Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Sylvaine Bulle, Irréductibles. En...

Sylvaine Bulle, Irréductibles. Enquête sur des milieux de vie de Bure à N.-D.-des-Landes

Antoine Dubiau
Irréductibles
Sylvaine Bulle, Irréductibles. Enquête sur des milieux de vie de Bure à N.-D.-des-Landes, Grenoble, UGA Editions, coll. « Écotopiques », 2020, 350 p., ISBN : 9782377471614.
Haut de page

Texte intégral

1Les « occupations » (d’université, de territoires devant accueillir des projets d’aménagement, etc.) sont des objets de recherche à part pour la sociologie. Parce que ces zones à défendre (ZAD) sont au cœur de débats politiques particulièrement brûlants mais aussi menaçant pour le pouvoir, leurs habitants sont souvent hostiles aux études sociologiques les concernant. Ces « micromondes autonomes » ont en effet tendance à échapper aux tentatives d’historicisation ou de sociologisation (du fait de leur originalité vis-à-vis des formes sociales classiques de l’organisation politique), voire à y résister activement : ils identifient les sociologues à des « socioflics », c’est-à-dire des producteurs de savoirs qui servent le pouvoir et le renseignent, étant payés par lui. Entreprendre une enquête ethnographique classique dans un tel contexte s’avérant difficile, Sylvaine Bulle a opté pour une « sociologie embarquée », réalisée sans prise de notes lors sa participation à la vie de divers « milieux de vie » autonomes – principalement sur les zones à défendre de Notre-Dame-des-Landes (NDDL) et de Bure. Fidèle aux méthodes de la sociologie pragmatique, l’autrice entreprend donc dans Irréductibles d’analyser les ZAD au plus près de la définition qu’en ont ses « acteurs » : des territoires engagés dans une « autonomie politique » vis-à-vis des formes dominantes de gouvernement des personnes et des choses.

2Sylvaine Bulle débute son analyse par une brève cartographie des sources intellectuelles de l’autonomie politique contemporaine, qui forment une véritable « nébuleuse ». Ainsi se mêlent des penseurs écologistes, comme Cornelius Castoriadis, et situationnistes, à l’image de Guy Debord, et des philosophes tels que Jacques Rancière et Giorgio Agamben, encore actifs aujourd’hui et toujours lus par les autonomes. Plus récemment, un collectif d’écriture intitulé le Comité invisible s’est également investi dans la théorisation de la pensée autonome contemporaine. L’autonomie politique se conçoit comme un engagement à la fois théorique et pratique : l’activité réflexive fait pleinement partie des formes de vie que qui s’en réclament. L’autonomie est une pensée de l’exode : il s’agit de sortir du monde, de vivre en-dehors de celui-ci, dans les vides qu’il laisse. En d’autres termes, les autonomes préfèrent abandonner la machine que constitue le monde moderne plutôt que de chercher à le changer – car quel que soit le degré de la critique, changer le monde est une démarche qui s’opère en interne, depuis l’intérieur du monde. L’aspiration autonome à sortir du monde ne relève pas de l’imaginaire, telle une utopie, mais est une expérience sensible et subjective du réel, au sein duquel est cherchée l’émancipation. L’occupation autonome d’espaces considérés comme hors-du-monde constitue donc davantage un « régime d’action » qu’un « modèle » local d’organisation politique, par définition reproductible à l’identique en d’autres lieux. Cet exode n’est pas un abandon de la critique : au contraire, les autonomes assument complètement l’affrontement violent avec l’État réel, qu’ils cherchent à rendre inopérant.

  • 1 Scott James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris (...)

