Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Yves Citton, Jacopo Rasmi, Généra...

Yves Citton, Jacopo Rasmi, Générations collapsonautes

Agathe Lelièvre
Générations collapsonautes
Yves Citton, Jacopo Rasmi, Générations collapsonautes. Naviguer par temps d'effondrements, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2020, 304 p., ISBN : 978-2-02-144740-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l (...)
  • 2 Selon la définition de Yves Cochet, ancien ministre de l’Environnement, 2011.

1Comment rester optimiste dans le présent lorsque plane sur les humains le spectre d’un effondrement ? Yves Citton et Jacopo Rasmi, respectivement spécialistes de littérature et de cinéma, proposent dans leur ouvrage d’étudier les « collapsonautes », définis comme des acteurs qui sortent de l’état de sidération que provoque l’annonce d’un effondrement à venir pour habiter au présent le monde effondré. Se définissant comme un jeune entrant (Jacopo Rasmi) et un moins jeune sortant (Yves Citton) de « la société précarisée », les auteurs constituent un duo qui symbolise le caractère multigénérationnel et créateur d’idées des collapsonautes. Leur démarche se fonde sur le constat surprenant qu’à l’été 2018, le rayon « coups de cœur » de la Fnac soit rempli de livres qui annoncent une fin du monde causée par le système capitaliste. Ils souhaitent alors interroger les soubassements politiques, sociaux et culturels qui expliquent le succès de ce qu’ils appellent la « vogue effondriste », amorcée en 2015 notamment par l’ouvrage emblématique de Pablo Servigne et Raphaël Stevens1. Les différents travaux qui s’inscrivent dans le champ de la collapsologie annoncent un écroulement à venir des sociétés humaines, causé par l’insoutenabilité de leurs structures. Les services encadrés par la loi ne seraient alors plus à même de répondre aux besoins de base de la population2. Yves Citton et Jacopo Rasmi se démarquent de ces écrits qui, oscillant entre les voies du cynisme et du solutionnisme technologique, placent toujours l’humain au centre des transformations des milieux de vie. En s’inscrivant dans la lignée de philosophes des sciences telles que Donna Haraway ou Isabelle Stengers, ils soutiennent la proposition épistémologique que l’humain serait de la nature et ils défendent un anthropomorphisme appliqué à toutes les entités vivantes. Ils multiplient dès lors les perspectives pour mettre en relief les dimensions spatiales et temporelles des effondrements et montrer comment ils affectent une multitude d’entités qui appartiennent toutes à un fond commun. En s’appuyant sur un vaste corpus scientifique, militant et artistique, les auteurs invitent les lecteurs·rices à « naviguer » au gré des mises à l’épreuve de la soutenabilité du monde et des résistances possibles pour le restaurer. Le livre est constitué de huit chapitres.

2Pour commencer, les auteurs déconstruisent le terme d’effondrement pour lui préférer celui de délitement (chapitre 1). L’effondrement suppose en effet une chute verticale, soudaine et inscrite dans un temps linéaire alors que le délitement renvoie à plusieurs processus de fragilisation des systèmes sociaux et politiques sur différentes strates. Ils mettent donc en avant le caractère progressif et non inéluctable du délitement en cours. En rompant le dualisme qui ne laisse d’autre choix que d’être écrasé ou d’écraser, ils proposent de trouver un entre-deux où tous les êtres vivants pourraient cohabiter, dans une « flottaison relationnelle ».

  • 3 Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, 2002 [1961], Paris, La Découverte, p. 39, cité par les aut (...)

