Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Pierre Dockès, Le Capitalisme et ...

Pierre Dockès, Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome 2 : Splendeurs et misères de la croissance

Mathieu Sadourny
Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective
Pierre Dockès, Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome 2 : Splendeurs et misères de la croissance, Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de l'économiste », 2019, 1389 p., ISBN : 9782406093718.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dockès Pierre, Le capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome 1. Sous le regard (...)
  • 2 Sur la carrière universitaire de Pierre Dockès et sa production scientifique, on peut se reporter a (...)

1En 2017 paraissait le premier tome de la duologie de Pierre Dockès1, ample synthèse des travaux menés par l’auteur2 sur les transformations économiques et sociales dans l’histoire longue ainsi que les mutations et les crises du capitalisme. Après avoir traité de la période allant de l’Ancien Régime à la Seconde Guerre mondiale, ce second tome de 1 400 pages emmène le lecteur des Trente Glorieuses à la période actuelle.

  • 3 On peut noter, au passage, des différences entre la manière dont Pierre Dockès organise les courant (...)

2Les deux volumes que comporte cet ouvrage reprennent la démarche à l’œuvre dans le premier tome, à savoir l’alternance de chapitres factuels et de chapitres théoriques, avec la volonté « de tresser les faits et les théories économiques dans leurs évolutions » afin « de ne pas séparer l’histoire de la pensée économique et l’histoire économique contemporaines » (p. 7). Les chapitres factuels offrent ainsi des cadrages exhaustifs sur les tendances de la période et des données chiffrées. Les chapitres théoriques proposent quant à eux un tour d’horizon des théories de la croissance (de celle de Robert Solow aux théories de la croissance endogène) et analysent les ressorts de l’instabilité financière. Les transformations survenues en macroéconomie ne sont pas oubliées, qu’il s’agisse de la « seconde révolution néo-classique » (Robert Lucas, la théorie des cycles réel…), de la « nouvelle économie keynésienne »3 ou du développement de certains courants hétérodoxes (les régulationnistes, les néo-schumpéteriens…). Une bibliographie par chapitres ainsi que deux index (des noms et des thématiques) sont fournis à la fin de l’ouvrage.

  • 4 Pour un panorama centré sur les travaux de Paul Krugman, voir Crozet Matthieu,« Commerce et géograp (...)
  • 5 Des encadrés sont également présents dans les chapitres théoriques, avec la même valeur ajoutée pou (...)

3La partie théorique de cet « essai d’économie historique » (p. 7) permet d’embrasser les théories des cycles économiques, de la croissance, des crises de change, des marchés financiers efficients, les relations monétaires internationales, etc. Par contraste, les théories du commerce international et la nouvelle économie géographique sont évoquées beaucoup plus succinctement4. La partie factuelle abonde en données et autres encadrés5 qui apportent au lecteur peu ou pas familier de telle période ou de tel pays des connaissances précises en la matière. On oserait presque avancer que la lecture des deux tomes du Capitalisme et ses rythmes fournit au lecteur un bagage lui permettant de prendre un peu de recul (en même temps qu’un peu d’avance !) par rapport aux savoirs dispensés dans des premiers cycles universitaires en économie.

  • 6 Sur ce sujet, voir Guerrien Bernard, « Qu’est-ce que la concurrence parfaite ? », 2017 (disponible (...)
  • 7 Sur ce sujet, voir Guerrien Bernard, « Qu’est-ce que la concurrence parfaite ? », 2017, en igne :ht (...)
  • 8 Friedman Milton, « The role of monetary policy », American Economic Review, vol. 58, n° 1, 1968, p. (...)
  • 9 Voir les travaux de James Forder, par exemple son ouvrage Macroeconomics and the Phillips Curve Myt (...)
  • 10 Voir Cahuc Pierre et Kempf Hubert, « Le taux naturel de chômage : fortunes et infortunes d’un conce (...)
  • 11 De Vroey Michel, Keynes, Lucas, d’une macroéconomie à l’autre, Paris, Dalloz, 2009, p. 121.
  • 12 Ibid.
  • 13 Contextualisation qui n’est pas toujours à l’œuvre. Ainsi le modèle IS-LM-BP est-il évoqué à la sui (...)
  • 14 L’expression renvoie à une série de réformes (ouverture des marchés, privatisations, lutte contre l (...)
  • 15 Cissokho Sidy, « Retour sur le “Consensus de Washington”. Le tournant libre-échangiste des projets (...)