3Pour saisir la spécificité de la mouvance autonome, Sylvaine Bulle tente de caractériser les « occupations » qui en constituent l’un des modes d’action (et de vie) privilégiés. Celle-ci s’adosse à une critique radicale de la ville comme espace « vide » (de sens) et aliénant, notamment parce qu’elle est le terrain de jeu du capitalisme marchand auquel les autonomes essaient d’échapper. Les occupations autonomes se caractérisent par le double « retrait » qu’elles illustrent : se soustraire au spectacle du monde moderne permet également de retirer « à l’État [les] fonctions sociales et politiques qu’il s’est octroyé » pour les « redomestiquer » (p. 113). Cherchant constamment à être « ingouvernables », les autonomes développent de multiples stratégies d’opacification vis-à-vis de l’extérieur des occupations : la défiance politique est la règle, vis-à-vis du pouvoir étatique évidemment, mais aussi des riverains qui peuvent s’en faire le relais – l’occupation revêt ainsi des fonctions différentes pour ses habitants et ses sympathisants. Le répertoire d’action oscille ainsi entre des « textes publics » et des « textes privés » (typologie empruntée à la sociologie de l’infrapolitique de James C. Scott1), comme en témoigne la co-existence d’initiatives de communication publiques vers l’extérieur (au moyen d’écrits anonymisées ou signés du pseudonyme générique de « Camille », pour dépersonnaliser la lutte) et d’actions effectuées dans la clandestinité et le secret, à cause de leur illégalité. Pour ses habitants, l’occupation ne se réduit certainement pas à une pratique politique : elle est une forme de vie à part entière, dont l’objectif est plus large que le seul rapport de force avec le pouvoir. Pour les autonomes, défendre un territoire passe avant tout par le fait de l’habiter et d’en prendre soin. L’agriculture nourricière, sous diverses formes (toutes alternatives à l’agriculture intensive, allant du maraîchage faiblement mécanisé à la permaculture « primitive », sans instruments modernes), est une activité centrale mise en œuvre sur les terres occupées. Mais défendre le territoire, c’est aussi le préserver des forces destructrices extérieures. Pour les autonomes, cet objectif autorise le recours à une certaine violence politique, considérée comme de l’autodéfense collective.

  • 2 Sylvaine Bulle définit la non-domination comme « limitation de la sphère d’intervention d’un pouvoi (...)
  • 3 Pruvost Geneviève, « Critique en acte de la vie quotidienne à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (2013 (...)

4Sylvaine Bulle montre que la conflictualité est constitutive des occupations autonomes, vis-à-vis de l’extérieur mais aussi à l’intérieur de celles-ci, lorsqu’elle s’exprime dans les relations interpersonnelles entre habitants. Alors qu’une contre-culture est un simple « style de vie » alternatif, l’autonomie est le fruit des convictions politiques des individus, mises en pratique dans de nouvelles « formes de vie ». Ces convictions étant très personnelles, d’importants clivages apparaissent entre les occupants, notamment nourris par les déterminismes sociaux très fragmentés qui pèsent sur les habitants. En effet, loin de se réduire aux « intellectuels précaires » particulièrement politisés, des profils très variés peuplent les ZAD, dont ceux de nombreux précaires qui ne disposent pas d’un important capital social ou culturel. Les raisons qui conduisent à s’installer dans une occupation sont très diverses, mais Sylvaine Bulle distingue trois parcours types. Les deux postures extrêmes sont celle du sécessionniste, qui est souvent l’aboutissement d’un long processus réflexif, et celle de la personne qui recherche un reclassement social, en rupture avec une ancienne vie socialement dégradée. Entre les deux, se trouvent des individus en quête d’une autonomie alimentaire et énergétique hors du monde moderne fragilisé. Le fonctionnement d’une zone occupée est fondamentalement antiautoritaire, appuyé par trois principes qui se renforcent mutuellement : la « non-domination »2 (qui se traduit par diverses pratiques comme la non-mixité ou le regroupement affinitaire exclusif), la solidarité inconditionnelle entre occupants (indissociable de l’expression de leur liberté/autonomie) et le refus de la propriété privée, à laquelle est préféré l’usage collectif, qui constitue le véritable ciment des occupations. Cet anti-autoritarisme n’est jamais pensé comme garantissant le caractère « démocratique » des décisions collectives, ces dernières relevant plutôt d’une « praxis » fondée sur l’échange interpersonnel égalitaire. Ce fonctionnement crée des clivages géographiques entre zones où s’expriment des pratiques autonomes divergentes, comme en témoigne la distinction courante entre l’Est et l’Ouest de la ZAD de NDDL3.

  • 4 À Notre-Dame-des-Landes, les paysans « historiques » sont ceux dont les terres sont concernées par (...)

