Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Carla Hustak, Natasha Myers, Le r...

Carla Hustak, Natasha Myers, Le ravissement de Darwin. Le langage des plantes

James Costa
Le ravissement de Darwin
Carla Hustak, Natasha Myers, Le ravissement de Darwin. Le langage des plantes, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2020, 106 p., traduit de l'anglais (États-Unis) par Philippe Pignarre, préface de Maylis de Kerangal et Vinciane Despret, ISBN : 978-2-35925-167-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hustak Carla, Myers Natasha, « Involutionary Momentum. Affective Ecologies and the Sciences of Plan (...)

1Le livre de Carla Hustak et Natasha Myers est la traduction d’un long article que les autrices ont publié en anglais en 2012 dans la revue Differences1. Préfacé par la romancière Maylis de Kerangal et la philosophe Vinciane Despret, le livre se situe dans un vaste renouveau de l’intérêt pour les vies animales et végétales, et notamment pour la communication animale, végétale et entre espèces différentes – un mouvement qui voit la vie comme un enchevêtrement de relations, de liens et de rapports d’interaction.

2L’argument du livre est simple : l’évolution n’est pas linéaire, elle n’est pas orientée vers une seule direction, mais elle est au contraire soumise à des croisements, à de la coopération entre les espèces – ce que les autrices nomment l’involution. Au calcul des néodarwiniens, elles opposent l’écologie des affects (p. 30), le désir et le jeu. Ancré dans les sciences sociales (et non la biologie), cet ouvrage complexifie le vivant et les rapports des êtres entre eux. Comme l’écrivent Kerangal et Despret dans leur préface, il s’agit de subvertir les frontières entre humains et non-humains, pour raconter de nouveaux récits adaptés à notre époque, celle de l’anthropocène climatique et celle de la disparition massive d’espèces animales et végétales.

3Le livre prend comme point de départ les travaux de Darwin sur les orchidées, notamment sur « les échanges intimes entre les orchidées et leurs insectes pollinisateurs » (p. 32). Ces travaux, qui s’intéressaient aux pratiques des plantes et des insectes, portent en germe, selon les autrices, les bases d’une écologie des affects et d’une science des relations interspécifiques. Mais c’est bien le terme de « pratiques » qui est important ici, en ce sens que le texte entend donner une forme d’agentivité aux plantes, rompant avec le traditionnel clivage entre les plantes supposées passives et les animaux supposés actifs. Les autrices offrent donc le portrait d’un Darwin se mêlant à la vie des orchidées qui émerge, un Darwin passant plusieurs nuits avec ses fleurs, les titillant pour se substituer aux insectes qui assurent leur reproduction, pour observer leurs réactions, et pour tenter aussi de se mettre à la place de ces insectes. Ce qui frappe Darwin, ce sont les stratégies des orchidées pour faire en sorte que leurs pollinisateurs quittent la fleur avec des quantités considérables de pollen. Les insectes peuvent ainsi se trouver emprisonnés pendant de longs moments, le temps d’être recouverts. Les tissus des orchidées sont, selon Darwin, excitables. Les plantes se trouvent ainsi inscrites dans des logiques sensibles et prennent une part active dans leurs interactions avec les insectes, interactions qui sont fondées sur des relations d’affect et d’interdépendance – ce que les autrices nomment involution. Par opposition à l’évolution, qui serait un déploiement vers l’extérieur, l’involution est une manière de penser les mouvements à la fois de repli et d’enroulement, « mêlant ensemble des espèces distinctes pour inventer de nouvelles manières de vivre » (p. 68).

  • 2 Haraway Donna, The Companion Species Manifesto. Dogs, People, and Significant Otherness, Chicago, P (...)

4Cette première partie s’inscrit en plein dans une série de travaux qui visent à réintégrer les humains dans des sphères d’interactions interspécifiques2. Hustak et Myers posent à mon sens quelque chose de fondamental en intégrant une dimension sensorielle et une dimension de plaisir dans ces rapports. Les liens interspécifiques ne sont pour elles pas seulement des liens mécaniques, mais aussi des sources de plaisir et de joie, pour les plantes comme pour les insectes. Le monde qu’elles décrivent s’anime ainsi de multiples relations sensorielles et sensuelles, ouvrant la voie à une réflexion sur les modes d’interaction entre individus (pour autant que ce terme ait un sens lorsque l’on parle de végétaux) d’espèces différentes, appartenant à des règnes biologiques distincts. Ainsi, les autrices s’inscrivent explicitement dans une tradition de recherche féministe en sciences sociales (de Donna Haraway à Isabelle Stengers) et en sciences de la nature (l’ouvrage est dédié à Lynn Margulis, pionnière des recherches en biologie sur les symbioses interespèces et co-développeuse de l’« hypothèse Gaia », qui voit dans la Terre un organisme autorégulé).

  • 3 Kohn Eduardo, Comment pensent les forêts ?, Paris, Zone Sensible, 2017.

