Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Stéphane Beaud, Frédéric Rasera, ...

Stéphane Beaud, Frédéric Rasera, Sociologie du football

Arthur Jatteau
Sociologie du football
Stéphane Beaud, Frédéric Rasera, Sociologie du football, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2020, 128 p., ISBN : 9782707173423.
Haut de page

Texte intégral

1S’il est un objet qui n’apparaît pas comme le plus légitime pour les sciences sociales, c’est bien celui du football. Comme le notent Stéphane Beaud et Frédéric Rasera dans leur introduction, cet objet a longtemps été considéré comme trivial et insuffisamment noble pour mériter un éclairage sociologique. Mais les choses évoluent. Depuis une dizaine d’années, de plus en plus de recherches ont été menées sur ce sujet. Cet ouvrage vise à en rendre compte, en même temps qu’il aspire à réhabiliter le football comme un objet digne d’intérêt pour la sociologie.

  • 1 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

2Dans un premier chapitre socio-historique, les auteurs rappellent l’origine aristocratique du football, qui naît dans les écoles fréquentées par les élites anglaises au milieu du XIXe siècle. Mais, dès les années 1880, il est massivement pratiqué par les classes populaires, en même temps que s’en éloignent les classes supérieures, dans une logique classique de distinction sociale1. Les explications de la diffusion rapide du football dans les milieux ouvriers en Angleterre sont à chercher du côté de la quasi-gratuité de sa pratique, liée à la simplicité de son jeu qui nécessite très peu de matériel, de son organisation précoce en fédération et enfin du rôle social que jouent alors les clubs de foot naissants, en établissant leur siège social dans les pubs – comme cela sera fait plus tard en France dans les cafés, lieux centraux de la sociabilité populaire.

3Le football se diffuse ensuite, au début du XXe siècle, dans d’autres pays que l’Angleterre, d’abord en Europe puis vers d’autres continents. En France, il arrive par les ports, comme celui du Havre où est créé le premier club français de football en 1872, mais aussi par les lycées et les universités grâce à l’intermédiaire des étudiants anglais. Sa diffusion dans le pays demeure relativement lente, mais suffisamment profonde pour que, à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, le football supplante le cyclisme et la boxe anglaise au sein de la classe ouvrière.

4Le second chapitre étudie le marché du football professionnel. Il montre que, au début de l’histoire du football, la possibilité que les joueurs soient rémunérés n’a rien d’évidente. Les aristocrates anglais qui pratiquent ce sport s’y opposent de manière à en exclure les ouvriers, qui ne peuvent se consacrer pleinement au football sans la contrepartie d’une rémunération. La protestation de clubs favorables au professionnalisme aboutit en 1885 à la législation d’une rémunération des footballeurs. Il faudra attendre les années 1920-1930 pour que le football professionnel s’étende à l’extérieur de la Grande-Bretagne.

5Si les joueurs professionnels constituent une infime minorité des footballeurs en France, ils n’en demeurent pas moins les plus visibles. Notons qu’entre les professionnels dotés de rémunérations particulièrement élevées et les purs amateurs, il existe des joueurs qui se situent à la lisière de ces deux statuts, touchant parfois quelques primes de match, bénéficiant de façon plus ou moins complaisante d’emplois d’éducateur ou d’administratif avec des horaires aménagés, leur permettant de s’entraîner et de disputer des matchs de manière intensive et régulière, ou occupant des postes d’entraîneurs et d’éducateurs sportifs.

  • 2 Bertrand Julien, La fabrique des footballeurs, Paris, La Dispute, 2012 ; compte-rendu de Sébastien (...)

6Le troisième chapitre se penche sur le métier de footballeur. Comment y accède-t-on ? Les auteurs soulignent le rôle central de la famille : le goût pour le football, mais aussi les aptitudes et les connaissances que l’on peut avoir en la matière ne sont pas innés. Pour le dire prosaïquement : il n’y a pas de génie ! La fabrique du footballeur renvoie à un processus de socialisation, d’abord au sein de la famille, puis ensuite dans des institutions spécialisées comme les centres de formation2. L’acquisition des dispositions et l’entrée dans une carrière professionnelle nécessitent bien souvent de disposer d’un minimum de ressources (capital économique, capital social), ce qui explique qu’il est rare que les joueurs professionnels proviennent des franges les plus marginalisées des classes populaires.

