Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Christian Le Bart, Petite sociolo...

Christian Le Bart, Petite sociologie des Gilets jaunes. La contestation en mode post-institutionnel

Lilian Mathieu
Petite sociologie des Gilets jaunes
Christian Le Bart, Petite sociologie des Gilets jaunes. La contestation en mode post-institutionnel, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 212 p., ISBN : 978-2-7535-8026-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 De premiers éléments d’analyse issus de différentes enquêtes sont exposés dans la table ronde publi (...)

1Professeur de science politique à Sciences Po Rennes, Christian Le Bart apporte avec cet ouvrage une contribution originale à la production éditoriale consacrée au mouvement des Gilets jaunes, apparu en novembre 2018 et toujours vivant malgré un net affaiblissement. Pour l’instant, cette production consiste pour large part en tentatives d’interprétation de cette révolte inédite, en vue d’en déchiffrer la signification politique et sociale globale. Il faudra encore attendre un peu pour que soient publiés les résultats des enquêtes empiriques menées au plus fort de la mobilisation1 – les exigences de la collecte méthodique des données et de leur interprétation imposant des délais plus longs que le commentaire « à chaud », généralement basé sur des traces éparses et souvent propice aux généralisations hâtives.

  • 2 L’expression s’inspire de celle de manifestation de papier forgée par Patrick Champagne dans Faire (...)

2Le présent ouvrage occupe de ce point de vue une position intermédiaire, en ce qu’il envisage le mouvement des Gilets jaunes comme l’expression d’évolutions sociales majeures, tout en s’appuyant sur un matériau empirique original, à savoir un imposant corpus d’articles de presse écrite rapportant épisodes contestataires et déclarations de leurs protagonistes. L’auteur souligne en effet combien la révolte des Gilets jaunes doit être considérée comme un mouvement de papier2, dont l’influence politique a dès l’origine dépendu de son écho médiatique : quoique les protestataires aient pu faire montre de défiance, voire d’hostilité à l’égard des médias, « la médiatisation est une dimension intrinsèque du mouvement social » (p. 12), autorisant à faire des comptes rendus de presse une source pertinente pour son analyse.

  • 3 Notamment Christian Le Bart, L’individualisation, Presses de Sciences Po, 2008, et Philippe Corcuff (...)

3La thèse principale, qui structure l’ensemble du propos et que l’auteur a déjà eu l’occasion de développer sur d’autres terrains et dans d’autres publications3, est que le mouvement des Gilets jaunes serait l’expression d’un double processus de désinstitutionnalisation et d’individualisation de la société française. L’aversion des Gilets jaunes envers toutes les institutions ne se limite pas à leur animosité à l’égard du gouvernement et, surtout, du chef de l’État. Elle se repère également dans les modes d’émergence et de fonctionnement de leur mouvement : l’insistance mise sur la « spontanéité » d’une mobilisation, initiée via les réseaux sociaux par des individus ordinaires plutôt qu’à l’appel d’une organisation militante, syndicale ou autre, atteste ce refus des formes institutionnalisées d’expression des griefs. En atteste également la crainte exacerbée de toute « récupération » ou de tout « noyautage » politique, qui conduira à écarter les membres suspects d’attachements partisans. C’est le registre de l’expérience vécue – en l’occurrence celle de conditions d’existence difficiles – que valorise à l’inverse le mouvement, rencontrant des cadrages médiatiques qui privilégient le témoignage et le portrait.

4À l’apparente spontanéité de la révolte s’ajoute celle de ses formes expressives : répertoire d’action innovant (avec les emblématiques occupations de ronds-points), refus de déclaration des manifestations, improvisation de leurs parcours… Mais aussi recours à la violence, présentée comme témoignage éruptif de sensibilités à vif. Ici encore, c’est l’authenticité prêtée à l’expression chargée d’émotion d’une expérience singulière qui est mise en avant ; plus que la constitution d’un collectif, le mouvement apparaît fait d’une juxtaposition de situations personnelles – raison, dit l’auteur, de sa consistance des plus labiles.