4Malgré tout, certains points de l’ouvrage méritent d’être discutés. Nous en retenons trois principaux. Le premier concerne l’évocation à plusieurs reprises du concept de « concurrence pure et parfaite » (par exemple p. 37), au lieu de « concurrence parfaite ». L’usage de la première expression au lieu de la seconde peut prêter à confusion sur les hypothèses en jeu, qui s’éloignent bien souvent de celles retenues par d’Arrow et Debreu6 pour définir le modèle de « concurrence parfaite »7. Le second point concerne la présentation du discours de Milton Friedman8 et de son offensive antikeynésienne, que Pierre Dockès évoque comme un « excellent article » (p. 211), ce qui est problématique. On peut tout d’abord remarquer que les arguments avancés à l’époque par Friedman n’avaient rien de nouveau9 et que son concept de taux de chômage naturel n’est pas défini de manière claire, plusieurs définitions étant proposées sans qu’elles soient nécessairement cohérentes entre elles10. Par ailleurs, l’argumentaire antikeynésien de Friedman repose sur « un artifice »11 : il consiste à souligner qu’une politique monétaire active ne peut maintenir durablement une économie en-deçà de son taux de chômage naturel. Sur ce point, il n’y aucun désaccord avec les économistes keynésiens, ainsi que le souligne Michel de Vroey : « Aux yeux des keynésiens, une politique d’activation de la demande ne doit être entreprise que si elle a une raison d’être, c’est-à-dire s’il existe du sous-emploi »12.Le troisième point de discussion concerne l’articulation entre l’histoire économique et l’histoire de la pensée économique que propose Pierre Dockès. Si, à ces yeux, « les théories économiques agissent sur les réalités économiques et sociales tout autant que celles-ci irriguent celles-là » (p. 7), ces relations entre théories et réalités demeurent à l’état de postulat. En effet, la contextualisation proposée par l’auteur ne permet pas de faire le tour du sujet13, de comprendre pourquoi un modèle émerge à un instant donné, pourquoi telle personne travaille sur tel sujet ni, surtout, quel est l’impact du modèle sur le monde réel. Ces éléments renvoient à la fois à l’histoire des sciences, à l’histoire sociale et à la sociologie (des professions, des sciences…), autant de perspectives qui ne sont évoquées qu’en passant à travers l’ouvrage. Pour ne donner qu’un exemple, Pierre Dockès évoque les politiques issues du « consensus de Washington »14et imposées au pays en développement comme étant « en relation avec le basculement conservateur initié par Thatcher et Reagan puis “globalisé” après l’effondrement de l’Union soviétique » (p. 677),sans tenir compte de la manière complexe dont ces mesures ont pu s’imposer. Ainsi les changements intervenus du côté de la Banque mondiale dans ses projets d’infrastructures de transport paraissent-ils être avant tout le fait d’ingénieurs (et non d’économistes) et le produit d’une réorganisation interne à l’institution plutôt que le résultat d’une quelconque conversion des employés au « dogme néolibéral »15.

5Ce tome 2 conclut une duologie sans véritable équivalent en langue française. On ne peut cacher un certain respect, voire une certaine admiration pour la capacité de Pierre Dockès à compiler autant d’éléments empiriques et théoriques sans jamais nous perdre, avec un souci tout à la fois de précision et de pédagogie qui permet ainsi au lecteur de mieux s’orienter dans les bouleversements que connaît notre époque.

Haut de page

Notes

1 Dockès Pierre, Le capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome 1. Sous le regard des géants, Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de l'économiste », 2017 ; compte rendu de Alexandre Chiratpour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/23419.

2 Sur la carrière universitaire de Pierre Dockès et sa production scientifique, on peut se reporter aux éléments présents dans Potier Jean-Pierre (dir.), Les Marmites de l’histoire Mélanges en l’honneur de Pierre Dockès, Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de l'économiste », 2014, p. 7-24, disponibles ici :https://classiques-garnier.com/les-marmites-de-l-histoire-melanges-en-l-honneur-de-pierre-dockes-la-carriere-universitaire-de-pierre-dockes.html?displaymode=full.

