Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Olivia Chambard, Business Model. ...

Olivia Chambard, Business Model. L’Université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale

Pierre Le Brun
Business Model
Olivia Chambard, Business Model. L'université, nouveau laboratoire de l'idéologie entrepreneuriale, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2020, 295 p., ISBN : 978-2-348-04270-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Durkheim Émile, Éducation et sociologie, Paris, Félix Alcan, 1922, p. 49.

1« L’éducation consiste en une socialisation méthodique de la jeune génération », écrivait Émile Durkheim dans Éducation et sociologie1. Dans son sillage, Olivia Chambard étudie le déploiement de l’éducation à l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur français. Amorcée à la fin des années 2000, cette démarche se donne comme un programme de socialisation des étudiants à un « “esprit entrepreneur”, érigé en nouvel ethos du travailleur contemporain » (p. 288). L’analyse, à l’intersection des sciences politiques, de la sociologie de l’éducation et de la sociologie économique, porte plus spécifiquement sur la genèse et le fonctionnement de huit dispositifs de sensibilisation et de formation à l’entrepreneuriat à l’université (trois modules ponctuels, trois diplômes et un TD dispensé en master de lettres). Cet ouvrage, issu de la thèse son autrice, présente le résultat d’une enquête de long cours, essentiellement qualitative, menée entre 2009 et 2017. Il s’appuie sur un matériau empirique dense (archives, entretiens, observations, questionnaires) et sur un corpus scientifique étoffé.

  • 2 Pour reprendre le titre de l’ouvrage : Chessel Marie-Emmanuelle, Pavis Fabienne, Le technocrate, le (...)

2L’éducation à l’entrepreneuriat constitue d’abord une cause politique historiquement récente dont le premier chapitre retrace la genèse. Un travail de sociohistoire permet de la voir comme le produit d’une « entreprise diffuse et peu concertée » (p. 71) menée par une coalition hétéroclite de technocrates, de patrons et de professeurs2. L’éducation à l’entrepreneuriat prolonge le projet historique de la bourgeoisie d’affaires de rapprocher l’enseignement des exigences du monde économique. Ces velléités réformatrices, déjà observables dans l’Ancien Régime, ont connu une nouvelle inflexion dans les années 1970. Après avoir défendu après-guerre une conception « adéquationniste » (p. 42) d’un enseignement supérieur qui aurait vocation à répondre aux besoins de main-d’œuvre des entreprises, le militantisme patronal se tourne vers la promotion de l’esprit d’entreprendre, qu’il présente comme un antidote au marasme économique hérité des chocs pétroliers. À partir des années 1980, ce « cadrage culturel » (p. 50) est progressivement repris par des organisations internationales (OCDE et Commission européenne) et des enseignants d’écoles de commerce parisiennes, inspirés par l’essor outre-Atlantique des entrepreneurship studies. Les années 2000 marquent enfin l’appropriation de la cause par l’administration française via les ministères de l’Économie et des Finances, d’une part, et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, d’autre part.

  • 3 La loi relative aux libertés et responsabilités des universités, dite « LRU » ou « loi Pécresse », (...)
  • 4 Sur le thème des cadres intermédiaires de la fonction publique, voir : Barrier Julien, Pillon Jean- (...)

3Le deuxième chapitre appréhende l’éducation à l’entrepreneuriat sous un angle de sociologie des politiques publiques. Son étude porte plus spécifiquement sur le plan Étudiants entrepreneurs, lancé en 2009 et consolidé à partir de 2012 par la nouvelle majorité, dont la principale mesure a été la mise en place des Pôles étudiants entrepreneurs (PEE, renommés « Pépite » en 2013). Le dossier de l’entrepreneuriat, qui avait jusqu’alors relevé des services ministériels en charge de la recherche et de l’industrie, échoit finalement à l’enseignement supérieur, dans le cadre de la mission d’insertion des étudiants qui lui est officiellement attribuée par la LRU3. La division du travail bureaucratique produit ainsi une « requalification éducative de la politique d’encouragement à l’entrepreneuriat » (p. 75), dont découle directement sa forme actuelle. L’éducation à l’entrepreneuriat constitue en outre un exemple de « petite politique » (p. 94), faiblement dotée financièrement et peu encadrée par les cabinets ministériels. La relégation administrative dont elle est l’objet offre une certaine autonomie aux cadres intermédiaires4 en charge du dossier, ainsi qu’aux acteurs extra-étatiques sur lesquels ils s’appuient (directeurs d’établissements, enseignants de gestion, représentants du patronat, etc.). Cette politique repose sur l’incitation plutôt que la coercition, procédant par la mise en concurrence des établissements à travers des appels à projets. Elle doit à ce titre une partie de son succès au sous-financement chronique des universités, qui les contraint à jouer le jeu de la compétition en dépit de la faiblesse des aides à la clé.