3Le chapitre 2 emprunte aux apports théoriques des études décoloniales pour d’une part montrer que changer l’ordre du monde nécessite « un programme de désordre absolu »3, et d’autre part décentrer les regards collapsologiques des positions sociales de ceux qui les portent. Contextualiser la vogue effondriste amène en effet à la percevoir comme un discours occidentalocentré, porté par des hommes blancs, catégories auxquelles les auteurs disent appartenir également. Les prophéties nouvelles tiennent rarement compte des critiques et des remises en question de la trajectoire de développement occidentale portées par des penseurs-euses décoloniaux, qui sont pourtant nombreuses depuis l’ère du « Plantationocène ». Cette ère est caractérisée par le primat d’une rationalité économiciste, qui appréhende toutes les entités du monde comme des ressources exploitables. La modélisation de ces entités – les humains, la nature, les relations… – invisibilise leur complexité et leur interdépendance. Les auteurs évoquent ensuite le potentiel des alliances entre les luttes décoloniales et les collapsonautes pour résister à « la colonisation parallèle des sociétés humaines et des milieux naturels » (p. 62). Ils citent par exemple les utopies afrofuturistes qui déconstruisent les visions développementalistes occidentales, ou encore les apports de connaissances et de compétences que pourraient fournir les personnes migrantes dans le monde en (re)construction.

4Les chapitres 3 et 4 renversent la perspective anthropocentrée qui conduit à considérer les entités naturelles comme des ressources à usage unique ou bien comme des éléments de décor. Les travaux de chercheuses écoféministes ont ainsi montré la capacité insoupçonnée de la nature à générer des « résurgences multiespèces » grâce auxquelles, au lieu de disparaître, « tout nait et renait en se diversifiant et se pluralisant » (p. 102), ce que les modèles scientifiques et agricoles dominants échouent à intégrer. Les auteurs critiquent ensuite la position d’extériorité que les humains adoptent vis-à-vis de ce qui les entoure, et qui les conduit à se percevoir comme des acteurs de cinéma agissant sur un fond vert. Ils appellent à essayer de percevoir le « jeu de figures et de fonds » au sein duquel interagissent les entités du monde et dont un type de cinéma documentaire, qualifié ici de collapsonaute, parvient à rendre compte. Ainsi, dans L’Algue et le Champignon, Claire Second montre la capacité de résilience du lichen pour survivre dans des conditions climatiques extrêmes ou dans des ruines d’édifices humains. Le décor supposé de la nature devrait donc se fondre en un surround qui « nous environne et nous excède » (p. 125).

  • 4 La dérive de l’égologie conduit à « faire attention à l’environnement à partir de perspectives t (...)

5Yves Citton et Jacopo Rasmi exposent ensuite les usages possibles de la fiction (chapitre 5) et de l’humour (chapitre 6) pour les collapsonautes. En effet, la fiction littéraire a fait montre d’une capacité de prédiction des catastrophes et des crises qui ont affecté l’histoire récente, dont nulle institution ne peut se réclamer. Les auteurs plaident en ce sens en faveur d’une « prospective littéraire » pour imaginer et panser les futurs. Ils lisent ensuite le comportement des acteurs sociaux vis-à-vis des désastres qui les entourent au prisme du comique de répétition de la chute (slapstick) dans les dessins animés. À l’instar des personnages de cartoons, inaptes à percevoir les réactions en chaîne causées par leurs propres actions, les humains jouent et rejouent le scénario d’une chute toujours vécue comme nouvelle et imprévisible, qu’elle résulte d’une crise financière, d’une sécheresse ou d’un accident nucléaire. À la lecture du livre, la crise sanitaire actuelle apparaît d’ailleurs comme une chute supplémentaire des humains, causée par l’aveuglement des dirigeants politiques face aux vulnérabilités structurelles des systèmes sociaux. Les traits d’humour ont ensuite vocation à alimenter les pratiques militantes des collapsonautes, notamment à travers leurs affiches. Le recours à l’humour pour dédramatiser les prédictions collapsologiques permet également de relativiser la position et le rôle de chaque individu et ainsi d’éviter l’écueil de l’égologie4.

6Le chapitre 7 expose la position complexe des collapsonautes (et des auteurs) vis-à-vis de la croyance. Yves Citton et Jacopo Rasmi considèrent ici la collapsologie comme une religion prônant une fin proche et conduisant ses partisan·es à vivre dans une perpétuelle dissonance cognitive, telle l’apparente incohérence entre l’adhésion à ces thèses et la parution du présent livre, imprimé sur papier et distribué grâce aux chaînes de commercialisation marchandes. Ils proposent ensuite de ne plus croire à l’effondrement, mais plutôt de croire en des valeurs et des biens communs tels que la Terre, l’entraide, et les résurgences, pour finalement « croître en l’effondrement ».