3 On peut noter, au passage, des différences entre la manière dont Pierre Dockès organise les courants contemporains de la macroéconomie et celle adoptée par d’autres historiens de la pensée économique. Par exemple, Michel De Vroey fait davantage ressortir les différences entre Lucas et les théoriciens des cycles réels (Kydland et Prescott) et distingue deux générations parmi les tenants de la nouvelle économie keynésienne. Voir De Vroey Michel, A History of Macroeconomics from Keynes to Lucas and Beyond, Cambridge University Press, 2016, Part II: DSGE Macroeconomics.

4 Pour un panorama centré sur les travaux de Paul Krugman, voir Crozet Matthieu,« Commerce et géographie : la mondialisation selon Paul Krugman », Revue d'économie politique, vol. 119, n° 4, 2009, p. 513-534, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-d-economie-politique-2009-4-page-513.htm.

5 Des encadrés sont également présents dans les chapitres théoriques, avec la même valeur ajoutée pour le lecteur.

6 Sur ce sujet, voir Guerrien Bernard, « Qu’est-ce que la concurrence parfaite ? », 2017 (disponible en ligne :http://www.bernardguerrien.com/wp-content/uploads/2017/07/concurrence-parfaite.pdf), et Sadourny Mathieu, « La concurrence parfaite ou la cathédrale emportée », Regards croisés sur l'économie, n° 25, 2020, p. 36-41, disponible en ligne :https://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2019-2-page-36.htm?contenu=resume.

7 Sur ce sujet, voir Guerrien Bernard, « Qu’est-ce que la concurrence parfaite ? », 2017, en igne :http://www.bernardguerrien.com/wp-content/uploads/2017/07/concurrence-parfaite.pdf, et Sadourny Mathieu, « La concurrence parfaite ou la cathédrale emportée », Regards croisés sur l'économie, n° 25, 2020, p. 36-41, disponible en ligne :https://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2019-2-page-36.htm?contenu=resume.

8 Friedman Milton, « The role of monetary policy », American Economic Review, vol. 58, n° 1, 1968, p. 1-17, disponible en ligne :https://www.fep.up.pt/docentes/pcosme/CIF_1Ec101_2014/Freedman1968.pdf.

9 Voir les travaux de James Forder, par exemple son ouvrage Macroeconomics and the Phillips Curve Myth, Oxford, Oxford University Press, 2014, ou les éléments fournis ici : http://jamesforder.uk/more-on-the-phillips-curve-since-macroeconomics-and-the-phillips-curve-myth/.

10 Voir Cahuc Pierre et Kempf Hubert, « Le taux naturel de chômage : fortunes et infortunes d’un concept », in Lavoie Marc et Seccareccia Mario (dir.), Milton Friedman et son œuvre, Les Presses de l’Université de Montréal, 1993, p. 111-130.

11 De Vroey Michel, Keynes, Lucas, d’une macroéconomie à l’autre, Paris, Dalloz, 2009, p. 121.

12 Ibid.

13 Contextualisation qui n’est pas toujours à l’œuvre. Ainsi le modèle IS-LM-BP est-il évoqué à la suite des théories de la croissance des années 1950-1960 (p. 179-190) sans qu’aucun lien avec les théories qui précèdent ni le contexte de l’époque n’apparaisse.

14 L’expression renvoie à une série de réformes (ouverture des marchés, privatisations, lutte contre l’inflation, déréglementation, discipline budgétaire) devant assurer la stabilité de plusieurs économies d’Amérique latine à la fin des années 1980. Voir par exemple Abraham-Frois Gilbert et Desaigues Brigitte, « Du “consensus de Washington” au “consensus Stiglitzien” », Revue d’économie politique, vol. 113, n° 1, 2003, p. 1-13, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-d-economie-politique-2003-1-page-1.htm.

15 Cissokho Sidy, « Retour sur le “Consensus de Washington”. Le tournant libre-échangiste des projets d’infrastructures de transport de la Banque mondiale », Politix, vol. 128, n° 4, 2019, p. 179-205.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Pierre Dockès, Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome 2 : Splendeurs et misères de la croissance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 septembre 2020, consulté le 30 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44001 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44001

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires économiques et commerciales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search