  • 5 La notion de « forme scolaire » est en particulier étudiée dans : Vincent Guy (dir.), L’éducation p (...)
  • 6 Dans la lignée de ce qu’a montré Yves-Marie Abraham à propos d’HEC : Abraham Yves-Marie, « Du souci (...)
  • 7 Weber Max, Économie et société, Paris, Plon, 1971.

4Les pédagogies propres à l’entrepreneuriat constituent l’objet du troisième chapitre, qui étudie en particulier la « tension entre subversion et adaptation à la forme scolaire »5 qui le caractérise (p. 16). En tant que pratique pédagogique, l’entrepreneuriat affiche une certaine distance à l’académisme. Le crédit prêté aux enseignants, à la fois par eux-mêmes et par leurs étudiants, repose largement sur leur « légitimité entrepreneuriale » (p. 135), c’est-à-dire sur leur expérience de la création d’entreprise (ou, à défaut, du secteur privé). Les enseignants cultivent en outre les dispositions antiacadémiques des étudiants à travers le ciblage de leur formation (qui accorde une grande place au savoir-être6), le format des travaux demandés (en groupe et dans l’urgence) ou les logiques d’évaluation (prééminence de l’oral sur l’écrit, incitation au « bluff », critères de notation implicites, etc.). Reprenant les termes de Max Weber7, Olivia Chambard voit dans cette re-personnalisation du rapport pédagogique le retour d’une forme de légitimité charismatique, au détriment de la légitimité légale-rationnelle sur laquelle repose la forme scolaire. Pour autant, l’entrée de l’entrepreneuriat à l’université n’a pu se faire qu’au prix d’une certaine « académicisation » ou « scolarisation » (p. 194) de celui-ci. Branche de la gestion, l’entrepreneuriat s’est progressivement construit comme sous-discipline autonome à travers d’une part la constitution d’un corps d’enseignants-chercheurs spécialisés, et d’autre part la définition des savoirs attendus des étudiants ainsi que des méthodes de leur transmission. C’est donc son statut paradoxal de discipline antiacadémique qui confère à l’éducation à l’entrepreneuriat son potentiel subversif.

  • 8 Boltanski Luc, Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais (...)

5Le quatrième chapitre explore la pluralité des usages et appropriations de l’éducation entrepreneuriale par les individus qui en organisent la diffusion. L’autrice souligne l’ambiguïté politique de ce programme éducatif, sans pour autant conclure à sa parfaite malléabilité. Certains usages partagent avec le néolibéralisme une proximité manifeste. Les tenants de l’« usage économiciste », par exemple, mènent un travail pour socialiser les étudiants à un « sens commun néolibéral » (p. 211), c’est-à-dire à un ensemble de valeurs et de croyances en affinité élective avec le capitalisme contemporain. L’« usage interne » (p. 231) renvoie à la tentative de certains acteurs de mettre l’entrepreneuriat au service de la refonte pédagogique et institutionnelle de l’université. Cet engagement leur vaut parfois le soutien ponctuel d’autres opposants au « conservatisme pédagogique » (p. 234) de l’université, ce qui contribue à l’ambiguïté de cet usage. Également ambivalent, le discours associé à l’usage « socio-éducatif » (p. 222) intègre certains éléments de la « critique artiste » du capitalisme, identifiée par Luc Boltanski et Ève Chiapello8, soulignant le manque d’autonomie du travail salarié. L’entrepreneuriat peut être alors présenté comme une façon de s’émanciper du salariat en décidant de sa propre activité ou, à défaut, comme un atout sur le marché du travail. Enfin, les usages « démotivés » (p. 239) sont fréquents, à l’image des nombreux acteurs qui répondent aux appels à projet du ministère sans y associer de valeurs morales particulières. Cependant, au-delà de cette pluralité des appropriations de l’entrepreneuriat, Olivia Chambard insiste sur la « force de rappel » (p. 256) que ce projet éducatif exerce sur les agents, dont l’autonomie (ou l’agentivité) ne peut se déployer qu’à l’intérieur de certaines limites instituées par le lexique et la sémantique qui lui sont associés.

