de nature immatérielle et symbolique articulant des valeurs, des croyances, des représentations, des normes collectives ; des formes, c’est-à-dire un cadre statuaire articulant des capacités normatives et réglementaires avec des structures organisationnelles qui aménagent des pouvoirs collectifs et les dotent d’attributions et compétences » (p. 52). De même, nous semble très convaincante l’idée que toute Constitution repose sur trois attributs : elle « [se conçoit] comme un acte de volonté du corps politique tout entier, [dote] la puissance publique d’une capacité de commander et d’agir, et [enferme] cette capacité en l’enserrant dans des formes et des principes » (p. 61). De la description de l’État-nation (p. 77) à la synthèse des tensions multi-niveaux qui affectent les institutions publiques (p. 173), en passant par l’évocation de la « sociocratie »1 (p. 210), on pourrait multiplier les exemples de ces définitions qui peuvent faire l’objet d’une réappropriation dans nos recherches respectives. Il en va également de l’usage de plusieurs formules conceptuelles qui font sens et éveillent notre intérêt : ainsi l’auteur se réfère-t-il, entre autres, à la « matrice contractuelle du politique » (p. 95), à la « fonction totémique des institutions » (p. 110) ou encore à la « conception procédurale de la gouvernance » (p. 154). Rigoureusement étayées, ces formulations sauront sans nul doute être reprises.

  • 2 P. 116, p. 135, p. 184, p. 187.

4Ceci étant et en dépit de ses qualités, l’ouvrage n’est pas non plus exempt de critiques. Sur la forme d’abord, il faut admettre que ce livre n’est pas facile à lire. Outre quelques coquilles tout à fait pardonnables2, on regrette surtout ces trop nombreuses phrases à rallonge – parfois sur un paragraphe entier – qui complexifient la compréhension d’une réflexion déjà dense. Sur le fond ensuite, il est dommage que l’ouvrage s’apparente à de la théorie politique pure. On peut en effet lui reprocher d’être « désincarné », dans le sens où les exemples concrets et autres illustrations empiriques font cruellement défaut à l’heure de conforter l’argumentation. De notre point de vue, l’administration de la preuve s’en trouve donc fragilisée. Enfin, et sans pour autant être contestable dans les faits, le postulat général nous semble plus normatif que scientifique. En somme, Robert Lafore soutient que nos institutions collectives périclitent sous les coups de boutoir d’un individualisme exacerbé. Dans le sillage des travaux d’Inglehart, on peut certes admettre que les années 1970 aient signifié le basculement dans une nouvelle ère caractérisée par la consécration de l’individualisme et de ses valeurs : aussi serions-nous dorénavant mus par le besoin « d’être pris en compte » plus que « d’être pris en charge » (p. 5). Cependant, les processus « d’évidemment du collectif », dont l’ouvrage se propose de démontrer l’existence, nous semblent surtout participer d’une vision pessimiste du social. Quand bien même « la société se réveille », cela reste, aux yeux de l’auteur, « pour le meilleur et pour le pire » (p. 193). Or, depuis les peuples qui battent le pavé pour dénoncer les ravages du néolibéralisme (comme au Chili) jusqu’à la jeunesse qui se mobilisent pour le climat, en passant par les nombreux témoignages de reconnaissance citoyenne unanime adressés aux personnels de santé, beaucoup d’éléments factuels nous invitent à relativiser la réalité d’une désagrégation complète des solidarités collectives.

Haut de page

Notes

1 Initialement pensée par Auguste Comte, mais théorisée à partir de la fin des années 1980 par Gerard Endenburg, un entrepreneur néerlandais, la « sociocratie » désigne un mode de gouvernance qui repose sur les principes de l’auto-organisation, de la coresponsabilité des acteurs et de l’intelligence collective. Elle postule que les institutions peuvent se passer des structures de pouvoir centralisées, sans que leurs capacités de fonctionnement ne s’en trouvent affectées.

2 P. 116, p. 135, p. 184, p. 187.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Larrouqué, « Robert Lafore, L’individu contre le collectif. Qu’arrive-t-il à nos institutions ?  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 septembre 2020, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43938

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search