Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Howard S. Becker, Faire preuve. D...

Howard S. Becker, Faire preuve. Des faits aux théories

Aurélie Landon
Faire preuve
Howard S. Becker, Faire preuve. Des faits aux théories, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères. Guides », 2020, 288 p., ISBN : 9782348037672.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Becker Howard S., 2002. Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales (...)

1Dans la continuité de ses précédents ouvrages sur les « ficelles du métier »1 de sociologue, Howard S. Becker s’attaque dans Faire preuve aux données scientifiques. Il les présente comme faisant partie d’un triptyque dans la recherche avec les preuves et idées (ou théories). Les données sont donc toutes les informations que les chercheurs recueillent, qu’ils vont ensuite pouvoir transformer en preuves pour étayer leurs idées. Ce sont les difficultés depuis la collecte des informations à la démonstration qui intéresse ici Howard Becker. En s’appuyant sur une série d’enquêtes et de contre-enquêtes, Howard Becker propose de s’intéresser aux impairs dans la collecte (biais, collecte partielle, etc.), le traitement (matériau difficilement codifiable, matériau de seconde main, etc.) et l’analyse (généralisation abusive). Il propose, pour ceci deux axes de réflexions au sujet des erreurs de données. La première est d’appréhender ces inexactitudes comme le fruit de l’organisation collective de la recherche en sciences sociales. La seconde est d’analyser ce que peuvent dire ces problèmes des objets d’études.

2L’ouvrage est divisé en deux grandes parties. La première retrace les querelles relatives à la méthodologie qui ont donné lieu à une littérature scientifique des plus fournies et à des controverses scientifiques qui se sont structurées et institutionnalisées autour de la polarisation entre approches qualitatives et approches quantitatives. Dans la seconde partie, Howard Becker suggère de dépasser ce débat et de s’inspirer de ce qui est mis en place dans les méthodes quantitatives pour éviter les inexactitudes. Il s’appuie ici sur quatre grands types de collectes — le recensement national, les données administratives, les enquêtes réalisées par des vacataires, l’enquête de type ethnographique — pour explorer pour chacun ce que les difficultés fréquentes peuvent nous apprendre pour la recherche qualitative.

  • 2 Desrosières Alain, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique. Paris, La Dé (...)

3Dans la première partie, Howard Becker interroge le statut des données en sciences sociales pour comprendre les sources d’irrégularités dans la recherche. Dans la continuité du travail mené par Alain Desrosières2, il s’intéresse aux conventions et aux accords pour considérer une donnée comme preuve dans les sciences sociales. Ainsi ce qui caractériserait les sciences sociales, c’est l’ampleur des désaccords sur la qualité du matériau que l’on peut mobiliser en tant que preuves. L’ouvrage se concentre ici sur une querelle structurante de la recherche sociologique : l’approche quantitative — la collecte d’informations à partir d’une grille d’analyse préalablement établie — et l’approche qualitative — l’enquête comme outil pour construire une grille d’analyse. La première permet d’accumuler rapidement de nouvelles connaissances, de travailler sur de nombreuses variables et par raisonnement probabiliste de généraliser les résultats obtenus à des populations importantes. En revanche, ce modèle permet difficilement des adaptations en cours de route puisqu’il repose sur la constitution d’un corpus collecté sur une période restreinte avec des méthodes similaires. À l’inverse, la démarche qualitative permet d’aboutir à la construction de catégories. Ceci permet de construire des connaissances sur « une situation dont on sait si peu de choses qu’on ne peut formuler à l’avance aucune question sensée » (p. 56). Cette approche présente également le grand avantage d’être extrêmement flexible, les hypothèses pouvant davantage évoluer et être testées en cours d’enquête.

4Avec l’institutionnalisation de la différence entre ces deux approches, de nombreuses controverses ponctuent régulièrement l’actualité scientifique. Les adeptes des méthodes qualitatives reprochent à ceux des approches quantitatives de réduire la richesse des expériences vécues, tandis que les seconds accusent les premiers de proposer des généralisations abusives. Néanmoins, le débat sur la pertinence des modèles quantitatifs et qualitatifs restreindrait les difficultés de collectes à un simple problème technique. Howard Becker propose à l’inverse de les envisager comme révélateurs de l’organisation de la recherche en sciences sociales, proposition qui nous amène à la seconde partie de l’ouvrage.

