Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Kichelewski Audrey, Judith Lyon-C...

Kichelewski Audrey, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique

Florence Vychytil-Baudoux
Les Polonais et la Shoah
Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique, Paris, CNRS, coll. « Seconde Guerre mondiale », 2019, 320 p., ISBN : 978-2-271-12899-7.
Haut de page

Texte intégral

1En février 2019, des nationalistes polonais tentaient d’entraver le déroulement d’un colloque organisé à Paris, consacré à « la nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah ». Les actes de ce colloque, s’ils offrent au lectorat francophone une synthèse historiographique précieuse, constituent donc aussi une réponse intellectuelle et morale aux régressions historiographiques et mémorielles qui ont accompagné, depuis 2015, le retour au pouvoir du parti polonais Droit et Justice (PiS). À rebours du paradigme néo-patriotique que les autorités polonaises cherchent à imposer dans l’espace public, les contributions ici rassemblées mettent en lumière la complexité des relations entre Polonais juifs et non juifs pendant l’Occupation allemande. Ce faisant, il ne s’agit pas tant de « nationaliser » la Shoah que d’incorporer celle-ci à l’histoire sociale polonaise.

  • 1 L’ouvrage paraît d’abord en polonais en 2000. L’édition française, traduite de l’édition américaine (...)

2L’entreprise d’extermination des Juifs en Pologne occupée constitue en effet « l’une des expériences clés du XXe siècle pour les Polonais » (p. 50). Entre narration antifasciste et martyrologie polonaise, elle est pourtant longtemps restée un impensé de l’historiographie polonaise. Si la question affleure progressivement entre les années 1960 et 1980, c’est la parution du livre Les Voisins de Jan T. Gross en 20001 qui fait figure de point de bascule. En mettant en lumière comment la population juive de Jedwabne (petite ville au nord-est de l’actuelle Pologne) fut massacrée par la population non juive en juillet 1941, l’historien américain d’origine polonaise provoque une onde de choc qui invite à penser à nouveaux frais la Shoah dans les territoires polonais : tandis que les autorités politiques et ecclésiastiques multiplient les gestes de repentance, une recherche interdisciplinaire dynamique et innovante émerge, qui s’institutionnalise notamment autour du Centre de recherche sur l’extermination des Juifs (CBnZZ), créé en 2003 au sein de l’Académie polonaise des sciences. Au prisme de sources et d’approches nouvelles, les chercheurs qu’il fédère s’efforcent d’appréhender la Shoah en tant qu’expérience polonaise collective et multiforme. Un long mais bienvenu prologue apporte, en trois chapitres, un éclairage utile sur les conditions sociales, politiques et intellectuelles de ce tournant historiographique tout en balisant le cadre méthodologique et conceptuel des recherches dont la suite de l’ouvrage donne un aperçu de la fécondité.

  • 2 Les résultats ont été publiés en polonais dans un imposant ouvrage en deux volumes : Engelking Barb (...)
  • 3 Hilberg Raul, Exécuteurs, victimes, témoins. La Catastrophe juive, 1933-1945, trad. Marie-France de (...)