5Si l’opposition à un projet considéré comme inutile et destructeur constitue l’objectif commun des occupants et des personnes qui les soutiennent à l’extérieur, leurs approches respectives de l’occupation divergent largement. Les sympathisants souhaitent essentiellement la fin du projet d’aménagement (un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes, un site d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure), pour des raisons idéologiques ou par d’intérêt direct (c’est le cas des riverains, notamment paysans). Pour les occupants, l’abandon du « grand projet inutile et imposé » est un objectif parmi d’autres : leur ambition est aussi de développer de nouvelles formes de vie sur et à partir du territoire occupé. Les sociabilités paysannes et autonomes se rejoignent toutefois sur de nombreux points, comme le rejet de la « bureaucratie » verticale au profit de rapports interpersonnels plus horizontaux. Sylvaine Bulle qualifie de « corésistance » l’alliance stratégique entre les occupants et les paysans « historiques »4 locaux. Résister ensemble permet ici de créer de véritables liens entre acteurs locaux, plutôt que simplement juxtaposer leurs intérêts convergents temporaires. Suite à l’abandon du projet d’aéroport de NDDL, l’État a proposé de régulariser l’occupation, en rendant légales les pratiques agricoles qui s’y étaient développées. Cela a fracturé les alliances, faisant ressurgir les ancrages politiques, enfouis au nom de la lutte, entre les plus modérés, prêts à régulariser leur situation auprès des autorités, et les plus radicaux qui veulent absolument rester « ingouvernables ». D’une certaine façon, le « désir d’ingouvernabilité s’est retrouvé pris dans un jeu de normes et de pouvoirs » (p. 277), posant de sérieuses questions sur la généralisation des expériences d’autonomie politique.

  • 5 Demeulenaere Elise, « L’anthropologie au-delà de l’anthropos. Un récit par les marges de la discipl (...)
  • 6 Voir par exemple la publication récente : Allavena Julien, L’hypothèse autonome, Paris, Amsterdam É (...)

6Dans sa conclusion, Sylvaine Bulle prend un recul bienvenu sur les particularités des occupations comme objet sociologique : si les habitants sont eux-mêmes d’importants utilisateurs de savoirs sociologiques et anthropologiques, ils en sont aussi producteurs, au point de parfois être en avance sur la recherche en sciences sociales elle-même. Cette originalité justifie le développement d’une sociologie pragmatique qui « exclut [toute] connaissance prédéterminée des catégories du social » tout en gardant une orientation critique jugée constitutive de la discipline. Dans cette perspective, le scepticisme de Sylvaine Bulle vis-à-vis de travaux récents en humanités environnementales (par exemple concernant le « tournant ontologique »5) est palpable, mais l’autrice prend soin de ne jamais s’égarer dans une critique malvenue. Irréductibles constitue une ressource d’importance sur l’autonomie politique, qui servira à n’en pas douter de référence pour discuter des publications futures6.

Haut de page

Notes

1 Scott James C., La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Amsterdam Editions, 2019, 426 p.

2 Sylvaine Bulle définit la non-domination comme « limitation de la sphère d’intervention d’un pouvoir », par exemple celui dont disposent les hommes sur les femmes. Au-delà du refus politique de la domination, cela « implique de travailler en profondeur les relations interpersonnelles et les perceptions entravées » par des imaginaires sexistes et racistes.

3 Pruvost Geneviève, « Critique en acte de la vie quotidienne à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (2013-2014) », Politix, n° 117, 2017, p. 35-62.

4 À Notre-Dame-des-Landes, les paysans « historiques » sont ceux dont les terres sont concernées par le projet d’aménagement et qui accompagnent la lutte contre ce dernier depuis le début. L’appellation est courante, entre les occupants eux-mêmes voire dans les médias.

5 Demeulenaere Elise, « L’anthropologie au-delà de l’anthropos. Un récit par les marges de la discipline », in Blanc Guillaume et al., Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 43-73.

6 Voir par exemple la publication récente : Allavena Julien, L’hypothèse autonome, Paris, Amsterdam Éditions, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Dubiau, « Sylvaine Bulle, Irréductibles. Enquête sur des milieux de vie de Bure à N.-D.-des-Landes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 septembre 2020, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44131 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44131

Haut de page

Rédacteur

Antoine Dubiau

Étudiant en master 2 de sociologie, parcours Villes, environnement, sociétés à l’Université de Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search