  • 3 Issu de l’enquête de Félix Padilla : Latino ethnic consciousness : the case of Mexican Americans an (...)

5Cette deuxième partie est aussi le moment d’analyser quatre démarches d’enquête différentes. Chaque situation permet d’éclairer un questionnement méthodologique particulier. Le premier cas concerne le recensement national, réalisé pour construire des politiques publiques adaptées aux besoins des populations. Ce travail nécessite de définir des catégories suffisamment stables pour réaliser chaque campagne d’enquête de manière uniforme. En effet, même les catégories qui paraissent les plus solides sont continuellement remises en question. Ainsi en est-il des catégories concernant l’origine ethnique : Comment décider de l’attribution d’une catégorie à une personne enquêtée ? Jusqu’où doit-on décliner ces catégories ? Ce questionnement est notamment illustré par le cas de la création dans les années 19703 d’une catégorie — « Latinos » — qui agglomèrent les communautés cubaines, mexicaines et portoricaines, au risque de gommer leurs spécificités et besoins particuliers. Or cette évolution des catégories peut devenir un moyen de produire de nouvelles connaissances. « Ces difficultés proviennent d’un processus qui mérite d’être étudié » (p. 135).

  • 4 Moskos Peter, Cop in the Hood ; My Year Policing Baltimore’s Earstern District, Princeton Universit (...)

6Il en va de même pour les données produites par les administrations elles-mêmes : elles répondent à des objectifs hétéroclites qui ont peu à voir avec les objectifs de recherche scientifique : organiser l’action, rendre des comptes, médiatiser l’action, évaluer, etc. H. Becker nous montre que ces informations, souvent inexactes, renseignent bien plus sur le fonctionnement de l’administration elle-même et les activités de ses agents. C’est la démarche adoptée par Peter Moskos4, sociologue et policier assermenté de la ville de Baltimore, qui prouve que les disparités dans les types de crimes et délits enregistrés dans une même aire géographique peuvent aussi correspondre à des stratégies professionnelles des policiers. Pour exemple, les poursuites pour consommation de drogues étant fréquemment classées par le procureur, certains policiers cherchent donc d’autres motifs d’inculpation pour s’assurer d’une condamnation. Par conséquent, les chiffres sur la délinquance nous renseignent ici davantage sur l’activité des policiers que sur la délinquance elle-même.

  • 5 Paik Anthony, Sanchagrin Kenneth, ‘Social isolation in America: An artifact’. American Sociological (...)

7Le chapitre suivant est consacré à l’organisation du travail de recherche dans les instituts de recherche qui sous-traitent une partie de leurs activités à des vacataires ou des profanes. Howard Becker démontre ici que les différences entre les intérêts des chercheurs et ceux de ces intervenants peuvent être source d’anomalies. Il revient sur une enquête qui avait produit des résultats très médiatisés et discutés sur l’affaiblissement des liens sociaux dans la population américaine. Une contre-enquête d’A. Paik et K. Sanchagrin5 avait montré par la suite que quelques enquêteurs avaient biaisé significativement les résultats en tentant d’accélérer la passation des questionnaires, et en ne recensant pas tous les liens sociaux des enquêtés. Un tel traitement de données serait imputable aux conditions de travail dans lesquelles elles sont produites : « [à] propos des vacataires, tels ces enquêteurs qui ont semé la panique sur l’isolement social, Roth recommande de reconnaître honnêtement que, si l’on traite les enquêteurs comme des tâcherons, on peut s’attendre de leur part à un comportement de mercenaire » (p. 188).

8Enfin, Howard Becker s’intéresse à l’enquête réalisée par le chercheur lui-même dans laquelle il suggère de s’inspirer de ce qui est mis en place par les chercheurs dans les démarches quantitatives pour éliminer les erreurs. Il revient sur une recherche par enquête de terrain qu’il a réalisé avec Blanche Geer au milieu des années 1950, sur la formation d’une culture étudiante dans une université de médecine américaine. À la suite de débats avec des chercheurs psychologues, plus habitués aux méthodes quantitatives, il montre comment ils ont tenté de quantifier le travail de terrain pour étayer la fiabilité de leur matériau qualitatif. Concrètement, il s’est agi de compter « dans la rubrique “spontanée” toute verbalisation d’un étudiant [qui n’avait pas été] appelée par une suggestion ou une formulation préalable, ou au contraire comme “dirigée” lorsque […] la formulation [lui avait été suggérée] et [qu’il lui avait été] demandé s’il était d’accord ou non » (p. 228). Ainsi, il y aurait une perméabilité entre méthodes quantitatives et qualitatives.