5Selon ce schéma, c’est donc non pas l’individu qui est important, mais une communauté d’organismes en communication les uns avec les autres. Dans une seconde partie, le Ravissement de Darwin pose interroge la nature des signaux interspécifiques : participent-ils d’un langage ou d’autre chose ? Elles abordent la question par l’angle de l’écologie chimique, une discipline qui pose que « les organismes ont évolué de manière complexe à travers la manipulation de substances chimiques pour attirer, repousser et collaborer avec autrui » (p. 75). Pour Hustak et Myers, la communication comme la pollinisation « sont des pratiques par lesquelles des organismes s’impliquent dans les vies des uns des autres » (p. 73). Ces implications sont alors chimique et électrique, et les autrices les envisagent comme des propositions émanant des végétaux, proposition qui n’attendent « qu’à être transduites dans et entre les corps » (p. 87). Mais ces formes de communication n’ont peut-être rien à voir avec le langage humain. Hustak et Myers entrent ici en écho avec la proposition d’Eduardo Kohn3 de provincialiser le langage humain, et de ne pas en faire la mesure de toute communication.

  • 4 Wohlleben Peter, La vie secrète des arbres, Paris, Les Arènes, 2017.

6Cette seconde partie sur les rapports de communication est particulièrement intéressante du point de vue des travaux sur la communication non humaine. Le choix éditorial d’un sous-titre (« Le langage des plantes ») évoquant les travaux de vulgarisation du forestier allemand Peter Wohlleben4 est un peu curieux, compte tenu de la prudence des autrices sur ce sujet, mais il est révélateur d’un engouement du public pour ces questions. Or, ce livre fait bien davantage que surfer sur une vague à la mode, même s’il lui sacrifie parfois (les autrices comparent ainsi explicitement la volatilité des substances chimiques à des mots, p. 76). Les autrices rappellent en effet que le sujet de la communication chez les plantes est particulièrement sensible, y compris en sciences de la nature, car il laisse transparaître la question de l’intentionnalité – et, in fine, celle du statut moral des plantes. On les sent cependant désireuses de franchir le pas de la communication végétale à travers une critique de ceux qui voudraient limiter le langage et la communication aux animaux (sinon aux humains), et elles rappellent que l’écologie chimique a recours au terme de « signal » (plutôt que de signe) pour aborder la question et pour désigner une quantité d’information qui transite d’un organisme à un autre. Pour Hustak et Myers, cependant, la question est mal posée : ce qui importe c’est l’action des divers signaux sur les corps (des plantes, des insectes, des autres animaux) et le résultat de ces actions.

  • 5 Harris Roy, The Language-Makers, Ithaca, NY, Cornell University Press, 1980.

7On voit à travers le débat autour du signe et du signal que la théorie de la communication qui prévaut reste celle relayée par Saussure (mais qui existe en Europe depuis près de 2 500 ans), une conception télégraphique qui considère la communication comme le résultat d’un processus d’encodage/décodage d’information. Dans cette perspective, l’information est la même au départ et à l’arrivée. La différence entre signe et signal renvoie quant à elle à une longue série de débats sur l’intentionnalité : le signe serait intentionnel alors que le signal serait mécanique. Or, d’une part, cette distinction est problématique (la psychanalyse a montré que l’intentionnalité du langage chez l’humain est loin d’être évidente) et, d’autre part, le modèle même de communication est trop restreint, car il fait porter l’analyse sur la part informative du langage, comme si celle-ci était détachable d’un contexte d’usage5. Ces débats sont sous-jacents à l’ensemble des écrits actuels sur la circulation du sens chez les végétaux et entre espèces, et on ne peut à ce titre que regretter la faible participation des sciences du langage à ces conversations. On souscrira donc à ce qu’écrivent les autrices : « La question devient : comment les énergies et la chimie chargées affectivement sont-elles transduites dans et entre les corps ? » (p. 87). Il s’agit en effet de s’éloigner d’un contenu informatif qui existerait en soi pour tenter de comprendre comment les êtres interagissent, avec quels effets, dans quelles circonstances, et comment ils transforment ces circonstances. Une telle approche n’a pas seulement le mérite d’évacuer la question de l’intentionnalité, elle permet également de réellement penser des collectifs comprenant humains et non-humains, et de (re)politiser ces relations. Cette dernière étape, absente de l’ouvrage, est néanmoins annoncée à la toute fin en lien avec le contexte écologique actuel — c’est du moins ainsi que l’on devrait sans doute comprendre la possibilité d’une écologie des affects anthropocéniques.

Haut de page

Notes

1 Hustak Carla, Myers Natasha, « Involutionary Momentum. Affective Ecologies and the Sciences of Plant/Insect Encounters », Differences, vol°25, n° 3, 2013, p. 74-118, disponible en ligne : https://doi.org/10.1215/10407391-1892907.

2 Haraway Donna, The Companion Species Manifesto. Dogs, People, and Significant Otherness, Chicago, Prickly Paradigm Press, 2003 ; Hartigan John, « Plants as Ethnographic Subjects », Anthropology Today, vol. 35, n° 2, 2019, p. 1‑2.

3 Kohn Eduardo, Comment pensent les forêts ?, Paris, Zone Sensible, 2017.

4 Wohlleben Peter, La vie secrète des arbres, Paris, Les Arènes, 2017.

5 Harris Roy, The Language-Makers, Ithaca, NY, Cornell University Press, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James Costa, « Carla Hustak, Natasha Myers, Le ravissement de Darwin. Le langage des plantes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 septembre 2020, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/44134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.44134

Haut de page

Rédacteur

James Costa

Maître de conférences en sociolinguistique et anthropologie linguistique, Sorbonne Nouvelle & LaCiTO (CNRS UMR 7107).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search