  • 5 Selon la distinction proposée par Frédéric Lordon, Vivre sans ?, Paris, La Fabrique, 2019 ; comp (...)

7Les temporalités des effondrements sont interrogées dans le dernier chapitre. La multiplication d’accords internationaux pour le limiter le réchauffement climatique, tout comme les rappels récurrents de l’urgence à agir adressés aux des autorités politiques, enferment toute remise en question profonde de la « ventouse extractiviste » dans des solutions à court terme, qui ne permettent pas d’envisager un changement de paradigme économique. À cet urgentisme s’ajoute une accélération du temps induite par la modalité numérique qu’empruntent les relations interpersonnelles et de la circulation de l’information, qui conduit à considérer que chaque nouvelle situation appelle à une solution immédiate, comme un clic, au détriment de la phase expérimentale de délibération. C’est pourquoi les auteurs invitent à prendre le temps de « tâtonner » dans l’élaboration d’idées collectives, afin d’apprendre à faire-avec ce qui est plutôt que de vivre-sans ce qui va disparaitre5.

8Dans leur conclusion, Yves Citton et Jacopo Rasmi clarifient la démarche qu’ils ont engagée pour (re)construire le monde effondré par le bas, c’est-à-dire depuis les perspectives et les expériences de celles et ceux qui sont le plus concerné·es par les changements en cours et à venir. Ils se positionnent pour cela en faveur de politiques 3D, dé-coloniales, dé-polémiques et dé-compétivistes, qui permettent d’une part de lutter contre toute forme de xénophobie, sans chercher des ennemis mais en s’attaquant plutôt aux causes structurelles des conflits, et d’autre part de mettre en avant l’entraide et la complémentarité dans les actions militantes. Ils prennent l’exemple de plusieurs initiatives telles que Extinction Rebellion ou Villes en transition pour attester de la capacité des collapsonautes à se « tenir ensemble, dans un monde qui se délite » (p. 251).

  • 6 Donna J. Haraway, Vivre avec le Trouble, Vaulx-en-Velin, Les Éditions des mondes à faire, 2020.

9Yves Citton et Jacopo Rasmi prennent le contrepied des discours alarmistes annonçant une fin du monde à venir, pour faire ressortir l’« horizon transformateur » des effondrements, qui offre autant de possibilités pour réhabiliter le monde. Le récit proposé, rédigé dans un style très littéraire et rempli de néologismes, échappe parfois au formalisme de la démonstration scientifique, ce qui peut être déstabilisant mais qui constitue finalement une invitation à décaler le regard scientiste vers les instabilités et la créativité. En somme, les auteurs adoptent eux-mêmes dans leur livre la posture pragmatiste des collapsonautes pour trouver des justes milieux entre pessimisme et espoir et pour apprendre à vivre avec le trouble6 dans nos sociétés mutantes. Ce livre convie donc toutes les générations à se (re)lier au monde et à prendre soin dès maintenant de ce qui nous reste.

Haut de page

Notes

1 Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, Paris, Seuil, 2015.

2 Selon la définition de Yves Cochet, ancien ministre de l’Environnement, 2011.

3 Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, 2002 [1961], Paris, La Découverte, p. 39, cité par les auteurs.

4 La dérive de l’égologie conduit à « faire attention à l’environnement à partir de perspectives très individualistes et privatives, plus soucieuses du bien-être personnel que des milieux communs » (p. 165). Voir Aude Vidal, Égologie, Grenoble, Le Monde à l’envers, 2017.

5 Selon la distinction proposée par Frédéric Lordon, Vivre sans ?, Paris, La Fabrique, 2019 ; compte rendu de Camille Girard-Chanudet pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/39012.

6 Donna J. Haraway, Vivre avec le Trouble, Vaulx-en-Velin, Les Éditions des mondes à faire, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Lelièvre, « Yves Citton, Jacopo Rasmi, Générations collapsonautes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 septembre 2020, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43981 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43981

Haut de page

Rédacteur

Agathe Lelièvre

Agathe Lelièvre est doctorante en science politique à l’Université de Montréal. Elle est membre du Centre de recherche sur les politiques et le développement social (CPDS) et du Collectif de recherche action politique et démocratie (CAPED).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search