  • 4 Jo Freeman, « The Tyrany of Structurelessness », Berkeley Journal of Sociology, vol. 17, 1972-1973, (...)

5L’absence délibérée de désignation formelle de porte-parole est elle aussi l’expression du refus de l’institutionnalisation. Elle a condamné les Gilets jaunes à cette « tyrannie de l’absence de structure » qu’avait identifiée Jo Freeman dans un article devenu classique4 : faute de représentants mandatés pour porter la parole du groupe, ce sont les journalistes qui sélectionnent leurs interlocuteurs et les font advenir comme leaders – des leaders auxquels la « base » n’aura de cesse de reprocher leur illégitimité, nourrissant ainsi les tensions internes. Les diverses tentatives de convertir cette notoriété inespérée en profit politique feront également long feu : les quelques personnalités qui se sont prévalues de leur appartenance aux Gilets jaunes lors des élections européennes de 2019 n’ont obtenu que des scores médiocres.

6Ne pas avoir en face de soi d’interlocuteur chargé de porter des revendications a bien évidemment constitué une difficulté pour le gouvernement, compromettant toute négociation et, par suite, toute sortie de conflit. Christian Le Bart repère à ce propos une curieuse similitude entre le mouvement et sa principale cible, le chef de l’État qui, lui aussi, a misé sa réussite politique sur l’hyper-individualisation et la distance au rôle institutionnel. De fait, même lorsqu’ils s’attaquent à lui avec la plus grande virulence, les Gilets jaunes confortent cette figure d’un président omnipotent, capable par sa seule volonté de résoudre toutes les difficultés. La mise en scène, au cours du Grand débat, d’un individu-président prenant en charge des doléances exprimées au niveau individuel (c’est-à-dire ce qu’il est convenu d’appeler le clientélisme) est elle aussi significative de ce double processus.

7La réflexion de Christian Le Bart est indéniablement stimulante et fournit un éclairage original sur bien des spécificités des Gilets jaunes. Une des qualités du propos est d’échapper à la fascination de bien des commentateurs devant un mouvement aussi composite qu’ambigu, dont les traits innovants peuvent tout autant apparaître comme des carences ou des faiblesses. Appréhendée sous l’angle de l’individualisation et de la désinstitutionnalisation, l’« insaisissabilité » de la révolte des Gilets jaunes n’a plus rien de cet inouï que lui prêtent les observateurs pressés mais redevient sociologiquement interprétable. Une plus ample mise en perspective historique (c’est de longue date que les mobilisations protestataires se méfient de la « récupération politique ») et une meilleure prise en compte de la sociographie du mouvement auraient sans doute permis d’affiner l’analyse mais, dans un paysage éditorial foisonnant, cette Petite sociologie des Gilets jaunes mérite d’être distinguée.

Haut de page

Notes

1 De premiers éléments d’analyse issus de différentes enquêtes sont exposés dans la table ronde publiée dans : Philippe Aldrin, Éric Agrikoliansky (dir.), « Faire avec la politique. Novices, amateurs et intermittents en politique », Politix, n° 128 2019.

2 L’expression s’inspire de celle de manifestation de papier forgée par Patrick Champagne dans Faire l’opinion, Paris, Minuit, 1991.

3 Notamment Christian Le Bart, L’individualisation, Presses de Sciences Po, 2008, et Philippe Corcuff, Christian Le Bart, François de Singly (dir.), L’individu aujourd’hui : débats sociologiques et contrepoints philosophiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

4 Jo Freeman, « The Tyrany of Structurelessness », Berkeley Journal of Sociology, vol. 17, 1972-1973, p. 151-164.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Christian Le Bart, Petite sociologie des Gilets jaunes. La contestation en mode post-institutionnel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 septembre 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44111 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44111

Haut de page

Rédacteur

Lilian Mathieu

Directeur de recherche au CNRS, membre du Centre Max Weber à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search