7Stéphane Beaud et Frédéric Rasera montrent qu’un angle mort persiste dans l’étude des footballeurs de métier : celui les joueurs « stars ». La sphère de ces joueurs étant inaccessible aux sociologues, leurs spécificités ne peuvent être appréhendées qu’à travers des sources de seconde main. Soulignons que ces difficultés semblent aller croissant : en 1998, le réalisateur Stéphane Meunier du film Les yeux dans les bleus pouvait approcher au plus près l’équipe de France et interviewer ses membres presque sans filtre, alors qu’en 2018, pour tourner Les Bleus 2018, au cœur de l’épopée russe, Emmanuel Le Ber et Théo Schuster butent sur une communication verrouillée par des principaux protagonistes.

8Ce que les auteurs nomment le « football ordinaire », par opposition au football professionnel, est étudié dans le quatrième chapitre. Si le jeu professionnel demeure la face la plus médiatique de ce sport, il ne faut pas oublier que le football est aujourd’hui en France le sport le plus populaire, avec plusieurs millions de pratiquants. À la différence de nombreux autres sports ce sport, le football n’est pas exercé exclusivement au sein d’organisations structurées puisque bon nombre de joueurs le pratiquent le football en dehors des clubs, ce qui explique aussi sa popularité. Beaucoup de footballeurs professionnels, à l’instar de Zinedine Zidane, mettent en avant ce que le « football de la rue » leur a apporté. Le passage au « football de club », avec son lot de règles et de contraintes, n’est alors pas toujours aisé. Ce n’est plus l’exploit individuel qui est recherché, mais le fait de « jouer collectif » : comme le notent les auteurs, « dans une équipe, le tout est supérieur à la somme des parties ».

9Dans la sociologie du football amateur, les classes populaires sont surreprésentées, en particulier les ouvriers (qui forment 39 % des licenciés, alors qu’ils ne sont que 26 % de la société française) ; par contre, les classes supérieures sont sous-représentées. Une partition géographique assez nette se dessine puisqu’on peut globalement dire que le football est davantage pratiqué à l’ouest de la France et que cette pratique diminue à mesure que l’on se rapproche du sud-est.

  • 3 Fausto-Sterling Anne, Corps en tous genres. La dualité des sexes à l'épreuve de la science, Paris, (...)

10Le dernier chapitre est consacré à la « pratique féminine du football », expression qui revêt une importance particulière. En effet, dans les médias – et même à plusieurs reprises dans le livre ! –, on emploie le plus souvent l’expression impropre de « football féminin ». Comme si un sport pouvait avoir un sexe ! À ce sujet, les auteurs rappellent que la distinction entre des championnats masculins et féminins, qui existe également dans d’autres sports, renvoie directement à l’existence d’une bicatégorisation des sexes. Or, comme l’ont montré les travaux d’Anne Fausto-Sterling3, il n’existe pas de critère biologique univoque pour distinguer un homme d’une femme, de sorte que la bicatégorisation sexuelle n’a rien de naturelle. La séparation entre deux catégories sexuées est-elle alors pertinente en matière sportive ? La FSGT (Fédération sportive et gymnique du travail), fédération alternative à la Fédération française de football (FFF), a pour sa part transformé depuis peu son championnat masculin en un championnat « mixte non obligatoire », laissant ouverte aux filles et aux femmes la possibilité de participer.

11Comment se fait-il que la pratique féminine du football soit depuis longtemps dominante aux États-Unis ? L’hypothèse que formule les auteurs est que le football n’était pas « occupé » par les hommes, qui lui préféraient le basket, le football américain ou encore le baseball. Depuis quelques années, la pratique masculine du football gagne du terrain, mais ce sport demeure aujourd’hui l’apanage des femmes aux États-Unis. En France, longtemps marginale, la pratique féminine du football explose depuis 2010 (le nombre de femmes licenciées a plus que doublé entre 2010 et 2018, alors que celui des hommes est quasi-stagnant), à la faveur d’une politique active en la matière de la Fédération française de football.

12En définitive, cet ouvrage effectue un tour d’horizon convaincant de la sociologie du football. Si on peut regretter que les auteurs aient choisi de ne pas aborder le thème des supporters, il faut saluer leur souci de ne pas trop s’attarder sur le football professionnel en laissant place aux autres formes de la pratique, et d’éviter l’ethnocentrisme en consacrant des développements à d’autres régions du monde.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

2 Bertrand Julien, La fabrique des footballeurs, Paris, La Dispute, 2012 ; compte-rendu de Sébastien Fleuriel pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/9004.

3 Fausto-Sterling Anne, Corps en tous genres. La dualité des sexes à l'épreuve de la science, Paris, La Découverte, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Jatteau, « Stéphane Beaud, Frédéric Rasera, Sociologie du football », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 septembre 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/43996 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.43996

Haut de page

Rédacteur

Arthur Jatteau

Maître de conférences en économie et en sociologie à l’Université de Lille (Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques, Clersé).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search