3La première partie plonge ensuite le lecteur dans la Pologne occupée par les nazis et s’appuie largement sur une grande enquête menée par le CBnZZ sur les stratégies de survie des Juifs pendant la « troisième phase de la Shoah », qui fait suite à la liquidation des ghettos en 1942-19432. Entre 200 000 et 300 000 Juifs parviennent en effet à s’enfuir à ce moment‑là ; plus encore qu’avant, leur survie dépend désormais du « soutien apporté par la population que la Shoah ne menaçait pas » (p. 103). Lorsque prend fin l’Occupation, seuls 30 000 à 40 000 d’entre eux sont encore en vie ; et l’historienne Alina Skibińska d’ajouter : « Si la guerre avait duré six mois de plus, il est possible que personne n’eût survécu à la Shoah » (p. 103). Privilégiée, la démarche microhistorienne permet de conclure que, loin du « récit “positif” qui présente les attitudes des Justes comme une norme généralisée dans la société polonaise » (p. 81), l’empathie fut rare, et ce d’autant plus que, sur fond d’intensification des violences interethniques et des persécutions antijuives dans les territoires polonais depuis les années 1880, elle était considérée comme illégitime par la majorité non juive. Pensée, planifiée et, dans une large mesure, exécutée par les nazis, l’extermination totale des Juifs résulte ainsi de processus sociaux complexes dont les populations locales sont parties prenantes. On comprend mieux, dès lors, le choix d’intituler cette première partie « Au cœur de la Shoah », quand bien même un seul chapitre aborde frontalement la question des centres de mise à mort : déplacer la focale permet ici de déconstruire l’opposition catégorielle entre centre et périphérie en revisitant la figure du témoin telle que l’avait définie Raul Hilberg3. Soulignant que « ce n’est pas le simple fait de regarder mais la manière de le faire qui était d’une importance capitale quant au devenir des victimes » (p. 153), Elżbieta Janicka propose ainsi une reconceptualisation originale du témoin comme « observateur participant » plutôt que comme spectateur.

4Au lendemain de la guerre, ceux qui ont aidé des Juifs pendant l’Occupation allemande s’efforcent de rester anonymes, tandis que les Juifs qui ont survécu continuent de faire face à l’hostilité, parfois meurtrière, de la population non juive. C’est notamment le cas à Kielce, où près de 40 Juifs périssent le 4 juillet 1946 lors d’un pogrom, dont Joanna Tokarska-Bakir montre qu’il procède, en l’absence d’une provocation extérieure, d’un antisémitisme largement partagé qui fait figure de « terrain d’entente de tous avec tous » (p. 203). Une vingtaine d’années plus tard, la campagne antisémite de 1967-1968, orchestrée par les autorités polonaises sur fond de répression de la contestation libérale et parfois qualifiée de « pogrom sec », provoque l’émigration de plus de 13 000 Polonais d’origine juive. La Shoah s’inscrit ainsi dans une histoire longue de discours et de pratiques antisémites qui se prolonge bien au-delà de l’Occupation, et dont les implications sociales et politiques font l’objet d’une riche et stimulante deuxième partie. Si la « chasse aux Juifs » (Judenjagd) qui commence après la liquidation des ghettos a été un phénomène avant tout rural, elle n’en marque pas moins une rupture de l’ordre moral qui pèse durablement sur l’ensemble de la société polonaise. Tandis qu’émerge au sortir du conflit une nouvelle intelligentsia issue de ces communautés campagnardes rompues au silence, les transgressions portées par « l’expérience paysanne spécifique de la Shoah » (p. 206) restent un « savoir collectif non dit » (p. 211). S'appuyant sur les acquis de la psychanalyse, Andrzej Leder en examine les effets de long terme, depuis la neutralisation de la honte par la mise en balance des souffrances de la population non-juive jusqu’au refoulement de la culpabilité, transférée sur les Allemands ou les victimes elles-mêmes. C’est dans ces conditions que se met en place un récit alternatif des relations polono-juives qui valorise l’aide polonaise aux Juifs, accusés d’ingratitude et d’antipolonisme, et dont Audrey Kichelewski montre qu’il se cristallise en 1968 et traverse les décennies et les régimes politiques. D’où la difficulté persistante à entendre la voix des témoins.