  • 9 Reprenant la formule classique issue de : Bourdieu Pierre, « La “jeunesse” n’est qu’un mot », in Qu (...)
  • 10 Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude, Les héritiers, Paris, Minuit, 1964.

6Le cinquième et dernier chapitre, consacré à la place des formations à l’entrepreneuriat dans les trajectoires des étudiants, montre que, comme le résume l’autrice, « l’entrepreneuriat n’est qu’un mot » (p. 281)9. Comparant les parcours professionnels d’anciens étudiants formés à l’entrepreneuriat, elle montre que cet enseignement contribue in fine à renforcer les hiérarchies sociales. Envisagée par une minorité des inscrits à ces formations, la création d’entreprise est souvent présentée comme une façon d’éviter le salariat. Selon qu’il s’agisse d’échapper « à Décathlon » (p. 265), pour les moins diplômés, ou « à l’Oréal » (p. 275), pour les héritiers10, les chances de succès de l’entreprise sont inégales. Elles aussi dépendent de la dotation des individus en capitaux économiques, culturels et sociaux. Pour les autres étudiants, majoritaires, la formation à l’entrepreneuriat est appréhendée comme un élément valorisable auprès des employeurs, donc comme un atout pour accéder au salariat.

7Ce livre offre une vision empirique de la façon dont se construit, du côté de l’enseignement, une université entrepreneuriale à la française. Dialoguant avec de nombreux auteurs canoniques, de Max Weber et Émile Durkheim à Pierre Bourdieu et Luc Boltanski, Olivia Chambard montre l’importance des dispositifs éducatifs par lesquels se construisent des dispositions entrepreneuriales et se diffuse un nouvel esprit du capitalisme, mais aussi de l’enseignement supérieur. Ce travail ouvre des perspectives de recherche intéressantes. Une étude statistique des trajectoires socioprofessionnelles des enseignants et étudiants en entrepreneuriat, par exemple, pourrait prolonger d’une dimension quantitative les observations d’Olivia Chambard sur les logiques de sélection ex ante et l’orientation professionnelle ex post. Paru en plein conflit autour de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), cet ouvrage qui voit dans l’université un « nouveau laboratoire de l’idéologie néolibérale » n’intéressera pas seulement les sociologues.

Haut de page

Notes

1 Durkheim Émile, Éducation et sociologie, Paris, Félix Alcan, 1922, p. 49.

2 Pour reprendre le titre de l’ouvrage : Chessel Marie-Emmanuelle, Pavis Fabienne, Le technocrate, le patron et le professeur. Une histoire de l’enseignement supérieur de gestion, Paris, Belin, coll. « Histoire de l’éducation », 2001.

3 La loi relative aux libertés et responsabilités des universités, dite « LRU » ou « loi Pécresse », a été adoptée en 2007.

4 Sur le thème des cadres intermédiaires de la fonction publique, voir : Barrier Julien, Pillon Jean-Marie, Quéré Olivier (dir.), « Les cadres intermédiaires de la fonction publique », Gouvernement & action publique, vol. 4, n° 4, octobre-décembre 2015 ; compte rendu de Victor Violier pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/21217.

5 La notion de « forme scolaire » est en particulier étudiée dans : Vincent Guy (dir.), L’éducation prisonnière de la forme scolaire ? Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1994.

6 Dans la lignée de ce qu’a montré Yves-Marie Abraham à propos d’HEC : Abraham Yves-Marie, « Du souci scolaire au sérieux managérial, ou comment devenir un “HEC” », Revue française de sociologie, vol. 48, n° 1, 2007, p. 37-66, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-1-2007-1-page-37.htm.

7 Weber Max, Économie et société, Paris, Plon, 1971.

8 Boltanski Luc, Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 1999.

9 Reprenant la formule classique issue de : Bourdieu Pierre, « La “jeunesse” n’est qu’un mot », in Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1984, p. 143-154.

10 Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude, Les héritiers, Paris, Minuit, 1964.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Le Brun, « Olivia Chambard, Business Model. L’Université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 septembre 2020, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44129

Haut de page

Rédacteur

Pierre Le Brun

Doctorant en géographie à l’UMR ESPACE (Avignon Université), agrégé de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search