  • 6 Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance. Paris : A.M. Métailié, 1985.
  • 7 Dudouet François-Xavier, « De la répression des drogues. Une politique publique internationale », L (...)

9Howard Becker conclut son argumentation en la recentrant sur l’une des grandes difficultés dans la démarche qualitative, la généralisation des résultats. Mettant à l’épreuve ses propres travaux, il revient sur les entrepreneurs de morale6 et explique qu’il a lui-même procédé à une généralisation abusive : « […] il m’avait semblé évident […] que Harry Anslinger, directeur du Federal Narcotics Bureau […] était un puritain fanatique […] et qu’il avait fait de son préjugé personnel le principe de base de la politique nationale sur l’usage récréatif, ou autre de la marijuana » (p. 234). À l’inverse, une enquête7 publiée des années plus tard par le sociologue François-Xavier Dudouet démontre le rôle prégnant des institutions internationales sur ces politiques répressives dont ce même Harry Anslinger faisait partie : « Je me doutais probablement qu’il y avait aussi d’autres raisons […], mais pris dans mes préjugés, je n’ai pas exploré cette piste […] » (p. 236).

  • 8 Les travaux collectifs restitués dans un ouvrage codirigé par Christine Guionnet et Sophie Rétif fo (...)

10Finalement, les analyses d’Howard Becker permettent de s’intéresser aux démarches mises en place dans chaque approche méthodologique pour s’assurer de la fiabilité des données de recherche. Sa démonstration se conclut par deux « ficelles », la première — « [n]e pas refaire la même erreur » (p. 253) — peut paraître triviale tant elle peut sembler évidente, mais les nombreuses analyses sur lesquelles il s’appuie démontrent qu’en pratique, cela est plus délicat. La seconde, « [t]ransformer les “problèmes techniques” en thèmes de recherche » (p. 257) est particulièrement stimulante : « […] il s’agit de transformer les erreurs inévitables en sujets de recherche, d’y voir des phénomènes sociaux à analyser et comprendre à leur tour, de plein droit » (p. 257)8.

Haut de page

Notes

1 Becker Howard S., 2002. Les ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales ? La Découverte. Paris.

2 Desrosières Alain, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique. Paris, La Découverte, 1993.

3 Issu de l’enquête de Félix Padilla : Latino ethnic consciousness : the case of Mexican Americans and Puerto Ricans in Chicago. University of Notre Dame Press, 1985.

4 Moskos Peter, Cop in the Hood ; My Year Policing Baltimore’s Earstern District, Princeton University Press, 2008.

5 Paik Anthony, Sanchagrin Kenneth, ‘Social isolation in America: An artifact’. American Sociological Review, 2013, vol. 78, No. 3, p. 339–360.

6 Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance. Paris : A.M. Métailié, 1985.

7 Dudouet François-Xavier, « De la répression des drogues. Une politique publique internationale », Les Cahiers de la sécurité intérieure, vol. 52, 2003, p. 89-112 ; — Le Grand Deal de l’opium. Histoire du marché légal des drogues, Paris, Sylvepse, 2009.

8 Les travaux collectifs restitués dans un ouvrage codirigé par Christine Guionnet et Sophie Rétif fournissent de nombreuses pistes pour appréhender ce que les erreurs méthodologiques peuvent révéler de l’objet d’étude : Guionnet Christine et Rétif Sophie (dir), Exploiter les difficultés méthodologiques. Une ressource pour l’analyse en sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2015 ; compte rendu de Marie-Carmen Garcia pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/18597.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Landon, « Howard S. Becker, Faire preuve. Des faits aux théories », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 septembre 2020, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44124 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44124

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Landon

Aurélie Landon est doctorante en études urbaines à l’université Paris 8 au sein du laboratoire UMR CNRS 7218 LAVUE. Ses recherches portent sur l’innovation sociale dans la fabrique de la ville. Elle s’intéresse aux évolutions que soutiennent les promoteurs de l’innovation sociale en amont (sur la programmation) et en aval (sur la gestion) des projets architecturaux et urbains.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search