5Dans un premier chapitre en forme d’égo-histoire, Jan Gross prend la mesure de ce silence envahissant, traquant et interrogeant ses propres omissions dans les premiers travaux qu’il a consacrés à la société polonaise pendant la guerre. Nourri par une réflexivité exigeante, Les Polonais et la Shoah contribue ainsi, au-delà de la synthèse historiographique, à alimenter une réflexion plus générale sur l’écriture de l’histoire et le métier d’historien. Disséquant le champ historien polonais à partir des discussions historiographiques sur la Shoah, Valentin Behr montre notamment que l’opposition entre un pôle officiel de production de l’histoire représenté par l’Institut de la mémoire nationale (IPN) et un pôle académique « autonome » refusant de se plier aux injonctions de la « politique historique » de l’État polonais n’est pas réductible à des interprétations concurrentes du passé. Le clivage est heuristique autant qu’axiologique : il met aux prises une histoire positiviste « patriotique » et une histoire « critique » ouverte aux autres sciences sociales. À travers lui, ce sont aussi des conceptions antithétiques de la nation polonaise qui s’affrontent. Si les auteurs des contributions rassemblées dans ce beau volume soulignent volontiers la dimension politique et morale de leur travail, ils sont également animés par des questionnements existentiels, que l’explicitation de la présence du chercheur dans le récit qu’il produit contribue à rendre manifestes. De Jan Gross relatant l’épreuve personnelle qu’a été la rédaction des Voisins à Jean-Yves Potel évoquant son trouble face aux témoignages qu’il étudie, le « je » historien se dévoile. En exposant la relation intime qui lie le chercheur à son terrain et à ses sources, ce « je » permet de saisir ce que la parole de l’historien a, elle aussi, de situé.

  • 4 Voir notamment : Zalc Claire, « Passages de témoins », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 139 (...)

6S’il est avant tout question de la société polonaise, les approches et les questionnements portés par la nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah participent d’un renouvellement global de l’historiographie de celle-ci, qui passe aussi par son désenclavement4. Cherchant à comprendre « les ressorts de la violence de “proximité” » (p. 305), Sidi N’Diaye met ainsi en regard « les imaginaires de haine » en Pologne et au Rwanda dans un dernier chapitre qui, rompant avec la problématique de l’unicité, laisse augurer des effets de connaissance que favorisent les croisements avec d’autres terrains. À l’heure où les sociétés occidentales sont invitées à se confronter à d’autres pages sombres de leur passé, le cas polonais résonne enfin comme un avertissement politique dont Andrzej Leder donne à saisir la portée universelle : « C’est ce regard que craint le récit polonais hégémonique, récit de ses propres vertus et des propres malheurs. Car il ne pourrait pas supporter l’image que lui renverrait le regard posé sur lui. C’est pourquoi il a également peur de la liberté de pensée. Là réside peut-être l’aspect le plus destructeur de l’héritage de la Shoah dans la société polonaise contemporaine. Pas seulement polonaise, d’ailleurs » (p. 217).

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage paraît d’abord en polonais en 2000. L’édition française, traduite de l’édition américaine, est publiée deux ans plus tard : Gross Jan T., Les Voisins. 10 juillet 1941, un massacre de Juifs en Pologne, Paris, Fayard, 2002. Le texte français a été réédité sans modification en 2019 aux éditions Les Belles Lettres.

2 Les résultats ont été publiés en polonais dans un imposant ouvrage en deux volumes : Engelking Barbara, Grabowski Jan (dir.), Dalej jest noc. Losy Żydów w wybranych powiatach okupowanej Polski [Plus loin cest encore la nuit. Le sort des Juifs dans certains districts de Pologne occupée], Varsovie, CBnZZ, 2018.

3 Hilberg Raul, Exécuteurs, victimes, témoins. La Catastrophe juive, 1933-1945, trad. Marie-France de Paloméra, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 1994.

4 Voir notamment : Zalc Claire, « Passages de témoins », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 139, no 3, 2018, p. 2‑21 ; Zalc Claire, Bruttmann Tal, Ermakoff Ivan, Mariot Nicolas (dir.), Pour une microhistoire de la Shoah, Paris, Seuil, coll. « Le Genre humain », 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Vychytil-Baudoux, « Kichelewski Audrey, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 septembre 2020, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44002 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44002

Haut de page

Rédacteur

Florence Vychytil-Baudoux

Doctorante en histoire à l’EHESS (CRH), doctorante associée au CEFRES.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search